Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


L'Algérie risque de tomber dans l'escarcelle des islamistes sous l'impulsion du Qatar


13 Mars 2012

LE QATAR VEUT IMPOSER SON IDÉOLOGIE ISLAMISTE AU MAGHREB, Le prix de la charia.


L'Algérie risque de tomber dans l'escarcelle des islamistes sous l'impulsion du Qatar

Après l'Egypte, la Tunisie, la Libye et le Maroc, c'est l'Algérie qui risque de tomber dans l'escarcelle des islamistes sous l'impulsion du Qatar aspirant à imposer son leadership sur le Monde arabe.

A Alger, les islamistes n'avancent plus à visage masqué. Bien au contraire, ils affichent haut et fort leurs ambitions. Ils ont même formé une alliance islamique pour atteindre leurs objectifs. L'un d'entre est clairement formulé: former un groupe parlementaire influent lors de la révision de la nouvelle Constitution. Surfant sur la vague verte qui n'a épargné ni la Tunisie ni le Maroc et encore moins la Libye et l'Egypte, les partis islamistes comptent bien séduire les électeurs pour rééditer le coup qui s'est produit chez nos voisins et ailleurs dans le Monde arabe.
Si les tenants de ce courant idéologique placent de prime abord la barre très haut c'est qu'ils n'ont pas l'intention de réfréner leur appétit. L'ultime but ne serait rien d'autre que celui de tenter d'instaurer la charia. Bien sûr que des simulacres de gages sont donnés au camp laïque et démocratique, mais ses adeptes sont loin de tomber dans le panneau. Des citoyens interrogés sur la question voient d'un mauvais oeil toute perspective de retour au calvaire des années 1990 ayant engendré un lourd bilan de pertes humaines avec 200.000 morts.
Les formations politiques que sont le MSP et les mouvements El Islah et En Nahda préfèrent, pour l'instant, parler d'un redressement du processus des réformes politiques.
Elles précisent même que par ce biais, l'Algérie ne va plus demeurer en reste de l'évolution dans la région arabe. Or, si le modèle proposé n'est autre que le califat islamique ou ce qui s'y apparente, le peuple algérien n'en voudrait certainement pas. De surcroît, si cette offre politique est inspirée des monarchies du Golfe à l'image du Qatar qui donne un coup de main inespéré à ses amis de Tunisie. Dans ce pays, le débat fait rage au sein de la société civile et de l'Assemblée constituante.
Abdelfatah Mourou et Rached Ghannouchi, leaders d'Ennahda, sont montés au créneau pour expliquer les vertus de ce qu'ils considèrent comme le régime d'une cité exemplaire à l'image des années de règne du Prophète de l'Islam (Qsssl) puis de ses quatre successeurs.
En Egypte, on n'est pas logé à meilleure enseigne. Le Parlement égyptien était réuni hier pour choisir les membres de la Commission constituante dans un contexte de bataille tendue entre islamistes, largement majoritaires, et libéraux. Les premiers veulent avoir la haute main sur la rédaction du nouveau texte, mais les libéraux et le Conseil suprême des forces armées des généraux à la tête de l'Etat entendent également peser dans la future Constitution.
Les islamistes de tous les pays arabes veulent ainsi faire sauter une à une les digues susceptibles de leur barrer la route vers l'instauration de la charia. En Algérie, la Constitution et le rôle de censeur joué par le Conseil constitutionnel sont parmi les protections choisies par le peuple lors de l'adoption de la Loi fondamentale. S'ils arrivent à obtenir la majorité à l'APN puis aux assemblées locales, les deux Chambres du Parlement tomberont entre leurs mains. Ils n'auront plus qu'à attendre 2014 pour ajouter une nouvelle pierre à leur édifice. A ce moment-là, plus rien ne s'opposerait à ce que l'un des leurs puisse accéder à la magistrature suprême. Après le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif, ils n'auront qu'un pas à franchir pour placer sous leurs bottes le pouvoir judiciaire. Ce serait une voie royale pour imposer la charia dans le statut personnel, au grand dam des défenseurs des droits de l'homme et de tous les patriotes épris de liberté. Comment s'organisera alors la résistance? Par l'annulation des processus électoraux? un scénario janviériste qui n'est évoqué nulle part. D'ailleurs, ce serait un mauvais point pour l'Algérie observée par le monde entier, que de retourner à la situation ex ante alors que d'autres nations se battent pour imposer la légitimité des urnes. Les islamistes sont conscients de ces difficultés. Ne mettent-ils pas en avant le fait qu'ils oeuvreraient pour la réalisation d'un changement pacifique par les urnes en tant que moyen optimal de préserver la stabilité et d'éviter toute ingérence étrangère. Ce sont les propos de Fateh Rebaï, secrétaire général d'En Nahda. L'alliance islamiste compte même rameuter d'autres partis à l'instar de celui conduit par Abdallah Djaballah.
Dans le cas d'une large majorité, l'alliance serait tentée de faire cavalier seul. Exit alors la collaboration annoncée avec les autres partis d'autres obédiences politiques car elle n'aurait plus besoin de consensus. Les grandes comme les petites préoccupations des Algériens seront de leur ressort exclusif, espèrent-ils, en feignant d'ignorer que ces mêmes Algériens ne sont pas près de confier leurs âmes aux bourreaux.
D'ailleurs, les islamistes comptent bien aller vers l'unification des partis de l'alliance en cas de victoire aux législatives. Ils envisagent déjà de participer aux élections du 10 mai prochain avec des listes unifiées afin de former ce fameux groupe parlementaire influent lors de la révision de la Constitution.




           

Nouveau commentaire :

France | Maghreb | Orient | Europe




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter