Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Les enfants de Bourguiba sont plus honorables que les bâtards de Hamad et McCain


8 Avril 2014

Commémorant à sa façon le 14ème anniversaire de la mort du père de la Nation, un certain Samir Ben Amor s’est livré au lynchage de Bourguiba, qui a fait de lui la moitié d’un homme, dans tous les sens du terme ! Cet individu, charrié par la boue du « printemps arabe », mérite t-il une réponse ? Non, mais juste un rafraichissement de la mémoire, en attendant que les Tunisiens se réveillent de leur torpeur et renvoient ce genre d’énergumènes au parc zoologique d’où ils n’auraient jamais dû s’échapper.


Samir Ben Amor, l'islamiste qui travaillait pour la police politique de Ben Ali.
Samir Ben Amor, l'islamiste qui travaillait pour la police politique de Ben Ali.
Après avoir stigmatisé Bourguiba les premiers mois de la « révolution » bouazizienne, ou restés sans réagir aux attaques des salauds à l’encontre du père de la Nation, plusieurs représentants de l’opposition ont célébré récemment le 14ème anniversaire de sa disparition, le 6 avril 2000. Même celui qui fait office de président de la République s’est très discrètement rendu à Monastir, à l’aube, pour éviter l’accueil que lui auraient réservé les habitants de Monastir.

Malgré la popularité de Bourguiba et le retour en force du bourguibisme, seule « idéologie » qui est capable de rivaliser avec l’islamisme et de le battre, il y a encore des énergumènes qui osent s’attaquer à sa mémoire et banaliser ses réalisations. Parmi ceux-là, un certain Samir Ben Amor, membre de l’assemblée constituante, qui est revenu à ses sources islamistes après avoir été évincé du CPR, l’épicerie politique de Moncef Marzouki.

Cet avocassier a publié un réquisitoire sur sa page facebook dans lequel il s’est adressé à ceux « qui sont devenus des experts en atteinte à la mémoire collective et aux orphelins de Bourguiba », pour leur dire : « Nous n’oublierons pas les milliers de Tunisiens exécutés par Bourguiba sans aucune empathie ni pitié. Nous n’oublierons pas les dizaines de milliers de Tunisiens de diverses appartenances politiques que Bourguiba a jetées dans l’horreur des prisons. Nous n’oublierons pas des leaders comme Salah Ben Youssef ou Lazhar Chraïti et d’autres symboles de la résistance nationale que Bourguiba a trahis. Nous n’oublierons pas les martyrs du 26 janvier 1978 qui ont rendu l’âme sous les balles de Bourguiba. Nous n’oublierons pas les martyrs des événements du pain en janvier 1984. Nous n’oublierons pas que Bourguiba a trafiqué les élections pendant 30 ans. Nous n’oublierons pas qu’il s’est autoproclamé président à vie. Nous n’oublierons pas que Bourguiba a offert à la Tunisie le criminel Ben Ali… ».

De la violence des années 80 à la tentative de coup d’Etat du 8 novembre 1987, en passant par les attentats de Sousse et Monastir, il serait trop long et inutile de rappeler à cet individu, qui a une mémoire sélective, quelques méfaits et forfaits de son parti d’origine, le MTI (mouvement de la tendance islamique), avant de se recycler dans la filiale sous-traitante des Frères musulmans, à savoir le CPR. Jusqu’en 1992, date de son arrestation, Samir Ben Amor était, en effet, membre actif d’Ennahda. Libéré au bout d’une année, il est devenu un informateur attitré et rétribué par le ministère de l’Intérieur, comme ses maîtres sont devenus des agents de nombreux services de renseignement occidentaux.

De quels milliers de Tunisiens « exécutés » par Bourguiba, et de « dizaines de milliers jetés en prison », parle cet imbécile ? Il évoque aussi Salah Ben Youssef, un destourien comme Bourguiba, qui est devenu son rival par ambition politique et pour le pouvoir. Lazhar Chraïti, lui aussi résistant et destourien, qui a malheureusement comploté contre l’Etat et projeté d’assassiner Bourguiba. Il a payé ce projet criminel de sa vie. Les « martyrs de janvier 1978 », conséquence d’un conflit personnel entre Habib Achour et Hédi Nouira. Les « martyrs de janvier 1984 », conséquence de la course à la succession de Bourguiba, entre Mohamed Mzali et Driss Guiga…

Au bout de trois ans de pouvoir de la troïka, les Tunisiens se sont rendu compte que, du point de vue compétence et patriotisme, les ghannouchistes, les benjaafristes et les marzoukistes n’arrivent pas à la cheville du plus petit « orphelin de Bourguiba ». A plus forte raison des éléphants du Bourguibisme : Béji Caïd Essebsi, Hamed Karoui, Kamel Morjane, Mondher Zneidi, Mohamed Jegham, Hédi Baccouche…et tous les autres bâtisseurs de la Tunisie moderne, de 1956 à 2011, y compris Ben Ali.

Du point de vue probité et intégrité aussi, car, malgré tout ce qui a été dit sur la corruption et les passes droit, les « orphelins de Bourguiba » n’ont pas fait en 57 ans de pouvoir, ce que les mafieux de la troïka ont fait en moins de trois ans. Des milliards du budget de l’Etat, des biens saisis et de crédits quémandés à l’étrangers, partis en fumée, ou plus exactement dans des comptes à Dubaï, à Doha, en Afrique du Sud et au Luxembourg.

C’est ça la différence entre les enfants légitimes de Bourguiba et les enfants bâtards de Hamad et cheikh John McCain !

Nebil Ben Yahmed


           


1.Posté par hichem boughaz le 09/04/2014 02:15
tout ça c est du passé Bourguiba ne reviendra pas.le people a fait sa revolution pour la democratie faisons la ensemble oublions nos vieilles chandelles et regardons vers l avant c est ca Notre avenir pour nous tous et nos enfants une tunisiie moderne et democratique .led bagares intestines ne serviront a risen Welles nous divisent et repandent la haine
destruct rice et l echec Nortel

2.Posté par Firas HACHICHA le 09/04/2014 16:59
faut pas oublier aussi que ce "Panda" était un indic de la police politique de Ben Ali ...

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter