Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Exclusif : Abdelfattah Mourou veut vendre El-Fouladh à la Mafia italienne


8 Novembre 2016

C’est le dernier fleuron de l’industrie tunisienne que les islamo-mafieux veulent brader à deux usines siciliennes appartenant à la Cosa Nostra. Ceci à l’air d’un roman policier mais les faits sont là pour attester que la république bananière présidée par Béji Caïd Essebsi et dirigée par le frère musulman Rached Ghannouchi, a vraiment touché le fond…et avec elle, un peuple sans dignité et sans honneur.


C’est connu, le Dieu des Frères musulmans n’est pas Allah mais l’argent-roi. C’est connu, le royaume des islamistes n’est pas dans les cieux et après la mort, mais ici et maintenant. C’est connu, depuis que les Frères musulmans sont revenus en Tunisie à la faveur du coup d’Etat américano-qatari du 14 janvier 2011, et qu’ils ont mis la main sur tous les secteurs névralgiques (armée, police, justice, éducation et économie), ils se sont livrés à véritables pillages du pays avec la compromission active de leurs alliés de Nidaa Tounès.

USA, Qatar, Turquie, les premiers servis

Si l’on excepte les « libérateurs » de la populace et non pas du peuple, à savoir les Américains, qui ont transformé la Tunisie en immense base militaire et de renseignement, les premiers servis après le coup d’Etat du 14 janvier 2011 ont été les Qataris. Véritables maîtres du pays de Bourguiba et de Ben Ali, ces primitifs à la solde de l’Empire se sont appropriés des banques, des hôtels, des entreprises publiques… et l’exclusivité des archives de la Présidence que Moncef Marzouki et les frères Daïmi leur ont donné dès 2012, contre argent.

Les seconds servis ont été les fils et les amis du dictateur ottoman et frère musulman, Recep Tayyip Erdogan, le voleur qui a dépouillé la Syrie et le partenaire de Daech dont il recyclait, avec  Halliburton des Bush, Dick Cheney et Donald Rumsfeld, le pétrole irakien et syrien, jusqu’à ce que les Russes découvrent et dévoilent ce grand trafic mondial. En Tunisie, les Turcs ont également mis la main sur quelques perles des richesses nationales, notamment les ports, les aéroports, les hôtels et les banques.

El-Fouladh bradé à l'italien Alfa Acciai

Cette fois ci, c’est l’un des fleurons de l’industrie tunisienne que les islamo-mafieux veulent brader à deux groupes italiens appartenant à la Cosa Nostra sicilienne. Il s’agit de l’aciérie nationale qui constitue, depuis 40 ans, un important pôle industriel à Menzel Bourguiba et qu’on a volontairement laissé dépérir (Ennahdha et l’UGTT) pour faire chuter sa valeur réelle. Depuis 2011, El Fouladh souffrait de la concurrence déloyale de l’acier à béton importé en contrebande d’Algérie avec des normes non conformes à la réglementation tunisienne ainsi que celle des aciéries privées qui n’ont pas les mêmes charges. En effet, El Fouladh a dû intégrer 250 ouvriers de la sous-traitance au point de compter 1250 cadres et ouvriers à ce jour. El Fouladh, qui fournissait depuis toujours la STEG  en pylônes d’acier galvanisé, a perdu ce marché national au profit d’un groupe turc.

Surendettée, alors qu’elle pouvait passer sa production de 150.000 tonnes par an à 700.000 tonnes avec un potentiel d’exportation vers l’Afrique, l’usine El Fouladh avait besoin d’une ligne de crédit accordée par la BID soit 20 millions de dollars (34 MD) destinés à acheter les matières premières, mais cette convention de crédit n’a pas reçu l’approbation par l’ARP. Et pour cause ! Le vice-président de l’ARP et le vice-président d’Ennahdha s’appelle Abdelfattah Mourou !

Vice-président de l'ARP et d'Ennahdha

Ce double vice de Ghannouchi et de Mohamed Ennaceur est aussi un avocat véreux. Après avoir bien pompé les hommes d'affaires tunisiens accusés de corruption sous l'ancien régime, c’est lui qui est le principal lobbyiste de la société italienne « Alfa Acciai » (implanté à Brescia en Lombardie), connu en Italie et en Europe pour être une ramification de la Cosa Nostra sicilienne. Dans l’émission Klem Ennas de la chaîne télévisée El Hiwar Tounsi, diffusée le 19/10/2016, l’avocat-affairiste avait reconnu avoir des contacts avec la société italienne « afin de la convaincre d'investir en Tunisie » !

Les frères Essebsi et Mohamed Ben Souf

Mais le très pieux Abdelfattah Mourou n'est pas seul dans cette escroquerie et opération de pillage des biens de l'Etat. Il faut bien qu'il protège ses arrières en associant et impliquant avec lui Hafedh Caïd Essebsi, Khalil Caïd Essebsi et un certain Mohamed Ben Souf, député de Nidaa Tounès pour l'Italie. Ancien petit barbouze du RCD, ce dernier joue un rôle prépondérant dans l'affairisme véreux entre la capitale historique de la Causa Nostra (Sicile) et le centre religieux des islamo-mafieux (Tunis).

On rappellera que le complexe industriel d'El-Fouladh a déjà été l'objet de tentative de marchandage mafieux du temps de Ben Ali. Le groupe sidérurgique mondial Arcelor Mittal voulait reprendre ce fleuron de la métallurgie tunisienne, mais la commission boulimique du trio Sakhr El-Matéri, Belhassan Trabelsdi, Slim Chiboub a fait capoter la transaction. C'est pour dire que les régimes passent, les corrompus se régénèrent et la spoliation continue.           

Le repreneur italien, qui a missionné et payé Abdelfattah Mourou, pose au « gouvernement » tunisien les conditions suivantes: 50 MD, comme montant de la cession, un contrat d'assistance technique en sa faveur d'une durée de 2 ans, à raison de 14 M d'euros par an à déduire du montant de la cession, l'homologation exclusive du prix des fers marchands en sa faveur sur le territoire tunisien.
Et cerise sur le gâteau: la délocalisation de la production des usines d'El fouladh en Sicile en faveur de deux usines appartenant à la Cosa Nostra.

Karim Zmerli

Usine El-Fouladh à Menzel Bourguiba.
Usine El-Fouladh à Menzel Bourguiba.


           


1.Posté par Abou ghassen le 09/11/2016 10:36 (depuis mobile)
El fouledh est un patrimoine national comme la STEG la SONED, Tunis air et autres sociétés. Cette société rayonne sur toute la région et par suite sur notre pays. Elle a acquis un savoir faire inestimable depuis pus de 50 années d''activité.

2.Posté par Léon le 09/11/2016 22:04
Ahhh, je n'ai eu de cesse de le répéter: Mourou possède une foi tellement inébranlable, que l'on peut en extraire de l'huile: L'huile de foi de Mourou.
Amitiés.
Léon

3.Posté par G&G le 12/11/2016 22:00
Ce morue ment comme il respire. Un pressoir à huile lui convient non pour extraire l'huile de mourou comme disait mon ami Léon mais pour cracher ce qu'il cache dans la carcasse.

4.Posté par marasandid le 17/11/2016 21:30
l acier algerien est vendu au japon et a la suede,les tunisiens dises hors normes -bizare.bizare bizare

5.Posté par hassen zenati le 18/11/2016 12:00
Helas, il y a fort longtemps qu'El Fouladh de Menzel Bourguiba a cessé d'être un "fleuron" de l'industrie nationale. Du beau complexe crée dans les années 1960 pour traiter du minerai brut, il ne reste qu'une minable aciérie électrique qui traite de la déraille. Le nombre de salariés à été divisé par dix. La ville qui vivait sur ce complexe et sur l'arsenal militaire, dont une partie des hangars a été convertie en atelier mécaniques, avant d'être à leur tour abandonnés, est aujourd'hui à l'abandon. IL n'y reste plus qu'une petite activité qui emploie quelques dignes de personnes au plus. Le bât de la ville et dans un état de délabrement sans pareil. Les places et jardins publics ont été livrés par la municipalité dominée par des parvenus d'Ennahda , à la prédation sous prétexte de donner une occupation aux chômeurs. Mille histoires circulent dans la vielle sur la corruption qui a présidé à la distribution du butin. Les autorités locales sont dans l'impuissance. L'informel a dévoré les espaces publics. J'arrête là cette sinistre énumération. Si personne ne s'en préoccupe, ce qui reste de la belle ville d'antan ne tardera pas a être englouti.

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter