Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Mezri Haddad : ces mots sont pour vous M.Mehdi Jomaa


17 Juillet 2014

Une fois de plus, nos jeunes soldats ont été la cible des islamo-terroristes que les gouvernements successifs et pas seulement Ennahda ont laissé prospérer et proliférer en toute impunité. Avant l’intervention télévisée de Mehdi Jomaa, l’auteur de ces quelques lignes a voulu le rappeler à son devoir de patriote. Quant au traitre suprême et protecteur des terroristes Moncef Marzouki, qui va lui aussi intervenir sur une autre chaîne de télévision rien que par électoralisme et jalousie maladive à l’égard du chef du gouvernement, il ne perd rien d’attendre. Il aura la fin que les patriotes réservent à tous les renégats et mercenaires.


Puisque vous allez vous adresser aux Tunisiens ce soir à la suite du massacre de nos vaillants soldats, je viens vous dire que l'heure n'est plus aux sourires mécaniques ni au bougisme communicationnel, ni aux réformettes tapageuses, ni aux tergiversations politiciennes. L'heure est très grave et elle exige de vous et de votre gouvernement dit de technocrates d'être à la hauteur des défis et à la mesure des périls. Mieux vaut tard que jamais.

Pour avoir eu l'occasion de vous rencontrer et de discuter longuement avec vous peu de temps avant votre désignation à la tête du premier ministère, et même si pour moi la solution n’était pas dans un gouvernement de technocrates novices en politique, mais de patriotes aguerris et professionnels, j'ai cru avoir décelé en vous une force de conviction, une volonté de changement et une prédisposition à la fonction qui auraient pu redresser la situation et pallier aux dégâts commis par tous les gouvernements successifs depuis le coup d’Etat maquillé du 14 janvier 2011.

Je sais que, compte tenu de l’énormité de ces dégâts dont certains sont irréversibles, la tache était titanesque et le défi quasi-insurmontable. Je ne vous reproche pas d’avoir échoué –avec un gouvernement composé de 80% d’amateurs, une ANC sangsue et vendue, une opposition braquée sur l’occupation de Carthage, un président mercenaire du Qatar et de la France, aucun n’aurait de toute façon réussi-, mais je vous reproche d’avoir manqué de courage et de franchise à l’égard de l’opinion publique tunisienne, et je ne dis pas du sacro-saint peuple, qui est à la fois victime et complice de sa propre tragédie et déchéance. Vous avez manqué de hardiesse et de sincérité aussi bien sur la situation économique et financière réelle du pays que sur la vulnérabilité sécuritaire de la Tunisie, qui est devenue la terre promise de l’internationale terroriste et de tous les services de renseignement.

Vous avez ce soir l’occasion de dire aux Tunisiens la vérité, d’appeler l’ensemble du peuple à la mobilisation générale contre la canaille islamo-terroriste. De prendre toutes les mesures militaires, policières et judiciaires pour éradiquer, par la puissance des armes et la force des lois, ces traitres et ces criminels qui n’ont aucun lien avec la Patrie, encore moins avec l’Islam de nos savants et de nos ancêtres. Le choix pour ces criminels est soit la prison, soit le cimetière.

Même si c’est par un caprice de l’histoire que vous avez été hissé à cette fonction, comme bien d’autres depuis la conspiration de janvier 2011, vous avez l’opportunité de prendre un rendez-vous, non guère avec le Proconsul des Etats-Unis en Tunisie, mais avec l’Histoire.

Mezri Haddad


           


1.Posté par Gali le 18/07/2014 11:20
C'est très bien dit, la situation exige beaucoup de courage , et il faut prendre rendez-vous avec l'histoire , sinon ce n'est la peine de continuer à diriger le pays .IL faut éradiquer le terrorisme ,mais les tunisiens doivent participer à cela par des sacrifices .

2.Posté par walii Eddine le 18/07/2014 16:27
Il est temps que le Sissi tunisien sorte de l'ombre et nous débarrasse de tous ces minables pantins qui se prennent pour des gouvernants. Le moyen le plus sûr pour terminer une révolution - et en même temps le plus économique en termes de pertes humaines et matérielles - c'est encore une dictature militaire rondement menée. Foin d'armée républicaine! Pour y avoir cru, Hannibal a perdu sa guerre contre Rome tandis que Jules César qui, le premier, osa franchir le Rubicon a été consacrés par l'Histoire comme l'un des plus grands empereurs de tous les temps.

3.Posté par Habib Trabelsi le 18/07/2014 18:17
Le rendez-vous avec l’Histoire…
Fiasco ! Fiasco ! Fiasco !

Mehdi Jomâa, dans tous ses états, a parlé pour ne rien dire
http://www.tunisienumerique.com/tunisie-mehdi-jomaa-dans-tous-ses-etats-a-parle-pour-ne-rien-dire/230399
Le chef du gouvernement a, cette fois-ci, raté sa sortie médiatique. C’est peut-être la faute à ce sacré Ramadan, où tout le monde se permet des congés, y compris les coachs et autres conseillers en communication. Toujours est-il que cette sortie a été un fiasco total, aussi bien sur le plan forme que fond.
Du côté de la forme, nous avons eu droit à un Mehdi Jomâa méconnaissable. Il avait la mine des mauvais jours, il trouvait beaucoup de mal à avaler sa salive, au point d’en avoir des difficultés d’élocution et de mâchouiller ses mots qui avaient de la peine à sortir de son gosier. Il avait une attitude stressée, avec une gestuelle saccadée et forcée par moment, laissant deviner l’énormité de son désarroi.
Mais cette défaillance sur le plan de la forme devient tout à fait compréhensible quand on aborde le côté fond. Car sur ce plan, il avait toutes les raisons du monde de paniquer et de stresser, le chef du gouvernement, vu qu’il affrontait, pour la première fois, une population qui lui était résolument hostile, qui lui en voulait et qui le tenait pour responsable en grande partie de ce qui est arrivé. Et en contrepartie, qu’est ce qu’il avait à présenter à cette foule inquisitoire ? Rien ! Ou presque.
Alors que tout le monde s’attendait à des explications, des aveux, mais surtout, à des faits, des décisions tranchantes, on a eu droit à une énumération, sans grande conviction du reste, des « exploits » de son cabinet en matière de lutte contre les groupes terroristes, avec des chiffres à l’appui concernant le nombre d’arrestations dans les milieux du terrorisme, sans pour autant, préciser ce qu’il est advenu de ces individus arrêtés, et s’ils n’avaient pas été relaxés par la justice.
On a eu, aussi, droit à une vague promesse de tout faire pour pallier au manque d’équipement de l’armée en matière de guerre des gangs. Comme on a eu, droit à un aveu clair de l’incapacité et la non préparation des services de l’Etat pour contrer des opérations de guerre, alors qu’ils commençaient à peine à apprendre la lutte contre les petites cellules qui ne comptaient guère plus de dix éléments.
Et au final, et tradition oblige, Mehdi Jomâa a essayé de noyer sa propre responsabilité et celle de son cabinet, dans une responsabilité beaucoup plus large, en déclarant que la guerre contre le terrorisme était la responsabilité de tout le monde, en gratifiant l’UGTT d’une motion spéciale dans son réquisitoire.
Et pour finir en beauté, Mehdi Jomâa a annoncé au peuple tunisien qu’il va balancer toutes les priorités des citoyens comme la cherté de la vie, l’abracadabrant projet de la loi de finances complémentaire, les négociations sociales… et autres directives de la feuille de route, à laquelle il est, qu’il le veuille ou non, lié, au second plan de ses centres d’intérêt, et qu’il va, désormais, se consacrer essentiellement à la lutte contre le terrorisme et la préparation des élections. Dans une manœuvre malhabile de se désengager de ses responsabilités envers le citoyen et de se donner corps et âme dans les désirs et les intérêts des partis politiques.


4.Posté par hannibal le 18/07/2014 19:27
Les patriotes et sauveurs de ce pays agonisant vous les voyez oû ?!!! l'état major de l'armée est carriériste pas téméraires du tout et la base est silencieuse et sujette au massacre . Quelle mascarade ce califat!!!!

5.Posté par Abou Pasencore le 22/07/2014 15:23
Mahdi Jomaa , Barak Hussein Obama et Sissi sont des ex musulmans qui ont converti à la diabologie. Je préfère le mot ARRAF ou magicien. Je doix me marier et faire un enfant avant la fin du monde.

6.Posté par Momo le 05/08/2014 02:17
Celtia qbel il qoran ! (La celtia avant le Coran)

Tel doit être le slogan de notre révolution qui éradiquera à jamais l'islamisme et l'américanisme !

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter