Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


A tous les politiciens gagnants ou perdants des élections tunisiennes


2 Novembre 2014

Parmi toute la classe politique, il a été le seul à déclarer dès le départ sa non participation aux élections, préférant soutenir Kamel Morjane. Acte pas du tout anodin dans un pays où la course effrénée au pouvoir, à tous les niveaux, est à son paroxysme. Décision patriotique aussi d’un homme à qui certains envieux et médisants prêtaient des ambitions « mégalomanes ». A posteriori, Mohamed Ayachi Ajroudi n’avait pas d’ambitions personnelles, encore moins « mégalomanes », mais une ambition pharaonique pour la Tunisie : de l’exploitation de l’énergie solaire à la transformation des ordures ménagères en « or noir », en passant par le dessalement des eaux et les chemins de fer. Autant de grands projets qui pourraient métamorphoser économiquement et socialement la Tunisie en moins de deux ans. C’est précisément d’économie et de réformes urgentes que traite cet article de Mohamed Ayachi Ajroudi, posté sur sa page facebook.


Mohamed Ayachi Ajroudi, l'un des rares hommes politiques tunisiens à axer son discours sur les questions économiques et énergétiques.
Mohamed Ayachi Ajroudi, l'un des rares hommes politiques tunisiens à axer son discours sur les questions économiques et énergétiques.
Qui que vous soyez, les gagnants, ou les perdants, les aspirants ou les soupirants, rappelez-vous les promesses que vous avez faites respectivement à notre vaillant peuple tunisien. Votre combat jusqu'alors était une bataille pour le pouvoir, « cette malédiction des humains », comme disait notre Saint Prophète, pour obtenir la chaise comme nous disons en Tunisie.  
  
C'est maintenant chose faite. Désormais, le plus dur reste à faire : tenir vos promesses, à savoir redresser la barre économique de notre pays dont le bilan est plus que catastrophique. Il n'y a plus droit à l'erreur, au laxisme, au populisme et à la démagogie. Il faut sans plus tarder prendre les décisions qui s’imposent au redressement, et modifier les terribles indicateurs de l’économie nationale. Les données qui vont suivre sont de 2014 et nul ne peut les contester, y compris nos insondables « technocrates ».

Une note de conjoncture de la BCT situe la croissance du PIB pour l’année 2014 à 2,4% et une prévision de 3% pour 2015, ce qui constitue des niveaux bas incapables de réduire le chômage et d’améliorer les niveaux de vie. Sur une population active de 4 millions, près d’1 million est au chômage, ce qui constitue une bombe à retardement qui pourrait, qu’à Dieu ne plaise, emporter les gagnants, les perdants, les aspirants et leurs « chaises », puisque les Tunisiens, désenchantés et désespérés, ne feraient plus confiance à leurs élites politiques et deviendraient par conséquent ingouvernables.  
  
La même note fait état du niveau inquiétant du déficit actuel de la Balance des paiements courants sous l’effet de l’augmentation sans précédant du déficit commercial. Le déficit courant aurait atteint 5843 MD durant les neuf premiers mois de 2014, soit 7,1% du PIB. Cela signifie que le déficit pour toute l’année sera entre 8,5% et 9% du PIB, un record jamais connu dans l’histoire de notre pays.

Au cours des neuf premiers mois de 2014, les tirages sur les crédits auraient atteint 5648 MD contre 1481 MD durant la même période de 2013, dont 1540 MD du FMI, 859 MD des crédits garantis par les USA, 416 MD de crédit BIRD, 320 MD crédit Turque.

A la fin de 2014, la dette extérieure Tunisienne à long et moyen terme atteindrait 37200 MD soit 44% du Revenu disponible contre 23500 MD et 37% en 2010. Le volume de la dette extérieure a ainsi augmenté de 13700 MD depuis 2010 et de 7 points de PIB. La dette publique (dette du secteur public en dinars et en devises) atteindrait quant à elle 50% du PIB à fin 2014.

Messieurs les politiciens, respectez vos engagements et mettez vous au travail pour transformer vos promesses en réalité existentielle et constructive pour le peuple. Ne perdez pas votre temps et votre énergie dans les discussions byzantines et dans les tractations d’épiciers. Notre pays a suffisamment et inutilement perdu du temps. Le petit « djihad » est révolu ; l’heure du grand « djihad » a sonnée : celui du dur labeur, de la reconstruction du pays, du travail de chacun pour la dignité de tous.

Je vous souhaite la réussite et je soutiens de toutes mes forces l’ensemble des bonnes volontés, soucieuses de l’avenir de ce peuple qui aspire à la sécurité, à la paix civile, à la justice sociale et à la prospérité économique.

Mohamed Ayachi Ajroudi, Président du « Mouvement du Tunisien pour la Liberté et la Dignité ».

A lire aussi dans nos archives :
http://www.tunisie-secret.com/Ayachi-Ajroudi-nul-n-est-prophete-en-son-pays_a1028.html


           


1.Posté par Amira Ben Youssef le 02/11/2014 11:48
Depuis qu'il a annoncé ne pas être candidat aux présidentielles, j'ai beaucoup de respect pour ce Monsieur. Il est clair qu'il ne court pas derrière la chaise mais essaye d'aider son pays avec des projets concrets et précis. Les autres courent derrière le pouvoir et pour l'obtenir ils sont prêt à promettre la planète Mars au peuple. En Tunisie plus on ment plus on a du succès.

2.Posté par Mamia Hayder Kekhia le 02/11/2014 12:11
Ce monsieur mérite,sûrement qu'on lui prête attention.Il peut aider son pays à décoller !!

3.Posté par Abder Eddiri le 02/11/2014 12:12
je suis d'accort avec mamia il a des bonne ider il faut l'utiliser

4.Posté par Ramzi Ben Romdhane le 02/11/2014 12:26
Ce mec ne parle qu'avec les chiffres et on voit qu'il connait très bien la situation économique du pays. En parcourant son compte facebook, je découvre les projets qu'il préconise pour sauver la Tunisie. Je le vois bien à la tête d'un grand département ministériel de l'Economie, des Finances et de l’énergie. Plus question de faire confiance aux médiocres et aux pseudo-technocrates qui n'ont fait qu'enfoncer le pays.

5.Posté par Mabrouk Lamari le 02/11/2014 14:05
Je salue votre discours responsable, pragmatique et rationnel monsieur Ajroudi. Mabrouk Lamari, professeur d'économie à l'Université Laval.

6.Posté par Hassine le 03/11/2014 13:40
Je pense vraiment qu'il faut que vous enquétiez encore plus sur ces gens là..

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter