Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Le médecin daechien et le ministre bouc-émissaire


26 Décembre 2015

Aref Azizi, le médecin suspendu par le ministre de la Santé Saïd Aïdi n’est pas seulement qu’un corrompu et un vulgaire personnage. C’est aussi un dangereux intégriste qui avance sous le masque du médecin persécuté. Pis encore, il s’agit d’un daechien en blouse blanche.


A gauche, Saïd Aïdi, ministre de la Santé. A droite, Aref Azizi, le médecin intégriste qui fait la pluie et le beau temps à l’hôpital de Sidi Bouzid.
A gauche, Saïd Aïdi, ministre de la Santé. A droite, Aref Azizi, le médecin intégriste qui fait la pluie et le beau temps à l’hôpital de Sidi Bouzid.
Le mercredi 23 décembre 2015, le ministre de la Santé, Saïd Aïdi a effectué une visite de travail à l’hôpital régional de Sidi Bouzid à la suite des soupçons de corruption qui y pèsent depuis 2011 et où seraient impliqués notamment le directeur de cet hôpital ainsi que ce médecin voyou qui se fait passer aujourd’hui pour une victime.

N’ayant pas la conscience tranquille, ce médecin intégriste a volontairement provoqué son ministre en lui manquant de respect et en lui signifiant qu’il n’est pas le bienvenu à Sidi Bouzid. Selon Saïd Aïdi, le médecin en question n’a pas été suspendu de ses fonctions en raison de critiques légitimes à l’égard de la santé publique mais pour son insolence, son mépris à l’encontre des institutions de l’Etat, voire même ses injures à l’égard de son ministre de tutelle. La scène s’est déroulée devant le gouverneur de la région, du directeur régional de la santé ainsi que de la députée de cette région, Hayet Omri.
         
Dans une tentative désespérée de mettre de son côté l’opinion publique, le médecin voyou s’est présenté dans une émission de Nessma TV, le vendredi 25 décembre 2015, en blouson cuir noir ( !) pour s’auto-glorifier des services qu’il rend aux citoyens de Sidi Bouzid et se plaindre de son ministre dont il a nié les accusations. « J’ai seulement critiqué des conditions déplorables de travail au sein de l’hôpital » a-t-il indiqué dans un discours bien trop politique pour être suffisamment crédible.

En synchronie avec ce qui ressemble à une kabbale contre le ministre de la Santé, l’association «Médecins contre la dictature» a dénoncé la suspension d’Aref Azizi,  en estimant que cette mesure est en contradiction avec l’article 31 de la constitution. Autant de manœuvres et d’intimidations pour éviter à leur confrère en médecine et en islamisme les sanctions éventuelles du conseil de discipline, comme cela fut le cas du docteur islamiste, Néjib Karoui.

Les réseaux sociaux et certains médias qui s’emballent toujours dans la défense des causes douteuses n’ont pas pris la peine d’aller vérifier le parcours d’Aref Azizi. De sources policières, ce dernier est un ancien détenu de droit commun qui a été recruté par le ministère de la Santé alors dirigé par l’islamiste Abdellatif Mekki, après avoir bénéficié de l’amnistie générale, comme beaucoup d’autres criminels dont les terroristes de Soliman. Fidèle au pacte des Frères musulmans plus qu’au serment d’Hippocrate, Aref Azizi s’est volontairement absenté de l’hôpital le jour de l’attaque terroriste lors de laquelle Socrate Cherni a trouvé la mort ! Selon ses collègues, il a toujours refusé de secourir ce qu'il appelle sur son compte facebook les "mécréants".

Certains penseraient qu’il ne s’agit là que de purs mensonges propagés par « la police de Ben Ali ». Qu’ils reviennent alors aux anciennes publications d’Aref Azizi sur son compte facebook. Ce faisant, ils vont tomber sur sa littérature terroriste, sur sa haine pathologique à l'égard de Béji Caïd Essebsi, et sur cette salve hautement humaniste du médecin généraliste de Sidi Bouzid qui date du 4 septembre 2011 : « Nous allons manger le foi de ceux qui nous ont humilié depuis des années. J’appelle à la violence. J’appelle aux meurtres. Il faut égorger les ennemis de la Oumma, de son identité et de ses sacrés. Il faut les bruler…Du sang, du sang et des flammes… » !!! Voir le texte original en arabe sur le lien ci-dessous.

En fait, le médecin en question n’est pas seulement membre de la confrérie tunisienne des Frères musulmans (Ennahda), mais un islamiste type Daech, qui appelle à l’égorgement et au meurtre des ennemis d’Allah ! Sa place n’est donc pas à l’hôpital de Sidi Bouzid, ni dans un asile psychiatrique, mais en prison.

Nebil Ben Yahmed
 
https://www.facebook.com/notes/188321534574782/?pnref=story
 
 

Précision de Tunisie-Secret, le 28 décembre 2015:
A la suite de notre article publié le 26 décembre qui a inversé la tendance favorable à ce médecin de Sidi Bouzid, en enquêtant tout simplement -ce que nos confrères auraient dû faire avant de défendre ce pauvre médecin "persécuté par son ministre"- et en dévoilant le vrai visage de cet intégriste, ce dernier a supprimé de sa page facebook la preuve qui l'accable, à savoir un article daté du 4 septembre 2011 dont nous avons traduit le dernier passage. Il a ainsi cru pouvoir effacer la trace de sa violence daéchienne mais l'équipe de TS a tout prévu. Nous avons préserver cet article dont voici la copie intégrale.  
 


           


1.Posté par ناجي le 26/12/2015 20:41 (depuis mobile)
Publiez les vidéos svp et arrêtez les mensonges.
Said Aidi DÉGAGE.

2.Posté par Ksontini le 26/12/2015 21:04
J'aimerais connaitre vos sources et les preuves que vous avancez contre ce Docteur. Est-ce possible ?

3.Posté par koukou le 27/12/2015 08:32
quoi qu il en soit, ce n est pas la visite du ministre qui va faire la lumiere sur les dossiers de corruption...il doit y avoir une enquete de gents specialise..
exclure un medecin de son travail par le ministre a cause de ses propos , est un acte de superiorite
en vers le cadre medical..

4.Posté par فوزي le 28/12/2015 17:17
إذا كان لأحد في هذه البلاد ان يكون مكانه الطبيعي السجن فهم بقايا فرنسا ولا شك

كل من له مشكلة مع هوية البلاد من لغة ودين، وهم عموم من يتحكم في ادوات تشكيل الاذهان (التعليم، الثقافة والاعلام) منذ ستة عقود، فيجب ان يكون افضل مايمكن ان ينعم هو السجن

بقايا فرنسا الذين لايعترفون بالعربية ويستعملون بدلها الفرنسية مثل هذا الموقع، يمثل وجودهم اساسا خطأ تاريخيا، يجب ان يصلح

يا كلاب فرنسا، فسحة العقود الستة التي تحكمتم فيها بتونس، يجب ان تنتهي، وستنتهي عما قريب

5.Posté par Hannibal Genseric le 03/01/2016 07:27
Nids de djihadistes à Dar Châabane et à Béni-Khiar (Nabeul)

Le secrétaire général de l’association Mourakeb, qui parlait dans l’émission ‘‘Hadith Bledi’’ sur Radiomed, a affirmé que l’envoi des jeunes Tunisiens pour le djihad en Syrie se poursuit jusqu’au jour d’aujourd’hui, en accusant Hichem Larayedh, le fils d’Ali Larayedh (alias XXL, alias Dilate Larath [10], l’ancien chef du gouvernement provisoire et actuel secrétaire général du parti islamiste daechien Ennahdha , de jouer un rôle important dans la propagation de l’extrémisme religieux, notamment dans la région de Dar-Chaâbane El-Fehri [1], près de Nabeul, où, a-t-il dit, il y avait, jusqu’à récemment, un camp d’entrainement jihadiste.

dans le village voisin de Béni-Khiar, un groupe de médecins islamistes recrute et envoie des jeunes "casser de l'Arabe" en Syrie. L'un de ces médecins se targue d'y avoir envoyé trois jeunes : l'un est mort et a rejoint le paradis des houris, l'autre est revenu et se pavane en ville sans que la police le tracasse, et l'autre est toujours en Syrie avec femmes et enfants (il aurait "épousé" des esclaves sexuelles achetées là-bas). Ce médecin n'est pas un inconnu : il serait chef de service orthopédique de l'hôpital de Nabeul.
Rappelons aussi que Béni-Khiar s'est distinguée, lors du gouvernement islamo-salafiste, par l'ex-Mufti de la République Hamda Saïed (censé être le Guide des imams tunisiens), connu à Béni Khiar pour avoir mis la main sur la maison de sa voisine, une vieille veuve, et l'avoir chassé, avec le consentement des autorités islamistes.

http://numidia-liberum.blogspot.com/2015/08/tunisie-nid-de-djihadistes-dar-chaabane.html

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter