Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Béji Caïd Essebsi, président et chef de guerre


27 Mars 2015

En lisant cette analyse du Maghreb Confidentiel, plusieurs informations sous-jacentes sont à déduire. Primo, que l’armée a « précipité » la chute de Ben Ali, ce que TS savait depuis longtemps. Le 14 janvier 2011 a été bel et bien un coup d’Etat militaire téléguidé par le Pentagone et exécuté par le général félon Rachid Ammar. Bourguiba et Ben Ali avaient raison de se méfier des militaires. Secundo, que la restructuration des secteurs sensibles de la sûreté et de la défense « est accompagnée par Washington ». Autrement dit, que le commandement suprême de cette armée n’est plus tout à fait au ministère de la Défense mais à l’ambassade des Etats-Unis à Tunis. Tertio, que Béji Caïd Essebsi compte rétablir la direction de la Sûreté de l’Etat au sein du ministère de l’Intérieur, ce qui est une excellente décision. De même que s'entourer de hautes compétences patriotiques comme Rafi Chelly à l'Intérieur et le contre-amiral Kamel Akrout, qui a été écarté par le mercenaire No1 du Qatar Moncef Marzouki, est une décision judicieuse. On rappelle ici que parmi les plus grandes hautes trahisons commises en janvier 2011, et dont la Tunisie subit depuis les conséquences islamo-terroristes, a été la dissolution de cette direction, ainsi que la purge qui avait touché plusieurs hautes compétences et cadres patriotiques du ministère de l’Intérieur. Ceux qui ont commis ce crime contre la Tunisie sont Farhat Rajhi, Sihem Bensedrine, Moncef Marzouki, Mokhtar Trifi, le couple Hammami, le couple Abbou… et d’autres traîtres et mercenaires. Voici maintenant l’article du Maghreb Confidentiel.


L’attentat contre le musée du Bardo, le 18 mars, pousse Béji Caïd Essebsi (BCE) à s’appuyer ouvertement sur l’armée pour contrer le péril djihadiste. Ce choix va chambouler le paysage sécuritaire tunisien.

En ordonnant, au lendemain de l’attaque revendiquée par l’organisation Etat islamique, le déploiement de l’armée pour sécuriser les villes, BCE rompt avec un demi-siècle de défiance. Habib Bourguiba se méfiait des militaires et Zine El-Abidine Ben Ali avait attendu le dernier moment pour les faire sortir de leur caserne, précipitant sa propre chute. La décision de BCE est surtout un désaveu pour le ministère de l’Intérieur, autrefois tout-puissant garant de la sécurité urbaine et bras armé de la présidence.

La montée en puissance de l’armée dans le dispositif antiterroriste avait débuté avant l’arrivée de BCE à Carthage. En première ligne pour réduire les « poches » djihadistes dans les zones rurales (djebel Chaâmbi…), les militaires s’étaient vu offrir leur propre service de renseignements par le gouvernement de Mehdi Jomaä. Cette Agence de renseignements et de la sûreté pour la défense (ARSD) a des prérogatives plus larges que la Direction générale de la sécurité militaire (DGSM), qu’elle remplace, et disposerait déjà d’un centre d’interceptions téléphoniques « Top secret » sur la route Tunis-Bizerte. Cette évolution est accompagnée par Washington, qui n’a jamais autant « cadeauté » l’armée tunisienne : drones ScanEagle dès 2011, caméras infrarouges aéroportées…etc. La commande, officialisée le 17 mars, de huit premiers hélicoptères BlackHawk sur douze prévus, doit accélérer la livraison de ces appareils, attendus à l’origine en 2016.

Mais BCE ne négligera pas totalement le ministère de l’Intérieur. D’après nos sources à Tunis, il prévoit de le doter lui aussi, à terme, d’une agence de renseignement. Cette mission est jusqu’ici éclatée entre plusieurs directions du ministère : DGST (écoutes), DGSS (services spéciaux), DSE (sûreté de l’Etat, dissoute en 2011). A Tunis le 20 mars, le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a déjà fait des offres de services pour aider à structurer cette future institution. Mais pour le président tunisien, l’urgence est de remettre d’aplomb le ministère, saigné par les purges successives, menées depuis 2011.

La dernière, début mars, avait emporté plusieurs de ses pontes, dont le DG de la sûreté nationale, Imed Ghodhbani, et celui de la sécurité publique, Mustapha Ben Amor. Elle avait été ordonnée par…BCE.

L'Etat-Major sécuritaire du président

BCE s'appuie sur une poignée d'hommes pour prendre en main l'appareil sécuritaire. Nommé en janvier, son conseiller défense, le contre-amiral Kamel Akrout, joue le chef d'orchestre en tant qu'ordonnateur des Conseils supérieurs de défense et de sécurité intérieur. Les deux ont été réunis simultanément pour la première fois le 19 mars, afin de pousser policiers et militaires à partager leurs "tuyaux" pour lutter plus efficacement contre le terrorisme. La tâche est d'autant plus urgente que les seconds soupçonnent les premiers d'être infiltrés par les islamistes et d'être à l'origine de "fuites" préjudiciables. Kamel Akrout a dirigé la DGSM (l'ancien service de renseignement de l'armée) avant d'être remercié en 2013 par Moncef Marzouki, alors président.

Au ministère de l'Intérieur, le véritable relais de BCE est le secrétaire d'Etat aux affaires sécuritaires, Rafik Chelly, un sécuritaire historique. Depuis la mise à l'écart d'Imed Ghodhbani, le 3 mars, il assure en parallèle le rôle de directeur général de la sûreté nationale (DGSN), de loin le plus stratégique du ministère. Cet intérim semble appeler à durer. BCE a aussi pris le soin de nommer un nouveau patron des services techniques (DGST, chargée des écoutes), en la personne d'Ezzeddine Khalfi. Enfin, le président a propulsé début mars Taoufik Rahmouni à la tête de l'ARSD, la nouvelle agence de renseignement militaire.    

NBY, source Maghreb Confidentiel No 1149 du 26 mars 2015.


           


1.Posté par rudy le 28/03/2015 04:55
Et R. A. est il toujours réfugié politique en Belgique ?

TS- Il profite de la rançon du Qatar et cultive son jardin à Sayada !

2.Posté par Hannibal Genseric le 28/03/2015 08:52
1) Moncef Marzouki aidait les terroristes grâce à un téléphone satellitaire "indétectable" fourni par le Qatar, mais "détecté" par les Algérien. Crime de haute trahison :

http://numidia-liberum.blogspot.com/2015/02/tunisie-moncef-marzouki-cooperait-avec.html

2) Béji Caïd Essebsi est un suffète moderne::

En septembre 20111, nous écrivions

La fonction qu’a occupée BCE (Béji Caïd Essebsi), durant la période pré-électorale, peut se comparer aux fonctions de ces suffètes puniques, qui, lorsque la patrie est en danger, assurent la conduite de l’état et la sauvegarde des biens et des personnes. Nous lui reconnaissons le titre de sauveur de la patrie, durant la période incertaine que nous avons vécue après le 14 janvier et jusqu’aux élections d’octobre 2011.
Après son départ, tout le monde a constaté la dégringolade vertigineuse de l’autorité de l’Etat, le retour du népotisme et du favoritisme, la montée en flèche de l’insécurité et du chômage, le sommeil profond, quasi comateux, de la police et de la justice face aux exactions salafistes, etc.
Avec BCE, nous avions retrouvé un suffète exceptionnel qui a perpétué une tradition tunisienne vieille de plus de deux mille ans. Les élections du 23 octobre 2011 ont sonné le glas de tous ses efforts. Nous avions voté pour des gens qui devaient rédiger une constitution. Six mois après, ils n’ont pas voté un seul article. Encore une fois, les Tunisiens sont les « dindons de la farce » : nous sommes la risée du monde civilisé et la honte des pays arabes encore libres.

http://numidia-liberum.blogspot.com/2011/09/beji-caid-essebsi-un-suffete-moderne.html

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter