Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


L’arbre qui cache la forêt


20 Décembre 2015

Certains de nos lecteurs pourraient se demander pourquoi TS prend position dans cette « affaire ». Notre réponse est simple : vous n’avez qu’à lire notre Charte. Qui plus est, nous n’accepterons jamais que l’honneur d’un compatriote, indépendamment de son statut social, de son opinion politique, de son appartenance religieuse ou de la couleur de sa peau, soit traîné dans la boue. A plus forte raison lorsque ce compatriote honore la Tunisie, autant par son parcours personnel que par son attachement à la Patrie.


L’arbre qui cache la forêt
Pour les sociétés et individus civilisés, facebook et internet en général sont un merveilleux outil de communication, d’information, d’échanges intellectuels, de partage des connaissances et de rapprochement des cultures. Pour les sociétés et individus sous-développés, c’est au contraire une formidable machine d’ignorance, de racisme, d’injures, d’insultes, de mensonges, sans parler de l’endoctrinement et du terrorisme.

Le cas d’un certain Elyès Ben Chedly Zaanouni est à cet égard révélateur de ce profil psychologique d’autant plus violent que galvanisé par le sentiment ou l’illusion d’impunité que procure internet. Illusion, car les lois, du moins en France, sont devenues très sévères pas seulement à l’égard des cybers-terroristes mais aussi des injures raciales et des propos diffamatoires.

Pour des raisons politiques qui ne sont pas si occultes et sur lesquelles nous reviendrons peut-être, sa dernière cible expiatoire a été Mohamed Ayachi Ajroudi, un industriel et homme politique tunisien que TS connait bien pour avoir plusieurs fois publié ses analyses sociales et économiques audacieuses et pertinentes.

Tout a commencé le 5 décembre dernier, concomitamment avec des critiques en mode soft visant le désormais dissident de Nidaa Tounes, Mohsen Marzouk. Drôle de coïncidence ! Sur sa page facebook, Elyès Ben Chedly Zaanouni avait alors écrit : « Le mythomane Ayachi Ajroudi a tout intérêt à se calmer sinon je vous dirai qui est cet homme et quel est son parcours entre Cannes, Monaco et Paris. Il est tout aussi bien connu en Arabie Saoudite ...Par quoi devrais-je débuter ? Le proxénétisme ou l'escroquerie sinon le dédoublement de personnalité ? (Ce) menteur né au faciès negroïde il s'était travesti en Marabout africain…Cette fripouille de Ajroudi fait malheureusement partie du paysage politique de notre pays sans pour autant être connu par les hommes politiques tunisiens qui manquent d'information et qui manquent de professionnalisme ».

N’ayant pas obtenu la réaction tant souhaitée d’un Ayachi Ajroudi indifférent, imperturbable et totalement absorbé par la Cop21 en tant que haut dirigeant d’un groupe industriel leader mondial en matière d’énergie renouvelable, notre calomniateur vraisemblablement en service commandé est revenu à la charge le lendemain en traitant sa cible désignée de « nègre » et de « carnassier affectionnant la viande de chiens », et en évoquant une affaire remontant à 2004 dans laquelle M.Ajroudi n’était point coupable mais victime d’un trio véreux et mafieux, comme cela avait été démontré par le célèbre journaliste d’investigation Pierre Péan, qui ne scribouille pas sur une page facebook mais publie un livre par an, précisément dans l’un de ses livres intitulé « La République des mallettes. Enquête sur la principauté française de non-droit », éd. Fayard, Paris, 2011, page 254 et suite. En résumant à sa façon cette affaire, Elyès Ben Chedly Zaanouni omet simplement de dire que, dans son conflit avec le groupe Veolia, la justice française avait fini par donner entièrement raison à M.Ajroudi en septembre 2008.

Malgré les alertes de ses amis sur une possible déposition de plainte, notre calomniateur compulsif va continuer dans son hystérie vindicative à l’encontre de sa cible en la traitant de « mythomane », de « proxénète », de « pervers », de « fripouille »…et bien d’autres qualificatifs qui démontrent le niveau moral et intellectuel de cet ex-candidat à la fonction d’ambassadeur de Tunisie en France et qui trouvent leur signification et leur explication dans la psychanalyse de Freud, plus exactement dans les concepts de transfert et d’inconscient refoulé ! Parce qu’il a eu la spontanéité de défendre Ayachi Ajroudi, le blogueur Oussama Ben Arfa sera à son tour calomnié.

Que peut-on dire de plus sur cette affaire ? Rien de plus que ce qui a été dit ici, puisqu’elle est désormais entre les mains de la Justice française. Nous aurions pourtant pu beaucoup dire au sujet de ce donneur de leçon dont la haine est incompréhensible et qui, depuis la « révolution du jasmin » s’acharne sur les patriotes et se fait passer auprès de ses amis virtuels pour un hyper révolutionnaire et un super homme d’affaire. Si Elyes Ben Chedly veut faire carrière dans la diplomatie ou dans la politique, devenir ambassadeur ou ministre ou même président, c'est tout à fait son droit. Après tout, Moncef Marzouki a été président et Kamel Jendoubi est toujours ministre! Mais la violence gratuite, les injures et les attaques contre des personnes qui ne lui ont rien fait n'est pas le bon moyen d'y parvenir. Bien au contraire.   

On peut cependant s’interroger sur le mutisme voire même la complicité de ses amis réels et non guère virtuels dont certains ont été des hommes du président Ben Ali et qui, après avoir lu toutes les insanités au sujet de leur « ami » Mohamed Ayachi Ajroudi, n’ont pas éprouvé le réflexe élémentaire de supprimer de leur liste d’amis sur facebook le nom de cet individu au langage ordurier. A moins qu’il ne soit que l’arbre qui cache la forêt... de Carthage !!!

Nebil Ben Yahmed   


           

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter