Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Mohamed Bennour, l’ex-caissier qui a perdu sa recette !


27 Août 2014

Avant le coup d’Etat islamo-atlantiste ou qataro-américain du 14 janvier 2011, Mohamed Bennour tenait la caisse de la librairie Al-Kitab de l’avenue Habib Bourguiba. Homme effacé et sans envergure intellectuelle ni politique, il est devenu après la chute de la Tunisie une « personnalité » politique, comme beaucoup d’autres énergumènes charriés par la boue de la « révolution » dite du jasmin. Voix de son maitre Mustapha Ben Jaafar, tout aussi effacé que lui, Mohamed Bennour a tout fait pour blanchir ses amis d’Ennahda et noircir la réputation d’un certain nombre de ministres et de hauts fonctionnaires de l’ancien régime, auxquels il n’arrive pas à la cheville, à tout point de vue. Ce caissier voulait devenir ministre dans le gouvernement félon de la troïka ! Encore porte-parole d’un parti discrédité par ses multiples trahisons, comme le CPR, il vient d’être évincé par son patron, qui est déjà lui-même dans la poubelle de l’histoire.


Mohamed Bennour, un porte-parole au verbe haut et au profil bas.
Mohamed Bennour, un porte-parole au verbe haut et au profil bas.
Mohamed Bennour, l’infatigable porte-parole d’Ettakatol, a fini par jeter l’éponge, dans une dignité retenue mais sans casser la baraque, histoire, peut-être, de ne pas insulter l’avenir. Il se retire de la liste de Tunis (I).

Au bilan de ce parcours où son parti, à l’image de son président, a enduré de dures épreuves avant de se mettre au service de l’architecte islamiste de la troïka, Mohamed Bennour constate qu’il n’a finalement servi qu’aux basses et délicates besognes. D’abord, évidemment, jouer son rôle de porte-parole. Mais accomplir aussi toutes les tâches subséquentes : lustrer la façade d’Ennahdha et même celle de Marzouki, parfois ; essayer, désespérément, de se faire passer, avec les siens, pour les héritiers légitimes de Bourguiba (ce qui n’est pas si insensé), les seuls vrais, plus même que les bourguibistes et les bourguibiens (ce qui est une aberration) ; et surtout, faire tout pour Ben Jaafar, en sa qualité de nouvel Abou Jaafar, avec lequel le président d’Ettakatol doit se trouver et cultiver quelques points de ressemblance.

Au bilan de ce parcours donc, M. Bennour sort avec presque rien ! Son parrain ne l’a jamais mis sur la liste de ses ministrables, même quand, en désespoir de cause pour remplir son quota dans le premier gouvernement de 2011, il a dû repêcher un récent adhérent à trois heures de l’annonce du nouveau gouvernement. Même pas dans le second gouvernement quand les derniers recrutés du parti sont partis ou remerciés et que ses ministres étaient contestés, pour Ben Jaafar, M. Bennour demeurait dans sa fonction de gardien de la maison et de crieur public.

Et voilà la goutte qui fait déborder le verre, pour les imminentes élections législatives, il n’a même pas droit à l’honneur de figurer comme tête de liste !!! Il doit encore se terrer à l’ombre d’un autre protagoniste, khalil Zaouia, le second boy du snobisme politique, sur investissement d’une mémoire syndicale, celui qui est le plus digne pour présider la liste de Tunis (I) 

Par Mansour Mhenni, dans Tunisie-Focus du 27 août 2014.


           


1.Posté par Tahar Ayachi le 28/08/2014 19:48
Qui a écrit ça ? Mansour M'henni ! Zazzâr i3adhem 3ala mregzi ! Laisser-moi rire car kothr el hamma idhahhak

TS- Monsieur Mhenni est l'auteur de l'article et non pas de la présentation, qui est de notre rédaction.

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter