Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Apartheid musulman en Tunisie: les islamistes s’opposent à la candidature d’un Juif comme ministre du Tourisme


15 Janvier 2014

Une fois de plus la Tunisie post-révolutionaire sombre dans l’antisémitisme musulman primaire. Les islamistes au pouvoir veulent empêcher les compétences juives tunisiennes à participer dans la vie publique. Le Conseil de la Choura du mouvement d’Ennahdha (conseil d’administration du parti religieux) a opposé son veto à la proposition de nommer un Tunisien de confession juive, René Trabelsi, directeur général de Royal First Travel, au poste de ministre du Tourisme. Ce dernier est le fils de Perez Trabelsi, président de la communauté juive à Djerba, il était supposait remplacer Elyes Fakhfakh, nommé à la tête des Finances.


Des radicaux, comme Habib Ellouze, Sadok Chourou, Abdellatif El-Mekki et Riadh Chaibi auraient, en tout cas, rejeté catégoriquement l’idée que le portefeuille du Tourisme dans un pays musulman soit confié à… un Juif. C’est pour cette raison qu’Elyes Fakhfakh cumulerait encore, momentanément, le portefeuille du tourisme avec celui des Finances, en attendant la nomination d’un d’autre.
 
Fethi Ayadi, président du Conseil de la Choura, a validé cette décision arbitraire du pouvoir politique en vertu du principe islamique décidant que les musulmans sont supérieurs aux non-musulmans. La ségrégation qui en résulte apparaît, en particulier, dans l’accès aux postes importants de l’État qui sont accessibles aux seuls musulmans alors que les non-musulmans sont dirigés sur une voie distincte. L’Islam impose un régime d’apartheid aux non musulmans à travers le statut de la dhimmitude, institutionnalisée par les lois islamiques et intégrée à la shari’a.
 
René Trabelsi, opérateur touristique influent et fils du président de la communauté juive de Djerba, ou encore Laurent Abitbol, patron de Voyamar participent depuis des années à l’essor du tourisme tunisien.
 
Certains expliquent aussi la décision du mouvement d’Ennahdha d’écarter le candidature du fils du président de la communauté juive au poste ministère du Tourisme comme une «  punition » de sa critique quant à la visite de Youssef Al-Qaradhaoui en Tunisie le 3 Mai 2012. D’ailleurs de nombreux Tunisiens ont manifesté en protestation contre la visite du Président de l’Union des Ulémas musulmans dans leur pays. Au cours de ces manifestations qui ont eu lieu, à Tunis, les protestataires ont qualifié Al-Qaradhawi de wahhabiste séditionniste. Les manifestants brandissaient des pancartes réclamant son expulsion de Tunisie.
 
Il faut reconnaître que la Tunisie est devenue dernièrement parmi les plus importants diffuseurs et incitateurs de l’antisémitisme au monde. Le Sermon du vendredi dans une mosquées à Radès, en Tunisie, prononcé par le Cheikh Ahmad Al-Suhayli et diffusé sur Hannibal TV le 30 novembre 3012 a fait l’objet d’une large vague de condamnation en Europe. Le titre du prêche traduit en plusieurs langues, « Le Coran a dévoilé l´esprit diabolique des Juifs », a provoqué la colère de la communauté juive.
 
Cette discrimination visant aujourd’hui un représentant d’une communauté présente en Tunisie depuis vingt siècles est un scandale et une tâche infamante portée à la réputation d’un pays qui a été reconnu pour son ouverture d’esprit et sa tolérance religieuse.
 
Mais la révolution de janvier 2011, qui a consisté à remplacer un régime corrompu qui a enrichi un clan d’affairistes, a ouvert la vois vers un régime islamiste inspiré d’un fanatisme religieux d’un autre âge qui ne pourra qu’enfoncer un peu plus la Tunisie dans le marasme économique car le soutien des pays du Golfe arabo-persique ne comblera jamais la contribution des Européens au PNB grâce au tourisme qui est la principale richesse du pays tant en terme d’activité que d’apport de devises.
Malgré toutes les formes de discriminations qui ressortent, il y a une intime conviction que les Juifs de Tunisie sont plus loyaux et plus attachés à leur pays que ces intégristes qui n’ont aucun sentiment nationaliste.
 
Ftouh Souhail, repris sur le blog terredisrael, le 25 décembre 2013


           


1.Posté par Léon le 15/01/2014 20:22
Au moment de l'indépendance, Bourguiba avait un ministre juif (Baroukh) et un conseiller juif pour l'équipement et l'habitat (Kakoub).
Est-ce une tare de ne pas musulman dans un pays arabe? Savez-vous que plusieurs conseillers de notre prophète (SAW) n'étaient pas musulmans.
René Trabelsi connait mieux que quiconque le tourisme tunisien, les compagnies aériennes et les agences de voyages. Pourquoi ne pas le prendre ministre? D'ailleurs ce débat est même honteux car il porte un certain mépris à un compatriote, un tunisien. De quel droit vous ingérez-vous dans les affaires privées des gens!
Moi Patriote tunisien, contre toute ingérence d'états tiers dans notre pays, j'appuie sa candidature au poste du ministre du tourisme et je vous rappelle que son père avait jadis fait preuve d'un Grand Patriotisme lorsqu'il avait tu l'attaque terroriste contre la Ghriba pour ne pas porter atteinte au tourisme tunisien. Si vous voulez insinuer qu'il serait sioniste, vous vous fourrez le doigt dans l'oeil car il ne serait pas resté aussi fidèle pour son pays: La Tunisie.
Les pro-sionistes, vous les trouverez bien plus dans certaines factions islamistes que chez les juifs tunisiens.
Léon.

2.Posté par Imed Bdioui le 15/01/2014 23:55
De grâce, n'écrivez plus"juifs de Tunisie" mais plutôt "tunisiens de confession juive" car ce sont des tunisiens avant tout. La 1ère question est de savoir si Mehdi Jomaâ pense vraiment à nommer René Trabelsi ministre du Tourisme ou alors ne s'agit-il pas de rumeurs propagées par les islamistes pour compliquer davantage la tâche de Mehdi Jomaâ, et si cela s'avère vrai, celui-ci peut-il contribuer à faire sortir le tourisme tunisien du marasme dans lequel il se débat depuis des années, abstraction faite de sa confession.

3.Posté par rohff tounsi le 16/01/2014 11:58
Bourguiba c un pd ...et jamais de la vie un juif soit ministre dan la gouvernement tunisine
TS- Et toi, tu resteras toute ta vie l'esclave d'une religion que tu n'es même pas capable de comprendre.

4.Posté par zedache le 16/01/2014 12:01
Je regrette que vous ayez eu recours à un blog israélien pour dénoncer ce que tout Tunisien censé sait faire depuis toujours : la discrimination sous toutes ses formes, y compris la discrimination religieuse. Tunisie secret se serait grandi en le prenant cette dénonciation à son propre compte, sans chercher à se dissimuler derrière son petit doigt. En Tunisie depuis la "révolution", il n'y a pas que les juifs qui sont frappés d'exclusion. Des non-juifs le sont aussi par les nouveaux idéologues d'Ennahda, ces Savonarole aux petits pieds des temps qui courent, qui veulent "purifier" le pays et établir sur la terre une "cité idéale", tournée vers Dieu seul. René Trabelsi doit être jugé sur ses compétences, mais aussi sur l'opportunité politique qu'il y aurait à l'intégrer dans un gouvernement, comme cela se fait dans tous les pays du monde. Il revient au Premier ministre pressenti Mehdi Jomaa de l'apprécier et d'en décider. L'auteur du blog doit par ailleurs balayer devant sa porte. En effet s'il y a des ministres et des conseillers politiques de confession juive ou non musulmane en Tunisie (Barouk, Kakoub, les frères Guetta), au Maroc (Azoulay), en Algérie (Castel), en Egypte (Boutros Ghali, Mouna Makram), il n'y a jamais eu de non-juifs au sein du gouvernement israélien, même pas de Palestiniens de nationalité israélienne. Enfin, Israël ne se contente pas d'avoir la religion juive comme religion d'Etat, mais il se veut lui même un "Etat juif" excluant de ce fait de sa citoyenneté tout arabe israélien vivant actuellement sur la terre conquise, sans compter tous ceux qui ont été chassés de leur terre en 1948 et leurs descendants. Pas de propagande à la petite semaine SVP.

5.Posté par Rochdy le 16/01/2014 18:27
Merci de préciser que ce monsieur est avant tout Tunisien et a ma connaissance il n'existe pas sur notre carte d'identite de quelle confession nous sommes.

6.Posté par Mourad le 17/01/2014 19:15
Notre prophete mohamed (SAWS) a toujours respecté et travaillé avec des juifs. Bourguiba a donné un ministere à un juif Tunisien juste aprés l'indépendance, il s'appelait scemama. Les juifs Tunisiens, plus Tunisiens que beaucoup de musulmans Tunisiens, ont de tous temps contribué au développement de ce pays. Les Cohen, Abitbol et les autres ont aimé ce pays et ne l'ont jamais insulté. Honte à ces islamistes d'un autre âge, vivement que la Tunisie s'en débarasse et au mieux, qu'ils soient jugés et mis en Prison mais pourvu qu'ils ne s'imiscent plus nulle part. Mourad

7.Posté par rezgui walidz le 20/02/2014 20:23
kane yerj3ou litarikhe wiychoufou sidie mhereze chnouwa 3male m3ahome rahome makalouche 3lihome la ; a7na il kolna twansa 3lehe la

8.Posté par ami des sahraouis RASD. le 10/03/2014 00:32
un juif c´est un citoyen tunisien il a tout droits et devoir, a condition si il n´est pas sioniste.

9.Posté par sahim le 10/04/2014 21:28
Nos compatriotes "tunisiens de confession juive" ont les mêmes droits que les autres tunisiens, nous le voulons ou non.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Septembre 2014 - 07:02 Présidentielles : Candidatures d’outre-tombe

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter