Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Béchir Ben Yahmed : voici ce que m‘a dit Ben Ali sur les islamistes


14 Février 2016

Secrétaire d’Etat à l’information au début de l’indépendance, BBY est le fondateur en 1960 de Jeune Afrique dont il ne quittera la direction qu’en 2007 pour la céder à son fils Marwane, qui assure depuis le changement dans la continuité ! Après avoir longtemps défendu les islamistes, moyennant quelques bonnes affaires avec leurs financiers, d’abord en Iran ensuite dans les pays du Golfe, BBY s’en était détaché en attribuant sa prise de conscience à Ben Ali. C’est du moins ce qu’il a affirmé en 2010 dans sa longue interview accordée à son propre journal à l’occasion du 50ème anniversaire de sa fondation. En voici un extrait.


Béchir Ben Yahmed, fondateur et directeur de la rédaction de Jeune Afrique de 1960 à 2007.
Béchir Ben Yahmed, fondateur et directeur de la rédaction de Jeune Afrique de 1960 à 2007.
Jeune Afrique: N’avez-vous pas sous-estimé la force montante des extrémistes islamiste et d’Al-Qaïda ?

Béchir Ben Yahmed: Oui, et le seul qui m’a corrigé là-dessus, c’est le président Ben Ali. Au début j’ai été sensible à leur combat. Avec leur petite internationale, je les ai tout de suite comparés aux communistes. Quand ils venaient me voir à Tunis ou à Paris, ils se déplaçaient toujours par deux, comme les communistes: l’un surveillait l’autre, témoignerait le cas échéant pour ou contre lui. Ils m’ont paru intègres et détachés de l’argent. Cela m’a impressionné, cela m’impressionne toujours.

Jeune Afrique: Et les gens d’Ennahdha?

Béchir Ben Yahmed : Oui, et en un beau jour, en 1990, leur chef, Rached El Ghannouchi, qui avait été interviewé par Hamid Barrada dans les locaux de Jeune Afrique, est venu me voir et m’a dit: «Je veux me réconcilier avec Ben Ali. Pouvez-vous m’aider à organiser ça?» À l’époque il été déjà en l’exil à Paris et à Londres. Il m’a séduit et j’ai accepté de faire quelque chose. J’ai téléphoné de Paris à Ben Ali. Je lui ai dit: «Ghannouchi me dit être prêt au dialogue, est-ce que vous acceptez de le voir?» Il m’a dit: «Je ne veux pas parler de ça au téléphone, venez me voir.» Ce que j’ai fait. Il m’a alors dit: «Si Béchir, vous-vous trompez complètement. Ghannouchi se présente comme un modéré, il veut vous faire croire qu’il est modéré. Mais, il n’y a pas d’islamiste modéré! Cela n’existe pas. Ou ils font semblant d’être modérés, et c’est de la duplicité, ou bien ils le sont, et alors ils se font éliminer.» Et il m’a ouvert les yeux. J’ai constaté par la suite qu’il avait raison sur ce plan. Ben Ali est un connaisseur, un vrai expert en matière d’islamisme.»

Archives de TS. Interview fleuve (13 pages) de Béchir Ben Yahmed à l’occasion du 50ème anniversaire de la revue dont il est le fondateur (Jeune Afrique N°2598-2599, datée du 24 octobre au 6 novembre 2010).


           


1.Posté par Desert Eagle le 14/02/2016 13:50 (depuis mobile)
Fervent lecteur de jeune afrique jusqu''a janvier 2011, je n''oublierais jamais comment ce monsieur qui touchait des millions de dinars annuellement via l''atce pour des pub pour les banques publiques tunisienne, a retourné sa veste!

2.Posté par Desert Eagle le 14/02/2016 13:57 (depuis mobile)
Il a retourné sa veste de la maniere la plus vile, la plus lâche et la plus degueulasse en publiant des photos intimes et privées de la famille élargie de Ben Ali surtout les femmes et les enfants. Je n''ai que du mepris pour cet individu!

3.Posté par Jazzar montassar le 14/02/2016 21:41 (depuis mobile)
Jeune Afrique apparaissait toujours sur le marché tunisien durant l ère de ben Ali et collaborait étroitement avec son régime. Je ne croirai jamais un mot de ces pseudo journalistes qui sont prêts à vendre leur âme au diable pour quelques dollars ou

4.Posté par mohamed le 14/02/2016 22:05
C'est pour cela qu'il a su protéger son pays contre le danger terroriste que l"Algérie avait connu durant toute une décennie sanglant.

5.Posté par saadi le 15/02/2016 12:11

Ben Ali vous a ouvert les yeux ...Oui surtout sur la corruption , un journaliste v... et p.....

6.Posté par Mohamed Chaalala le 27/05/2016 21:17
Je crois que BBY a souvent fait des éloges sur des dictateurs et des corrompus qui payent le plus. Il n'a jamais été du cote' des peuples mais plutôt du cote' de leurs gouvernants. Il a vendu son âme a ces derniers pour une poigne' de dollars. La lettre qu'il a fait sortir pour attaquer un martyr et un leader National , feu Salah Ben Youssef , montre qu'il ne s'attaque qu'a ceux qui ne peuvent pas se défendre. Comparer nos valeureux Moudjahidines aux terroristes de Daech et Ben Youssef au Général Pétain ne relève que de la malhonnêteté.

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter