Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Neziha Rejiba, entre droits de l’homme et droit des affaires !


10 Septembre 2013

En réplique aux insolences vindicatives et répétitives de Néziha Rejiba, Hafedh Caïd Essebsi, de Nidaa Tounes, vient de publier un article sous le titre de « Trop tard, Om Zied alias Neziha Rejiba… ». Nous reproduisons ici l’article en question, en rappelant certaines vérités au sujet de cette « grande militante » des droits de l’homme, qui est la version bédouine de la très "baldia", Sihem Bensedrine-Laval !


Un visage qui en dit long sur ce clone féminin de Moncef Marzouki.
Un visage qui en dit long sur ce clone féminin de Moncef Marzouki.
Cette réplique de Hafedh Caïd Essebsi a été publiée sur sa page facebook et reprise notamment par Slate Afrique et Tunisia Daily.

Le texte de Hafedh Caïd Essebsi

"Après avoir soutenue activement Moncef Marzouki, avoir été membre du bureau politique du CPR, et plus tard participée activement à sa déconfiture…, Om Zied alias Naziha Rejiba, sentant le vent changer de cap, s’est retirée en « opportuniste » qu’elle est, bien après les élections du 23 Octobre 2011, et ce, après avoir enfoncé le clou, et que le navire « troïka » ait commencé à chavirer en prenant l’eau de tous les cotés…

Mme Réjiba, change de camp et essaies de rejoindre « en catimini », celui des démocrates en donneuse de leçon, elle se permet aujourd’hui de critiquer maladroitement la présence de BCE, le leader de l’opposition, à l’occasion de la cérémonie du Quarantième jour, de l’assassinat du Martyr Mohamed Brahmi…

Je rappelle à Mme Rejiba, qui semble maladroitement user de la surenchère politique avec le sang des martyrs, en lui remémorant, puisqu’elle semble avoir aussi vite oublié que le sang du Martyr Mohamed Brahmi est le même sang que celui du Martyr Chokri Belaid ou Lotfi Naguedh de Nidaa Tounès…Ou celui des Martyrs « nos soldats » …

Je rappelle que nous n’avons pas entendu auparavant Om Zied alias Naziha Rejiba, lorsque son mari était ministre dans le gouvernement BCE. À l’époque, elle se plaisait encore d’être la femme de Monsieur le Ministre « noyée » dans les luxueux avantages de la fonction…

Aussi, je soulève que nous n’avons pas vu Mme Réjiba (Om zied) très critique envers tout ce qui s’est passé dans notre pays ces derniers temps, ni à soutenir les nombreuses agressions et menaces envers ces « compères » les journalistes, ni à défendre la parole libre et la liberté d’expression…Ou même remarquer quelque part, sa solidarité vis-à-vis des militants(es) des Droits de l’Homme qui ont été victime des divers « outrages »…Ni à l’avoir aperçue à critiquer le gouvernement en dénonçant au moins, ce qui ne marche pas…Ni à faire face à toutes les « bévues » et les « bourdes » de ses « protégés » Moncef Marzouki et les siens…

Aujourd’hui, arrêtez Mme Réjiba de semer la zizanie chez les démocrates, votre camp est ailleurs…La Tunisie a besoin de tous ses enfants pour faire face au danger du terrorisme et pour combattre l’obscurantisme, et toutes les initiatives qui vont dans ce sens, il faut les applaudir ou vous taire comme vous vous êtes bien gardé de le faire ces derniers temps…" Signé, Hafedh Caïd Essebsi.

Sans légende, Om Zied est aussi laide que Neziha Rejiba sans maquillage

Hafedh Caïd Essebsi s’étonne comment la langue de vipère s’est transformée en langue de Bois, à l’instar de sa complice de toujours, Sihem Bensedrine-Laval. Ces deux figurines de la « résistance », qui n’ont pas fait une heure de prison sous la « dictature » de Ben Ali, savent mettre les droits de l’homme de côté, lorsque le droit des affaires l’exige. Charmantes sans charme, elles ont su tirer profit du commerce des droits de l’homme sous l’ancien régime, en se mettant au service de certaines ONG occidentales, et quadrupler leurs fortunes sous la dictature islamiste, notamment en offrant leurs services aux entreprises et aux hommes d'affaire qui faisaient l'objet de vindicte populaire. Calomniez, calomniez il en restera toujours quelque chose; rançonnez, rançonnez il y aura toujours quelque chose à gratter!   
  
Si madame Laval a commis l’erreur de soutenir sans réserve Rached Ghannouchi et ses terroristes, madame Jellali –depuis que son mari n’est plus « ministre »- a maintenu le cap de la stigmatisation, pour entretenir l’image trompeuse de l'éternelle « résistante ». La vieille vipère sait bien choisir ses cibles : les « foulouls » de l’ancien régime qu’elle voudrait voir tous en prison (sauf ceux qui payent), les figures montantes de l’opposition, et les mouvements politiques qui peuvent déboulonner du pouvoir ses amis d’Ennahda, en l’occurrence Nidaa Tounes. De quoi est faite cette personne aigrie, haineuse, cruelle et vilaine?

Version féminine de Taoufik Ben Brik, cette autodidacte voulait être écrivaine. Après avoir scribouillé quelques articles à droite et à gauche, Neziha Rejiba s’associât en 2000 à Sihem Laval, à l’époque Sihem Mestiri, dans son business « Kalima ». Il fallait bien une rédactrice en chef pour se partager les fonds du MEPI et autres ONG de « bienfaisance ». En 2001, elle est membre fondateur du CPR, la filiale « laïque » d’Ennahda, qui comptait à l’époque une dizaine de membres, tous détachés ou dépités de la secte ghannouchienne.

Après la révolution du jasmin, Neziha Rejiba distillait son venin sur tous les plateaux de télévision, y compris Al-Jazeera et Al-Arabiya, alternant vengeance, délation et lynchage des anciens responsables politiques, y compris de simples directeurs d’entreprises publiques. Parallèlement, elle était la meilleure avocassière des islamistes, « innocentes victimes » de la « dictature » de Bourguiba et de Ben Ali ! Comme le Tartour, elle a joué auprès de l'opinion tunisienne un rôle clef dans la réhabilitation des jeteurs d'acide et poseurs de bombes.

Madame Neziha a oublié que son mari, Mokhtar Jellali a fait une bonne partie de sa carrière au sein de la STEG, avant de devenir directeur de la très controversée AFH (Agence Foncière d’Habitation). Elle a oublié sur quels terrains elle a pu construire ses trois villas et sa Sénia, à une centaine de kilomètres de Tunis ! Elle a oublié que monsieur son mari, originaire de Sidi Bouzid, a été membre de l’UDU (Union démocratique unioniste), un parti qui servait de vitrine démocratique à Ben Ali, qui a été légalisé dès 1988 et qui a participé à toutes les mascarades électorales depuis 1989. Elle a oublié que monsieur son mari a été même député de 1999 à 2004. Mais il y a plus grave que ce passé au service de la dictature.

Le 13 octobre 2008, dans un accident de la route, Mokhtar Jellali a causé la mort d’un piéton, orphelin et soutien financier d’une famille de six personnes. Convoqué par le procureur de la République, il a été mis sous détention à la prison de Mornaguia. Mais, suite aux pressions de la mafia des droits de l’homme, qui a fait passer cette affaire pour du harcèlement dû aux activités « politiques » de son épouse, il a été relaxé par la Justice corrompue de Ben Ali. La famille de la victime n’a pas eu droit à un centime de dédommagement ! Plutôt curieux pour cette grande « militante » des droits de l’homme et pour son mari, recyclé au barreau de Tunis ! Ministre dans le gouvernement de Mohamed Ghannouchi et celui de Béji Caïd Essebsi, il espère reprendre du service au sein des prochains gouvernements. D’où les flèches savamment dosées de madame son épouse, tantôt contre Moncef Marzouki, son ex-idole, tantôt contre Rached Ghannouchi, son cheikh bien aimé et bien généreux, tantôt contre Béji Caïd Essebsi, rien que parce qu’il a osé la remettre à sa place.TunisieSecret

Lilia Ben Rejeb 

 
 


           


1.Posté par Am Ahmad le 10/09/2013 01:55
Baldia n'est pas une insulte ou une chose honteuse a cacher , bien au contraire , c'est un honneur de l'être , les tunisois sont des citoyens Tunisiens à part entière . Peut importe l'origine et la région , on est tous des Tunisiens .

Quant à la nouvelle mode qui consiste a insulter BCE pour apparaître comme un vrai démocrate ,
elle cache en vérité un complexe ancre et enracine parce que BCE est Tunisois ( ce complexe existe encore ) mais aussi pour avoir l'image du vrai démocrate qui n'est ni avec l'ancien régime ni avec les islamistes au pouvoir , c'est le cas de cette rjiba et de beaucoup de bobos qui se la jouent hommes et femmes de principe .

2.Posté par Henda Maatoug le 10/09/2013 11:02
Bravo Lilia tu as dévoilé le vrai visage de cette personne sans foi ni loi. Dans sa méchanceté visible sur son visage, elle n'a épargné personne. Mais s'attaquer à Nidaa Tounes c'était un acte de trop. Monsieur Béji ne la prendrai même pas comme Bounicha chez lui.

3.Posté par béchir le 10/09/2013 11:14
Je sais pas pour le reste mais pour l'accident de 2008, c'est la vérité. je connais bien la famille du jeune que Moktar Jellali a écrasé avec sa voiture. il y avait une autre voiture dans cette accident. Le type de cette voiture a fait 6 mois de prison mais le mari d'om zied a été libéré tout de suite. La mère de celui qui est mort n'a pas eu un dinar de l'assurance, ni de monsieur jellali. les flics de ben ali lui ont dit de se taire parceque c'est politique. c'est la vérité.

4.Posté par ahmed le 10/09/2013 13:51
Je me demande où est ce que cette brillante lilia ben rejab a puisé pour trouver des informations aussi erronées et basses que ses insultes envers Om Zied!
Et pour monsieur béchir qui prétend connaitre la famille du défunt de l'accident 2008 je lui réponds tout simplement d'aller vérifier ses infos, le petit et la femme du défunt ont bel et bien été dédommagés par l'assurance de la voiture qui a provoqué tout cet accident qui a laissé des dégâts considérables sur Me Jalali qui a été projeté sur le piéton par une voiture qui a grillé le feu rouge et qui a malgré ça écopé de 28 jours de prison.
Parler de ce que l'on ne connait pas c'est de la bassesse d'esprit alors, pour ceux qui se sentent concernés, hissez vous un peu plus haut afin de ne pas vous noyer dans vos propres déchets...

5.Posté par karim le 10/09/2013 14:53
ماشي في بالها كيف تقعد مرة ضدّ النهضة و مرة مع النهضة..وديما ضدّ نداء تونس زعمة زعمة ضدّ التجمع و هاك الشعبوية الفارغة..توّه هذه مثقفة باش تبني مستقبل تونس..ماو دبّرت راسها وقت بن علي..يزّي..علاش تبقى تلعب في دور الطابور الخامس..الناس الكل فدّت منها و من أمثالها.

6.Posté par tacfarinas le 10/09/2013 15:25
j'avais beaucoup d'estime pour cette dame du temps de ses billets dans le journal errai mais ces derniers mois elle a exprime des positions oppurtinistes et douteuses .c'est dommage que des talents aussi brillants sombrent dans la demagogie et la mediocrite.....

7.Posté par Dalila le 10/09/2013 16:37
Rien qu'à voir sa tête, on devine de suite qu'elle est mauvaise et très méchante.

8.Posté par Mounira le 10/09/2013 16:52
عمشة في دار إلعميان هل كلاب دمرو لبلاد ولعباد لا تربحهم بجاه سيدنا محمد

9.Posté par Sonia Delal le 10/09/2013 17:01
Un jour elle sera jugé comme toutes les salopes et les salops qui on vendu notre cher Tunisie. Elle est pire que Leila Trabelsi et ses amis mafieux qui ont volé le pouvoir sont pire que les trabelsi. et le régime est pire que celui du dictateur Ben Ali. Avec ce salop on avait au moin de quoi manger et de quoi circuler dans la rue en toute sécurité. La Tunisie est foutue à cause des salops et des salopes comme cette Naziha Rejiba. t'inquiète, il paieront un jour.

10.Posté par Naziha Rjiba le 11/09/2013 09:41
علاش هكّه يا مدام ليليا تعملّي في مشاكل مع و لادي اللّي ساكنين في الكرا و انا عندي ثلاثة ديار و مخبية عليهم ؟ هههه..امّا الخدمة في دار سي الباجي...السّماح : خدمت عندي وحده كانت في دارو و اللّي حكاتهولي ما يشجعش....انا متواضعة في العادة و لكني توّه فخورة بمواقفي اللّي قاعدة تظهّر فيكم على حقيقتكم

11.Posté par racha tounsi le 11/09/2013 20:10
قافيا بالأمس ومن الصعب أن يعرف من هي أم زياد، لم يكن من الممكن لوالدين أم زياد أن يختاروا لها إسماً آخر عدا نزيهة ،وكأنهم تنبأوا فهي إسم على مسمى ، لم تخضع ولم تنحن يوماً لا لبورقيبة ولا لبن علي، شخصيا بدأت عملي الصحفي في جريدة الرأي ، كان الجميع يحترم ويقدر و يحب أم زياد، عبرت عن كل مطالبنا وأحلامنا و توقنا للحرية والديمقراطية ولا يمكن بأي حال من الأحوال أن يتبدل الإنسان مثلما تذكرون ، كانت أم زياد وما زالت رمز الصفاء والنزاهة والتعبير الحر، ربما اليوم أصبحت أكثر حماساً وعنفا في التعبير لكن كما قول المثل التوسي " شي ينطق " أما بالنسبة لزوجها ، وطنيته واستقلاليته و نظافته الفكرية والسياسية هي خط أحمر لمن يجهله، أرجوكم باسم هذا الوطن الذي نحب : إتقوا الله في عباده والوطن في رجاله ونساء

12.Posté par Hatem le 12/09/2013 11:23
Je note deux fausses informations
- En 2001 Sihem Ben Sedrine a été emprisonnée sous Ben Ali
- Om Zied, l'autodidacte est agrégée de littérature.
Vous faites de la désinformation pour servir la soupe à votre Bajbouj, vous vous prostituez pour lui comme d'autres le font pour Ennahdha, j'espère qu'il vous paie bien au moins
Journalisme de merde
Réponse de T-S: Non, Sihem Bensedrine n'a jamais été emprisonnée mais interrogée pendant 3 heures dans un poste de police. Et Om Zied n'est pas plus agrégée de littérature que Meherzia Labidi.

13.Posté par lampedusa...sos le 07/04/2014 20:39
cette dame ne m'inspire pas confiance...elle nous mène à TOUNESTENE...


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter