Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Bernard de La Villardière attaque Tunisie-Secret


19 Octobre 2014

Nous n’avons pas été les seuls à dénoncer l’enquête très exclusive de M6. L’ensemble des sites d’information et de la presse écrite tunisienne ont violemment critiqué le contenu et le timing de cette émission, mais nous sommes les seuls que Bernard de La Villardière a ciblé pour se justifier. Notre article a été pourtant d’une objectivité irréprochable et si certains commentaires ont été excessifs et même injustes à son égard, ils n’engagent que leurs auteurs.


Bernard de La Villardière, présentateur vedette de l'émission "Enquête Exclusive" sur M6.
Bernard de La Villardière, présentateur vedette de l'émission "Enquête Exclusive" sur M6.
Le moins qu’on puisse dire est que la dernière «Enquête Exclusive » de Bernard de La Villardière –qui sera rediffusée ce soir- n’a pas atteint le but escompté par certains spécialistes en communication et marketing politique. C’est plutôt le contraire qui s’est produit, puisque les Tunisiens qu’on a voulu manipuler ont quasi-unanimement dénoncé cette opération bien trop exclusive pour être suffisamment honnête.

Deux jours après la diffusion de cette émission, le dimanche 12 octobre 2014 sur M6, son présentateur a tweeté notre article « Contre-enquête exclusive : pour qui roule le journaliste de M6, Bernard de La Villardière ? », avec ce commentaire ironique : «J’ai été démasqué !! Agent de Ben Ali puis de Marzouki ». Il l’a par la suite (le 15 octobre) partagé sur son compte facebook, avec ce commentaire : « J'ai mis en ligne cet article plein d'approximations et de contre-vérités imaginant que cela suffisait à discréditer son auteur et ceux qui depuis des jours me diffament pour mieux disqualifier le contenu du reportage d'EE ! Je constate au vu des réactions que cela ne suffit pas. Je les invite donc à regarder ce soir la rediffusion du numéro sur l'argent caché des Ben Ali ! »

Si notre article a été supprimé de sa page depuis, Bernard de La Villardière a enfin, aujourd’hui 19 octobre 2014, jugé utile de répondre à l’ensemble des médias et des internautes qui l’ont violemment critiqué, en ciblant exclusivement Tunisie-Secret et Le Huffington Post.

La charge de Bernard de La Villardière contre Tunisie-Secret

Voici ce que Bernard de La Villardière a écrit aujourd'hui 19 octobre 2014 sur sa page facebook : « Que répondre au flot d'injures ? Pas grand chose car tout ce qui est excessif est vain. On peut regretter que les réseaux sociaux ne soient pas pourvus de tout à l'égout ! J'ai choisi de laisser libre cours aux commentaires jusqu'à présent car ils sont en eux-mêmes le symptôme d'une maladie congénitale des pays ayant connu des régimes autoritaires. Leurs valets serviles - et notamment certains journalistes - dont mon "confrère" de Tunisie-Secret - pensent que tous les autres sont comme eux achetés ou vendus. Leur campagne renvoie aux méthodes employées dans les bonnes vieilles dictatures pour disqualifier une information ou une enquête qui gêne : on s'attaque à l'émetteur du message quand on ne peut disqualifier le message lui-même. Et que dire de la violence des ces attaques qui n'ont que l'injure comme argument principal. Quant à la fameuse liste noire, les tunisiens savent bien qu'elle n'a aucune crédibilité ! J'attends avec impatience que l'on apporte la preuve de ma "collusion" avec le régime de Monsieur Ben Ali. Enfin une mention spéciale à Lauren Provost du Huf'Post qui a reproduit ses insanités sans prendre la peine de me donner la parole. Dommage que le site d'Anne Sinclair ne soit pas plus à cheval sur les règles déontologiques de base. Merci à ceux qui m'ont envoyé des messages de soutien et rendez-vous ce soir pour la rediffusion d'EE sur la Tunisie sur M6 ! »

Sur la propre page facebook de Bernard de La Villardière, Ammouna Ben Ammar, une internaute tunisienne, lui a répondu : « Vous parlez de crédibilité ? Laquelle ? Si vous n'avez même pas eu le soin de vérifier les sources de vos informations. Vous nous avez sorti des hommes d'affaires corrompus qui se la jouent victimes, des cybers collabos (Lina Ben Mhenni) qui ne savent même pas placer une phrase complète et compréhensible, un président qui n'a pas été élu par son peuple et l'avez aidé dans sa campagne électorale. De quelle crédibilité parlez-vous ? J'ai toujours attendu vos enquêtes avec impatience mais après celle de la Tunisie, je deviens méfiante. Vos informations sont biaisées par leurs sources qui n'ont aucune crédibilité. Sinon défier un peuple qui a su très bien vous accueillir mais que vous avez poignardé avec cette image non représentative du pays, montre bien votre niveau ! Rediffusez là autant que vous le souhaitez mais sachez que vous avez pris un sale coup bien mérité : Un journaliste VS un peuple de plus de 3000 ans d'histoire, un défi perdu d'avance ! »

Vous avez votre éthique et nous avons la nôtre

Dans l’article que nous lui avons consacré, à aucun moment nous n’avons jeté l’opprobre sur Bernard de La Villardière. Nous n’avons fait que dénoncer une opération manifeste de marketing politique en faveur d’un Moncef Marzouki qui a usurpé la fonction présidentielle, et d’un parti islamiste qui s’est approprié les bénéfices de la « révolution du jasmin » pour réaliser, de façon graduelle et machiavélique, son projet théocratique et totalitaire.

En agissant ainsi, nous avons voulu également alerter l’opinion publique tunisienne sur les tentatives de manipulation et de désinformation que nous avons déjà vues en janvier 2011 et dont les Tunisiens n’ont pas fini de subir les conséquences et d’en payer le prix. Nous avons voulu signifier à certains journalistes français que l’ère du paternalisme, du droit-de-l’hommisme et du « révolutionnisme » parisien est révolue. Si vous aimez la révolution, faites-là chez vous Messieurs les journalistes. Vous en avez tous les ingrédients : le chômage, la misère sociale et la corruption, les trois causes qui ont fait tomber le régime de Ben Ali.

Non Monsieur de La Villardière, nous ne sommes pas « les valets serviles » des « régimes autoritaire », mais les vaillants soldats de la liberté et de la démocratie en Tunisie. Si nous avons pris fait et cause pour certains anciens ministres et hauts cadres de l’ancien régime, parce que la Tunisie leur doit beaucoup depuis 1956, nous n’avons pas pour autant épargné ceux qui ont contribué à sa destruction, notamment un Ben Ali sous l’emprise totale de son épouse et sous l’influence pernicieuse des corrompus et des mafieux, notamment les Materi, les Chiboub, les Trabelsi et les Mabrouk.

Quant à la fameuse liste noire, ce n’est pas Tunisie-Secret qui vous y a inscrit, mais le « président » usurpateur dont vous avez essayé de polir l’image et d’en faire la promotion en pleine campagne électorale. Contrairement à d’autres médias tunisiens qui parlent de millions d’euros, ainsi que de payeurs et de bénéficiaires, Tunisie-Secret n’a fait aucune allusion de ce genre. Pour nous, vous êtes responsable mais aucunement coupable. On vous rejoint tout à fait lorsque vous regrettez que « les réseaux sociaux ne soient pas pourvus de tout à l'égout ! » Et pour cause : ce sont ces réseaux sociaux qui ont détruit un pays qui était économiquement prospère, socialement paisible malgré quelques injustices sociales, et politiquement stable nonobstant l'autoritarisme. La Tunisie ne souffrait que des agissements et de la boulimie d’un ramassis de corrompus sans foi ni loi, dont "Enquête Exclusive" n'a pas eu tort d'en rappeler les faits, les forfaits et les méfaits.

Tunisie-Secret ne manque pas d’éléments pour rendre un peu plus intelligible la décision de M6 de diffuser son « Enquête exclusive » moins de deux semaines avant les élections législatives et présidentielles tunisiennes. Mais nous avons mieux à faire, d’autant plus que certains médias, notamment, Le Canard Enchainé, Mediapart ou Libération ont mis leurs meilleurs journalistes sur ce dossier. Les quatre confrères qui nous ont contactés, dont on ne citera pas les noms et qui sont à l’affût du moindre détail pour « flinguer » Bernard de La Villardière ont compris que Tunisie-Secret ne mange pas de ce pain. Les règlements de compte entre « confrères », basés sur la jalousie et l’envie, ne nous intéressent guère parce que nous avons notre propre conception de l'éthique et de la déontologie professionnelle.

Et si certains commentaires sur la page facebook de Tunisie-Secret ont pu échapper à la vigilance de notre admin bénévole, nous ferons mieux dès que les puissants qui nous ont « acheté » auront fait preuve de générosité pour que nous puissions recruter à plein temps cinq admins, à l’instar de Mediapart et du Huffington Post !

Karim Zmerli et Nebil Ben Yahmed

La page facebook de Bernard de La Villardière :
https://www.facebook.com/pages/Bernard-De-La-Villardiere/192583130787628
 




A lire aussi :
Bernard de La Villardière en mission de vernissage auprès du caniche des Frères musulmans en Tunisie.

Contre-enquête exclusive : pour qui roule le journaliste de M6, Bernard de La Villardière ?

Actualités

Même si beaucoup de tunisiens s’en doutaient, « Le Trésor caché du dictateur » diffusé dimanche sur M6 devait être une enquête objective et surtout politiquement neutre. Le public tunisien a eu droit...


           


1.Posté par ghanouchi.m le 20/10/2014 13:19
De plus en plus décevant Mr de la villardiere. Il persiste et signe et il fait tout ce qu'il ne faut surtout pas faire. Ce reportage dans enquêtes exclusives est trop criard et il fait, sans nul doute l'apologie de notre tartour national ainsi que des islamistes qui ont usurpé le pouvoir en Tunisie. Je regardais avec beaucoup d'intérêt la chaine M6 et particulierement enquêtes exclusives, mais avec cette derniere émission, je suis déçu et me tournerai désormais vers d'autres chaines télévisées en langue française. Le sort qui attend M6 en Tunisie et dans le monde francophone est semblable à celui d'el jazeera aprés ces révolutions de la honte qui ont détruit le monde arabe.
Continuez à diffuser ces émissions Mr de la villardieres, vous êtes libre de le faire, mais les téléspectateurs jugeront et en fin de compte c'est vous qui perdrez de votre crédibilité.

2.Posté par sahab le 20/10/2014 14:38
Tunisie-secret, un repère de nostalgiques de Ben Ali et de laicards fanatiques. Ce site, ainsi que tous les laicards minoritaires en Tunisie mais très actifs sur le net, ont la haine et cherchent à trouver des bouc-émissaires à leur défaite totalement prévisible aux élections, puisque Ennahda va encore gagné, le peuple étant avec eux. Alors on cherche des excuses, après avoir été la faute de Qatar, des USA, des sionistes, des OVNIS, des reptiliens, voici maintenant que c'est à cause de M6 que les laics vont perdre à plate couture. LOOL. Bande de looser. Vive la Tunisie islamique !

3.Posté par kimdee le 21/10/2014 01:40
@sahab:
vous vouliez dire: vive la tunisie pourrie par les vendeurs islamo-sionistes!

4.Posté par gladys le 24/10/2014 03:42
LES SURVEILLANTS AUX URNES ONT RECU UN JOLI CARTON A MONTRE AUX VOTANT
LISTE 15?
Qui est derrière, se serait pas des élections truquées de la part d un parti disant vouloir ne pas se représenter?
PAUVRE TUNISIE. ..
QUAND TU VOIS AUX BARRAGE DES ARMES DE PAINTBALL, J AI AUTANT ENVIE DE PLEURER DE VOIR LES JEUNES NON SCOLARISES ET L EAU COLOREE AU REPAS
SVP. VOUS LE PEUPLE QU ON AIME SOYEZ DES HANNIBAL.....REDRESSEZ VOUS LES MIRACLES C EST LE DIEU UNIQUE QUI LES OFFRE À SES AUXILIAIRES
là c est du bon sens politique. Voyez le programme les moyens et croyez pas aux mirages, votre génération est perdue pensez la suivante la tête haute. Et pas de fmi ou autres prennez exemple des sud américains qui ont en eu marre...
je vous aime et vous pleure

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter