Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Après la victoire de BCE, les premiers enseignements


22 Décembre 2014

Même s’il a perdu, le score obtenu par Moncef Marzouki prouve que les électeurs d’Ennahdha ont massivement voté pour lui. Une fois de plus, Rasched Ghannouchi a ainsi démontré que la duplicité est une seconde nature chez lui. Raison de plus pour que les adeptes de « l’islam politique » soient exclus du futur gouvernement.


Victoire du Bourguibisme sur l'islamisme.
Victoire du Bourguibisme sur l'islamisme.
Avec la victoire officielle de Béji Caïd Essebsi, la Tunisie renaît de ses cendres. Après quatre ans de calvaire, avec une ANC tragi-comique, une présidence clochardisée et des gouvernements provisoires aussi incompétents les uns que les autres, les Tunisiens regardent l’avenir avec un peu plus d’espoir et d’optimisme. L’espoir de retrouver la prospérité économique, la concorde civile, la sécurité et la stabilité politique. A condition que Moncef Marzouki et ses troupes extrémistes renoncent à leurs projets obscurs. Il semblerait que, depuis une semaine, l'Union européenne a adressé un message à Marzouki pour lui conseiller l'acceptation des résultats "sans causer de problèmes". Dans sa conférence d'hier dimanche, interrogé la-dessus, le président de l'ISIE a confirmé cette information en déclarant "approuver la démarche de l'Union européenne".    

Dès hier après-midi, nous avons annoncé la victoire de Béji Caïd Essebsi avec un score « avoisinant les 56% » et que "dans tous les cas, il y aurait un écart de 10% entre BCE et Marzouki. Dans la conférence de presse qui vient de se tenir aujourd’hui, l’ISIE a annoncé ces résultats officiels : Béji Caïd Essebsi a obtenu 55,68%, et Moncef Marzouki, 44,32%. Selon l’ISIE, le taux de participation est de 60,11% (au premier tour, il était de 64,6 %), et le nombre d’électeurs s’élève à 3 189 672.

Une fois de plus, en annonçant dès hier après-midi que BCE a gagné avec 56% des voix, nos informations se sont donc révélées exactes. L’agence Sigma Conseil, que dirige Hassan Zargouni, n’était pas non plus loin du bon score. Sur un échantillon de 14 000 électeurs, Sigma Conseil avançait hier les scores suivants : 55,5% pour Béji Caïd Essebsi et 44,5% pour Moncef Marzouki. 

Cela signifie d’abord que l’électorat islamiste s’est clairement mobilisé en faveur de Moncef Marzouki. En effet, sans cette mobilisation, le mercenaire No 1 du Qatar n’aurait pas dépassé les 30%. Cela indique une fois de plus le double langage et la duplicité de Rasched Ghannouchi. Ennahdha, qui n’a pas appelé à voter pour BCE et qui a laissé la « liberté » de choix à ses électeurs, ne doit donc pas participer au prochain gouvernement.

Cela signifie aussi que les Tunisiens ont rejeté le discours pseudo-révolutionnaire de la haine, de la division et de la peur du retour de l’ancien régime, en sanctionnant sévèrement celui qui en est porteur, à savoir le mercenaire No 1 du Qatar, Moncef Marzouki. Malgré tout ce qui a été dit sur Béji Caïd Essebsi, c’est lui qu’ils ont choisi pour qu’il soit leur président dans les années qui viennent.

Cela signifie enfin que le passage de la troïka a laissé des stigmates dans la conscience collective. Les tentatives, dès janvier 2011, de leur faire oublier jusqu’à leur histoire du mouvement national sous la direction du leader historique Habib Bourguiba, ont lamentablement échoué. Mieux encore, c’est en réincarnant la figure paternelle et patriotique de Bourguiba que Béji Caïd Essebsi a pu reconquérir le cœur des Tunisiens et raviver leur mémoire, ce qui lui a permis d’écraser son adversaire : le mercenaire No 1 du Qatar.

Si, comme disait Bourguiba, le « petit djihad » a été gagné, il reste le « grand djihad » pour éradiquer le terrorisme, pour vaincre le chômage et la pauvreté, pour sauver l’économie tunisienne qui est en quasi-faillite, et pour reconquérir la souveraineté pleine et absolue de la Tunisie. Sur le plan international, il va falloir aussi donner une autre image de la vraie Tunisie, pour effacer la réputation affligeante de premier pays exportateur de terrorisme. Après l'élection de BCE, on peut d'ailleurs s'attendre à des actions terroristes violentes et à des tentatives de déstabilisation de la jeune démocratie tunisienne par les mercenaires du Qatar et les extrémistes du défunt Tartour.   

C’est dans la constitution du prochain gouvernement que le réveil tunisien doit pouvoir prendre corps. Béji Caïd Essebsi doit absolument éviter de réitérer l’erreur du gouvernement technocratique. Le gouvernement qui va être constitué ne doit en aucune façon être celui des « technocrates », mais au contraire éminemment politique. La place des technocrates n’est pas à la tête des différends ministères mais à l’ombre et dans les cabinets ministériels. Ils ne doivent pas conduire la politique générale du pays mais l’inspirer, par la compétence et les bons conseils.

C’est pour dire que le poste de chef de gouvernement doit légitimement revenir à Taïeb Baccouche et à lui seul. Tous les partis qui ont soutenu Nidaa Tounes et toutes les personnalités qui ont appelé à l’élection de Béji Caïd Esssebsi, doivent occuper des fonctions ministérielles, selon leurs compétences, leurs expériences et leur patriotisme. La Tunisie a besoin d’un gouvernement fort pour rétablir l’ordre, remettre le pays au travail, éradiquer le terrorisme et restaurer le prestige et l’autorité de l’Etat. En le portant à la présidence de la République, c’est ce que les Tunisiens ont voulu signifier à Béji Caïd Essebsi.

Nebil Ben Yahmed  


           


1.Posté par Johor le 22/12/2014 18:25
Une nouvelle page. J'espère qu'Essebsi va faire le ménage au plus vite, débloquer les enquêtes occultées voire obstruées par le régime salafisto qatari sponsorisé par les pourris d'Al Jazeera la honte du journalisme Arabe.
Nettoyage de Chaambi et du Sud, avec la coopération de Gouvernement Algérien, pour éradiquer la vermine terroriste.
Relancer l'agriculture et sécuriser les campagnes pour prévenir les vols de bétail, les braquages en tout genre et autres vols.
Relancer l'industrie et le tourisme, redonner ses lettres de noblesse à l'Education, le haut degré, donner des bourses d'études et envoyer à l'étranger les étudiants pour qu'ils reviennent aguerris et assurent l'avenir du pays.
La Tunisie n'a ni brevet d'invention exploité et pas même une usine de vélos ou brouettes de marque nationale, il est temps que ça change.
A quand un petit avion ou drone tunisien ? Un vélo électrique de marque nationale ? Pourquoi notre main d'oeuvre ne serait pas non plus capable de monter des modèles de smartphones ou PC ? Sous Merzouki / Ennahdha c'était impossible, vu que leurs "cadres" ne savaient que signer des contrats d'importation dans la médiocrité : mouton malades pour l'Aïd, Touc Touc pour pays sous développés, emprunts à tout va pour usages personnels aux Chinois, Algérie etc...
La Tunisie doit aussi retrouver une stature écologique pour préserver sa flore et sa faune au lieu de les donner en pâture aux usuriers qataris. La pollution des lacs et rivières, assainir les cours d'eau en surface ou souterrains.
Pourquoi n'avons nous toujours pas de musées océanographiques avec aquariums géants en bord de mer ? Pas de bateaux avec fond de cale transparente au lieu de grossières imitations de bateaux pirates dont les animations redondantes et les repas à base de sardines sont plus qu'obsolètes ? Et notre artisanat où en est-il ? La Tunisie s'est faite avoir entre soit disant retour à la sunnah et richesse culturelle, comme si avant l'arrivée des pirates d'Ennahdha, nos ancêtres étaient des couffards (thèse de ces crétins de wahabites les rois des hypocrites). Nous descendants des Carthaginois, Romains, Vandales, Arabes, Turcs, Persans, Andalous, Berbères et Nords Alpins, représentons une richesse culturelle et génétique hors du commun. Nous avons certes perdu notre aura territoriale méditerranéenne antique, mais nous avons notre dignité et notre intelligence. A cause de certains abrutis, en l'espace de seulement 4 ans, nos voyous et geôliers sont devenus des voyous internationaux, servant de mercenaires sanguinaires pur détruire d'autres civilisations bien plus respectueuses que la nôtre (Syrie, Irak), nous affligeant une honte sans précédent.
Pourquoi notre pays ne réapprend t-il pas à fabriquer ces voiliers antiques et arabes qui nous menaient jusqu'en Amérique du Nord ? Pourquoi avons-nous cessé de développer nos connaissances agricoles et scientifiques ? Et notre sens de l'accueil où est-il passé ? Pourquoi de la racaille en tenue grotesque nous a t-elle dépossédée de nos sciences religieuses et sagesse consensuelle qui faisaient s'entendre entre elles les générations anciennes et actuelles ? Et l'élevage des pures sang arabes, des chameaux, des éperviers, des canaris et chardonnerets aux chants mythiques ?

2.Posté par sofiane le 22/12/2014 18:42
incroyable le visage des journalistes français ont la mine des mauvais jours!!!pour être plus juste quelques secondes à peine annoncé,rapidement bouclé!!!les merdias mainstrin de France sont sous le choc!!!eux qui ont tant vanté leur poulain marzouqui durant toute la semaine,marzouquii ceci,marzouqui cela ect.sont tombé de haut!!!seul information visible,le saccage des locaux de Nida tounes à Tataouine sur France24 le lundi 22 decembre2014!!Eduardo Cuo spécialiste du Magrheb nous a offert son point de vu sur le comportement des tunisiens dans leur ensemble??Pas un mot sur le Gagnant Beji???

3.Posté par Nejib le 22/12/2014 22:07
Tout a fait d'accord avec vous. J'avais moi-meme exprime les memes recommandations dans une tribune parue recemment dans le quotidien en langue anglaise de reference au moyen orient, le Daily Star (voir: http://www.dailystar.com.lb/Opinion/Commentary/2014/Dec-12/280748-calls-for-a-coalition-government-in-tunisia-ignore-reality.ashx ).

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter