Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Diabolique machination contre Mohamed Ayachi Ajroudi


4 Février 2017

Qui veut la tête de cet homme qui cherche le bien pour un pays auquel il ne doit rien, si ce n’est sa naissance ? La question se pose à la lecture d’une « enquête » romanesque publiée dans un torchon qui a joué un rôle crucial dans la déstabilisation de la Tunisie et qui est financé par le très « généreux » affairiste George Soros ! Contre-enquête de Tunisie-Secret.


Mohamed Ayachi Ajroudi reçu par Béji Caïd Essebsi.
Mohamed Ayachi Ajroudi reçu par Béji Caïd Essebsi.
Comme en janvier 2011, avec le mythe suivant lequel « Bouazizi est un jeune Bac plus 4, réduit à un vendeur ambulant, que la police de Ben Ali empêche de gagner sa vie », le roman scribouillé par une certaine Diane Robert commence par une mise en scène qui joue sur l’affect des jeunes, sur le manichéisme du bien contre le mal et sur l’antagonisme de classe : le riche dominateur contre le pauvre démuni.

Une Jeanne d’Arc d’importation !   

Notre Diane d’Arc écrit : « Dimanche 22 janvier, un groupe d’amis est parti se promener à Jbel el Faouara, sur les hauteurs de Hammamet, et s’est fait menacer par des forces sécuritaires au service du riche homme d’affaires Mohamed Ayachi Ajroudi qui, en contrebas, fait agrandir son palais, une construction illégale. Le dimanche suivant, les habitants de Hammamet ont organisé un pique-nique de protestation pour rappeler leur droit d’accès à cette zone verte à laquelle ils sont attachés ».

Cette gamine à peine sortie de l’université –on ne sait pas laquelle-, qui apprend le journalisme militant chez les néo-colonisés, comme d’autres expérimentent encore leur « printemps arabe » au pays du jasmin, se présente elle-même comme « Française résidant en Tunisie depuis un peu plus d’un an. Je m’intéresse, entre autres, à la « société civile », à l’environnement, aux rapports (néo)coloniaux, en pratiquant diverses formes d’écriture ». Comme le dit si bien un proverbe tunisien, « On apprend la coiffure sur la tête des orphelins » ! Vraisemblablement attachée à la Tunisie et au bien-être des Tunisiens, Diane d’Arc sait répondre aux commandes. Dans un article publié dans le même site de propagande le 2 décembre 2016 et titré « Les réseaux bénalistes pour la promotion du livre de BCE en France », elle a stigmatisé Béji Caïd Essebsi en calomniant ce qu’elle appelle les anciens agents de Ben Ali.
 
Nawaat, une officine subversive au service de George Soros

Même si l’on peut le deviner, on ne sait pas pour qui travaille réellement Diane Robert, mais on sait depuis longtemps par qui est financé Nawaat. Par la vitrine noire du chevalier blanc : George Soros et son officine l’Open Society Institute. L’escroc international George Soros, qui a financé les fameuses « révolutions colorées » dans l’ex-Union Soviétique, comme il a financé le sinistre « printemps arabe », et comme il a massivement soutenu les néo-fascistes Ukrainiens contre la Russie. Le même George Soros qui a promis de détruire Donald Trump et qui irrigue de ses dollars souillés tout le mouvement de contestation du Président élu des Etats-Unis.

Que Nawaat, qui se présente comme une « plateforme collective indépendante », soit l’une des nombreuses organisations subversives au service de George Soros, c’est là un fait avéré et attesté. Dans son édition du 28 novembre 2012, Jeune Afrique a affirmé que « le budget de Nawaat est à 80% financé par la Fondation du financier américain George Soros, l’Open Society Institute » (voir lien source).
Mais, malgré sa perte d’audience et de crédibilité, Nawaat s’est diversifié depuis ! Ce site roule pour celui qui paye : souvent la secte diabolique des Frères musulmans, tantôt les dissidents de Nidaa Tounes, tantôt les larbins de Marzouki, et parfois les affairistes véreux qui ont fait fortune à l’époque de Ben Ali et qui continuent à sévir en Tunisie. Le spectre est donc assez large pour deviner les personnes ou les milieux qui sont derrière le torchon de Diane d’Arc ! 

Redouté parce que fortuné…et patriote

De fortune, parlons-en. Comme Donald Trump aux Etats-Unis, Mohamed Ayachi Ajroudi ne doit rien à l’establishment et à la nomenclature. C’est en cela et pour cela qu’il est redouté et redoutable aux yeux des arrivistes, des opportunistes et des mercenaires qui ont été charriés par la « révolution du jasmin » et qui ont, depuis, dépouillé la Tunisie. Comme il était autrefois redouté et redoutable pour certains milieux mafieux qui gravitaient autour de Sarkozy! 
        
Ayant quitté Gabès adolescent, Mohamed Ayachi Ajroudi ne doit rien à son pays natal. A force de volonté, de persévérance et de foi, il a réussi comme rarement tunisien a réussi à l’étranger. Son autonomie financière lui permet de demeurer libre et de dénoncer publiquement la dérive islamo-mafieuse des nouveaux Vizirs de la Tunisie, ce qui attise contre lui l’envie et la haine. Déjà sous le règne de Ben Ali, et même s’il ne l’a jamais déclaré sans doute par égard à l’ancien Président et pour ne pas tirer sur les ambulances, Ajroudi avait subi le chantage et la spoliation. Il n’a plus remis les pieds en Tunisie qu’après janvier 2011.

A la tête de son Mouvement du Tunisien pour la Liberté et la Dignité (MTLD), Ajroudi a refusé de pactiser avec le diable (Ennahdha) et de se compromettre, comme d’autres partis politiques, dans le renoncement à la souveraineté tunisienne et dans le bradage et partage de ses ressources, notamment énergétiques. Isolé et solitaire, il finit par déclarer, en 2015, son retrait de la scène politique. Mais pas de la scène nationaliste !

Il continue, en effet, son combat via sa télévision iconoclaste Al-Janoubiya et son puissant réseau d’influence à travers le monde arabe et occidental. Certains pensent que par où il passe, de Washington à Paris, sans compter Oman ou les Emirats Arabes Unis,  il dénonce les frères du diable et leurs complices, non sans suggérer aux vrais amis de la Tunisie une possible alternative démocratique et patriotique, au service du peuple et non pas à la solde des imposteurs pseudo-religieux et de leurs nombreux complices. Si cela est vrai, on peut comprendre pourquoi sa tête a été mise a pris et pourquoi une cabale calomnieuse le vise à travers Nawaat.

Scénario hollywoodien de Diane Robert

Pour cette apprentie journaliste, une dizaine de jeunes habitants de Hammamet se sont spontanément donné rendez-vous à onze heure du matin, le dimanche 29 janvier, pour aller se promener sur les collines de djebel Faouara et y pique-niquer. Arrivés sur les lieux, ces jeunes innocents et amoureux de la nature, se sont faits agressés par « les hommes de main » du « richissime homme d’affaire ». C’est la version côté jardin.

La version côté antichambre est que la dizaine de jeunes en questions étaient en mission de repérage et de provocation, qu’ils ont été payés 100 dinars chacun pour filmer la propriété privée de M.Ajroudi. L’intervention des « hommes de main » en question a été si « musclée » qu’elle n’a pas dissuadé les jeunes mercenaires de faire une vidéo et de prendre des photos de la propriété, ce qui constitue une violation de domicile caractérisée.

Plus grave encore que cette expédition en bande organisée, Nawaat, dont les fondateurs se disent « très impliqués au niveau de la protection de la vie privée » (voir leur site), a pris par Google Earth une photo de la propriété privée qu’elle a publiée dans l’article de Diane Robert. On peut déduire les conséquences d’une telle délation dans un pays où l’insécurité règne, la haine du riche domine et la métastase du terrorisme se propage. On peut également deviner les suites judiciaires de cette affaire par laquelle Nawaat espérait faire le buzz et qui pourrait se retourner contre les mercenaires de George Soros et de leurs commanditaires locaux !

Nebil Ben Yahmed   
           
Lien de l’article de Jeune Afrique :
 http://www.jeuneafrique.com/139189/politique/nawaat-noyau-dur-du-web-alternatif-tunisien/


           


1.Posté par Taoufik Belkhiria le 04/02/2017 17:47
Excellente contre-enquête qui dévoile les colonialistes et leurs supots tunisiens. J'ai déjà entendu parler de Ajroudi Ayachi et j'ai compris qu'il dérangeait beaucoup le mic mac des nouveaux puissants en Tunisie. Il semble avoir les reins solides et la foi bien enracinée pour continuer son combat. Je te soutiens sans réserve.

2.Posté par Samia Jilani le 04/02/2017 17:56
Merci de dénoncer les traitres et de défendre les patriotes.

3.Posté par gargouri le 04/02/2017 19:02
C'est normal, Ajroudi n'est pas du système et son argent est Halal contrairement aux salopards de Khouanjia et de leurs lèches-bottes de Nidaa Tounes, qui ont tous vidé les caisses de l'état et ont volé 1000 fois plus que la clique de Zaba pendant 23 ans.

4.Posté par SABY SABIHA le 04/02/2017 21:09 (depuis mobile)
BRAVO M.AYECHI AJROUDI VOUS ÊTES L'EXEMPLE D'HOMME HONNÊTE COURAGEUX FORT QUI DÉRANGE BEAUCOUP LE MIC MAC DES NOUVEAUX ARRIVISTES EN TUNISIE. IL A LE MORAL SOLIDE ET DES CAPACITÉS EN OR POUR CONTINUER SON COMBAT. JE VOUS SOUTIENS SANS FAUTE.

5.Posté par Mouhaned Socrate le 05/02/2017 14:28
Monsieur ayachi ajroudi a de tous temps été une personnalité patriote,honnête intégré et généreux,en plu de son professionnalisme et ses compétences dans l,environnement et l'énergie renouvelable,il a toujours soutenu son pays et ses compatriotes ,c,est malheureux et triste qu,on s,acharne contre sa personne avec une campagne de dénigrement odieuse,bien faire et laissez dire,il n'y a que les malades de jalousie et d,envie qui dénigrent,quant à Tunisie Secret ,reconnu par l,analyse,l,actualité,la plume le contenu vrai,objectif et intéressant

6.Posté par S. Mohsen le 07/02/2017 14:06
Je suis impatient de voir mon commentaire adressé hier s'afficher.

7.Posté par Fillon Francois de son prénom le 07/02/2017 17:21
Nous ne mettons pas en doute la réussite du Monsieur, mais juste a t il le droit de construire un tel édifice à cet endroit. Et c'est à cette question qu'il faut répondre . Merci.

8.Posté par SMohsen le 07/02/2017 19:01 (depuis mobile)
Alors monsieur Nabil Ben Yahmed, mon commentaire serait-il un désaveu à votre contre enquête pour ne pas le publier. Est-ce là votre conception de l''éthique journalistique que de censurer votre contradicteur?

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube



Infos


Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter