Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Dans son hold-up raté, Sihem Ben Sedrine a essayé d’impliquer l’armée


28 Décembre 2014

Le hold-up raté de l’épicière des droits de l’homme, avec la complicité de son grossiste, Moncef Marzouki, a fait couler beaucoup d’encre en suscitant une condamnation unanime de cet acte de banditisme dans lequel elle a tenté d’impliquer le ministère de la Défense ainsi que le directeur des Archives Nationales. Celle qui doit à Rached Ghannouchi son poste à la tête de l'IVD continue à agir en toute impunité.


Une mercenaire qui a toujours été allergique à l'armée qu'on avait pourtant glorifié pour son rôle dans la "révolution du jasmin" !
Une mercenaire qui a toujours été allergique à l'armée qu'on avait pourtant glorifié pour son rôle dans la "révolution du jasmin" !
En préméditant son action décidée en concertation avec Moncef Marzouki, Sihem Ben Sedrine a voulu impliquer de façon diabolique le ministère de la Défense nationale qu’elle prétend avoir informé, ce que le porte-parole de ce ministère a catégoriquement démenti. Par ailleurs, dans une déclaration au journal Le Maghreb (27 décembre 2014), le directeur de la Sécurité présidentielle, Taoufik Gasmi a nié les accusations portées contre lui par Sihem Ben Sedrine, selon lesquelles il aurait manqué de respect à l'Etat. Il a ajouté cette perle, qui confirme bien ce que nous avons dit dans notre précédent article, à savoir que Sihem Ben Sedrine, comme Imed Daïmi et comme Khaled Ben Mbarek, entre autres, s'est déjà servi dans les archives présidentielles. Taoufi Gasmi a en effet indiqué que "Sihem Ben Sedrine venait tous les jours au palais pour consulter les archives sans que personne n'interfère dans son travail"! Il s'agit là d'un aveu capital qui implique Moncef Marzouki ainsi d'ailleurs que la Sécurité présidentielle qui aurait dû agir depuis 2012 contre cette profanation et pillage des archives nationales qui mettent en danger la sécurité du pays.   

Elle a essayé de manipuler l’armée

Selon le porte-parole officiel du ministère de la Défense, Belhassen Oueslati, « l’institution militaire n’était pas informée du transfert des archives du palais de Carthage de la part de la présidente de l’instance Vérité et Dignité, Sihem Ben Sedrine ». Dans une déclaration à l’AFP, le 27 décembre 2014, M.Oueslati a précisé que « Sihem Ben Sedrine avait précédemment formulé une demande au chef de cabinet du ministre de la Défense pour lui fournir des véhicules. Or, ces véhicules devaient servir à transporter les meubles de l’instance à son nouveau siège. Cette demande a été refusée car l’armée devait se consacrer à ses missions principales, à savoir la lutte contre le terrorisme ».

Ainsi, sans avouer au ministère de la Défense les véritables raisons de sa demande, cette manipulatrice et même criminelle qui doit à Rached Ghannouchi sa fonction au sein de l'IVD a voulu impliquer l’armée dans une action qui aurait pu tourner au conflit entre les soldats lui servant de chauffeurs-accompagnateurs et les agents de la Sécurité présidentielle. Ces derniers vont d’ailleurs porter plainte contre cette personne qui s’est crue en janvier 2011 !

Son ami Mokhtar Trifi lui donne raison

A l’exception d’un certain Mokhtar Trifi, qui a considéré que Sihem Ben Sedrine était « dans son bon droit » de saisir les archives de la présidence de la République, l’ensemble de la classe politique, comme la majorité des journalistes et des hauts magistrats ont condamné la tentative de cette mercenaire de s’approprier des archives qui impliquent la sécurité nationale, sous le prétexte de sa mission en tant que présidente de l’instance « Vérité et Dignité ».

Dans une déclaration à Mosaïque FM, le 26 décembre 2014, le président d’honneur de la LTDH, Mokhtar Trifi a considéré que « l’instance est dans son bon droit mais que la décision de Mme Ben Sedrine est prématurée vu que la commission qui veillera sur l’archive n’a pas été créée jusqu’à cette heure ». Cet avocat fait allusion à la décision N°1 du 22 novembre 2014, émise par l’instance et relative à l’organisation de son règlement intérieur, plusieurs commissions spécialisées devront être créés au préalable, notamment celle de sauvegarde de la mémoire nationale, mentionnée dans l’article 63 de cette même décision.

Un haut magistrat la traite de Superman

Des magistrats à la réputation et à l’indépendance irréprochables ont infirmé la légalité de cette action entreprise par Sihem Ben Sedrine. Dans une déclaration sur Express FM, le samedi 27 décembre 2014, Mme Raoudha Laâbidi, présidente du Syndicat des magistrats tunisiens (SMT) a indiqué que « Lorsqu’on dit que l’IVD dispose des archives, cela ne signifie pas que je ramène des camions pour en prendre possession de cette manière. Ces archives sont la propriété du peuple et même lorsqu’on loue des camions, il faut sécuriser l’itinéraire qu’ils vont emprunter ; ce n’est pas une question de, je ramène des camions et je me sers ! Ce n’est pas normal, il faut respecter les lois et si celles-ci t’ont octroyé des droits, elles t’obligent aussi à des devoirs et à des limites que tous le monde est tenu de respecter » (voir ci-dessous le lien sonore de radio Express FM).

De son côté, Walid Loukini, membre du bureau exécutif et coordinateur général du Syndicat des magistrats tunisiens, a déclaré au quotidien Assabah News, le 27 décembre 2014, que « l’avant-dernier paragraphe de l’article 40 de la loi sur la justice transitionnelle conditionne la saisie des archives à une procédure judiciaire bien précise ». « Toute interprétation de la loi transitionnelle transgressant ce que la loi elle-même a codifié, n’est qu’une action de Superman, cherchant à étendre son hégémonie sur toutes les institutions de l’Etat ». Voilà ce qui devrait être clair pour Mokhtar Trifi, qui est censé exercer le métier d’avocat !

Elle a essayé d’impliquer le directeur des Archives Nationales

Interrogé par nos confrères de Hakaek Online, Hédi Jellab, directeur des Archives Nationales, a révélé avoir rencontré Sihem Ben Sedrine deux jours avant de commettre son forfait. Il a déclaré avoir eu avec cette personne deux séances de travail et l’avoir assuré de la disposition des Archives Nationales de collaborer avec l’IVD, dans le cadre de la loi, pour accueillir et protéger les archives de la Présidence.

« Nous nous sommes mis d’accord pour que l’IVD nous adresse un projet d’accord établissant les responsabilités de chacun…mais nos avons été surpris de la voir agir seule avec six camions de location », a déclaré M.Jellab, en ajoutant que « ces archives contiennent peut-être des preuves de dépassement, mais aussi des choses ayant trait à la sécurité nationale…Transporter ces archives de cette façon improvisée, intégrale et précipitée constitue une infraction par rapport à la loi transitionnelle, qui autorise l’IVD à ne consulter que les documents qui concernent les affaires sur lesquelles elle enquête ».

Toujours selon le directeur des Archives Nationales, « il n’existe aucun article dans la loi transitionnelle qui autorise l’IVD de s’approprier les archives ». Pour ce spécialiste et universitaire, « La loi autorise l’IVD à consulter les archives sur les lieux où elles se trouvent et non pas à en prendre possession, ou à les déplacer, ou à les trier ».

Un ancien conseiller de Ben Ali lance un défi

Sur sa page facebook, Mahmoud Mhiri, ancien conseiller du président Ben Ali et qui est avocat de profession, a écrit : « Primo, Sihem Ben Sedrine n’a pas le droit de prendre possession des archives de la Présidence parce que la loi a confié cette tâche à la commission spéciale au sein de l’IVD, et que celleci n’a pas encore été constituée en raison de la nonchalance de Mme Ben Sedrine. Parce que le non-regretté Moncef Marzouki s’apprête à quitter le palais de Carthage, elle a essayé de transgresser la loi. Secundo, je suis absolument certain que les Tunisiens seront surpris par l’énorme travail qu’effectuaient la présidence et à quel point les compétences et les cerveaux qui entouraient le président Ben Ali étaient mobilisés dans le développement du pays ».

Mahmoud Mhiri a terminé son post en lançant un défi : «Si le minimum d’objectivité était requis dans l’étude de ces archives, les Tunisiens seront choqués par la vérité sur certains cons de la révolution d’une part, et de l’énormité du mensonge dont a été victime notre peuple, ainsi que la diabolisation de l’ancien pouvoir d’autre part… Si vous avez une once d’objectivité et de crédibilité, publiez donc l’intégralité de ces archives, sans trie et sans directives… » !       

Cette criminelle doit être jugée et condamnée

Jugée et condamnée, pas seulement pour l’acte de banditisme caractérisé qu’elle vient de commettre, mais pour l’ensemble de ses crimes avant, pendant et après les événements de janvier 2011. Avant ces événements, lorsqu’elle travaillait pour certaines officines étrangères de renseignement, sous la couverture du militantisme pour les droits de l’homme. Pendant ces événements, lorsqu’elle a obligé l’ancien ministre de l’Intérieur, Farhat Rajhi, de libérer des criminels condamnés dans des actions terroristes, de dissoudre la Sécurité de l’Etat, et de lui ouvrir les archives du ministère de l’Intérieur, où elle a fait disparaître tous les documents la concernant. Après ces événements, lorsqu’elle a pris la défense des salafistes et des terroristes, qui ont par la suite assassinés Lotfi Naghdh, Chokri Belaïd, Mohamed Brahmi et plusieurs jeunes de nos vaillants soldats à Chaâmbi.

Nebil Ben Yahmed

Déclaration sonore de Mme Raoudha Laâbidi :  
http://www.radioexpressfm.com/lire/raoudha-laabidi-le-transfert-des-archives-ne-se-fait-pas-comme-l-a-voulu-l-ivd-5405

Sihem Ben Sedrine, reçevant des mains de Rached Ghannouchi un prix pour services rendus à la secte des Frères musulmans.
Sihem Ben Sedrine, reçevant des mains de Rached Ghannouchi un prix pour services rendus à la secte des Frères musulmans.


           


1.Posté par Léon le 28/12/2014 14:08
Que d'histoires vendues au peuple de vendus: Souvenez-vous des émissions de "Dawlat Al Fassad" et autres propagandes putschistes de cet acabit, que l'on vous a vendues à la télévision; faisant de votre bêtise le meilleur allié d'un renversement occidental en bonne et due forme pour arrêter la montée fulgurante d'un pays arabe et musulman qui a dit "NON" à la première guerre du Golfe. "NON", sur lequel votre Essebsi National devait s'excuser dès sa première apparition télévisée avec le Gal Ammar, traitant au passage Ben Ali de déserteur et de voyou.
Le palais "visité" pour ces émissions afin de vous vendre des histoires à dormir debout, comme la drogue dans les murs ou l'argent dans les caisses n'est qu'un élément de plus qui plaide en faveur du coup d'état occidental. Les coffres du Palais ne cachent pas de l'argent mais bel et bien des secrets d'état. Secrets qui expliqueraient pourquoi cette ingérence occidentale dans le départ de Ben Ali et dont Ben Ali comptait certainement vous faire part dans un discours le 14 janvier 2011 (c.f le livre "la face cachée de la révolution" de Mezri Haddad que je vous invite TOUS pour la n-ième fois à lire). Discours qui a certainement précipité son départ.
Mais vous autres tunisiens, ne savez pas lire les évènements tellement vous êtes aveuglés par votre jalousie, votre prétention de diplômés pompeux et votre haine régionaliste.
Je vous rappelle donc à l'Histoire et vous rappelle que ces paroles de Sebsi sont le premier Mea Culpa d'une Tunisie de Ben Ali un peu trop fière aux yeux de l'occident. Une Tunisie qui devait donc s'excuser officiellement auprès des sionistes pour sa courageuse position fin 1990. Occident qui n'a qu'un seul plan pour vous: Vous soumettre et canaliser vos ambitions.
Plan que vous avez applaudi et encouragé par vos "Dégage!" de haineux manipulés par plus fins qu'eux.
Ben Ali n'est ni un voyou, ni un déserteur, Monsieur Essebsi et vous le savez bien. Monsieur le président élu de la Tunisie occupée. Votre première entrée en la matière dès Février 2011 a été de mentir au peuple. Peut-être avez-vous courbé l'échine pour sauver la Tunisie. Auquel cas je vous reconnais votre manoeuvre et la loue. Mais je n'y crois guère! Je vous concède quand même le bénéfice du doute car vous avez fait une fois allusion à cette faculté du tunisien que vous avez comparé à un roseau qui touche le sol pendant la tempête mais qui se redresse une fois celle-ci passée.
Seriez-vous un Pétain revenu d'une vieille victoire Bourguibienne contre l'occupant (parallèle avec le Gal héros de la guerre de 14-18) qui a mis de côté son orgueil pour sauver une Tunisie occupée (parallèle avec la France de 1940) avec la complicité d'un peuple d'idiots diplômés (parallèle avec les collabos français)? Attenderiez-vous l'appel du Général De Gaulle du 18 juin (parallèle avec Ben Ali exilé par les forces occupantes). Mais dans ce cas pourquoi l'avoir traité de voyou et de déserteur?
Je ne sais rien et ne veux rien savoir, sinon que la dernière des trahisons a été d'organiser des élections en pays occupé. Occupé par une lourde dette accumulée en moins de quatre années et qui aurait pu être bien plus lourde si Ben Ali n'avait pas laissé un Dinar fort et des caisses pleines à craquer.
Ce qui attend la Tunisie est bien pire que les quatre années écoulées où l'occident faisait TOUT pour réussir une révolution qui est sienne. Il a mis l'argent qu'il fallait et a en douce permis (à l'insu de son propre peuple) une énorme immigration aussi bien diplômées que de Harraguas. Dans toutes les rues de Paris on parle aujourd'hui tunisien. Il est choquant que les Gueux qui ont crié "dégage!" aient laissé le pays et ont fuit vers d'autres horizons. N'est-ce pas là une manière de reconnaître qu'ils ne s'attendaient pas à ce que leurs nouveaux élus fassent mieux que Ben Ali et qu'ils ont crié "Dégage!" juste par haine et par jalousie de la réussite d'un Ben Ali qui a fait des miracles tellement sa foi en son pays était grande.
Mais le peuple ingrat saura-til s'en rendre compte? Certainement quand la faim et la vengeance de Dieu contre l'Injustice de tout un peuple verront le jour.
Léon.
VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.
PS: Ce point de vue a été censuré par Business News. Chez BN, touchez à TOUT sauf à Essebsi et gardez-vous de dire quoi que ce soit de positif sur un membre de Ennahdha, même si vous vous appelez Léon et n'êtes pas Nahdhaoui. Et après on vous raconte que c'est Ben Ali qui muselait la presse!!!!!

2.Posté par Johor le 28/12/2014 15:31
L'armée tunisienne se doit d'être incorruptible. Sinon le pays finira comme la Syrie. Si on est assez intelligent il faut comprendre que le démantèlement d'un pays si ce n'est son dépeçage se déroule de manière assez vicieuse.
1. Des hypocrites corrompus par d'autres nations, se disant démocrates et défenseurs des droits de l'homme remettent en cause l'ordre établi en "dénonçant" de soit-disant exactions de l'Etat. Et donc Amènent le doute dans le coeur des citoyens, puis la haine et la rébellion. Les "opposant" de Bachar Assad, ont été la pierre d'achoppement à cette anarchie en Syrie.

2. Des Salopards, grassement payés, déguisés en flics, soldats ou autre agent de l'Etat, assassinent des citoyens ou commettent des mauvais coups, fabriquent de fausses preuves.

3. Si l'étape 2 ne marche pas correctement, il y a cette phase où l'on paie des petites ordures, des voyous, des drogués, ou on libère (si on en a l'autorité) des truands psychopathe et on leur donne carte blanche pour terroriser la population.

4. Le peuple ne sait plus où il en est, s'énerve et est prêt à toute intervention pour le rassurer, le peuple va donc faire confiance à de soit-disant opposants qui sont en fait la composante essentielle d'un coup d'état étranger.

5. Les opposant prennent le pouvoir, et doivent récompenser les extrémistes et voyous qui les ont aidés à foutre la merde dans le pays. Sauf que les cons d'opposant Syriens se sont bien fait trouer le cul par les mercenaires Daesh, ces porcs déguisés en compagnons du Prophète et qu'on devrait exécuter tous sans exception sur la place publique après un jugement militaire, rien que pour cet outrage envers l'Islam et l'humanité car ils se revendiquent comme étant les uniques représentants de l'Islam en égorgeant et déportant des civils, et non respect de la convention de Genève et crime contre l'Humanité.

6. Les opposants offrent leur anus aux puissances étrangères, car leur trou de balle est si lubrifié par l'argent et si large qu'on pourrait y mettre plusieurs camions plein d'or à l'intérieur. Cela tombe bien c'est la période où l'on fourre les dindes et où l'on a fini de gaver les oies.

7. Soi le peuple accepte de se faire enfourner comme des dindes par les puissances étrangère en prenant pour exemple les canailles au pouvoir, soit il décide de lui exprimer son désaccord, dans ce cas les abrutis droit de l'hommistes qui se sont habilement accaparés du pouvoir demandent de l'aide à l'extérieur, ou essaient encore d'endormir les citoyens avec leurs baves mensongères, ou bien menacent le peuple d'attentats exécutés par des "inconnus", ou bien cherchent à gagner du temps par des élections en tentant de les truquer.

Conclusion, mr Merzouki journaliste chroniqueur de la chaîne avariée Al Jazira s'est bien planté planté lui et ses copains d'Ennahdha, c'est eux qui l'on dans le dos et jusqu'à l'os. Essebsi n'est certes pas un exemple de vertu mais il ne cache pas ce qu'il est et surtout ne se sert pas bassement de la religion pour parvenir à ses fins, n'est-ce pas Mr Ghanouchi, ancien prof aigri et haineux (ça il l'est encore plus que jamais).
Mr Merzouki, devrait lever le camp au plus vite, car s'il croit que ses voeux du 31 décembre seront bien accueillis, il se trompe énormément.
D'une part la majorité des citoyens (et ceux qui auront enlevé la merde de leurs yeux pour se rendre compte que c'est un homme sans scrupule et imbu de lui-même) ne veut plus ni le voir ni l'entendre surtout si c'est pour insulter ses hôtes du Nord (il s'est bien servi du lit de Ben Ali et de ses chiottes) à Carthage, et le peuple en majorité sait que les islamistes tunisiens ont beaucoup de points communs avec Daesh (takfirisme, ostentation religieuse pour masquer leur hypocrisie et fausse ferveur, soumission au pétro dollar, ériger un khalifat non au nom de l'Islam mais pour leurs gourous respectifs).
Sur ce, on peut affirmer que tout politicien qui s'est lié avec Ennahdha est politiquement mort. Ennahdha s'est la renaissance de quoi ? Non de la foi mais la renaissance politique de mr Ghannouchi et sans plus. Vivent les républiques laiques tunisienne, libyenne, algérienne, égyptienne, irakienne, syrienne et inchallah la fin de toute monarchie pseudo religieuse Arabe où qu'elle soit !

3.Posté par abakricha le 28/12/2014 19:35
cette photo est tres explicite:l'instigateur,les objectifs,les moyens.Reste l'essentiel:une action en justice contre cette personne pour tentative de vol avec premiditation.

4.Posté par kamel le 04/01/2015 22:04
eh Leon, sur certains points vous avez raisons, mais uniquement sur certains! Vos critiques sur nos chers compatriotes à la mémoire courte, opportunistes et sans aucune culture poitique, arrogants et aptes au nombrilisme face à leurs petits diplomes. Mais faut pas charier, de là à faire de benali un héros national.??? Ok ce type a mis de l'ordre dans le désordre de la fin de règne de bourguiba, mais faut pas pousser, c'est un bon flic, ok mais comme tout flic un niveau intellectuel assez limité, qui ne lui a pas permis de sentir le vent tourner. Manipulateur, et lui aussi Président presque à vie, laissant tout le peuple tunisien prisonniers d'une famille d'affamés cupides et ignares. Voilà pourquoi les puissances occidentales ont trouvé un terrain hyper fertile, un président de plus en plus détesté, un système pourri et mafieux dont nous subissons enore les conséquences. Ce n'est pas en chassant ben ali qu'on va chasser tout son système d'un coup de baguette magique. Au contraire , c'est après son départ qu'on a pu mesurer l'ampleur des dégats. Et si cet homme avait laissé s'épanouir une génération d'hommes d'état et de politiciens "honnêtes" (tout est reatif). Nous n'en serions pas là et nous n'aurions pas vécu la gabegie des barbus importés via le qatar, kandahar et autres par les puissances occidentales. Donc on ne va pas victimiser cet homme encore moins le glorifier. Il a été le jouet de ces mêmes puissances occidentales qui 'lavaient installé et porté au pouvoir pour les servir, Puis ils l'ont jeté comme à l'époque le Shah d'Iran et autres comme les différents chefs d'état, depuis la guerre du golfe au printemps-enfer arabe... Des stratégies planétaires, dont nous minus, ne pouvons que nous y soumettre mais au moins intelligemment et en négociant l'intérêt du pays du peuple et non pas celui d'un clan comme benali baba.. et cie. Bon inutille que nous épiloguions longtemps là-dessus, tout le monde le sait. A présent pour revnir à notre sujet ci-dessus. Cette femme est en effet un imposteur, les services de renseignements tunisiens de l'époque benali le savaient très bien et avaient raison, Mais là ou Benali avait tort c'est sa façon d'avoir géré l'opposition, notamment ces minus de bensedrine, hamma hammami la grande cata, chebbi, marzouki, et encore plus les nahdhaouis. Faire de ces ignares des victimes ? fallait vraiment n'avoir aucune finesse et aucune intelligence pour ignorer que victimiser un groupe c'est le renforcer. Il aurait mieux valu les laisser exprimer leur médiocrité, cela aurait fait rapidement un flop! tant ils n'avaient rien à proposer et étaient nuls. En fait l'opposition à Benali était aussi médiocre que le pouvoir en place. Cette Bensedrine n'aurait jamais pu avoir cette position si elle n'avait pas grace à benali et ses bires cultivé cette image de victime de l'ancien régime . Bensedrine comme tous les autres marjouki, hamma, jendoubi, et les nahdhaouis aussi nuls que toxiques... Tout autant que ces nahdhaouias.

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter