Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Exclusif: Ridha Grira, enfin libéré


4 Mars 2014

Nous venons d'apprendre que l'ancien ministre de la Défense, M.Ridha Grira, vient d'être libéré par la deuxième chambre du tribunal de première instance de Tunis, après 29 mois de prison arbitraire.


Exclusif: Ridha Grira, enfin libéré
C'est en fin de matinée, aujourd'hui mardi 4 mars 2014, que Ridha Grira, grand commis de l'Etat et ancien ministre de la Défense a été libéré par la deuxième chambre du tribunal de première instance de Tunis, après deux ans et cinq mois de détention arbitraire.

Ridha Grira a été en effet arrêté le 20 septembre 2011, sous des accusations fallacieuses et au nom du "al-chaab yourid". Déjà en septembre 2013, après une année d'emprisonnement malgré sa maladie, l'opinion publique s'attendait à sa libération compte tenu de la santé de sa mère. Celle-ci est décédée en septembre 2013 sans que Ridha Grira puisse assister à ses funérailles, comme M.Mondher Zénaïdi qui a récemment perdu son père, une figure illustre du patriotisme et de l'intelligentsia tunisienne à l'aube de l'indépendance.  

Si cette libération peut-être interprêtée comme un acte d'indépendance de la Justice tunisienne à la suite du départ de la troïka et de l'arrivée du gouvernement intérimaire de Mehdi Jomaa, il faudrait qu'elle touche d'autres ministres et hauts responsables qui sont encore en prison. Notamment Rafik Belhadj Kacem, Ali Seriati, Mohamed Lamine el-Abed, Rafaa Dkhil, Jilani Deboussi, Nadhir Hamada, Adel Tiwiri, Jalel Boudrigua, Lotfi Zouaoui…et des dizaines d'autres qui ont été arrêtés par basse vengeance et au nom du slogan populiste "Le peuple veut".

Maintenant que le "peuple" ne veut plus rien, à part se nourrir, retrouver la sécurité et la paix civile dont il jouissait avant le coup d'Etat du 14 janvier 2011, tous les prisonniers politiques doivent être libérés et tous les exilés politiques doivent revenir dans leur pays. C'est à cette condition qu'une réconciliation nationale pourrait s'établir et que le gouvernement de Mehdi Jomaa se démarquera réellement des gouvernements qui l'ont précédé et qui ont contribué à la ruine de la Tunisie, en trois ans d'amateurisme, de corruption, d'endettement et d'atteinte à la souveraineté du pays.

Nebil Ben Yahmed       


           


1.Posté par Mokrani Sonia le 05/03/2014 12:25
Parfaitement raison

2.Posté par Observateur en Tunisie le 06/03/2014 05:49
Très significative, cette libération annonce l'air du temps : c'est la fin de l'islamisme en norme suprême de jugement et de vengeance à tous azimuts, comme dicté par les Frères musulmans de Tunisie, cynique agents idéologiques de l'impérialisme américain sous la férule médiatique d'Obama.

Loin de supposer que la libération psychologique du tartour présidentiel Marzouki se fasse aussi à l'aune de cette atmosphère de délitement idéologique, ce sont les événements d'Ukraine qui se prêtent à clef de lecture des exploits "révolutionnaires" du 14 janvier 2011 en Tunisie.

En effet nous avons assisté à l’énième coup d'Etat de la même coalition de lobbys et de potentats pétro-financiers derrière le serviteur noir de la CIA et les wagons-lits de l'union Européenne en train d'exploser dans son déraillement moral, politique et économique...

L'enregistrement téléphonique d'une conversation entre la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton et le ministre des Affaires étrangères d'Estonie Urmas Paet a été publié sur Internet. Un rideau vient ainsi d'être levé sur l'action meurtrière de snipers pendant les démonstrations aiguisées par les cyber-agents à la solde de l'organisation atlantiste et de la CIA... Tout se répète cyniquement comme pour le premier coup, la Tunisie!

On entend en clairs mots de la part du chef de la diplomatie estonienne que « Il devient plus clair que derrière ces snipers il y a quelqu'un de la coalition nouvelle et non pas Ianoukovitch »...
On le sait bien, malgré le virage de discours fait immédiatement par Catherine Ashton, qui le sait encore mieux que tous, probablement...

La même bande (de malfaiteurs et terroristes) tourne en boucle, on a bien appris la chanson. Ce qu'on peut dire de Ianoukovitch, on doit l'appliquer de même pour Gueddafi, pour Moubarak, pour Assad et finalement pour Nicolas Maduro au Venezuela, qui attends maintenant son bain de sang à son tour....

On peut DONC le dire de Ben Ali, : "derrière ces snipers il y a quelqu’un de la coalition nouvelle (de Frères musulmans alias Ennahda,, préparés à l"avance pour prendre le pouvoir) "... exactement leurs financiers qatariens et leurs encadreurs du MI6 britanniques sous feu vert de la CIA...!

Donc, fin de la comédie. Et si on veut éviter autres victimes et une guerre mondiale, il vaut mieux que le cabinet Obama fasse un full stop dans ses programmes diaboliques et farfelues à la fois!

"Yougoslavie, Irak, Libye, Syrie, Venezuela, Ukraine… : trop, c’est trop !" - titre justement un article rédactionnel de La Voix de la Russie, par Mikhail Gamandiy-Egorov:

http://french.ruvr.ru/2014_03_04/Yougoslavie-Irak-Libye-Syrie-Venezuela-Ukraine-trop-c-est-trop-5577/

Bonne lecture alors, en attendant la libération imminente d'Ali Sériati et les dernières vérités sur la pseudo-révolution du "printemps arabe", alias "printemps CIA"!

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter