Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Comment Sakhr El-Materi a livré au Qatar des Secrets Défenses ?


21 Octobre 2016

C’est aux iles paradisiaques des Seychelles qu’il mène depuis 2012 une vie de Pacha…aux frais du roitelet du Qatar. C’est la contrepartie de sa Trahison et des secrets qu’il a livré à l’émirat qui a fait tomber la Tunisie au profit des Frères musulmans locaux. Nous le savions depuis longtemps mais c’est par égard à son presque ex-gendre Ben Ali que nous n’avons rien voulu publier. Presque ex-gendre, car le couple s'est séparé depuis près de six mois. Grand déballage.


Sakhr el-Materi, l'ex gendre, l'ex dauphin présidentiel, l'ex....
Sakhr el-Materi, l'ex gendre, l'ex dauphin présidentiel, l'ex....
Depuis sa fuite en janvier 2011, et après une escale d’une année à Doha, c’est aux Seychelles que Sakh el-Materi, qui rêvait du trône de la Tunisie, mène une vie à la fois royale et banale. Il passe ses journées accroché à son téléphone pour discutailler avec ses informateurs et amis en Tunisie, et à s’occuper des animaux sauvages de son nouveau maître, Hamad Bin Khalifa al-Thani, dont il partage les mêmes loisirs et passions !

L’ultime humiliation chez Mozza et Hamad

A la suite d’une brève escale en France, et après le refus du Canada –où il possède une villa à Westmount- de lui accorder l’asile, c’est vers le Qatar que s’est dirigé Sakhr el-Materi et celle qui était encore son épouse…et sa tirelire, Nesrine Ben Ali. C’était le 17 janvier 2011 et Sakhr avait laissé entendre à l’époque que c’était pour négocier avec Qtel, l’opérateur téléphonique, la vente de ses actions qu’il détenait chez Tunisiana.

Selon des informations dignes de foi, le soir même de leur arrivée à Doha, Hamad et son épouse Mozza les ont conviés à leur table, une ultime humiliation pour montrer au jeune couple que ceux qui venaient de détruire la Tunisie peuvent se montrer accueillants et généreux, et pour leur prouver qui étaient désormais les maîtres de la Tunisie.

Le lendemain, le couple a été installé dans un palais de l’oligarchie mafieuse du Qatar. Durant quinze jours, Sakhr a déballé au chef des renseignements qataris tout ce qu’il savait sur la finance, les banques, les entreprises importantes, le programme de centrale nucléaire et même sur les forces de sécurité tunisiennes.

Sakhr el-Materi a résidé au Qatar quasiment une année. Alors que sa cousine Amel Materi le suppliait de rentrer au pays pour « sauver la réputation de la famille » (sa lettre ouverte publiée le 18 février 2011), il passait son temps dans les grands palaces du Ritz-Carlton et de la Cigale, un hôtel appartenant à un homme d’affaires palestinien qui porte la nationalité qatarie et qui un ami de Sakhr. C’est parce qu’il était l’obligé de l’émirat islamo-mafieux que dans son livre « Ma vérité » (2012), l’ex première dame de Tunisie a épargné le Qatar et plus particulièrement cheikha Mozza, qu’elle déteste à juste titre.
 
La vraie fausse expulsion du Qatar

Selon une déclaration de la présidence tunisienne publiée par l'AFP en septembre 2012, « A la demande du président Moncef Marzouki (...), l'émir du Qatar Cheikh Hamad Ben Khalifa Al-Thani, a décidé par décret l'expulsion de Sakhr El-Materi ». Cette annonce coïncidait avec le départ, le lendemain, du mercenaire-président pour le Qatar, où il devait assister à une conférence sur « la restitution des biens spoliés dans les pays du «Printemps arabe»". Nous reviendrons prochainement et plus longuement sur le grand business que ce dossier dit des biens spoliés a drainé et dont avaient grandement profité des affairistes tunisiens et des avocats français véreux !

En réalité, le gendre dit préféré du Président Ben, qui était à  la tête de Princess Holding et qui contrôlait plusieurs secteurs de l’économie tunisienne, n’a pas été expulsé mais fraternellement invité à changer de pays. C’est finalement aux Seychelles que l’emmènera l’avion privé du roitelet du Qatar, qui possède sur l’île un palais des milles et une nuit, où il ne se rend pratiquement jamais.

C’est dans cet endroit paradisiaque que Sakhr se la coule douce. Entre prendre soin des fauves de son émir et un coup de fil à son autre émir, Rached Ghannouchi, ainsi passe ses journées l’ancien député désigné du RCD, l’ex dauphin potentiel de Ben Ali,... et peut-être l’ex époux de Nesrine Ben Ali. Selon nos informations, c'est elle qui l'aurait quitté ne supportant pas qu'il lui impose le voile et autres bigoteries pseudo-islamiques. Depuis six mois, Nesrine Ben Ali et ses enfants vivent en Arabie Saoudite dans la résidence d'exil du Président Ben Ali.

Karim Zmerli  


           


1.Posté par ridha le 22/10/2016 10:26
le peuple tunisien ne veut plus en entendre parler

2.Posté par M le 22/10/2016 13:53
On peut toujours raconter tout ce qu'on veut.. Tant que vous ne citez pas vos sources, ces informations n'auront aucune crédibilité et ressembleront à du colportage de rumeurs de bas étage, aussi dignes de foi que les médisances d'une concierge de hammam populaire. Soyez professionnels ou fermez-la.

3.Posté par Léon le 09/11/2016 23:35
Certains voiles pudiques et dangereux sont levés dans l'article de Karim Zmerli. Ce qui intéresse le patriote que j'espère être, est bien sûr le déballage des secrets d'états de la Tunisie souveraine.
Ce déballage contribue à l'altération irréversible de notre souveraineté. Des choses graves, très graves, que je soupçonnait depuis le début on été légèrement abordées dans cet article.
Des choses qui m'ont toujours fait dire, contrairement à TOUS les tunisiens, que la Tunisie a été attaquée pour ce qu'elle fut et non pas pour une prétendue préparation à l'attaque d'autres pays.
Les pays occidentaux ne prennent jamais de gants et attaquent de front les pays qu'ils comptent attaquer, sans autre forme de procès.
Disons globalement, que l'essor scientifique inéluctable et que les grands projets, dus à l'excellente gouvernance de la Tunisie, sont à l'origine de la bataille rangée contre notre pays. Malheureusement applaudie par nos compatriotes, gueuses et gueux, dénués de tout sens de souveraineté.
Ceci expliquerait même le pourquoi de cet engouement et de cette sympathie démesurée envers les islamistes qui étaient la seule carte politique sérieuse que pouvait jouer l'occident.
Cela expliquerait au passage les applaudissements du congress américains suite au départ de Ben Ali; les américains n'applaudissant jamais d'autres victoires que les leurs.
Les vérités légèrement révélées dans cet articles (et que je soupçonnais dès le départ) sont en passe de se dire. Elles se diront toutes et sans exception. Peut-être même par les instigateurs des "printemps arabes" eux-mêmes. Ce jour-là les tunisiens, tous les tunisiens regretterons ce qu'ils ont fait à leur pays.
Un Trump bavard pourra peut-être en dévoiler certaines. D'ailleurs les organes de la terreur américaine lui épargneront-ils une fin à la Kennedy par les mains d'un prétendu islamiste (le jeu préféré des sionistes). Pour faire d'une pierre de coups: S'en débarrasser et jeter la pierre aux musulmans; afin d'entreprendre des futures croisades à la Bush, et en finir avec la Syrie, à la grande satisfaction de certains traitres arabes.... Ou bien opteront-ils pour une fin "naturelle" qu'ils auront provoquée?
Dieu merci il n'est pas seul: Poutine est là! N'en déplaise aux traitres tunisiens pro-qataris. D'ailleurs, maintenant que l'équipe Obama est écartée, combien va "tenir" cet émirat? Et combien va tenir Erdocon maintenant que Trump est prêt à travailler avec Poutine? Et la Tunisie? Combien va-t-elle tenir maintenant que ses pourvoyeurs et prometteurs sont partis?
Que de questions!

Léon, Min Joundi Tounis AL Awfiya;
Résistant Souverainiste.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter