Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Ma réponse à l’ex crapule présidentielle, Moncef Marzouki, par Mezri Haddad


23 Janvier 2016

Réponse cinglante de Mezri Haddad à Moncef Marzouki à la suite de son intervention pitoyable sur France 24. Si l'Histoire a déjà donné raison au premier, elle n'a pas encore renvoyé dans sa poubelle le second.


Mezri Haddad et Monce Marzouki en France au début des années 1990, lorsqu'ils étaient amis.
Mezri Haddad et Monce Marzouki en France au début des années 1990, lorsqu'ils étaient amis.
Je viens de te regarder sur France 24, ta seconde chaine préférée après Al-Jazeera, dont tu es toujours l’honorable correspondant et le servile serviteur bien rétribué. La journaliste t’interrogeait sur les derniers événements qui ont secoué la Tunisie et affligé tous les patriotes dignes de ce qualificatif.
   
Tu as été égal à toi-même : fourbe, hypocrite, haineux et menteur. Je maudirai sans cesse le jour où je t’ai connu et je regretterai toute ma vie les énormes services que je t’avais rendus, lorsque tu te faisais passer pour un militant des droits de l’homme persécuté par le régime de Ben Ali.

Dès 1999, j’avais fini par comprendre que tu n‘étais qu’un imposteur, capable de toutes les trahisons pour assouvir ton obsession du pouvoir ; que les droits de l’homme étaient pour toi ce que l’islam est pour les islamistes : une casuistique pour anesthésier les masses et une idéologie pour les assujettir. Toute ta vie, tu as couru derrière les droits de l’homme pour attraper le pouvoir.

Tu as osé dire, tu as eu l’outrecuidance et l’insolence de déclarer sur cette chaine de télévision française que « le problème numéro 1 en Tunisie, ce n‘est pas la pauvreté mais la corruption ». Cela ne m’étonne pas de toi, tu n‘as jamais connu la pauvreté pour ressentir la souffrance d’un enfant qui marche pieds nus, ni la douleur d’un père qui n’a pas de quoi nourrir sa famille. En Tunisie, puis au Maroc, ta première patrie, ensuite en France, ta mère nourricière, tu as vécu dans les villas luxueuses et profité de la fortune de ton père, le bourgeois franco-tuniso-marocain que tu voulais faire passer pour un militant youssefiste !

Ce qui me fais réagir ce soir, ce n’est point le sentiment d’un ambassadeur qui a perdu ses fonctions, sa Patrie mais pas son honneur. Ni le ressentiment d’un philosophe qui avait jadis et naguère contribué à ta légende. Je réagis à tes propos abjects parce que je viens précisément d’un milieu pauvre mais digne et patriote, que j’ai vécu en Tunisie le supplice du chômage et la cruauté de la misère avant de m‘arracher à cette condition sociale par la volonté de réussir et la force de résister.

Tu as osé accabler ton illustre successeur au palais de Carthage, haut lieu de la République dont tu as souillé les murs et terni la fonction. Tu as osé dire de Béji Caïd Essebsi, « plutôt qu’il s’attaque au fléau de la corruption, il a fait le contraire : sa première action a été une loi d’amnistie pour les corrompus, c’est-à-dire des milliers de fonctionnaires, des centaines d’hommes d’affaire… ».

A supposer que Béji Caïd Essebsi eut la volonté et l’intention de faire adopter une telle loi, qu’as-tu fait toi que voilà de ton mandat usurpé et de tes promesses évaporées ? Tu as commis le crime et la haute trahison d’amnistier, non point des entrepreneurs auxquels tu n’arrives pas à la cheville, mais  des milliers de criminels, de brigands et de terroristes, qui ont constitué ton terreau électoral et dont certains incendient et pillent aujourd’hui dans les différents gouvernorats de la République, et d’autres sévissent en Syrie et en Libye.

En outre, je sais, tu sais et Béji Caïd Essebsi sait que les hommes d’affaires que l’actuel président souhaite remettre au travail pour qu’ils participent au redressement d’une économie sinistrée et contribuent à la création de travail pour les chômeurs, et que tu poursuis de ta haine compulsive, que ces hommes d’affaire et chefs d’entreprises sont déjà passé à la caisse, non guère celle de l’Etat, mais celle de la rapine et du racket ! Dès 2011, tous, sans exception, ont dû payer la jizya à ton ex magnat, le vénérable et mystique Rached Ghannouchi, qui a fait de toi le roi nu de la suzeraineté de Tunisie. Nous savons tous que, pour éviter la prison, tous ces chefs d’entreprises ont donné des sommes colossales à Ennahdha, au CPR, à Ettakattol, à des avocats, à des juges, à des journalistes, à des ministres, et aux mafieux des droits de l’homme.

Tu accables Béji Caïd Essebsi alors que tu n’as strictement rien fait pour les prolétaires que tu courtises et galvanises aujourd’hui, comme tu as voulu hier exciter les gens du Sud contre les gens du Sahel et contre les tunisois. Les trois années de ta présidence humiliante pour les Tunisiens, tu les as passées aux enterrements de nos vaillants soldats et policiers égorgés par les criminels que tu as amnistié, tu les as passées à voyager, à déambuler dans les instances internationales, à discourir et à comploter contre l’Algérie et la Syrie. Tout cela pour plaire à tes maîtres Qataris et satisfaire tes Frères musulmans.

« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l'œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton propre œil? », enseignent les Evangiles. Je te laisse méditer le verbe de Jésus parce que tu es incapable d’écouter la parole d’Allah !
Avec tout mon mépris et mon regret de t’avoir connu.

Mezri Haddad, ancien Ambassadeur de la Tunisie à l'UNESCO.                                


           


1.Posté par Forgeron le 23/01/2016 20:21 (depuis mobile)
Juste le titre de ce torchon dénote du niveau de l'auteur d'ailleurs le contraire m'aurait étonné

2.Posté par conscience1 le 25/01/2016 02:21
Bravo Mr Mezri Haddad pour votre excellent courage à affronter les traîtres, les rénégats et autres incompétents notoires de la trempe de Marzouki et consorts. Ah si la Tunisie était dirigée (à nouveau) par des patriotes clairvoyants de votre calibre, elle ne serait pas dans cette etat de décrépitude totale auquelle elle se trouve aujourd'hui.

3.Posté par Bensa le 26/01/2016 00:03
Marzougui c'est un criminel ´ il a détruit la Tunisie et continue de le faire en soutenant des voyous qui sortent que la nuit pour voler.

4.Posté par Farhatbsd le 30/01/2016 01:19
Merci Mr Mezri d'avoir bien voulu dévoiler cet imposteur qui nous a fait honte pendant 3 longues années . Ce pseudo intellectuel et pseudo médecin qui n'a exercé que dans les dispensaires , n'aime pas notre cher pays je dirais même qu'il a une haine vis à vis de notre Tunisie .Je me rappelle toujours qu'il nous a même menacé si jamais on osait critiquer le petit Quatar .
Personnellement je propose la constitution d'un comité pour porter plainte contre ce monsieur qui ne se respecte pas pour lui retirer son salaire de président puisque c'est anticonstituel ( un président non élu n'a pas le droit de bénéficier d'un salaire à vie , lui comme l'autre pantouflard ambassadeur .
Encore merci pour votre article pertinent Mr Haddad .

5.Posté par Citoyen lambda le 03/02/2016 20:39
que devrions nous attendre de plus d'un ex arriviste benalien? la bassesse de ce Mezri Hadded n'est guerre nouvelle.. il est juste fidèle a ses habitudes.
Marzouki avait touché des points sensibles et vitaux en voulant redéfinir la notion de "président de la république tunisienne". son erreur était de croire et bien vouloir faire de la Tunisie un nation réellement indépendante.
quand il était président, ils l'appelaient "le provisoire" juste parce qu'il assurait la transition.. mais aujourd'hui, ils insistent à dire qu'il avait échoué.
et si vous me disiez ce que votre président à vous ( celui qui est là pour 5 ans ) a comme projets? il a toute la légitimité non?

TS- Monsieur Haddad, dont nous connaissons parfaitement l'histoire, a été plutôt Bourguibiste. "Citoyen Lambda", tu aurais pu avoir le courage de signer de ton vrai nom, Moncef Marzouki!

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter