Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Meherzia Laabidi et Lina Ben Mhenni, deux faces de la même médaille


23 Octobre 2012

De la super vedette cyber dissidente en passant par l' égérie cosmopolite du parti Ennadha, l'interventionnisme de puissances étrangères via différents canaux apparaît comme essentiel dans le processus de production et de diffusion de « la révolution du jasmin».


 Meherzia Laabidi et Lina Ben Mhenni, deux faces de la même médaille
À travers une présentation non exhaustive de nouveaux personnages sur la scène publique aux convictions et champ d'action différents, des pistes se dessinent rejoignant un chemin commun menant à la découverte de connivences douteuses et d'un paysage déjà vu , une pièce de théâtre déjà mainte fois jouée, ailleurs où juste à côté, dans un présent proche ou un passé devenu lointain …
Le choix des personnages n'est pas anodin, parmi une multitude d'autres acteurs instrumentalisés et instrumentalisant, la confrontation des convictions opposées portées par deux femmes nous rappelle que « l'enfer est pavé de bonnes intentions ». La terrible « guerre irrégulière » a fait son entrée à Carthage, le guide libyen Khadafi en est mort, l'armement de mercenaires fait bon marché jusqu'à Bamako, les conséquences dévastatrices transcendent les frontières de cet ancien Etat, certes autoritaire et imparfait,  mais debout, luttant contre le terrorisme et en progrès constant.

Meherzia Laabidi est la première vice présidente de l'Assemblée Nationale Constituante sous les couleurs du parti Ennadha. Représentante du mouvement dans la circonscription 1 en France, elle obtient 142 voix contre 146 voix pour M .Arbi. De nombreuses informations concernant son parcours sont erronées. En effet elle est présentée comme “présidente du réseau mondial, femme croyante pour la paix“ (1) puis on lui impute la coprésidence de «Religions of Peace »(2), fondation créée en 1970 et qu'elle rejoindra presque 30 ans après sa création. Elle apparaît dans l'organigramme de la fondation en tant que Coordinatrice musulmane sur le territoire français pour le programme “Global Women of Faith Network“, créé en 1998 comme un dérivé au féminin de l'association mère.

Dans les rangs du mouvement Ennadha, elle sacralise un féminisme de type arabo-musulman contemporain, un nouveau «  féminisme » qui se plie et veut plaire à l'ordre établi phallocratique symbolisé par le pape du parti Ennadha ou encore par le prédicateur vedette d'Al Jazeera. Dans une interview accordée à ShemsFM, le 14 décembre 2011, Mme Laâbidi réaffirme en ses termes sa position « féministe »: “Je suis contre la loi interdisant le niqab […] je ne suis pas contre le niqab [...]“. Encore un mélange de genre où le flou règne et où les frontières sont prises d'assaut par des passeurs aux idéologies flottantes et arrangeantes.

Revenons au mentor de cette dame cosmopolite au cœur pur. Le siège de cette fondation à caractère religieux se situe au 777 United Nations Plaza NY 10017 et a pour secrétaire général le docteur William F. Vendley qui prône “le dialogue entre les religions et la propagation de la paix“. Les actions entreprises vont de la lutte contre le SIDA à l'intervention directe en zone conflictuelle. « Religion for Peace » dispose d'un grand nombre de donateurs dont la fondation Ford et l'USAID (http://www.usaid.gov/) pour ne citer que les plus connus. Eva Golinger, avocate américano vénézuélienne, dévoile les pratiques de cette organisation dans son ouvrage “Doctrine de guerre irrégulière de l'armée des Etats-Unis “ (2009). Elle l’accuse, preuves à l'appui, d'être «  une arme essentielle dans la guerre sale en Amérique Latine » . Au Venezuela, l'USAID finance le coup d'Etat du 11 septembre 2002 ; en Bolivie, elle se focalise sur la balkanisation de l'Etat et commandite des actions violentes déstabilisatrices ; à Haïti elle est l'instigatrice première de la chute du président Jean Bertrand Aristide. Loin de ses objectifs affichés, l'USAID agit selon les intérêts géopolitiques des Etats-Unis, sa mère patrie. Un rappel des rapports conflictuels entre les Etats-Unis et le Venezuela démontre et clarifie le mode opératoire utilisé par le premier pour déstabiliser le second dans le but de s'approprier ses ressources. Le Venezuela étant doté de la première réserve de pétrole brut au monde, les enjeux sont considérables. En juin 2011, le président équatorien Rafael Correa pointait du doigt les agissements de certaines ONG étrangères et particulièrement états-uniennes dans le but de propager le chaos et la confusion.

Lina Ben Mhenni, cyber dissidente vedette aux côtés de Slim Amamou et de Sami Ben Gharbia est surtout connue pour être la créatrice du blog Tunisian Girl. Elle mettra ce blog qui paraît rapidement sans consistance ni pertinence au service «  de la révolution du jasmin » en y postant photos, vidéos et articles à prétention « journalistique ». De 2008 à 2009, elle effectua un stage aux Etats-Unis dans le cadre du programme Fulbright puis enseigna l'arabe à Boston. Elle est candidate au prix Nobel de la paix en 2011 et participe en mai 2011 à l'Oslo Freedom Forum, forum à prétention démocratique identifié aux côtés, entre autres, de la fondation HRF « Human Right Fondation » dont le rapport annuel de 2011 nous apprend que l'USAID la finance. Elle écrit dans la langue de Shakespeare dans Global Voices dont l'un des fondateurs est Ethan Zuckerman et est citée sans être nommé dans l'article de Sami Ben Gharbia (3). Appréhendée en mai 2010 à Tunis, Lina Ben Mhenni est interrogée sur ses déplacements à l'étranger, sa présence à Rabat, en février 2010, pour une formation financée par une ONG américaine, Search for Common Ground (SFCG) ou encore sa proximité avec l'ambassade américaine en Tunisie. Rapidement libérée, elle ne fût plus inquiétée et nie jusqu'à maintenant toute implication de près ou de loin avec ces organisations.

L'interview d'Eva Golinger datant du 15 mai 2008 nous éclaire quant au rôle des ambassades dans la stratégie de « guerre irrégulière » américaine. À la question : de quelle façon l'ambassade nord – américaine à Caracas poursuit-elle son ingérence ? Elle répond : “L'ambassade des Etats-Unis au Venezuela est très active. Aujourd'hui, sa principale stratégie est la subversion. Cela se manifeste par le financement de l'USAID, la NED, Freedom House […] à des groupes de l'opposition [...] la CIA et le département de l'Etat entretiennent plusieurs façades dans le pays, comme ils le font toujours [...] pour exécuter leur politique néo- libérale pro états-uniennes[...] “.

À travers la confrontation de ces deux personnages que tout sépare apparaît le rôle transversal à double langage qu'a joué un organisme comme l'USAID. Ce machine de guerre « humanitaire », née en novembre 1961, dont le père est le président John Fitzgerald Kennedy, est assimilable à un organisme de renseignement participant activement à déstabiliser de l'intérieur les pays où il s'installe et financé exclusivement par le gouvernement américain.

“Très souvent, les liens entre l'Etat, le politique, l'argent et l'espionnage sont tellement étroits qu'il est à se demander comment il se fait que certains de ces organismes américains sont dits  « non gouvernementaux » ou à « but non lucratif »“ (4).  

Son interdiction récente en Russie (septembre 2012), confirme la continuité de ses agissements, et sa participation à la vague révolutionnaire dans les pays de l'Est n'est plus à démontrer. Ne nous leurrons pas, cet organisme est dépourvu de toute vision philanthropique. Il est utilisé comme cheval de Troie dans une guerre sans nom, sans mobile politique apparent, mais avec des perspectives d'asseoir et d'accroître l'hégémonie américaine. Une guerre sale et irrégulière a mis en suspens pour un temps l'émancipation souhaitée des pays du M.E.NA (Middle East and North Africa) et des régions frontalières.
Le cynisme dont fait preuve cette stratégie subversive et tordue dépasse l'entendement. Lina ben Mhenni peut en témoigner puisqu'elle dit avoir été physiquement agressée par des salafistes, les mêmes qui sont politiquement représentés par Mehrezia Laâbidi.
Depuis le 23 octobre 2011, la Tunisie est de fait divisée entre le camp des laïcs, des féministes et des démocrates, et celui des islamistes, des salafistes et des théocrates. On se demande alors quel camp les ONG américaines et le Département d’Etat va-t-il soutenir. Sous le régime dictatorial, ils ont soutenu les deux. Et maintenant ?

(1)Site, Espace Manager.com,Tunisie:Biographie de Mehrezia Laabidi,24/11/2011.
(2)Site,Babnet Tunisie, Biographie de Mehrezia Laabidi,vice présidente de la constituante,23/11/2011.
(3)Nawaat.org, Sami ben Gharbia , The Internet Freedom Fallacy and the arab Digital activism,17 septembre 2010.
(4)Ahmedbensaada.com, « Les États-Unis et « le printemps arabe »,14 décembre 2012.

Samira Hendaoui, journaliste free lance installée en France.
 
 


           


1.Posté par Zlassy le 30/10/2012 20:45
ça c'est de l'info ..divisé pour mieux regné ...stratégie du K.O...

2.Posté par Sihem el Ayali le 30/10/2012 20:51
Elles ont participé à mettre à genoux le pays, pour leurs carrières ,elles ne sont pas mieux que ceux qu'elles prétendent dénoncer ,notre pays n'a plus de patriotes ,allah et les droits de l'homme sont un fond de commerce pour ces fausses intellectuels .Allah est grand et les masques tombent et tomberont .

3.Posté par Raskolnikov le 01/11/2012 19:17
Excellent.

PS: Une faute à corriger " *Cette* machine de guerre « humanitaire »..."

4.Posté par Anis Ben Hamida le 04/11/2012 10:30
Facebook
C'est un article ça???
Que des spéculations et la théorie du complot...

Article débile

5.Posté par Sihem el Ayali le 04/11/2012 17:24
le débile c'est toi ..aucune spéculation, tout est vérifiable ...ha okay ...c'est homère qui parle...va manger tes côtelettes de porc et boire ta bière américaine ...

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter