Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Les indicateurs financiers sont au rouge. La Tunisie face à une situation économique inextricable


20 Mars 2014

La Tunisie se dirige-t-elle droit vers la faillite ? A voir les grèves successives qui paralysent les divers secteurs de l'économie, on serait enclin à le croire. Où va le pays, se demandent les hommes politiques qui, à ce jour, n'arrivent pas à concourir à l'arrêt de l'hémorragie.


De la révolte du pain à la faillite économique
De la révolte du pain à la faillite économique

Rien que pour la semaine écoulée, le pays a vécu, simultanément, quatre grèves. Et non des moindres. Les transporteurs routiers ont débrayé pendant deux jours, et les stations de carburant étaient à la limite de la panne sèche. Pour le bonheur de ces stations et des automobilistes, les grévistes ont abouti à un accord avec les autorités. Ce n'est qu'un calmant.

En parallèle, les recettes des finances ont tout bloqué, puisque toute opération administrative ou commerciale nécessite un timbre fiscal devenant une denrée rare, voire inexistante pour un citoyen qui voit la conclusion de ses affaires ajournée à plusieurs jours. Pourtant, un accord avait été obtenu, mercredi, avec l'administration pour satisfaire les revendications des grévistes. Et malgré l'appel de la centrale syndicale (UGTT) à la reprise du travail, les portes des recettes des finances sont restées closes au grand dam des usagers. A ce sujet, on s'interroge sur l'identité de ceux qui se cachent derrière cette grève, d'autant plus que la pluralité syndicale n'arrange pas les choses. L'UGTT n'hésite pas, d'ailleurs, à accuser les nouveaux syndicats (CGTT) et UTT) nés après la révolution d'être derrière cette indiscipline des travailleurs. Au même moment, les agents des stations de péage des autoroutes ont décidé de suivre la même voie, à la grande joie des automobilistes, mais au grand dam des autorités qui voient ainsi des centaines de millions de dinars s'évaporer.

Last but not least, la population de la ville de Benguerdène, frontalière de la Libye, a observé des sit-in et organisé des manifestations qui ont tourné au vinaigre suite à l'intervention des forces de l'ordre. C'est insensé de la part de ces manifestants qui se sont élevés contre une décision qui sort de la souveraineté de la Tunisie. Les manifestations ont été organisées pour protester contre la fermeture du poste frontalier de Ras Jedir par les autorités libyennes.
 
Cette grogne sociale laisse-t-elle au gouvernement le temps et les moyens pour apporter les correctifs idoines aux divers programmes qui souffrent d'incohérence. Loin de là, car les arrêts de travail intempestifs conjugués à l'état des dépenses publiques supérieures aux ressources disponibles rendent la mission du gouvernement de plus en plus insurmontable.

En effet, face à une situation qualifiée de “difficile” (si elle n'est pas critique) par le chef du gouvernement, Mehdi Jomaâ, ce dernier ne voit pratiquement aucune issue autre que le recours aux prêts et aux investissements étrangers. C'est dans ce cadre d'ailleurs que s'inscrivent sa tournée dans les pays du Golfe et ses prochains déplacements en France et aux Etats-Unis d'Amérique. Les premières informations venant d'Abou Dhabi sont prometteuses, selon les propres propos de M. Jomaâ. Ses propositions auraient trouvé un accueil favorable de la part des responsables émiratis et ne manqueraient pas de l'être dans les autres pays, même si les relations tuniso-saoudiennes sont à relancer sur de nouvelles bases.

Cependant suffira-t-il à M. Jomaâ de rentrer en Tunisie avec un portefeuille bien garni pour crier victoire ? La situation financière du pays est telle qu'il faut combler d'urgence un trou de 4,5 milliards de dinars (2,2 milliards d'euros) dans le budget de l'année en cours. Où trouvera-t-on cette somme quand on sait que le gouvernement est appelé à faire, chaque fin de mois, face aux dépenses de consommation, c'est-à-dire aux salaires que les réserves actuelles de l'Etat ne peuvent honorer ? Empruntera-t-il la même voie que ses prédécesseurs en consacrant les prêts extérieurs aux dépenses de consommation ? Ce serait un suicide, car pour être productifs, ces prêts doivent être destinés au financement des projets de développement générateurs d'emplois. M. Jomaâ, dont le poste de Premier ministre est loin d'être enviable, osera-t-il privilégier la deuxième option ? Dans ce cas, la population aura à souffrir encore plus si le gouvernement révise les avantages de la Caisse de compensation.

Mohamed Kattou, quotidien algérien Liberté, du 18 mars 2014

 


           


1.Posté par aziz23 le 20/03/2014 15:01
Ils ont choisi nahda et ghanouchi tant pis pour eux ou mazel les dégâts seront immense

2.Posté par Léon le 20/03/2014 18:03
Qu'a-t-il pris ces technocrates de haute facture à accepter de prendre les rennes d'un pays clairement à la dérive. Il fallait laisser les révolutionnaires, qui sont les vrais responsables de la déroute, s'y prêter à coeur joie et sauver le pays (à la Saint Glinglin bien sûr!).
Ils sont irresponsables rien que par le fait d'avoir accepté. Il y a des solutions économiques efficaces pour la Tunisie (surtout sur le moyen terme) et je ne comprends pas qu'ils n'aient pas été adoptées. Peut-être parce que ce n'est pas le rôle des Gvnts provisoires mais des Gvnts plus durables.
Je pense que le salut du pays va malheureusement devoir passer par une rigueur sécuritaire excessive. Mais quand on a à faire à un peuple capable d'une si haute trahison, y a-t-il vraiment le choix? Il n'y a pas de dictatures. Ces dernière ne sont que le miroir logique de ce qu'est le peuple (il y a une parole du Prophète, SAW, dans ce sens)
Léon.
VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter