Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Moncef Marzouki a essayé de saboter la candidature de Kamel Morjane à l’ONU


5 Mai 2014

Comme il n’a rien à faire à Carthage, le président usurpateur passe son temps à compliquer les relations diplomatiques de la Tunisie et à saboter les efforts de Mehdi Jomaa pour redresser la situation tunisienne. Son dernier forfait, sa tentative de torpiller la candidature de Kamel Morjane au poste onusien de médiateur pour la crise syrienne.


Kamel Morjane avec le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon.
Kamel Morjane avec le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon.
Selon nos informateurs au ministère tunisien des Affaires étrangères, dès que Moncef Marzouki a appris l’éventualité que Kamel Morjane puisse remplacer Lakhdar Ibrahimi au poste de médiateur onusien pour la crise syrienne, il a harcelé Mongi Hamdi, l’actuel ministre des Affaires étrangères, pour qu’il informe l’ONU de l’opposition du gouvernement tunisien à une telle candidature et que la présidence tunisienne proposerait son propre candidat.

L'information rapportée par nos confrères d'African Manager, selon laquelle "Les autorités tunisiennes ont rejeté une proposition des Nations-Unies pour la candidature de l’ex-ministre des Affaires étrangères, Kamel Morjane au poste de médiateur de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie" s'avère donc exacte. "Des observateurs n’excluent point que le président de la République provisoire, Moncef Mrzouki soit derrière ce refus", indique African Manager dans son édition du 22 avril 2014. 

Nous ne savons pas si Mongi Hamdi a répondu au caprice de l’usurpateur de Carthage. Toujours est-il qu’il a reçu une réponse officielle du secrétariat de Ban Ki-Moon, indiquant que l’ONU n’a pas besoin de l’aval de Tunis pour désigner éventuellement Kamel Morjane à ce poste de médiateur, pour la simple raison que ce dernier est lui-même un ancien haut fonctionnaire des Nations Unies, que ce n’est pas lui qui postulait à cette mission mais le secrétaire général de l’ONU qui l’avait sollicité, compte tenu de sa réputation au sein de l’organisation onusienne et de son expérience au sein du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

En effet, le règlement interne de l’ONU stipule que le pays dont est originaire le candidat peut cautionner ou refuser cette candidature seulement dans le cas où celle-ci serait une première nomination. Or, ce n’est pas du tout le cas de Kamel Morjane qui a quasiment fait toute sa carrière au sein de l’organisation onusienne. Autrement dit, dans son cas, il ne s’agit pas d’une première nomination, auquel cas l’aval de Tunis aurait été nécessaire, mais du rappel d’un ancien haut fonctionnaire.

Ignorant totalement les mécanismes onusiens et transgressant ses devoirs de président provisoire, Moncef Marzouki aurait directement écrit à Ban Ki-Moon pour lui faire part de son « opposition catégorique » à une telle nomination, mentionnant dans le même courrier les noms de deux autres candidats « sérieux et objectifs », dont nous ignorons l’identité. A ce jour, le courrier du Tartour national est resté sans réponse !

Ces manœuvres dignes d’un détraqué mental hargneux et maladivement jaloux, ne sont pas du tout surprenantes, après ce que nous venons d’apprendre de la bouche même de l’un de ses conseillers. Aziz Krichen, qui vient de démissionner –mieux vaut tard que jamais- a raconté comment son président a tout fait pour torpiller le dialogue national, quitte à provoquer une guerre civile. Ceux qui ignoraient la psychologie de Moncef Marzouki savent désormais de quoi il est capable pour se maintenir à Carthage. Ils savent aussi qu’il ne supporte pas qu’un autre tunisien, par sa compétence et son mérite, puisse briller ailleurs et très loin de Carthage.

N’en déplaise à l’usurpateur de la fonction présidentielle, qui a publiquement appelé au renversement du président Bachar Al-Assad et qui a été le premier à accueillir les mercenaires Syriens du Qatar, la candidature de Kamel Morjane a été retenue par l’ONU et il a toute ses chances de remplacer Lakhdar Ibrahimi, dont la mission arrive à son terme et qui sera probablement appelé à occuper une haute fonction au sein du futur gouvernement algérien. Après avoir reçu Kamel Morjane à New York, il y a deux semaines, le secrétaire général de l’ONU s’apprête d’ailleurs, dans les jours qui viennent, à recevoir Lakhdar Ibrahimi.

Selon nos informations, la décision de l’ONU ne sera pas prise avant un mois, période nécessaire pour que le successeur de Lakhdar Ibrahimi bénéficie du consensus des Etats membres de l’ONU et de l’accord du Conseil de sécurité. D'autres personnalités sont candidates à ce poste, notamment l'espagnol Javier Solana, le britannique Michael Williams et l'australien Kevin Rudd, ancien premier ministre.  

Nebil Ben Yahmed 


           


1.Posté par atef mastouri le 05/05/2014 23:04
bravo

2.Posté par aziz23 le 05/05/2014 23:35
Pas étonnant vue la différence de niveau y a de quoi enfin laissez le guignol profiter un peu de carthage

3.Posté par ODIN le 05/05/2014 23:46
je ne suis d'accord avec vous sur un point.Ce lakhdar brahmi est à la solde de l'otan et les états-uniens et bédouin du golfe.IL a accusé le régime syrien du blocage de la crise et d'autres calomnies.tout les initiés savent qu'il roule pour les les ennemis de la syrie.
L'algerie ne fera jamais appel aux vendus et surtout un laquais des de la C.IA et des bédouins larbins des états-uniens !
Le Tartour n'a aucun pouvoir.Ce n'est qu'un petit télégraphiste.Et bientôt il ne sera plus rien !!!

4.Posté par Léon le 06/05/2014 09:01
@Marzougi: Si vous avez quelque chose de concret à dire aux tunisiens concernant Kamel Morjane, dites le franchement, haut et fort! Et non pas en utilisant des méthodes qui n'honorent certainement pas un président de République dont la première mission est de protéger les citoyens de son pays et de les appuyer sans préférence aucune.
S'il est vrai que vous avez entrepris les faits condamnés par TS, vous avez fait l'une des erreurs stratégiques les plus importantes pour un président. Jamais effacer un tunisien au profit d'un autre (c'est une réaction de colonisés).
La Tunisie est souveraine (ou du moins l'était) et nos problèmes personnels se règlent entre nous. Il faut dire que vous avez pris l'habitude de les régler dans les cafés de Saint Michel avec des "bien pensants" étrangers, méprisants et colonialistes.
Bref, monsieur le président stagiaire, votre problème est que vous n'avez pas de tuteur pour votre stage. En effet, ils ne sont que deux: Bouguiba (qui est mort) et Ben Ali qui pourrait vous donner quelques leçons de gouvernance et de politique. Il faut aller le voir en Arabie Saoudite. Je suis sûr qu'il vous aidera, même s'il ne vous tient pas dans son cœur. Lui sait ne pas mélanger les intérêts de son pays avec ses histoires personnelles. Lui est souverainistes et patriote.
Léon.

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter