Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Débat entre un prof déguisé en journaliste et un clown déguisé en président


30 Juin 2013

Il s'agit du dernier simulacre entre Moncef Marzouki et Iyadh Ben Achour. Celui qui a eu l’idée de ce débat a encore beaucoup à apprendre en termes de communication. Moncef Marzouki sort de cette piètre mise en scène encore plus discrédité et "tartourisé" aux yeux de l’opinion publique, et Iyadh Ben Achour creuse davantage sa disqualification auprès de l’intelligentsia tunisienne. Le premier a démontré que Rached Ghannouchi ne s’est pas trompé en le désignant président provisoire, et le second a prouvé que sa connaissance du droit constitutionnel n’a d’égale que sa maîtrise de la servitude. Notre rédaction a décidé de ne pas mettre en ligne la vidéo de cet échange bien arrangé entre deux opportunistes.


Débat entre un prof déguisé en journaliste et un clown déguisé en président
Avez-vous déjà vu sur une chaîne de télévision arabe ou occidentale un professeur de droit interviewer un président élu au suffrage universel, et non pas un président provisoire « élu » avec 7000 voix ? Qui plus est dans les « studios privés » de Carthage et avec une équipe de caméramans au service du président provisoire ! Cela s’est peut-être vu au Chili sous Pinochet ou au Gabon sous Omar Bango. Dans les pays civilisés et sous les régimes démocratiques, lorsque le président veut s’exprimer, soit il provoque une conférence de presse, soit –pour une longue interview- il sollicite trois ou quatre journalistes professionnels de la presse écrite ou audiovisuelle.

En d’autres termes, puisque Moncef Marzouki avait apparemment des choses très « importantes » à dire aux Tunisiens, il aurait dû recevoir au palais de Carthage la télévision nationale, avec deux autres chaînes privées, et comme intervieweurs Soufiane Ben Farhat, Moez Ben Gharbia, Amor S’habou ou d’autres professionnels de son choix. Il a préféré s’entretenir avec un intellectuel d’une platitude inégalable, qui, autrefois, sous prétexte d’académisme, n’a jamais ouvert la bouche 23 ans durant…sauf chez son dentiste ! Au plus fort de la répression et des atteintes aux droits de l’homme (1991-1995), il n’a jamais signé la moindre pétition, écrit le moindre article pour dénoncer la dérive autoritaire du régime. Ni après d’ailleurs (2000-2005), contrairement à d’autres intellectuels et universitaires qui le valent et même plus, comme Mohamed Charfi ou Mohamed Talbi. C’est le 15 janvier 2011 que la langue d’Iyadh Ben Achour s’est déliée et qu’il s’est érigé en théoricien de la « révolution », en proposant et en défendant l’idée populiste et suicidaire d’une assemblée constituante. Lui et ses semblables voulaient singer la révolution française !

Le président provisoire a commencé sa prestation par un alibi extra-tunisien : ce que lui a confié l’ambassadeur d’une « grande puissance occidentale » au sujet de la grandeur de la « révolution du jasmin ». Cet ambassadeur aurait confié à Moncef Marzouki qu’il était impossible, juste après la « révolution », d’anticiper ce qui se passerait aujourd’hui en Tunisie. Autrement dit, que la Tunisie  était vraiment sur la bonne voie. L’essentiel pour Marzouki, ce n’est pas ce que pensent les Tunisiens de la vie cauchemardesque qui est devenue la leur depuis deux ans, mais ce que pense un diplomate occidental du « laboratoire tunisien », à qui on a appris comment parler aux Arabes ! Il semble par ailleurs oublier ce que son propre conseiller politique, Aziz Krichen, a déclaré il y a à peine quelques jours, à savoir que le 14 janvier 2011 n'était pas une révolution mais un coup d'Etat. Il aurait pu préciser, un coup d'Etat américano-qatari, ou islamo-impérialiste.

Fort de cet alibi de grande importance, ce président provisoire s’est étonné : « Les Tunisiens ne sont pas conscients que nous avons réalisé un miracle ». En prenant les Tunisiens pour ce qu’ils ne sont pas, il a poursuivi que « Le monde entier est admiratif de notre révolution et de nos réalisations ». Effectivement, on peut parler d’un miracle, et même de plusieurs. C’est un miracle que ce pantin soit président, si provisoire soit-il. C’est un miracle que d’anciens terroristes et mercenaires des Etats-Unis et du Qatar soient aujourd’hui au pouvoir. C’est un miracle que les mosquées soient contrôlées par des salafistes. C’est un miracle que la constitution d’une République fondée par Bourguiba soit confiée à des ignorants et à des obscurantistes. C’est un miracle qu’une crapule intégrale comme Rached Ghannouchi soit aujourd’hui l’homme fort de la Tunisie. C’est un miracle que l’économie du pays soit aujourd’hui ruinée en seulement deux ans, et que le pays soit sous hypothèque et endetté pour vingt ans…Au passage, Marzouki a eu un mot très gentil pour ses ex-amis de la gauche, "Heureusement que nous soyons au pouvoir. D'autres, auront érigé des potences"!

Pour le président provisoire, tout va très bien en Tunisie. Y compris la situation sécuritaire, qui a été décrite par le général déserteur Rachid Ammar comme étant catastrophique, en ajoutant que le pays va vers une somalisation ! Pour celui qui a l’insolence de se présenter comme un disciple de Mandela et de Gandhi ( !), la situation sécuritaire de la Tunisie s’est au contraire nettement améliorée. Les événements de Djebel Chaambi, les agissements d’Al-Qaïda Maghreb, les cellules dormantes de l’islamo-terrorisme, les salafistes qui font la loi, les armes stockées, les crimes abominables commis par la racaille qu’il a amnistiés, les djihadistes exportés en Syrie… tout cela est normal au pays du jasmin.

D’où les priorités « stratégiques » du président en sursis : premièrement la propreté des villes ! Il est vrai que, depuis la « révolution du jasmin », Tunis et les grandes villes du pays sentent mauvais. Deuxièmement, la guerre non pas aux terroristes et aux nouveaux pilleurs du pays devant lesquels les Trabelsi sont des enfants de cœur, mais aux sacs en plastique ! Il faut que les Tunisiens reprennent les couffins traditionnels, qui sont écologiques et dont la fabrication donnera un bon coup de main à notre artisanat ! Cet esclave de Ghannouchi qui n’a jamais souffert de la pauvreté ignore que la majorité des Tunisiens n’a plus rien à mettre dans le couffin, tellement les prix des produits de bases et des légumes ont flambés. Troisième priorité : la constitution du XXIème siècle que des hommes du Moyen-âge n’ont pas fini de préparer aux tunisiens, ce qui arrange tout le monde, à commencer par ce président provisoire. Marzouki semble très satisfait de la dernière copie de cette constitution qui est à des années lumières de la Constitution de 1959, qui a été rédigée par une élite  moderniste et qui a été démocratiquement votée par des députés  incarnant le patriotisme, la culture et l’excellence du peuple tunisien.

A ce sujet, monsieur l’intervieweur occasionnel n’a pas tari d’éloges, puisqu’il est personnellement témoin du rôle prépondérant que Moncef Marzouki a joué auprès des cuisiniers de cette constitution pour les convaincre de faire quelques concessions par rapport aux projets antérieurs. Pas un mot sur la Charte universelle des droits de l’homme, qui devait être inscrite en préambule à la constitution. Spécificité culturelle oblige ! Le commerçant des droits de l’homme et le blanchisseur de l’islamisme « modéré », Moncef Marzouki, n’a pas cessé de dire ces quinze dernières années que la Charte universelle des droits de l’homme doit figurer en préambule à la constitution. Pour lui comme pour son servile intervieweur, la comparaison entre la révolution bouazizienne et la révolution de 1789 a des limites.

La patience des Tunisiens aussi. Car, viendra un jour, plus tôt qu’on le croit, où les clowns déguisés en présidents, les opportunistes déguisés en élite intellectuelle, les mercenaires déguisés en patriotes, les terroristes déguisés en représentants du peuple, les Frères musulmans déguisés en « islamistes modérés », les wahhabites déguisés en salafistes, les criminels déguisés en protecteurs de la « révolution »…seront balayés par un peuple qui commence à se souvenir qu’il a été Tunisien ! Tunisie-Secret.com

Karim Zmerli      

 
 


           


1.Posté par kimdee le 01/07/2013 00:05
Super titre!
(signé: Humain déguisé en lecteur)

2.Posté par Othello Ettounsi le 01/07/2013 00:38
سي عياض آش مشاك تعمل في حوار مع بطل قرطاج؟

إلي هلك تونس في الماضي وإلي ممكن أن يهلكها في الحاضر هو زعمة هاكلي مسمين رواحهم النخبة...تي هاكلي زعمة يفتيو ويعطيو في الدروس وخبراء في patati وخبراء في patata ومنهم عمداء ومديري مؤسسات في وقت بن علي....مشكلة هاذوما أنهم ils veulent goûter à toutes les sauces...ها الجماعة متاع à voile et à vapeur وبعبارة أخرى الناس إلي عاملة فيها de principe وتكمبوزي مع ال-pouvoir ...ها الجماعة هاذي هي سبب هلاكنا وقت بن علي وممكن تكون سبب هلاكنا وقت الخلافة السادسة...

سي عياض بن عاشور ...آش مشاك تعمل في INTERVIEW لل fantôme de Carthage؟


La dernière bataille de cette révolution ne sera pas celle de la gauche contre la droite. Elle ne sera pas celle des progressistes contre les obscurantistes. La dernière bataille sera celle de la jeunesse contre une génération corrompue jusqu'au bout de ses valeurs. #sidibouzid2 #tammarod

http://othelloettounsi.canalblog.com/archives/2013/06/30/27538808.html

3.Posté par Ali le 01/07/2013 02:48
Je suis d'accord que Si Yadh perd de sa crédibilité en allant interviewé un vil opportuniste devenu par accident président , je ne sais pas quelle mouche a piqué le doyen Ben Achour ? qu'est ce qui le prend ?
Cependant , Si Yadh est un éminent constitutionnaliste connu et reconnu par ses pairs en Tunisie et à l'étranger donc il ne faut pas dire qu'il est incompétent parce qu'il s'est donné à ce simulacre pitoyable .

4.Posté par Sami Trimeche le 01/07/2013 12:04
Iadh Ben Achour c un peu discrédité , à sa place j'aurais refusé de jouer cette mascarade ..

5.Posté par Nourhene Kivan le 01/07/2013 12:05
comment vous avez pu écouter leur discours jusqu'à la fin, pour ma part j'aurai changé tout de suite de chaine, deux guignols, deux ploucs

6.Posté par Bach Melo le 01/07/2013 12:05
une posture inappropriée!un geste de trop!!!

7.Posté par Med Noomen le 01/07/2013 12:37
juste pour clarifier les 7000 voix du président (clown ou pas il est président actuel) je veux dire vaux mieux qu'on arrête une fois pour toute avec cette blague, 7000 voix sur la moitié du gouvernerat de Nabeul, sur le plan national ce president a receuillit 360 milles votes plus que tout autre clown qui aurait pu etre notre president (parceque n'importe quel autre personne aurait eu le meme sort tartourien) 360 000 vote synonyme Nr 2 apres Nahdha, donc arretons svp avec cette argument a 2 sous, meme si j'accorde que vraiment le titre ici est vraiment superbe.

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter