Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Bouazizi, un « clochard » devenu icône nationale


15 Décembre 2013

De la gifle qu’il n’a jamais reçue au niveau Bac plus 4 qu’il n’a jamais eu, tout était faux dans l’histoire de ce « clochard », selon l’expression même de Farhat Rajhi, devenu icône nationale et célébrité mondiale. Avec celle qui a visé auparavant l'Irak, jamais intox n’a été aussi puissance, aussi trompeuse et aussi destructrice des Etats-Nations. Cette désinformation, qui est une arme de guerre, a été l’œuvre des services américains, exécutée par un ramassis de cybers-collabos tunisiens à l’intérieur du pays et à l’étranger. Trois ans après l’anéantissement de la Tunisie, retour sur l’icône « nationale » qui a détruit la Nation.


Bouazizi, un « clochard » devenu icône nationale
Dans deux jours, il y aura peut-être encore quelques Tunisiens à célébrer le troisième anniversaire de l’immolation de Tarek Bouazizi (c’est sa vraie identité), qui a mis le feu à la Tunisie et dont l’incendie dévastateur s’est propagé à la Libye, à l’Egypte, au Yémen et à la Syrie. C’est l’occasion de revenir sur cette manipulation de masse qui a détruit la Tunisie et dont nos compatriotes n’ont pas fin de payer le prix, car le pire est encore à venir.

Comme nous l’avons écrit plusieurs fois dès 2011, Bouazizi ne s’est jamais appelé Mohamed mais Tarek. Il n’a jamais été un bac plus quatre mais un bac moins deux. Il n’appartenait pas à une famille extrêmement pauvre de Sidi Bouzid mais à une famille moyenne, comme 50% des Tunisiens, les pauvres, les vrais pauvres, représentants 17% de la population tunisienne. Il ne faisait pas le marchand ambulant pour nourrir sa famille mais pour se saouler tous les soirs avec des rebuts comme lui. Après chaque beuverie, il battait sa mère Mannoubia, que rien n’intéressait plus que l’argent et avec laquelle il avait un compte psychologique à régler : après le décès de son mari Taïeb avec lequel elle a eu trois enfants dont Tarek, elle a épousé son beau-frère, c’est-à-dire l’oncle paternel de Tarek, avec lequel elle a eu quatre autres enfants.

Le 17 décembre 2010, Fayda Hamdi (47 ans), une agente municipale Bac plus trois et ex-secrétaire au gouvernorat de Sidi Bouzid rétrogradée pour laisser son poste à un candidat pistonné, contrôle Tarek Bouazizi, qui est un marchand de légumes ambulants et sans patente. « Tu dois faire comme tous les marchands ici, obtenir une autorisation pour exercer en toute légalité », lui dit-elle. Vulgaire et violent, celui-ci lui répond, « Vas te faire… » ! Elle fait alors semblant de lui confisquer sa balance et lui rétorque, « avec quoi tu vas peser maintenant ? » Toujours violent et menaçant, il lui répond : « avec tes seins de pu… ».

Fayda Hamdi raconte : « Je lui ai dit de partir. Il a commencé à crier. Il m'a bousculée. J'ai voulu confisquer sa balance et sa marchandise. Il a résisté, me blessant à la main. Il m'a insultée, dit de très gros mots. Il a essayé d'arracher les épaulettes de mon uniforme. Des renforts sont arrivés… ». C’est  alors que tout le matériel de cet ivrogne a été confisqué par d’autres agents municipaux arrivés à la rescousse. Après une soûlerie de trois heures, Tarek Bouazizi se rend au gouvernorat où personne n’a voulu le recevoir. Moins d’une heure plus tard, il s’immole par le feu devant le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid.

C’est à partir de cet instant que la machine de désinformation et de propagande s’est mise en branle. En relation directe avec des officines étrangères (américaines et européennes), un ramassis de cybers-collabos va créer une fiction tragique qui ne laissera pas indifférent la jeunesse tunisienne : l’histoire de « Mohamed » Bouazizi, un jeune chômeur bac plus quatre, humilié et giflé par une policière de Ben Ali. Le soir même, la chaîne de télévision islamo-sioniste, Al-Jazeera, relayait en boucle cette fiction tragique. Parmi ce ramassis de cybers-collabos initiés aux méthodes de l’organisation serbe OTPOR, une officine de la CIA, et financièrement soutenu par Freedom House, il y avait ceux qui étaient parfaitement conscients de travailler pour des puissances étrangères et ceux qui suivaient comme des moutons. Ces cybers-collabos sont connu de tous et il n’est pas nécessaire de rappeler ici leurs noms.

Six mois après la mort de Tarek Bouazizi, le mythe va commencer à se fissurer. Dans un article de Christophe Ayad titré « La révolution de la gifle », paru dans Libération le 11 juin 2011, Lamine Bouazizi, un syndicaliste de Sidi Bouzid, va avouer qu’en « fait, on a tout inventé moins d'une heure après sa mort. On a dit qu'il était diplômé chômeur pour toucher ce public, alors qu'il n'avait que le niveau bac et travaillait comme marchand des quatre-saisons. Pour faire bouger ceux qui ne sont pas éduqués, on a inventé la claque de Fayda Hamdi. Ici, c'est une région rurale et traditionnelle, ça choque les gens ». Ce syndicaliste oublie seulement de dire que cette opération de désinformation n’était pas un produit du terroir mais venait d’Outre-Atlantique !

Ce syndicaliste vendu à l’ambassade des Etats-Unis à Tunis et en contact permanent avec la cellule noire d’Al-Jazeera, n’avait plus le choix que d’avouer une partie de la vérité. Le 19 avril 2011, après quatre mois de détention à la prison de Gafsa, le tribunal de première instance de Sidi Bouzid ordonne un non lieu qui innocente totalement Fayda Hamdi. Le premier à écrire sur « Cette gifle qui n’a jamais eu lieu » est le professeur Abdelhamid Larguèche, dans le journal en ligne Leaders du 25 mai 2011. Ce fut ensuite l’article de Christophe Ayad, que nous venons de mentionner. Le coup de grâce viendra de Mohamed Amine Mankaï, avec son article « Tunisie, grandeur et décadence de Mohamed Bouazizi », publié par Kapitalis le 23 juin 2011 et dans lequel il cite Farhat Rajhi, l’éphémère ministre de l’Intérieur après la chute du régime : « Mohamed Bouazizi est un clochard, un moins que rien, le genre de type à éviter quand tu te promènes avec ta femme ou ta sœur dans la rue » !

Ainsi, en quelques mois, celui que Héla Béji avait élevé à la dignité de « Saint Bouazizi » (Le Nouvel Observateur du 10 janvier 2011), Farhat Rajhi le rabaissait à l’indignité de « clochard et de moins que rien ». La chute de la côte de Tarek Bouazizi à la bourse du « printemps arabe » n’a pas empêché Bertrand Delanoë, sous la pression des communistes et des écologistes, d’attribuer le nom de cet individu à une place parisienne, au moment même où la plaque honorant sa mémoire dans sa ville natale même, Sidi Bouzid, était détruite par les enfants du pays, des diplômés au chômage, des gens humbles, des personnes honnêtes et dignes, malgré la pauvreté et l’injustice sociale.

Tarek Bouazizi n’était pour rien dans la destruction de la Tunisie. Ce jeune paumé et ivrogne, comme il y en a des milliers en Tunisie, n’a pas prémédité son acte suicidaire, encore moins la déstabilisation, l’occupation et l’islamisation de la Tunisie. Ceux qui en assument la responsabilité devant l’Histoire sont le ramassis de cybers-collabos activés par la CIA, sous le parapluie d’Alec Ross, le conseiller spécial d’Hillary Clinton, et Jared Cohen, l’organisateur de l’Alliance for Youth Movement (AYM), qui s’est tenue en décembre 2008 à Washington et qui a réunie tous les petits rats tunisiens, égyptiens, libyens, yéménites, syriens, algériens, du futur « printemps arabe » (voir lien ci-dessous). Ceux qui en assument la responsabilité devant l’Histoire c’est également l’armée virtuelle (facebook et tweeter) de renégats involontaires qui ont été trompés par les cybers-collabos et qui ont été galvanisés par la télévision islamo-sioniste, Al-Jazeera.  

Karim Zmerli

Le printemps arabe-sponsorise par washington et les reseaux sociaux
 


           


1.Posté par حواسّة le 16/12/2013 08:46
"انّ الله لينصر هذا الدين بالرّجل الفاجر"

2.Posté par Chakroun Lotfi le 16/12/2013 12:43
Ce que tu racontes est peut être vrai. Là où je ne vous suis pas c'est quand vous dites que les responsables de ce qui est arrivé en Tunisie c'est la CIA et les internautes. Je pense que le premier grand responsable de tout ce merdier c'est Le régime de Ben Ali et ses acolytes. Évidemment ceux qui font de la désinformation ont aussi leur part de responsabilité. J'estime que vous même en publiant cet article et en omettant d'imputer la moindre responsabilité au pouvoir de Ben Ali, vous n'êtes pas meilleur. Vous faites aussi de l'intox.

3.Posté par Karim le 16/12/2013 14:18
Une antithèse subjective aussi loin de la vérité que la thèse elle même, attendons une synthèse réfléchie beaucoup plus objective, une synthèse qui ne viendra pas demain.

4.Posté par habib le 16/12/2013 22:18
مهما كانت اسباب سقوط الأنظمة فإن الثابت في مسارها أنها كانت آيلة إلى السقوط
لقد فقد الناس الثقة فيها.و سئمت الجيوش وا وقوات لأمن دعمها رغما عن الشعوب.وقد فقدت الأنظمة دعم الأحزاب السياسية التي قامت عليها ، لانها تحولت إلى احزاب لخدمة الشخص الواحد وعائلته. أما الآخرون فق تحولوا إلى ديكور سخيف.
لقد تحولت الإدارة إلى آلة بطيئة ضعيفة الأداء وعاجزة عن الإصلاح و التطور.لقد اصبحت قطاعات الإنتاج مغلقة اللهم إلى لعائلات الرؤساء .
لقد اصبحت المؤسسة إنتهازية تلهث وراء الحوافز التي تعطيها الدولة و تتفصى من أداء الواجب الجبائي.
سيدي لقد كانت الشعوب تنتظر الإنفجار . أي إنفجار. فقط نحن لم نفهم الرسالة
وكان الأجانب يعرفون عنا (ولا يزالون) أكر مما نعرف عن أنفسنا ولذلك سيروها كما يريدون .وسيسيروننا لأننا سرعان ما نعطيهم كل شيء حتى ورقة التوت

5.Posté par laskri le 17/12/2013 00:53
A ce qu'il parait avant de s'immoler par le feu etait ivre mort et avait pris beaucoup de cachets pour ne pas sentir le feu.et declancher le Tsunami qu'on connait

6.Posté par Ridha Zgolli le 17/12/2013 07:35
cette COMMÉMORATION du 17 decembre servira au moins pour rappeler ; الي هالثورة مبنية على راس كلب

7.Posté par MOUNIR le 17/12/2013 09:24
Beaucoup ne se doutent pas un instant que cette pseudo révolution n'est que l'oeuvre satanique et démoniaque des américains .Ils étaient bel et bien impliqués là dedans en se servant de leur savoir faire hollywoodien et en comptant bien sur sur les traîtres et acolytes dont regorge la "nation" arabe.Une fois la mission accomplie avec succès , les américains ne se sont pas empêchés de signer leur victoire avec des applaudissements voulant dire MISSION ACCOMPLIE et maintenant le monde arabe est à nous.

8.Posté par Martine Costa le 17/12/2013 14:08
Ah enfin, on réalise les affabulations d'une partie du peuple! L'imposture!
Bouazizi, n'est pas le seul tunisien à être à côté de ses pompes!l Il fait partie de 70% des jeunes à s'alcooliser tous les weekends du jeudi soir au dimanche! de ceux qui une fois leur maigre paie dans la poche, s'en vont au bar du coin en dépenser 60% en une soirée! Et que dire de cette analyse de l'Association des Médecins en psychiatrie de Tunis, qui révèle que 40% de la population tunisienne et principalement les jeunes, qui souffriraient de troubles psys! De même que l'oppression que vivent certains, ne vient pas toujours du gouvernement, le noyau familial est souvent pire!
Que l'on pleure un jeune qui se donne la mort, soit, mais que l'on en fasse un exemple pour la nation, non! Combien de jeunes ont suivi son exemple? Il y a eu une recrudescence d'immolation en 2011 et j'ai souvent posté que c'est la pire des morts et que l'on expire dans dans de terribles souffrances!
Et j'écris à nouveau, qu'il faudra au moins 2 générations pour goûté au délicieux fruit de la démocratie! (reste à savoir si sur deux générations, tout le monde sera d'accord, pour avancer dans ce sens... c'est pas gagné!

9.Posté par Ghazi le 17/12/2013 14:53
ce gars ne représentera jamais la Tunisie et ne représentera jamais la révolution tunisiennes ce n'est pas une fierté encore moins une icône national
cet homme la va périr au fin fond de l'enfer ...

10.Posté par hamadi Zouiten le 17/12/2013 16:12
tres bon

11.Posté par kamel le 17/12/2013 18:52
Seul un régime impopulaire peut être aussi facile à déstabiliser.

12.Posté par Habib Makni le 17/12/2013 21:50
أخيرا سقط القناع بل سقطت ورقة التوت التي تغطي أكذوبة صدقها البلهاء وأصحاب المصلحة. ماحدث في تونس ما كانت ثورة شعبية وتلقائية بل كانت مؤامرة قذرة تمت بأيدي خونة باعوا ضمائرهم للشيطان وقبضوا ومازالوا يقبضون الثمن. ولن تخرج تونس من هذه المتاهة سالمة أبدا.

13.Posté par mohamed néjib le 20/12/2013 08:11
أبطالنا لهم نفس قامة ساستنا

14.Posté par Landolsi Boubaker le 20/12/2013 21:07
Pleins de mensonges ... Une déformation choquante de la réalité et attardement sur des futilités et détails insignifiants ... il vient de qualifier Bouazizi de clochard, ivrogne ... et des tas de gens de vendus ... je ne trouve pas de qualificatifs pour décrire cette chose nommé Karim Zmerli !! du moins je préfère ne pas le faire ...

15.Posté par Les Pacifistes de Tunis le 20/12/2013 22:49
(Reposté sans le lien, par modestie, si c’est en conflit avec la charte éthique de TS à propos des ocmmentaires)

Merci pour la clarification qui n’empêche pas que « la révolte tunisienne fait sens pour l’humanité entière exploitée et non pas seulement pour le monde arabe comme s’emploient à le faire croire, par « essentialisme » et sensationnalisme à la fois, les courroies de transmission de l’atlantisme que sont les « grands médias ».
« L’existentialisme des frondeurs de Sidi Bouzid fut une gifle au totalitarisme certainement local mais surtout à celui de ses parrains impérialistes. En ce sens, la révolte tunisienne « est un humanisme » tu par les médias du Système qui ne présentent l’événement que comme un problème de gouvernants et gouvernés…. »
L’hypocrisie des impérialistes est que la Tunisie n’avait jamais été un pays de suicidés/immolés « pour raisons économiques ». Par contre, le record du monde, ce sont des pays comme les Etats-Unis ou la France qui le détenait et dans notre article, nous citions les récents cas dans ces pays dont les médias ont évidemment très peu parlé…
« Suicide et totalitarisme. La révolte tunisienne est bien un humanisme » (18 fév. 2013)

16.Posté par moez le 22/12/2013 01:23
Jm'excuse pour l'expression mais HCHINAHOULNA

17.Posté par Martine Costa le 22/12/2013 01:41
Arrêtez un peu avec vos affabulations sur les USA, bientôt vous pleurerez qu'ils viennent repousser les staphylocoques à poils longs!
Le purin dans lequel vous trempez depuis 3 ans, n'est autre que ce que vous avez laisser faire!
En Tunisie depuis 2006, j'ai tout scruté, épluché, analysé et je peux affirmer que votre caca est bien le vôtre!

Au sujet des élections de 2011
Voici un extrait de mon article du 26 juillet 2011:
...
170 000 électeurs inscrits ( Une peccadille ! - Un rien ! ) sur SEPT MILLIONS d’électeurs !
(Sources:Président de la commission des élections)

Soit : 2% (et tous ne voteront pas !)
...
Plus de 100 partis créés à la vite pour beaucoup et souvent du grand n'importe quoi !

Hélas, il y aura bientôt plus de partis, que d'électeurs !

Et, la réalité est que, plus il y a de partis, plus les islamistes augmentent leurs chances, car de leur côté, beaucoup se sont INSCRITS !

Il est vrai que la liberté est de faire ce que l’on veut, sans gêner les autres et c'est valable pour les élections, nul n'est obligé de voter, mais vu le contexte exceptionnellement préoccupant, ça vaudrait le coup de replier sa serviette de plage !
...
Revenons-en à nos moutons (et c’est le cas de le dire)

Supposons qu’il y ait 10 ou 15 partis en fin de parcours au jour des élections et que chacun recueillent un nombre raisonnables de voix réparties de la façon suivante :

Parti V : 5%, W :2,5% X : 6% Y :3% Z : 4% etcetera et ainsi de suite et tutti quanti !

Le parti islamiste ayant su réunir autour de son leader Rhaled Ghannouchi, tous ses fidèles tunisiens, qui se sont aplatis mollement du temps de Sieur Ben Ali et qui aujourd'hui sont heuireux comme les autres de pouvoir vivre au grand air ! Même à 12 ou 9%, ils seront les grands gagnants et remporteront les bouquets de jasmin, couverts du sang des martyrs, tout ça, parce que les survivants, ont pensé à tout, sauf à leur devoir de citoyens (ce n'est heureusement pas général !)

Si vous faites partie des tunisiens qui assurent que

« Nous les tunisiens, on veut pas des barbus ! »

Vous avez un moyen hyper efficace de contrer leurs plans !

INSCRIVEZ-VOUS et VOTEZ !

Dans 9 jours il sera trop tard ! Les bureaux seront fermés !
...
Message reçu d'une amie tunisienne ;

"je pensais comme toi, qu'il y a 15% de la population qui est responsable, mais non, puisque 2% seulement sont inscrits !

A mon avis, le seul parti qui pourrait contrer celui des barbus est le CSP : Celtia Serviette de Plage
mais il n'est pas officiellement enregistré. Je pense que c'est peine perdue...ça ne réveillera pas les consciences :(("

(Celtia ! Bière tunisenne)

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter