Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


La conférence de Doha, le Yalta de la Trahison, par John Wayne


12 Novembre 2014

Il y a longtemps que John Wayne ne s'est pas exprimé à sa manière et en rappelant au bon peuple tunisien ses quatre vérités. Mémoire infaillible et plume trempée dans le patriotisme le plus radicale, F.M revient sur une trahison collective dont les tunisiens n'ont pas fini de payer le prix.


Les années de braise ont débuté le jour ou Nidaa Tounes a affiché un visage victorieux. Victorieux comme le visage des Djihadistes qui furent libérés pendant l’année 2011 de leurs geôles ou encore les islamistes qui vinrent accueillir leur Ayatollah Ghannouchi à l’aéroport de Tunis Carthage pendant qu’au même moment BCE le sauveur souhaitait la bienvenue au vénérable « Cheikh ».

La Nation « solide » dont parlait Bourguiba était celle qui jadis fut bâtie sur des fondations intègres, c’est-à-dire sur le courage d’hommes morts pour la Patrie en regardant impassibles leurs pelotons d’exécution. Souvenez-vous de l’assassin de ce Bey vendu à la France coloniale qui jadis et au grand désarroi de ses bourreaux et de son avocat Tunisien, fut mené à la guillotine en fredonnant une chanson de Saliha.

Voilà la Tunisie dont je suis fier, et non celle qui le 14 Janvier 2011 affichait des panneaux bilingues invitant les puissances étrangères impérialo-sionistes à la rescousse. Que veut dire « We want Freedom and Democracy » écrit sur un panneau tenu par un gueux sur l’avenue Habib Bourguiba le 14 Janvier 2011, sachant que toutes les caméras du monde étaient dirigées sur ce boulevard dont le nom (Habib Bourguiba) évoque justement la passion de ne jamais trahir son pays jusqu’à la mort ?

Le slogan de ce panneau est similaire à ceux affichés par les Chiites qui pendant l’année 2003 accueillirent à bras ouverts a Baghdâd les soldats de George W. Bush et leurs tanks Abrams entrant dans cette ville à l’héritage millénaire, avant de piller Musées, Bibliothèques et Banque centrale. Ce slogan en langue internationale traduit les aspirations d’un peuple à la fois paresseux, bas, et à l’âme colonisée.
Il veut dire « je suis incapable de me prendre en charge même après soixante années d’indépendance. Je suis un islamiste ou un clochard Tunisien qui admire l’occident ou les régimes féodaux du Qatar et d’Arabie Saoudite. Je préfère la prière ou l’alcoolisme au travail. Je préfère être colonisé par des sionistes et vivre dans le sous-développement le plus total que de travailler et avoir la dignité sous le régime autoritaire d’un des miens. »

Parfois, Dieu exauce en un instant les vœux des peuples qu’ils soient dignes ou indignes, surtout si leurs ambitions sont aidées par des « leaders » opportunistes et fourbes qui comme leurs masses des rues ont perdu tout repère patriotique depuis des lustres. Des « leaders » qui en Président par intérim, ministres fourbes ajustant constamment leurs lunettes comme pour soit disant se soulager de fardeaux de connaissances scientifiques, et de hauts gradés ayant dit non à Ben Ali mais oui à l’OTAN.

L’histoire est pleine de pièges comme je vous le répète depuis le 14 Janvier 2011 sur ce journal et sur Businenews. Chaque acte à ses conséquences proportionnelles en gravité. Trahir un pays voisin et ami revient à ouvrir une immense brèche dans son navire que nul ne pourra ensuite colmater. Mentir dans des discours criés sur des Mausolées de petites villes du Sahel alors que les peuples sont balayés par les bourrasques de l’histoire ne sert à rien. Les peuples traitres ayant fauté sont emportés par les oueds boueux de l’histoire et les discours et les promesses deviennent inaudibles et insignifiantes.

Souvenez-vous de ce que je vous disais sur mes matins frileux à Sadiki, quand frissonnant sous mon burnous et contemplant mes chaussures fendues couvrant mal mes pieds glacés, l’on m’enseignait qu’à toute force appliquée se crée une force de réaction. C’est ainsi que fonctionne l’histoire. Trahir la Libye revenait à trahir la Tunisie. Mais il aurait fallu des hommes de la génération de Zine El Abidine Ben Ali ou d’Ali Sériati pour le comprendre trente années après l’indépendance quand l’euphorie de la décolonisation et du nationalisme Arabe s’était assoupie.

Aujourd’hui, les générations de rejetons toxicomanes, de cyber-collabos, de droits de l’hommistes cupides, de renégats et de traitres, de salariés du Qatar et de la CIA, de lauréats des prix des droits de l’homme de Stockholm dont les financements sont les Rothschild ou Soros, doivent contempler les jeunes soldats baignant dans leur sang tout en pleurant au drapeau Tunisien le slogan vrai suivant : « Que me reste-t-il de t’avoir trahi ? »

F.M. Alias John Wayne, ancien élève au Collège Sadiki. Diplômé d'Histoire et de Sciences Politiques de l'Université Paris-Sorbonne. Ancien Fonctionnaire aux Ministères des Affaires Etrangères et de l'Intérieur Tunisiens des gouvernements d'Habib Bourguiba et de Zine El Abidine Ben Ali. Diplomate de carrière et spécialiste de la sécurité et du renseignement. 


           


1.Posté par Ivrogne le 12/11/2014 13:13
Ya JW. il faut que vous relisiez vos commentaires pour constater que vous parlez pour ne rien dire, je résumes vos 1500 articles en deux paragraphes et c'est déjà long. Vous critiquez mais vous ne proposez pas de solutions, vous commentez dans un sens unique rien à voir avec l'article, vous insultez ceux qui sont actif et vous restez passif, votre signature devient de plus en plus longue qu'on doit y consacrer toute une page. Sortez de votre cachette et dite fort ce que vous pensez, pour ne pas vous offenser, il y a des candidats de la 25 eme heure qui sont plus courageux que vous et le moindre gueux que vous insulter est mille fois plus patriote que vous, les premiers ont le courage d’affronter le peuple et les derniers ont au moins votés. Et vous monsieur JW qu’est-ce que vous avez fait à part vous acharnez sur vos compatriotes aprêts votre 5eme vers de whiskey ?
PS. Si vous trouvez des fautes d’orthographes, vous avez droit de les garder.

2.Posté par Johnnya le 12/11/2014 20:44
Cher John Wayne shalom,
Je m'étais aussi gelé les arpions et m'étais même fait explosé par mes divers profs et camarades car étant de confession juive, je n'étais pas en odeur de sainteté dans le fameux lycée ...... à Montfleury.
Je lis ce que vous écrivez et j'en arrive à la conclusion suivante : vous avez été débarqué, car on n'aime pas les anciens militaire et ancien diplomate qui sont passé par le MI qui avait toujours traîné derrière ses actions, une odeur de répression et de soufre, et ce malgré tout ce que l'adminisitration Bourguibienne a essayé de faire afin (à tort ou à raison), pour que la Tunisie décolle à tout point de vue.
Peut-être que je vous sens un peu aigri ; et ceci est légitime venant d'un ancien spécialiste du renseignement de l'époque de feu Bourguiba, mais peut-être qu'il faut évoluer avec son époque et essayer de ne pas rester figé comme vous le fûtes vous à votre époque, quand vous mettiez le feu à tout ce que vous touchiez. Les trahisons sont le lot de l'histoire, et les alliances et les conflits changent au cours du temps, je me permet de vous rappeller la tension que GHADDAFI a mis sur la Tunisie, quand il avait envoyé un commande de bras cassé pour tuer monsieur feu Hédi Nouira, ce fut un moment assez chaud. Et l'expulsion de 185.000 citoyens Tunisiens qui travaillaient en Libye, pour se retrouver dans des camps de rétention et de contrôle à la frontière ; le temps de vérifier les diverses identités pour éviter le risque d'infiltration de sbires de GHADDAFI en TUNISIE. La Tunisie est un pays souverain, il fait son chemin au gré du business et ses alliances se font et se défont en fonction DE SA SECURITE, donc il faudra peut-être pas nous faire la morale quand la sécurité de la Tunisie a toujours profité des apports du renseignement US et Français. L'affaire de GAFSA, la tentative d'assassinat du chef de gouvernement Hédi Nouira (Alias Hédi Pont).
Les insultes et les grossièretés ne seront pas de mise de la part d'un diplomate ; et on a beaucoup à gagner à discourir à travers ce forum comme des gentlemen pour deux raisons vitales : Notre pays a certes besoin des anciens pour le savoir, l'expérience et la foi, et des jeunes pour l'énergie, la force et le foi aussi ; et en deuxième raison, pour servir de modèle pour nos frères qui sont sur ce forum, et enfin pour sortir du carcan des discussions chaudes et agressives spécifiques aux fils d'ABRAHAM et en finir avec la sempiternelle chanson qui dit : SI TU N'ES PAS AVEC MOI, TU ES CONTRE MOI" et "SI TU NE PENSES PAS COMME MOI, C'EST QUE TU ES UN ENNEMI ; DONC TU DOIS ETRE ANEANTI".
Dans une famille composée de deux parents avec deux gamins, il existe toujours des divergences, alors imaginez aujourd'hui la TUNISIE avec ses gamins qui vont à l'école, qui ont la TV qui leur montre le reste du monde et l'autre versant de la TUNISIE même, aussi il ne faut pas s'étonner de la diversité des opinions et des points de vues qui vont de mois l'infini à plus l'infini.
La TUNISIE grouille de monde qui aspire à vouloir croquer la vie sous toutes les coutures, aussi pour des anciens comme vous et un peu moi, on peut ne pas comprendre certaines CHOSES NOUVELLES.
Le patriotisme ne se mesure pas du fait qu'on a travaillé dans l'appareil de l'état, car le dernier des éboueurs qui effectue son dur labeur, est patriote. Le patriotisme ne se mesure pas à la religion, car l'histoire nous a largement démontré chez nous en TUNISIE, que des frères Tunisiens de religion musulmane, ont trahi leur pays, leurs frères et voudraient aller encore plus loin dans l'écoute des sirènes de pays lointains, dont les intérêt vont à l'encontre de notre pays.
Alors Cher JOHN WAYNE, sois un peu plus près de nous et enseigne nous de votre savoir, de votre expérience et de votre générosité ; car que vous le vouliez ou non, on est frère de patrie et des frères d'armes aussi qui aimons très très fort ce bout de terre, jusqu'au sacrifice suprême afin que personne ne le souille, ne le salie et encore moins ne l'occupe de nouveau.
YELOHIM BLESS TUNISIA.

3.Posté par librexp le 13/11/2014 10:48
Je commencerai par ce pseudo de John Wayne qui sonne Américain et qui en même temps traite les Tunisiens de vendus à ces Américains et leurs alliés.
Ensuite, ce qui m'étonne est qu'un journal sérieux accepte des articles signés par un pseudo qui rappelle au peuple Tunisien ses vérités, se permet de les rabaisser et de leur donner des leçons tout en regrettant amèrement une époque révolue.
Ce genre d'articles est loin d'être constructif si ce n'est, en lisant un peu entre les lignes, propose de revenir en arrière. Venant de la part de quelqu'un qui veut inspirer confiance en se présentant comme diplômé d'histoire, est encore plus étonnant pour une raison simple : l'histoire ne s'arrête jamais, ceux qui veulent revenir en arrière, seront tôt ou tard balayés par l'histoire

4.Posté par Jugurtha le 14/11/2014 20:44
J. W. est en effet un AGENT PROVOCATEUR posant comme fasciste! Je ne le lis plus. Il rabache les memes inepties ad nauseam. John Wayne: les indiens et les cow-boys c'est fini depuis belle lurette! GO HOME! Tunisie-Secret perd de sa credibilite en le publiant.

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter