Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Ben Ali, seul chef d’Etat arabe à n’avoir pas collaboré avec la CIA dans la torture


13 Décembre 2014

La publication du rapport du Sénat américain sur les pratiques de la torture par la CIA risque de déranger beaucoup plus certains pays arabes, musulmans ou européens que le gouvernement Obama, qui s’en lave les mains. L’un des rares pays arabes à avoir refusé de collaborer avec la CIA, c’était la Tunisie… de Ben Ali !


Zine Al-Abidine Ben Ali représentant la Tunisie lorsqu'elle était encore souveraine. Derrière lui, Kamel Morjane, ministre des Affaires étrangères, et Abdelwahab Abdallah, conseiller spécial auprès du président.
Zine Al-Abidine Ben Ali représentant la Tunisie lorsqu'elle était encore souveraine. Derrière lui, Kamel Morjane, ministre des Affaires étrangères, et Abdelwahab Abdallah, conseiller spécial auprès du président.
 Selon le rapport de plus de 500 pages sur les «techniques d'interrogatoire poussées» -euphémisme désignant les actes de barbarie comme à la prison d’Abou Ghraib en Irak ou à Guantanamo- qui ont été utilisées par la CIA sur des sites secrets après le 11 Septembre 2001, la commission du renseignement du Sénat, dominée pour quelques semaines encore par les démocrates, replonge l'Agence centrale de renseignement dans la tourmente, en dévoilant au grand jour les détails du système de prisons secrètes mis en place à travers le monde entre la fin de l’année 2001 et 2007.

Ce rapport du Sénat américain sur l'utilisation de la torture par l'Agence Centrale américaine de renseignement (CIA), sous l'administration du criminel de guerre George W. Bush, indique que 14 pays arabes ou musulmans sont impliqués dans la pratique de la torture par différentes méthodes, les unes aussi barbares que les autres. Des pays qui ont servis de sous-traitant de la torture, les contraintes légales du système judiciaire américain empêchant la « première démocratie du monde » de pratiquer elle-même et sur son territoire la torture sur des prisonniers, fussent-ils des terroristes.

Les pays arabes ou musulmans complices de torture

Les pays arabes ou musulmans qui sont directement ou indirectement impliqués dans cette affaire d’Etat d’une gravité extrême sont le Maroc, le Qatar, le Yémen, l’Irak, la Jordanie, l’Egypte, la Libye, l’Algérie, la Mauritanie, les Emirats Arabes Unis, Djibouti, l’Arabie Saoudite, l’Afghanistan et la Turquie. Selon le rapport du Sénat américain, dans le Maghreb, seule la Tunisie avait refusé de collaborer avec la CIA dans la mise à exécution de son programme barbare. Au Moyen-Orient, le rapport cite le Soudan, la Syrie, le sultanat d’Oman et le Koweït, qui n’ont également pas assisté d’aucune manière les agents de la CIA.

Mais le degré d’implication des Etats arabo-musulman diffère d’un pays à l’autre. Il y a ainsi les pays qui ont ouvert des centres secrets de détention et de torture, comme le Maroc, l’Irak, le Qatar, l’Afghanistan et la Turquie. Et d’autres qui ont servis de pays de transit, ou qui ont ouvert leur espace aérien aux vols secrets de la CIA, comme l’Arabie Saoudite, l’Egypte, la Libye, la Mauritanie et la Jordanie.

Les pays européens complices de tortures

Il y aurait en tout 54 gouvernements qui ont contribué d'une façon ou d'une autre au vaste programme d'enlèvements et de tortures mis en place par « la première démocratie du monde », les Etats-Unis d’Amérique. Au sein de l’Union européenne, qui comptait au moment des faits 15 membres, seuls trois pays ont refusé leur concours à cette violation des droits de l’homme et du droit international : le Luxembourg, les Pays-Bas et la France sous la présidence de Jacques Chirac.

Là aussi, l’implication des pays cités diffère d’un pays à l’autre. La Lituanie, la Pologne, la Roumanie, la Croatie… ont ouvert des prisons exclusivement réservées aux suppliciés de la CIA. D’après Le Figaro du 10 décembre 2014, « La Pologne, l'Afghanistan, la Thaïlande, la Roumanie, la Lituanie, entre autres, ont fait partie des États qui avaient accepté d'abriter ces «sites noirs», en échange d'un soutien politique, voire financier ».

L’Allemagne, l’Espagne, la Grèce, Chypre, le Portugal ou la Suède ( !) ont joué un rôle déterminant dans la traque et le transport des personnes qui ont été mises à l’index par la CIA. Curieusement, Israël n’est pas cité !  
   
Plus de 50 pays impliqués

Parmi ces 54 pays, l’on compte l’Albanie, Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Espagne, Danemark, Suède, Grèce, Chypre, Italie, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume-Unis, Azerbaïdjan, Ouzbékistan, Pakistan, Bosnie-Herzégovine, Canada, Croatie, Géorgie, Islande, Indonésie, Lituanie, Macédoine, Malawi, Malaisie, République tchèque, Zimbabwe, Kenya, Afrique du Sud, Somalie, Ethiopie…
  
Selon un autre rapport d’une ONG américaine, les Etats-Unis n'ont enquêté que « de manière limitée » sur les mauvais traitements infligés aux détenus et n'ont engagé aucune poursuite pénale. L'Italie est le seul pays où un tribunal a condamné des responsables pour leur implication dans ces opérations, le Canada est le seul pays à avoir présenté des excuses à une victime, et à avoir comme l'Australie, la Suède et le Royaume-Uni, versé des indemnités de compensation.

Pour le criminel de guerre Dick Cheney, « ce ne sont que des conneries »

Vice-président des Etats-Unis au moment des faits accablants qui ont été révélé dans le rapport publié lundi 8 décembre 2014, relatifs à la pratique de la torture par la CIA, Dick Cheney s'est emporté, mercredi 10 décembre, sur la chaîne Fox News. « Je pense que ce rapport est déplorable. Il me semble très imparfait », a-t-il déclaré, reprochant aux auteurs du document de ne pas avoir « pris la peine d'interroger les personnes clés impliquées dans ce programme ». Interrogé sur différents faits de torture évoqués par le rapport, il a lancé : « Ce rapport est plein de conneries… ! »

A titre posthume, Ben Ali sauve l’honneur des Tunisien

Ben Ali était sans doute un despote non-éclairé qui a refusé l’ouverture démocratique au moment où elle était possible, souhaitable et sans risques majeurs pour la sécurité, la Souveraineté et la stabilité de la Tunisie. Entre 1990 et 1995, au moment du bras de fer entre le gouvernement et les islamistes, sa police a sans doute commis des atteintes graves aux droits de l’homme. L’ancien président avait sans doute laissé faire les Trabelsi, les Matéri, les Chiboub et les Mabrouk dans le pillage de la Tunisie. Sa police de la pensée a incontestablement porté atteinte à la liberté d’expression. Mais, contrairement à la nouvelle « élite » politique postrévolutionnaire, toutes tendances confondues, qui ne prend pas une demie-décision sans consulter le Proconsul américain Jacob Walles, Ben Ali n’était pas un traitre et encore moins un mercenaire soumis aux injonctions de l’administration américaine.

Et il l’a démontré plus d’une fois. Au moment de la première guerre du Golfe (1990- 1991), lorsqu'il s'est rangé du côté de l'Irak, contrairement à l'ensemble des autres pays arabes. Au moment de la seconde guerre du Golfe (2003), qui était en réalité une croisade impérialiste et colonialiste menée par l’Empire anglo-américain pour détruire l’Irak, procéder à sa partition et s’accaparer son pétrole. Lorsqu’il a enfreint au blocus imposé à la Libye. Lorsqu’il a refusé en 2008 d’abriter une base de l’Africom. Lorsqu’il a pris fait et cause pour un Etat palestinien indépendant...Et lorsque, à l’inverse de la majorité des chefs d’Etats arabes ou musulmans, il a dit non à toutes sous-traitances de la torture pour le compte de la CIA.

On peut comprendre maintenant pourquoi la Tunisie a été la première cible du « printemps arabe » et pourquoi la CIA et le Pentagone ont mené contre le général Zine Al-Abidine Ben Ali un coup d’Etat sécuritaire et militaire, un certain 14 janvier 2011. 

Nebil Ben Yahmed   

Articles presse anglophone :
http://www.huffingtonpost.com/2014/12/09/cia-torture-countries_n_6297832.html
http://www.middleeasteye.net/news/how-did-arab-states-involved-cia-torture-330269922
 

Comment la soldatesque américaine respectait les droits de l'homme dans la prison d'Abou Ghraib.
Comment la soldatesque américaine respectait les droits de l'homme dans la prison d'Abou Ghraib.

Les suppliciés de Guantanamo, traités comme des animaux par les instigateurs du "printemps arabe" au nom des droits de l'homme.
Les suppliciés de Guantanamo, traités comme des animaux par les instigateurs du "printemps arabe" au nom des droits de l'homme.


           


1.Posté par kimdee le 13/12/2014 01:51
je me rappelle d'un article écrit il y a 2 ou 3 ans de cela, un témoin de tortures faites à bizerte disait-il justement sous les ordres de la cia et/ou par la cia. était-ce un mensonge alors?
Israel n'est jamais cité. car Israel est l'ultime tireur de ficelles! tous les chemins ne mènent plus à rome mais bel et bien vers Israel.
ben ali auraît dû divorcer, cela aurait pu finir mieux cette histoire - ou pas puisque les traitres n'ont qu'attendus leurs chances.

2.Posté par NoName le 13/12/2014 06:24
Certes, votre article est objectif ,surtout dans la lecture des faits. Ben Ali a refusé un certain jour en 2006 de céder le pétrole tunisien découvert dans la zone de Skhirra au pillage intensif de la part des PetroDallars. Mais dire que 14 janvier etait un coup d'état programmé par la CIA et compagnie est un opinion dépourvu de réalité. Pensez à cette période et au trouble qui a semé l'administration américaine et la française, évidemment. Notre 14 est un bel hasard de plusieurs facteurs qui nous donne encore,même à ce jour de l'écriture de ce commentaire, une lumiére d'espoir en un avenir meilleur. A bas Ben Ali, et les politiciens et tous les pseudo RJEL de Tounes et qui vont le regretter un jour.

3.Posté par Léon le 13/12/2014 10:33
Le peuple d'imbéciles n'a pas remarqué que le LEADER des opposants à la première guerre du Glofe en 90, celui que Yasser ARAFAT appelait ZEIN AL ARAB, ne peut et ne pourra JAMAIS être un pion des états unis et de la cia.
Celui qui a accepté l'embargo fait contre son pays pour respecter le choix du peuple, à savoir de s'opposer mordicus à l'intervention sioniste américaine en Irak.
Celui qui a nargué ces puissances et leur embargo en faisant de son pays le premier pays arabe sorti du sous-développement économique et intellectuel.
Celui qui vous a donné une leçon de Dignité en refusant de jouer le jeu sioniste et en vous laissant un pays Libre de toute colonisation, car c'est la premier Qaçam d'un chef d'état.
Vous le regretterez bientôt à vous en conchier les tripes.
VIVE BEN ALI, VIVE LA TUNISIE LIBRE.
MORT AUX TRAITRES! (mais dans ce cas il ne restera pas grand monde dans le bled).
Léon.
VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

4.Posté par algerien le 13/12/2014 10:53
les dernières années de ben Ali ont été terni par la prise de pouvoir de sa femme et la famille trabelsi,profitant de sa fragilité du a son age avancée....comme ont le sais dés qu'on devient vieux c'est la femme qui prend le pouvoir ....sans aucune misogynie bien sur...:)

5.Posté par Chedley Aouriri le 13/12/2014 11:10
Cet article un peu decevant. La realite est qu'iIl y a des Tunisiens encarceres a Gitmo que l'administration d'Obama voulait liberer et renvoyer en Tunisie. Ces Tunisiens ont refuse le retour en Tunisie. Lorsque leur avocat leur a demande pourquoi, ils ont repondu que, connaissant la torture de la police de BenAli, ils preferaient Guantanamo......A mediter!!

6.Posté par hamadi khammar le 13/12/2014 16:58
Au fait, et quant à la prise de pouvoir par "la femme", leïla (pour laquelle je n'ai, du reste, aucune sympathie), ne vous rappelle-t-elle pas une certaine "aïcha" qui en a fait des siennes, après la mort du Prophète ? ne pensez-vous pas que certains pays "musulmans" sont en train d'en supporter le coup, par chiisme, interposé ??? Pour en revenir aux fameux "nsèb", qu'y a-t-il de changer entre "él aqraboun awlabél ma3rouf", les trabelsi en l'occurence, "belle"-famille de ben ali, et d'autres, les dénommés : abu bakr, othman, omar, ali, gendres et "beaux"-pères dy Prophète, pour peu que nul ne les ai chargés d'un quelconque "califat".......... hamadi khammar

7.Posté par vraipatriote le 13/12/2014 18:05
peut être l'un des seuls mais sûrement pas le seul. puisque bachar el assad et abdelaziz bouteflika, dirigeants insoumis et souverrains n'ont jamais participés avec les amerloques dans quoi que ce soit.

8.Posté par vraipatriote le 13/12/2014 18:09
Les Russes dénoncent la présence d’une prison secrète américaine au Maroc
Cette fois-ci, ce sont les Russes qui l’affirment. Dans un rapport circonstancié établi par le ministère russe des affaires étrangères et traitant des droits de l’homme dans le pays, zaâma le plus démocratique ade la planète, les Etats-Unis, les ex-tovarich (camarades) révèlent que la CIA, l’agence américaine de renseignements, possède une prison secrète au Maroc.
Dans ce document virulent qui accable les Etats-Unis et qui a été présenté au parlement russe (la Douma), il est signalé que cette prison se trouve à 25 kilomètres de Rabat, qu’elle a été « bâtie à l’intérieur d’une colline boisée, non loin du village d’Aïn Aouda« .
Selon des sources qui ont lu ce rapport, il s’agirait « d’un long bâtiment de trois étages ceint d’une quinzaine de maisons cubiques ». C’est là où sont cuisinés les marocains suspectés de terrorisme, ainsi que les hôtes étrangers livrés par la CIA à la DST.
Car, cette prison secrète n’est autre que le siège central de la DST, la police politique marocaine, qui avait ses quartiers à Témara, et qui a été depuis vidée après que des photos par satellite ne révèlent l’emplacement géographique de cet endroit de sinistre mémoire où ont été torturés des centaines, voire des milliers de Marocains et d’étrangers, dont le plus connu est le champion du monde boxe thaïe Zakaria Moumni.
Zakaria Moumni n’est ni un « islamiste » ni un « indépendantiste sahraoui », c’est juste un sportif de haut niveau qui avait exigé à l’entourage de Mohamed VI, le secrétaire particulier du roi, Mohamed Mounir Majidi pour ne pas le citer, le droit, comme le stipule la loi, de bénéficier d’un poste de conseiller au ministère de la jeunesse et des sports. Pour avoir trop exigé, on l’a envoyé au goulag de la DST à Témara.
Mais, selon le ministère russe des affaires étrangères, il n’y a pas que Aïd Aouda qui sert de prison secrète aux Américains. La très imposante base militaire de Beni Guerir, qu’on peut facilement voir à gauche, 70 kilomètres avant d’arriver à Marrakech venant de Casablanca, sert aussi de lieu de torture pour nos hôtes étrangers. La plupart de ces invités gardent une rancune tenace envers le Maroc, un pays qu’ils ne connaissaient même pas avant d’être torturés par des agents marocains pour le compte de l’Oncle Sam.
On comprend mieux maintenant pourquoi à chaque fois qu’elle vient au Maroc, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton trouve que nous sommes un pays formidable.
http://www.demainonline.com/2012/10/27/les-russes-denoncent-la-presence-dune-prison-secrete-americaine-au-maroc/

9.Posté par kamel le 14/12/2014 11:05
hahaha! BIEN SUR BEN ALI EXCELLAIT en la matière et n'avait pas besoin de collaborer directement! et encore reste à vérifier, On va nous faire avaler que Ben Ali aurait osé désobeir à ses maitres???!!! c'est pas fini de nous prendre pour des idiots ainsi?? non mais puis quoi encore c'est quoi ce magazine de propagande benalienne !!!!! pauvre tunisie et pauvres tunisiens ! Faites rentrer votre dictateur inculte aux pratiques mafieuses tout autant que tortures et exactions surtout matchées avec celles de sa belle trabelsia. Cet article est une belle propaganda. C'est peut etre maitre Akram Azouri grassement payé par l'argent volé aux tunisiens qui a réglé la note!! En espérant que mon commentaire ne soit pas censuré, comme les nouvelles pratiques de TS :). En attendant voici quelques petites infos pour nous rafraichir la mémoire sur les vols de la famille, pour la torture les dossiers qui n'ont pas pu etre détruit par le ministère de l'intérieur et Mohamed Ghanouchi au lendemain du 14 janvier, en témoignent encore....

TS- Nous avons supprimé votre lien parce qu'on refuse de relayer la propagande de certaines TV étrangères qui ont déjà bien rempli leur mission en janvier 2011.

10.Posté par kamel le 14/12/2014 17:59
a quand l'arrêt de votre censure de commentaires ou il n'y a aucun propos injurieux mais uniquement des faits et des dénonciations et un avis autre que le votre?? Merci TS, vous n'en serez que plus crédibles messieurs les modérateurs !!!!

11.Posté par Tania le 18/12/2014 13:31
"Au Moyen-Orient, le rapport cite le Soudan, la Syrie, le sultanat d’Oman et le Koweït, qui n’ont également pas assisté d’aucune manière les agents de la CIA". Excusez moi, mais le Soudan se situe en Afrique et non pas considéré comme un état du proche orient. "Com8 vraipatriote", je ne comprend pas ou tu veux en venir, car la DST est un ancien service de renseignement français qui a fusionné avec les RG, pour donner la DCRI et actuelle DGSI. A moins que tu ne veuilles parler des services marocain qui eux ce nomme Makhzen.

12.Posté par kamel le 19/12/2014 08:59
bonjour les censeurs patentés de TS. J'étais sure que vous n'alliez pas publier mon commentaire. et qu'en sera t il pour celui ci??? dommage que vous vous discréditiez à ce point! les censeurs sont des laches et des peureux comme tous les dictateurs grands ou petits comme le ben ali.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter