Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Exclusif : Oussama et Seifeddine Marzouk, deux jeune frères tunisiens tués en Syrie


13 Mai 2014

Originaires de Hergla, issus d’un milieu social défavorisé, Oussama (29 ans), ici en photo, et Seifeddine (22 ans), font partie des 4500 à 6000 jeunes Tunisiens qui avaient répondu aux fatwas criminelles de certains imams, pour aller faire le « djihad » contre leurs frères en religion, les Syriens, et dont le gouvernement de la troïka a encouragé et même organisé le départ. Voici en exclusivité leur histoire tragique.


Exclusif : Oussama et Seifeddine Marzouk, deux jeune frères tunisiens tués en Syrie
Selon l’un de ses meilleurs amis à Sousse que nous appellerons R.K, avant la « révolution du jasmin», Oussama Marzouk (29 ans), ici en photo avec tenue verte, était un jeune paumé, comme beaucoup d’autres jeunes Tunisiens hélas. Après son échec scolaire, il devait se débrouiller comme il pouvait : les petits boulots l’hiver, le travail dans les hôtels l’été. Avec le peu qu’il gagnait, il ne pouvait pas mener la même vie que ses amis bourgeois de Sousse. Il s’est alors mis à la « gagner » autrement : les petits trafics et le vol. Oussama était donc un jeune délinquant, qui aimait les beaux fringues et s'adonnait à l’alcool et surtout à la drogue. Une vie largement culpabilisante pour basculer dans l'islamisme "purificateur". 

Son jeune frère, Seifeddine Marzouk (22 ans), était tout le contraire. Brillant dans ses études primaires et secondaires, il était déjà connu dans sa région pour sa passion de l’islam. Selon R.K, son ami d’enfance, même des vieux bien plus âgés que lui venaient le consulter pour telle ou telle question religieuse. C’était un garçon pieux et honnête, respecté par l'ensemble de ses voisins et e ses amis.

Après janvier 2011, il a été parmi les premiers à basculer dans l’extrémisme. Il a d’abord rallié Ansar al-charia de Seifallah Ben Hassine, alias Abou Iyadh, puis rejoint un noyau djihadiste qui s’était constitué à Sousse. D’après ses propres publications sur facebook, sous le pseudonyme d’Abou Omar al-Tounsi, son itinéraire est assez curieux. Il n’est pas parti en Turquie, destination habituelle des candidats au terrorisme, mais paradoxalement en Iran, où il a séjourné moins d’un mois avant de partir en Afghanistan. C’est à partir de ce pays qu’il a rejoint la Syrie, avec le titre de « Kaïd Maydane » au sein de Jabhat al-Nosra.

En 2013, c’est son frère aîné, Oussama, qui le rejoint par l’itinéraire classique, Tunis-Istanbul, en avion, ensuite intrusion par les frontières syro-turques. A peine deux mois après son arrivée en territoire syrien, il trouvera la mort à Alep, lors de l’attaque d’un immeuble où il y avait 22 soldats de l’armée arabe syrienne. Pour venger la mort de son frère aîné, Seifeddine Marzouk aurait égorgé de ses propres mains les 12 soldats Syriens qui ont survécu à cette attaque.

Seifeddine Marzouk poursuivra sa folie meurtrière jusqu’en février 2014, date de son décès lors d’une bataille entre terroristes et soldats Syriens, à 40 Km d’Alep. Ainsi, les deux frères que rien ne prédestinait à une telle fin, à part l’oisiveté avant la « révolution du jasmin », puis le fanatisme après, ont laissé leur vie dans un djihad absurde auquel des imams sans foi ni loi ont appelé sur Al-Jazeera et d’autres télévisions subversives.

Selon les statistiques annoncées en décembre 2013 par le mouvement salafiste jihadiste de la Jordanie, et rapportées par l’agence de presse américaine United Press, du 23 décembre 2013, depuis le début de la croisade contre la Syrie, en mars 2011, 9936 Arabes appartenant à des organisations affiliées à Al-Qaïda, ont été tués, dont 1902 Tunisiens. Toujours selon ces statistiques,  le nombre le plus important de victimes est de nationalité tunisienne, suivi par les Libyens (1807), puis les Irakiens (1432), les Libanais (828), les Egyptiens (821), les Palestiniens issues des camps de réfugiés syriens (800), les Saoudiens (714), les Yéménites (571), les Marocains (412), les Algériens (274)…

Depuis le début de ce conflit, le gouvernement de la troïka a laissé partir en Syrie entre 4500 et 6000 jeunes Tunisiens, pour y massacrer leurs frères Syriens. Près de 750 sont depuis revenus en Tunisie, pour disparaitre dans la nature…en attendant de répondre au prochain djihad on ne sait où !

Lilia Ben Rejeb 

Photos de Seifeddine et de son frère Oussama Marzouk. 



 
 


           


1.Posté par Léon le 13/05/2014 11:47
Hergla: Un village si paisible avec des habitants si simples et si honnêtes. Dommage!
Léon.

2.Posté par kimdee le 13/05/2014 16:29
en attendant de répondre au prochain djihad on ne sait où !
où?
en Tunisie bien sûr!

c'est triste mais chaque mort d'un djahdiste tunisien égorgeur est une bonne nouvelle.

3.Posté par hamadi boussaadia le 13/05/2014 17:17
c est le village natal de ma famille.j habite nice je n ai jamais pense lire un tel article sur hergla toutes ces fetes( circoncisions,mariages...°).passees dans ce beau village autour de la place ou se trouve le saint sidi said boumendil et la maison de nos cousins mohamed ben abdelaziz bessaad.les habitants sont tres gentils.

4.Posté par GentilTun le 14/05/2014 10:50
"Seifeddine Marzouk aurait égorgé de ses propres mains les 12 soldats Syriens qui ont survécu à cette attaque"
Ce terroriste aurait donc vengé son frère en tuant des soldats syriens qui défendaient leur patrie et LEURS PROPRES FRERES, soeurs et familles que cet animal est venu assassiner CHEZ EUX...
En tout cas bon débarras de ces bêtes inhumaines

5.Posté par SEMI AYED le 14/05/2014 14:43
Pourquoi vous trouvez celà tragique ??? C'était leur choix donc arretez avec vos histoires de victimisations . Si vous voulez régler vos comptes avec la Troika , c'est trop tard mes amis !!!!!!!! En plus , la leçon n'a pas servie car nos jeunes aspirent encore à partir -

6.Posté par moussa yasmine le 16/05/2014 15:54
C est dommage un perte inestimable pour leur famille, ils auraient due commencer par les salafistes en Tunisie et leurs commanditaires la troyka et leur grand chef Ghanouchi.
de toute facon tant qu il y aura un epouvantail comme lui pour faire les gents aun nom de la religion tout le pay sera dans la merde

7.Posté par aziz23 le 18/05/2014 11:21
Ils sont morts qu'ils aillent en enfer mais les principaux responsables ghanouchi Djebaili et toute la clique de Nahda doivent payer comme pour la vente de l'ex 1er ministre lybien

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter