Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Les déboires de la Grèce et les risques pour la Tunisie, par Taoufik Baccar


7 Juillet 2015

Comme nous l’avons toujours dit depuis 2011, en 2010, l’économie tunisienne se portait nettement mieux que l’économie grecque, espagnole, portugaise et même du sud de l’Italie. Au même moment, les désinformateurs et les propagandistes de la pseudo « révolution du jasmin » disaient que le « miracle économique» tunisien n’était qu’un mensonge. Maintenant que le pays est en faillite économique et que le peuple cri déjà famine, on peut mesurer l’ampleur de la fracture sociale et économique et la différence entre hier et aujourd’hui. Taoufik Baccar, ancien Gouverneur de la Banque Centrale esquisse ici une analyse comparative entre la Grèce et la Tunisie.


Taoufik Baccar, ancien ministre et ancien Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie. Une haute compétence poursuivie en justice dans des affaires montées de toutes pièces et interdit de voyage, comme beaucoup d'autres hauts commis de l'Etat.
Taoufik Baccar, ancien ministre et ancien Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie. Une haute compétence poursuivie en justice dans des affaires montées de toutes pièces et interdit de voyage, comme beaucoup d'autres hauts commis de l'Etat.
Lorsque la Tunisie a fait appel au FMI en 1987, la Grèce était encore considérée comme un pays dont la position extérieure était solide. En juillet 2010 le FMI a exclu la Grèce de la catégorie des pays a balance de paiement solide, des pays auxquels le FMI peut faire appel pour participer à des financements de programmes au profit d'autres pays. Pour remplacer ce pays par la Tunisie, quelques mois après, le FMI a demandé à la BCT de participer au financement d'un prêt que cette institution allait accorder à l'Ukraine.

Tout cela pour dire qu'en économie rien n'est définitivement acquis, et que si la Tunisie ne fait pas attention au dérapage de ses équilibres surtout extérieures, cela peut mener rapidement à des situations proches du cas grec.

En fait n'était la maîtrise des équilibres en 2010 avec une dette extérieure ne dépassant pas 37%du PNB , une dette publique de 40% du PIB, un déficit budgétaire de 1%du PIB, des réserves en devises de 13 milliards de dinars soit l'équivalent de 5 mois d'importation et en plus des disponibilités financières de 5.8 milliards de dinars à la disposition du Budget…, n'était tout cela, la Tunisie aurait pu être dans une situation encore plus grave qu'elle ne l'est aujourd'hui.

L'augmentation de la dette publique de plus de 40% en quatre ans, le triplement depuis 2010 du niveau du déficit budgétaire et le doublement du déficit courant de la balance des paiements, ont mis le pays dans une situation critique et a entame sérieusement la crédibilité financière de la Tunisie.

Tout cela pour dire aussi qu'en économie rien n'est définitivement acquis, et que tout se paie en fin de compte, et que le populisme et les discours creux sont contreproductifs et ne peuvent en rien changer la réalité des choses.

Il n'y a que le travail, le professionnalisme et la compétence qui peuvent sauver ce pays des risques qui pointent à l'horizon et dont on a aujourd'hui un triste exemple, à savoir celui de la Grèce.

Taoufik Baccar, sur sa Page Facebook, le 6 juillet 2015. Le titre est de la rédaction. Taoufik Baccar est un ancien ministre et ancien Gouverneur de la Banque Centrale. Il est considéré comme étant l’un des meilleurs économistes d’Afrique et du monde arabe. Depuis 4 ans, il est interdit de voyage et poursuivi dans des affaires montées de toutes pièces par la canaille pseudo-révolutionnaire.


           


1.Posté par Belwafa Dhekra le 08/07/2015 10:01
HELAS tout ce que cet homme dit est vrai!

2.Posté par Youssef Hamdane le 08/07/2015 16:20 (depuis mobile)
Si je comprend bien, c''était le paradis avant la révolution ?? Pour vous peut-être, ancien ministre de Ben Ali !!

TS- Posez la question aux Tunisiens et ils vous diront si c'était mieux sous Ben Ali ou si c'était pire.

3.Posté par sofiane le 14/07/2015 02:53
Youssef Hamdane
en tant que tunisien,sous l'époque de Ben ali,ce n'était certainement pas le paradis,mais pratiquement tout le monde manger à sa faim,nous étions tous tunisiens,que se soit à travers des évènement sportifs'artistique ou autre,nous étions tous derrière notre Tunisie d'amour!!Nous étions un exemple pour toute les nations arabes,moi qui est voyagé en Algérie,Maroc,Libye,Egypte,Liban,Syrie,tout ses pays m'ont accueilli avec égard,tous avaient une très grande estime pour notre nation.de 2005 à2011 le moyen orient vivait au rythme des feuilletons et de la musique tunisienne,la Tunisie rayonner à travers le travail rigoureux de ses filles et ses fils!!le savoir faire tunisien était rechercher,dans tout le moyen orient y compris chez nos voisins algériens,libyens et marocains.je suis un simple citoyen tunisien qui souhaitais vous répondre avec le coeur.Voyez vous cher frère il est si facile de casser un processus mise en place à la force des bras de nos mères et pères depuis plus d'un demi siècle,par contre il sera plus difficile de reconstruire sur les décombres!!!!

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter