Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Marzouki, une marionnette entre les mains de Sik Salem


3 Juin 2013

Tunisie: Cet ancien flic aux ordres de Ben Ali, comme Anis Mogaadi, Imed Belhaj Khelifa ou Samir Tarhouni, a joué un rôle clef dans le coup d’Etat du 14 janvier 2011. En échange de sa trahison, non seulement il a échappé à la Justice pour les crimes dont il est responsable, mais il a eu droit à une promotion au sein de la Garde présidentielle.


Marzouki, une marionnette entre les mains de Sik Salem
Celui qui a trahi une fois peut trahir une seconde, puis une troisième, puis une quatrième fois. Plutôt que de retenir cette leçon, le président provisoire qui a été désigné par Rached Ghannouchi n’écoute plus que Sami Sik Salem, qu’il a promu en janvier 2012 colonel major et qu’il a pris comme conseiller, outre ses fonctions de directeur de la Garde présidentielle. En échange, Sami Sik Salem et sa mafia ont promis au président provisoire de s’occuper de sa prochaine campagne électorale en lui assurant le succès.
 
Mais le rôle de Sik Salem ne se limite pas à lécher les chaussures de Marzouki comme il léchait les bottes de Seriati et de Ben Ali. Il agit discrètement mais très efficacement pour que le général Ali Seriati, l’ancien ministre de la Défense Ridha Grira et l’ancien ministre de l’Intérieur Rafik Belhaj Kacem restent en prison et pour longtemps.
 
Pourquoi ? Parce que ces trois acteurs majeurs des événements de décembre 2010-janvier 2011 sont des témoins gênants, par rapport à la vérité des événements eux-mêmes et par rapport au scénario que Sami Sik Salem a monté de toute pièce en s’attribuant le rôle du sauveur de ce qu’ils appellent la « révolution du jasmin ». La passation du pouvoir à Mohamed Ghannouchi, le 14 janvier 2011 est plus complexe que ce que pense la majorité des Tunisiens !
 
En effet, le 14 janvier 2011, c’est d’abord au général Rachid Ammar que Sik Salem a téléphoné pour lui dire de se rendre au palais pour prendre le pouvoir. La trahison de son patron Ali Seriati est là. Mais le général Ammar a informé son ministre, Ridha Grira, qui lui a donné l’ordre de ne pas y aller. Sik salem a par la suite appelé Fouad Mbazza, Mohamed Ghannouchi et Abdallah Kallel pour leur dire la même chose. Immédiatement après la transmission du pouvoir, Sik Salem a été arrêté par l’armée et a été détenu 16 jours. Ayant accablé Seriati et d’autres, il a été libéré et a réintégré le ministère de l’Intérieur sans responsabilité particulière. C’est Béji Caïd Essebsi, alors Premier ministre, qui l’a nommé directeur de la Garde présidentielle.   
 
Après avoir joué un rôle dans la répression, puisque l’assassinat de certains manifestants, d'agents de police et de soldats, par des éléments de la Garde présidentielle (par forcément sous les ordres d’Ali Seriati) est un fait avéré selon la note 1013 (voir ci-dessous) ; après avoir ensuite piloté le saccage des domiciles de Slim Chiboub, Sakhr El-Matéri, Belhassen et Imed Trabelsi (en effet, les pilleurs n’étaient pas des manifestants mais des flics sous les ordres de Sik salem), il a semé la désinformation et la zizanie entre les différents services de police, la Défense nationale, la sécurité présidentielle et le RCD.
 
Pour la première fois, Tunisie-Secret affirme que Sami Sik Salem a fait semblant d’obéir aux ordres du général Seriati  pour le trahir le 14 janvier 2011 et le charger par la suite lors de son interrogatoire. Au début de sa trahison, Sik Salem n’a pas agi non plus sous les ordres du général Ammar.Il a agi sous les ordres du chef d’antenne au sein de l’ambassade des Etats-Unis à Tunis. Sami Sik Salem a fait croire par la suite aux islamistes et à Moncef Marzouki qu’il a fait avorté un coup d’Etat de Ridha Grira, Mohamed Ghannouchi, Labidi et le général Ahmed Chabir, ancien directeur des renseignements militaires aujourd’hui à la retraite et très étroitement surveillé.
 
Jusqu’à présent, Sami Sik Salem, Anis Mogaadi, Imed Belhaj khelifa et Samir Tarhouni font croire aux proches et amis du général Ali Seriati qu’ils agissent en vue de sa libération. En réalité, ils agissent dans leurs propres intérêts et se moquent totalement du sort d’Ali Seriati et de l’ensemble des prisonniers politiques.
 
Rappelons que Ridha Grira est arbitrairement maintenu en prison, et que son état de santé est critique. Plusieurs associations tunisiennes ont pris sa défense et des ONG occidentales des droits de l’homme étudient actuellement son cas ainsi que celui de Rafik Belhaj Kacem, injustement condamné à de lourdes peines de prison.Tunisie-Secret.com
 
Lilia Ben Rejeb                 

Marzouki, une marionnette entre les mains de Sik Salem
 
 


           


1.Posté par Scorpion le 04/06/2013 10:35
Très bon article TS.

Ce qu'il faut savoir aussi, c'est que Sik Salem roulait pour Ali Sériati jusqu’à ce que ce dernier soit arrêté par l’armée sur ordres de Ridha GRIRA. C’est pour ces raisons que Sik Salem, Mogaadi et Haj Khélifa en veulent à Ridha GRIRA car c'est lui qui a arrêté leur chef.
C'est Sik Salem qui est derrière les mises en scènes auxquelles on a eu droit à savoir: C’est lui qui a sauvé le pays en convoquant Mohamed Ghannouchi, Foued Mebazaa et Abdallah Kallel à Carthage et, mieux encore, que le « héros » ou devrai-je dire le VOYOU Tarhouni a arrêté les Trabelsi à l'aéroport.

Sik Salem n’a pas intérêt à ce que Ridha GRIRA (et probablement Ali Sériati) quittent la prison car, si c’est le cas, il sera pendu par la peau des fesses.

2.Posté par kas Nour le 06/06/2013 01:24
C'est une histoire qui ne tient pas : d'abord vous utilisez des termes qui reflètent un manque de sérieux et de professionnalisme , vous trahissez vos intentions. Promettre de faire la campagne de Marzouki me fait rire car ce dernier n a plus aucun espoir et vous ne présentez aucune preuve ce qui discrédite vos dires. I Ben Khelifa et Anis Mogaadi qu'ont ils à avoir avec toute cette histoire? vous les citez sans préciser avec preuves à l appui leur implication dans un présumé complot . R Grira est bien resté une bonne période en liberté alors qu'est ce qui l a empêché de nous raconter la vérité ? bien qu'il ait donné une version mais qui n a pas beaucoup convaincu. Dire que les flics étaient derrière les événements concernant les propriétés des Trabelsi sans preuves est considéré comme nul et non avenu . En plus appeler l'armée pour éviter le vide est une réaction normale mais dire que Sik Salem a agi sous les ordres de l Ambassade des USA là j ai des doutes car il serait plus logique qu ils contactent l'armée Grira ou RachidAmmar, plus proches que Sik Salem !! Je vois là rien d'autres qu une tentative de semer les doutes parmi les forces de sécurité même si le but de cet article est clair !!! Enfin je trouve que ce que vous racontez ne suis pas une logique convainquante et mieux vaut regarder un peu l interet du pays et defendre ceux que vous pretendez defendre au tribunal et avec de bons avocats ? Nous avons marres de ces histoires sans ^preuves !

3.Posté par anonymous le 21/11/2013 15:03
@Lilia Ben Rejeb: qui es-tu pour parler ainsi des gens? T'as bien préservé ta carte d'adhésion à l'RCD, il ne reviendra plus jamais.

La plupart des journalistes sont de la racaille et toi tu fais partie de la racaille de cette racaille...

Sik salem est un héros national et toi tu n'étais, n'es et ne seras rien...

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter