Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Le Terminator algérien promet aux « moustiques » du printemps arabe l’extermination


22 Mars 2014

Abdelmalek Sellal a qualifié le « printemps arabe » de moustique auquel l’Algérie réservera son insecticide local. C’est une mise en garde aux mercenaires locaux de l’Occident, mais aussi au premier exportateur de moustiques, la Tunisie marzou-ghannouchienne. L’Algérie sera-t-elle pour autant préservée des ravages des moustiques migrateurs ?


C’est lors d’un important meeting organisé, samedi 15 mars 2014, à la Coupole d’Alger, qu’Abdelmalek Sellal, récemment nommé directeur de campagne du Président-candidat Abdelaziz Bouteflika, a qualifié le « printemps arabe » de moustique bon pour l’éradication. S’adressant à des milliers de jeunes favorables à la candidature de Bouteflika, l’ancien chef de gouvernement a déclaré : « Certains nous parlent du printemps arabe. On ne sait pas d’où provient ce moustique (hadha nammous). Nous lui avons fermé toutes les portes, il persiste et veut s’introduire chez nous par la fenêtre. Mais avec l’insecticide (moubid) et le fly-tox, nous l’exterminerons ».

Les Harkis d’El-Watan

Les journalistes d’El-Watan auraient pu critiquer Abdelmalek Sellal, mais sans pour autant oser quelques rapprochements qui dénotent l’esprit atlantiste de ce quotidien. Dans son édition du 16 mars 2014, le quotidien El-Watan, antenne française à Alger, a en effet saisi l’occasion pour faire un rapprochement entre les propos de Sellal, qui ont « valeur de sommation » et les «sinistres gazages d’opposants ». Autrement dit, entre l’Irak de Saddam Hussein et l’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika ! Message subliminal d’un journal qui porte très mal son nom (patrie), tant le poison qu’il distille depuis des années, sous couvert de droits de l’homme, est fondamentalement antipatriotique. On rappellera seulement aux Harkis d’El-Watan que le « massacre » des Kurdes à Halabja, comme « l’utilisation » de gaz sarin par le « régime de Bachar », et comme les armes de destruction massive de Colin Powell, ont été des films de propagande yankee pour couvrir d’une cire humanitaire des campagnes néocolonialistes et impérialistes dont on connait les conséquences génocidaires aujourd’hui.

Les esprits affranchis du quotidien Liberté

A l’inverse d’El-Watan, le journal Liberté a répliqué de façon hautement politique et sans concession. Dans son éditorial du 17 mars, Mustapha Hammouche a, en effet, ironisé sur « ce genre de développements débridés qui, chez le Premier ministre algérien, font office d’analyse. L’effort diagnostique, à ce point paresseux, n’appelle pas de commentaire de fond. Si ce n’est qu’il semble s’adresser à un auditoire de benêts ». Et à M.Hammouche de conclure : « Si l’on comprend que, faute de moyens conceptuels, nos despotes n’ont pas de leçons particulières à tirer du “Printemps arabe” ou d’autres expériences politiques nationales ou étrangères, l’on comprend, en revanche, moins cette posture suffisante qu’ils empruntent quand, de toute évidence, ils s’apprêtent à infliger au pays le plus grand préjudice politique jamais subi depuis l’invasion coloniale ».

L’invasion des moustiques a échoué en janvier 2011

Beaucoup d’Algériens savent qu’avant la décision de Sarkozy d’envahir la Libye pour des raisons comptables ( !), c’est leur pays qui devait tomber juste après la Tunisie. On se souvient tous des réapparitions d’Abassi Madani sur Al-Jazeera, des appels au djihad du grand prêtre de l’OTAN Youssef Qaradaoui, de la vingtaine d’immolation par le feu un peu partout en Algérie, du bougisme des Hitistes à Alger, de l’effervescence suscitée en Kabylie, du lancement de l’opération « freedom Algeria » par des cybers-collabos tunisiens, des studios d’Al-Jazeera délocalisés à Oujda, au Maroc, dès le 23 janvier 2011 (selon les révélations de Naoufel Brahimi El Mili, dans son livre « Le printemps arabe. Une manipulation ? »), pour filmer des scènes d’insurrection jouées par des figurants marocains, à faire passer comme des scènes se déroulant réellement dans des villes algériennes. Exactement comme cela fut le cas à Benghazi et à Tripoli. Malgré cette mobilisation générale, les moustiques n’ont pas pu envahir l’Algérie, qui n’avait pourtant pas fait usage de son insecticide local mais juste d’un anti-moustiquaire : ses énormes réserves en devises et les multiples concessions faites à l’Oncle Sam et même au cousin bédouin (Qatar)! Encore aujourd’hui, alors que l’Arabie Saoudite, les Emirats, le Bahreïn et l’Egypte ont mis à l’index le Qatar, l’Algérie fait l’entremetteuse entre ces pays et le Qatar, pensant ainsi gagner l’amitié d’un émirat ennemi.  
    
La Tunisie, principale exportateur de sectes et d’insectes

Des insectes qu'on exporte en Syrie et qu'on se prépare d'exporter en Algérie. Un haut responsable algérien en visite à Tunis en octobre 2013, s’est dit « très peiné par le spectacle qu’offre Tunis et Hammamet, qui étaient autrefois les villes les plus propres du monde arabe » ! Depuis la révolte des incultes, c’est toute la Tunisie qui est devenue un pays sale, dans le sens propre comme figuré du terme. Outre les maladies contagieuses qui ont été pourtant éradiquées depuis les années soixante, les poubelles et les déchets qui ont fleuris avec le « printemps arabe » ont favorisé la multiplication des moustiques, qui véhiculent précisément ces fléaux sanitaires. Quant aux moustiques évoqués par Sellal, ils se sont métastasés à la même vitesse que les culicidae dont la Tunisie est devenue le gîte larvaire. Depuis les mesures d’hygiène préconisées par Bourguiba et la campagne d’éradication menée par Ben Ali, les Tunisiens se croyaient pourtant à l’abri de ces moustiques nuisibles. Mais les trois années écoulées ont démontré que les moustiques en question appartiennent à une nouvelle espèce, génétiquement modifiés dans certains laboratoires américains. Ces moustiques résistent aux insecticides classiques, ce qui devrait alerter nos éradicateurs algériens !

Bouteflika est-il le meilleur antimoustiquaire ?

Non, si l’on croit le site Alibaba.com, qui a répertorié les meilleurs produits anti-moustiques ! Beaucoup se demandent, en effet, à quelles fins occultes et par quelle logique masochiste a-t-on choisi la candidature d’un président usé par le pouvoir et surtout très affaibli par la maladie ? Même s’il a beaucoup fait pour l’Algérie depuis 1999 –ce que certains de mes compatriotes ont tendance à oublier-, Abdelaziz Bouteflika n’est pas l’homme de la situation et il n’avait pas besoin d’un quatrième mandat, d’autant plus que la situation nationale et régionale est des plus périlleuses. L’Algérie ne manque pas de patriotes et de compétences pour reprendre le flambeau nationaliste et repousser les menées subversives et pseudo-révolutionnaires des islamo-atlantistes et de leurs alliés Harkis. Parce qu'il est physiquement et intellectuellement diminué, la candidature de Bouteflika n'est pas un facteur stabilisateur de l'Algérie, mais un élément potentiellement déstabilisateur, qui pourrait être exploité par les ennemis de l'Algérie. C’est une grave erreur de croire que les stratèges du « printemps arabe » et leurs mercenaires locaux et étrangers vont laisser l’Algérie en paix. Et ce n’est certainement pas parce qu’Al-Jazeera a choisi de ne pas relayer les manifestations à Alger et les affrontements entre les Mozabites berbères et les Chaâmbas arabes, dans la région de Ghardaïa, que les Qataris sont devenus subitement des « frères ». Ils resteront plutôt des Frères musulmans, ennemis mortel de l’islam et destructeur par procuration de la nation arabe.

Si l’armée algérienne se croit plus forte que l’armée syrienne, elle se trompe lourdement. Si la société algérienne se croit définitivement immunisée du virus islamiste, en raison de la décennie noire, elle se leurre gravement. Si, pour des raisons géopolitiques évidentes (GMO) et énergétiques manifestes (gaz), les puissances ennemies décidaient de lâcher leurs moustiques sur l’Algérie, aucun insecticide ne pourra y faire face. Les quatre mousquetaires qui tiennent le pays le savent pertinemment, et c’est parce qu’ils en sont conscients qu’ils devraient revoir de fond en comble leur stratégie, en commençant par changer de fournisseur…d’insecticide !

Rabah Karamène      


           


1.Posté par Léon le 22/03/2014 19:05
Bien que l'insecticide est assez efficace, je proposerai plutôt les abeilles pour nos Amis algériens. Il suffit qu'ils fassent lire à leur peuple le:
"VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES".
Léon.

2.Posté par boudjema le 22/03/2014 22:10
et si vous connaissiez pas l'Algerie comme la connaisse ceux et celles qui y vivent au quotidien oui l'anti moustique existe et se nomme PATRIOTISME

3.Posté par Léon le 23/03/2014 15:41
Ehhh oui Boujema, pas comme un certain peuple qui a détruit son pays. Par haine. Juste par haine. Hoqd et Hosd. Ils ne supportent pas l'idée que la prospérité de la Tunisie soit passée par ceux-ci plutôt que par ceux-là. Ils ont semé la haine et le régionalisme et en récoltent aujourd'hui le fruit amer. A savoir la misère et la fin de la souveraineté. Ils ont applaudi une révolution en même temps que les américains et les qataris. Bref! de la racaille humaine qu'il ne faut certainement pas comparer au Patriotes que sont mes frères algériens.
La Tunisie fut l'exemple du petit pays arabe sans moyens, devenu le plus prospère et où il fait le mieux vivre. Alors que fait-on; nous autre tunisiens bouzeux? Ehhh bien on le détruit.
Ehhh oui, on le détruit car on n'aime pas Ben Ali. Le prétendu Bac-4. Voilà aujourd'hui une flopée de Bac+12 au Gvnt, tous réunis pour essayer de faire ne serai-ce que le dixième de ce que faisait le Bac-4. Il y a même parmi eux des gens qui ont réussi en même temps l'ENS de la rue d'ULM et l'X. Et d'autres, et d'autres et d'autres.
La seule chose qui leur fait défaut et qu'avait Ben Ali c'est le patriotisme et sa foi en la Nation. Tout comme son prédécesseur, le Combattant suprême qui, à lui seul, a tenu le monde occidental en respect, prétextant qu'il était des leurs et respectait leurs avis. Le seul qui a failli faire de sorte qu'Israël soit aujourd'hui réduite à moins que la bande de Ghaza.
Ehhh oui, des hommes comme on en fait plus. Jalousés à crever par leur propres concitoyens pour des raisons viles et obscures.
Ce que tu ne sais pas c'est que quand Setif gagne la coupe d'Afrique, TOUTE l'Algérie le fête de son coeur., jusqu'aux confins du désert. Et lorsqu'une équipe tunisienne en fait autant, tout le reste de la Tunisie et malheureuse. Certains dirigeants de clubs ont même attrapé des malaises cardiaques. Et tu veux comparer le Patriotisme Algérien à celui de la racaille de chez nous. Il n'y a pas photo mon grand. Ce qui me fait rire c'est qu'ils disent TOUS être Patriotes. Je peux te jurer que tous ceux qui ont applaudi la révolution ne le sont point. Pour le reste, il y a des deux, pour tous les goûts. Mais disons qu'ils sont plus sensés.
Peut-on applaudir en même temps que le congress américain, un même événement, après que l'ont ait vu et constaté ce qu'on fait ces derniers de l'Irak?
Peut-on qualifier de patriote un peuple qui fête en même temps que ses bourreaux le Viol de sa Mère...Patrie par les forces infiltrées étrangères?
Léon.
VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

4.Posté par Malek Jedidi le 23/03/2014 17:45
Léon, tu commences vraiment à nous les gonfler avec ta sourate des Abeilles.

5.Posté par Youssef Bedoui le 23/03/2014 17:49
c'est toi qui n'a rien compris Malek, casse-toi. tu n'aimes pas Léon parce qu'il te met du citron dans les yeux, comme à tous les gueux qui ont détruit ma Tunisie par leur révolution à la con.

6.Posté par Léon le 23/03/2014 18:37
Laisse tomber Youssef! La vérité blesse et ils commencent à peine à se rendre compte de ce qu'ils ont fait de leur pays. Alors, et encore par jalousie, ils jalousent aujourd'hui ceux qui depuis 3 années ont vu juste et n'ont eu de cesse de leur réciter le
VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES,
Verset qui m'a été censuré par Gnet tel une parole vulgaire (d'ailleurs regarde un peu en quels termes Malek parle d'un verset du Coran). Connais-tu des êtres sur terre capables de prétendre avoir plus raison que Dieu, sinon les tunisiens (et surtout les fanatiques qui décident à sa place de qui est ou n'est pas musulman).
Amitiés.
Léon.

7.Posté par mohamed le 23/03/2014 19:08
40 milions de patriotes ca vous va?osez vous verez bandes de charognards

8.Posté par antisionnistemaniacodepressif le 23/03/2014 21:42
printemps mon cul oui vs avez vendu la tunisie aux sionistes l'Algerie restera debout makra fikou tahkmouna menou ya kref vive l'ALGERIE wantoum ........

9.Posté par Observateur en Tunisie le 25/03/2014 09:39
Il y a des déformations graves dans cet exposé très idéologisé.

Nier l'utilisation du massacre des Kurdes à Halabja en est un. Je ne crois pas que Bachar Al-Assad ai utilisé le gaz sarin, il s'agissait par d'une manipulation due à la CIA avec l'aide des terroristes qui entouraient la zone de l'attaque. Mais ce n'est pas le même à Halabja. Journalistes, opérateurs de télés du monde entier ont vu l'horreur de ce massacre, qu'Ali "chimique" a même vanté!

Puis, cette exaltation de Bouteflika comme un sauveur de la nation algérienne et la haine contre les Harkis, qui constituent un groupe ethnique et une communauté sujette au massacre si non au génocide. Des regroupements de populations berbères et parfois de villages coupables uniquement d'avoir aimé la France et les aides civiles, sociales, médicales que le pays colonisateur a su aussi prodiguer en appelant tous les citoyens d'Algérie, musulmans inclus, à la même dignité, ne fusse De Gaulle été un menteur devant le monde et l'histoire, en leurrant de peuples pour sa propre gloire!

La réalité est bien autre, le FLN possède les bactéries du racisme sur un fond de baâthisme devié: longtemps un parti unique, de vaste régions d'Algérie ne le supportent plus, à partir de la Kabylie.

Puis l'islamisme et le terrorisme qui a caractérisé le FIS est le même qui se retrouve dans la génétique du FLN et sa propension au terrorisme par le passé, guet-apens sauvages, égorgements de masse et mutilations (Philippeville, 20 août 1955 avec 123 morts et disparus français, dont une dizaine de musulmans modérés et un bébé, et encore le massacre de Melouza, 28 mai 1957, 364 morts dans la population musulmane), viols et exactions, bombes dans les stades, les cafés et les stations.

Allez voir vous mêmes par une simple recherche sur le moteur Google les images du "massacre d'Oran" (5 juillet 1962), des images choquantes qui en disent longue sur l'"héroïsme national" du FLN et ses milices! N'oublions pas l'histoire, n'oublions pas la lâcheté de De Gaulle qui a installé ce parti au pouvoir lors de l'indépendance en 1962, sans assurer vraiment le sort de Français qui restaient en Algérie, ni la protection de leur biens (dossier des "disparus d'Algérie").

Ne bernez pas l'intelligence des lecteurs, halte à la propagande facile!

TS- Par rapport aux Harkis, vous parfaitement raison et nous vous prions de bien vouloir nous en excuser. Ils ont été doublement victimes: du FLN et du gouvernement français de l'époque. Par rapport aux Kabyles, nous les tenons en grande estime parce qu'ils sont des hommes et des femmes libres et patriotes.

10.Posté par Observateur en Tunisie le 26/03/2014 11:58
En retournant sur l'article, j'ai remarqué positivement la note de réponse de Tunisie-Secret à mon dernier commentaire. Je ne doute pas du professionnalisme de ce site d'information qui suscite le débat autrement difficile dans les médias conventionnels de politique tunisienne et régionale. Pour faire une halte, j'ai relu plus attentivement les contenus, et, à part mon désagrément sur les symboles ethniques, il est en général bien rédigé par son style ironique, et j'ai découvert le "message chiffré" en fin d'exposé.
Un "message en code" que je dois laisser au loisir des lecteurs et aux politiciens avertis de déchiffrer.
Et sur ce point, je partage!

11.Posté par Nasser le 03/04/2014 03:14
Benflis a des fréquentations louches comme son programme.
- Benouari dont il ne peut pas dire qu'il ne connait pas (c'est un comble pour un futur Président!), mais il accepte son soutien; pour s'apercevoir qu'il s'est acoquiné avec un félon. En fait il est de la même trempe. Il s'en "écarte" parce Benouari à mis à nu un projet caché qui risquait de compromettre ses projets certainement funestes
- Bencherif que la majorité des Algériens connaissent pour ses abus et son incompétence manifeste voire son ignorance.
- Son acoquinement avec des ex-membres fondateurs du FIS avec qui il a surement parlé d'un projet de réhabilitation du FIS en échange d'un soutien électoral. Maintenant c'est une certitude, car il n'y a à ce jour aucun démenti du candidat ou de sa direction de campagne comme ils viennent de le faire pour Benouari! Nous attendons !
Tout cela en une semaine! Quelles autres bourdes va-t-il commettre encore?
.
CE CANDIDAT est dangereux pour l'Algérie s'il est élu. Incapable d'assumer le poste de PM, incapable de réformer la justice en qualité de ministre (pourtant il était magistrat), comment peut-il être Président quand il est inapte d’assumer des responsabilités moindres !!
Peuple algérien méfiez-vous de ce genre de candidat !! Ne soyez pas tentés par une nouvelle aventure qui nous a couté 200 000 morts, des dizaines de milliards de dollars de pertes et 20 ans de retard. Benflis a contribué en sa qualité de haut responsable dans ce régime.
1988 au sein du gouvernement Merbah et le reste dans les gouvernements Hamrouche I et Hamrouche II puis dans le gouvernement Ghozali I jusqu'au 21 juillet 1991, lorsqu'il est démis de ses fonctions, sans doute suite à son refus de signature de l'interruption du processus électoral de 1991... » ( selon Wikipédia)
___

TOUT ce remue-ménage et méninge ne sont que du bluff ‘agencé’ en propagande médiocre. La réalité est autre !
Un bluff mal étudié, mal conçu qui laissera une grande frustration chez beaucoup surtout ceux qui émettent depuis l’étranger par mission (ils sont plusieurs sur ce site) dans 15 jours.
COMBIEN sont-ils ? Quelques centaines ? Quelques milliers ? 1 millions ?
LA REALITE est que la majorité des algériens que nous côtoyons dans les rues, les cafés, les marchés, les campagnes, méjugent ce Benflis en préférant Bouteflika « même malade disent beaucoup » avec une certaine vigueur !

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter