Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Bouteflika est-il le protecteur des Frères musulmans tunisiens ?


22 Janvier 2017

Pour la septième fois en six ans, alors que Béji Caïd Essebsi mène sa vie de Bey fainéant, le président algérien a reçu ce matin Rached Ghannouchi en chef d’Etat. A quoi joue l’Algérie et pourquoi autant d’égard vis-à-vis d’un Frère musulman qui est à l’origine de tous les malheurs tunisiens, libyens et syriens, et qui n’hésitera pas une seconde pour trahir l’Algérie dès que l’opportunité se présentera ?


Photo d'archive de l'une des douzes rencontres entre le Frère musulman Rached Ghannouchi et le président à vie Abdelaziz Bouteflika.
Photo d'archive de l'une des douzes rencontres entre le Frère musulman Rached Ghannouchi et le président à vie Abdelaziz Bouteflika.
Selon le site d’Al-Arabiya (voir lien ci-dessous), après avoir eu le culot d'aller "représenter" la Tunisie à Davos, Rached Ghannouchi devait être reçu ce dimanche matin par le président algérien Abdelaziz Bouteflika. Toujours selon ce site, c’est la septième fois en six ans que le chef des intégristes tunisiens est reçu officiellement en Algérie. C’est plutôt la douzième fois, si l’on compte les cinq autres réunions qui n’ont pas été rendu publics. « La fréquence de ces rencontres s’explique par la confiance et la compatibilité des positions algériennes et tunisiennes telles qu’exprimées par le président Bouteflika et Rached Ghannouchi », reconnait Lotfi Zitoune dans une déclaration à Al-Arabiya. On ne peut pas mieux dire !

Contrairement au roi du Maroc Mohamed VI qui n’a jamais voulu recevoir le chef des Frères musulmans tunisiens malgré les demandes répétitives de celui-ci, Bouteflika est quasiment devenu le parrain de la mafia islamo-terroriste tunisienne. Depuis 2011, il a joué un rôle fondamental dans l'alliance entre Ennahdha et Nidaa Tounès, ou plus exactement entre Béji Caïd Essebsi et Rached Ghannouchi. Il est vrai que les deux hommes (Bouteflika, Ghannouchi) se connaissent depuis 1991, une relation « fraternelle » dont Mohamed Masmoudi, l’ancien ministre des Affaires étrangères récemment décédé, est à l’origine. Mais cela n’explique pas la ferveur avec laquelle l’Algérie défend ce mouvement islamo-terroriste d’autant plus qu’elle a été elle-même victime de ce fléau. A moins qu’il s’agisse de revanche, ou de tentation hégémoniques !

Selon Al-Arabiya, cette septième rencontre répond aux inquiétudes algériennes quant à l’instabilité qui menace la région, notamment à la suite du vide politique en Libye et de ses conséquences sécuritaires sur les autres pays de la région. Toujours selon Al-Arabiya, « Plusieurs observateurs spécialisés dans le Maghreb estiment que les sollicitations de Ghannouchi par les dirigeants algériens reposent sur une conviction algérienne selon laquelle ce dernier peut jouer un rôle crucial eu égard à son poids au sein de la mouvance islamiste mondiale. Alger cherche à rentabiliser cette relation pour contenir certaines organisations islamistes dans la région, particulièrement en Libye qui constitue une menace réelle sur l’Algérie et la Tunisie ».

Bouteflika et son entourage devraient plutôt craindre la trahison de cet agent britannique passé maître dans l’art de la dissimulation et du mensonge. Rached Ghannouchi est capable de maintenir de bonnes relations avec l’Iran, l’allié stratégique de la Syrie dans sa lutte contre les terroristes islamistes, tout en expédiant en Syrie des milliers de djihadistes Tunisiens, financés par le Qatar et l’Arabie Saoudite !

Rached Ghannouchi n’est pas le seul intégriste à avoir été officiellement reçu plusieurs fois à Alger. Son disciple et alter ego Ali al-Sallabi a eu droit à ce privilège présidentiel. De même que Abdelhakim Belhadj, il est vrai à une époque où cet ancien d’Al-Qaïda qui tient Tripoli sous son joug se faisait recevoir au Quai d’Orsay ! Lorsqu’on veut sincèrement combattre le terrorisme islamiste, on ne discute pas avec ses idéologues. A moins que Bouteflika et sa nomenclature veuillent s’assurer d’un bon voisinage avec la « République islamique tunisienne » et l’émirat libyen !

Le président à vie Bouteflika devrait revoir ses plans, ses objectifs et ses alliances douteuses. Hussein Obama, le grand boss de l’islamisme radical, a quitté la Maison Blanche pour laisser la place à un Donald Trump résolument en accord avec Vladimir Poutine pour éradiquer les islamistes et déclarer organisation terroriste les Frères musulmans. Bouteflika sait pertinemment que le grand nettoyage va bientôt commencer en Libye et que cette mission salutaire sera menée par la Russie et l’Egypte, en faveur du général Khalifa Haftar… que Bouteflika n’a jamais daigné recevoir !!! Et c’est certainement pour cette raison que l’ex allié de Bouteflika et ami de Ghannouchi, Abdelhakim Belhadj, a récemment menacé de brûler la Tunisie et l’Algérie si l’on touchait à son fief tripolitain.
 
Karim Zmerli     

Lien de l’article d’Al-Arabiya :
http://www.alarabiya.net/ar/north-africa/2017/01/22/%D8%A7%D9%84%D8%B1%D8%A6%D9%8A%D8%B3-%D8%A7%D9%84%D8%AC%D8%B2%D8%A7%D8%A6%D8%B1%D9%8A-%D9%8A%D8%B3%D8%AA%D9%82%D8%A8%D9%84-%D8%A7%D9%84%D8%BA%D9%86%D9%88%D8%B4%D9%8A-%D9%84%D9%84%D9%85%D8%B1%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%B3%D8%A7%D8%A8%D8%B9%D8%A9.html
 


           


1.Posté par Ahmed le 23/01/2017 07:53 (depuis mobile)
Monsieur Karim Zmerli. Est ce que vous avez une preuve pour accuser M.Ghennouchi de chef terroriste et quel est le tribunal national ou international qu''il a condamné.Merci

2.Posté par Léon le 23/01/2017 09:15
Les Grandes Duperies de l'Histoire.
La propagande du clan anti-arabe avait, de tout temps, fait passer les traitres parmi les arabes pour des patriotes et réciproquement. C'est de cette manière que Bourguiba était considéré comme occidentalisant et Ben Youssef comme arabisant.
Le plus important est l'étiquette mensongère collée aux uns et aux autres, et non la réalité des faits. Il est aujourd'hui de notoriété publique que Ben Youssef répondait aux lettres de Bourguiba, toutes écrites en arabe et toujours signées par une sourate du Coran, par des lettres en français.
Ben Youssef, le prétendu nationaliste arabe n'avait rien d'un nationaliste arabe. Bien qu'il est vrai que le modèle occidental était le modèle de Bourguiba, il n'en demeure pas moins que le vrai nationaliste arabe (et qui ne s'en vantait pas) était bel et bien un Bourguiba, craint comme la peste par les sionistes et par un occident pro-israélien, et non Ben Youssef dont les partisans notables avaient, sans exception, tous scolarisé leurs enfants dans les écoles françaises.
Un autre mensonge avait voulu que la Tunisie de Bourguiba soit à la botte des états unis et que l'Algérie soit insoumise à toute pression occidentale. Ceci est complètement faux et erroné.
S'il est vrai que le peuple algérien est un grand peuple, intransigeant quant à la souveraineté de son pays, il n'en demeure pas moins qu'il a de tout temps été manipulé par l'occident, et ce, par politiques interposés.
C'est d'ailleurs ce qui explique comment un peuple aussi libre et aussi jeune que le peuple algérien continue à être gouverné par un homme grabataire. Et que malgré tous les immolés algériens de l'automne arabe, le pouvoir est là toujours, toujours aussi présent et qu'aucun média n'avait suivi ce mouvement; contrairement au sort réservé à la Tunisie Libre de Ben Ali.
La raison est bien simple: L'occident avait besoin de Boutef au pouvoir pour continuer à gouverner l'Algérie.
Par conséquent rien ne m'étonne dans le contenu de cet article. La Tunisie a été attaquée en 2011 par une coalition sionislamiste qui a intentionnellement voulu épargner l'Algérie (et Dieu merci pour ce peuple frère). Alors ceci explique peut-être cela.
Si l'on creuse dans ce sens on peut trouver des choses bien sales, qu'il vaut mieux taire pour conserver de bonnes relation avec nos frères algériens qui n'y sont pour rien.
Mais je fais confiance au grand peuple d'Algérie. Un peuple que l'on n'arrive pas longtemps à duper et qui peut avoir une réaction très violente s'il se rend compte que ses dirigeants sont en train de trahir leur second pays en coeur qu'est la Tunisie.

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant Souverainiste Bourguibien.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

3.Posté par Mourad le 23/01/2017 13:17 (depuis mobile)
@ahmed. L acide jeté par le rached khriji de son vrai nom et les bombes placées dans nos hôtels en Tunisie, par hamadi jebali dit hamadi mac cain, vous en faites quoi? Ces terroristes n ont pas encore payé pour leurs exactions graves .

4.Posté par Ilyas le 24/01/2017 11:33
Je pose et repose cette éternelle question :
Que fait Ghannouchi dans la présidence ???
Que signifie cette énième visite à Bouteflika ???
Il n' a aucune mission officielle !!!!


5.Posté par sofiane le 28/01/2017 16:36
Karim Zmerli
son altesse le roi du Maroc à suivi les conseils de Bouteflica,de s'associer à la Russie de Poutine,mais son altesse a fait mieux!!elle a réussi à attirer notre ex chef d'état mr Zine el Abidine Ben Ali et lui prépare le tapis rouge et une suite royal sur son territoire!!!l'Algérie pensait utiliser les frères musulmans tunisiens comme une pièce maîtresse contre Rabat!!mal lui en à pris!!!car rabat portera le coup fatal aux frères musulmans tunisiens,mais exposera la politique algérienne aux yeux de tout les magrébhins!!!!mais surtout apportera beaucoup de baume aux coeurs des citoyens tunisiens!!qui n'en demandais pas temps!!!enfin la fin de ce cauchemar approche!!les frères musulmans tunisiens vivent leur dernière heures de gloire,la suite sera bien plus douloureuse,lorsque ben Ali,bachard Al assad,Al sissi se rencontrerons,ce qui ne fait aucun doute?on pourra en finir définitivement avec cette manipulation grotesque de ces incapables!!vive les arabes,vive la nation,vive la patriotisme et vive l'islam!!!!2017 l'année de tout les dangers!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube



Infos


Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter