Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Nous sommes en guerre, par Jean d’Ormesson


23 Décembre 2014

Propos justes et analyse profonde de ce grand nom de l’intelligentsia intellectuelle française. La France est effectivement en guerre conte un ennemi extérieur et intérieur, et ses gouvernants doivent prendre toute la mesure du péril islamiste, qui menace la paix civile et tout particulièrement les français de confession musulmane. Mais Jean d’Ormesson n’est pas sans savoir que Daech n’est pas une création ex-nihilo, mais la conséquence de deux guerres impérialistes et colonialistes. Celle qui a été menée par les anglo-américains contre l’Irak en 2003 ; et celle qui est menée contre la Syrie par les pays occidentaux, la Turquie et le Qatar. Deux guerres qui ont détruit les deux grands symboles de la civilisation arabo-islamique et que les médias aux ordres en France ont soutenues.


Jean d'Ormesson, écrivain, philosophe et académicien français.
Jean d'Ormesson, écrivain, philosophe et académicien français.
Nous sommes en guerre. Une guerre qui n'ose pas dire son nom, nouvelle, étrange et obscure. Sans déclaration, sans armées en mouvement, sans champ de bataille, sans offensive de masse, sans raids d'aviation sur les grandes métropoles. Avec un nombre restreint de morts qui tombent un peu partout et presque au hasard dans des conditions dramatiques. Une guerre très loin de la guerre des étoiles et des visions d'avenir chères aux auteurs de science-fiction. Une sorte de guerre au rabais, une guerre d'otages et de guets-apens. Mais une guerre qui s'étend de Bruxelles à Toulouse, de New York à Paris, de l'Algérie, de la Libye, du Yémen à l'Afrique du centre et de l'ouest, de Syrie et d'Irak au Pakistan, à Dijon et à Sidney en Australie.

La guerre n'est plus confiée à des armées en uniforme. Elle s'attache à chacun d'entre nous. Oh! avec un risque à peu près égal à la chance de gagner au Loto. Mais, enfin, elle est là, avec ses bombes et ses couteaux. Elle menace - de loin - chacun et chacune d'entre nous. Elle a quitté les champs de bataille et les états-majors pour descendre dans la rue, dans les cafés, dans les stades, dans les salles de spectacle. Elle plane en secret sur les femmes, les enfants, les vieillards comme sur ces hommes dans la force de l'âge qu'on appelait naguère des soldats.

Ceux qui tombent ont changé, ceux qui tuent aussi. Ce ne sont plus des ennemis identifiés et répertoriés, groupés en corps d'armée, en divisions, en régiments et se battant en uniforme. Ce sont des illuminés, des fanatiques et des repris de justice, auxquels se joignent un certain nombre de déséquilibrés. C'est un mélange de religieux extrémistes et de hors-la-loi. Pour les désespérés, pour les candidats au suicide, le djihad est une raison de vivre et une raison de mourir.

Ils ont un drapeau, une organisation, des chefs - résumés en un mot qui fait peur et horreur: Daech. Daech est une organisation terroriste et criminelle qui se réclame de l'islam. C'est là qu'il ne faut pas se tromper.

J'ai toujours pensé et écrit - on me l'a assez reproché - que l'islam était une grande religion qui a marqué l'histoire des hommes. La civilisation musulmane est à l'origine de quelques-unes des plus belles réalisations du génie humain. Daech déshonore cette grandeur de l'islam. Chez nous et ailleurs, les musulmans en masse sont les premiers à condamner Daech. Il faut les remercier, les respecter, les soutenir. Mais Daech, il faut l'affronter et le combattre.

Ce que nous apprenons de Daech est terrifiant et révoltant. Nous nous inquiétons ici de savoir s'il est tolérable ou non de travailler le dimanche ou d'administrer des fessées aux enfants en bas âge. Au nord-ouest de l'Irak, au nord-est de la Syrie, Daech massacre et extermine, égorge et viole. Des populations entières sont réduites en esclavage et menacées de disparition. Là où règne Daech, s'installe la terreur et l'épouvante.

Les musulmans qui répugnent de se soumettre au soi-disant État islamique sont traités avec cruauté. Mais les chrétiens de la région et les yézidis sont tout simplement au bord d'un génocide qui les ferait disparaître jusqu'au dernier.

Nous devrions crier que nous sommes tous des yézidis et des chrétiens de Syrie et d'Irak. Et des Kurdes qui manquent de médicaments, d'armes, de soutien et qui se battent avec héroïsme. Les yézidis sont un peuple attaché à un syncrétisme monothéiste où se mêlent des traces du culte de Zoroastre, de l'islam et du christianisme. Les yézidis ont aidé et sauvé beaucoup de victimes des djihadistes. Ils sont aujourd'hui, comme les chrétiens d'Irak et de Syrie, au bord de l'anéantissement. Seuls les Kurdes les protègent encore. Il faut soutenir les Kurdes.

Très arrangeant avec Daech, le gouvernement turc de M. Erdogan s'est conduit de façon très décevante à l'égard des Kurdes. Il leur préfère l'extrémisme des fanatiques de Daech. Il n'est pas question d'envisager d'envoyer des troupes au sol dans cette malheureuse région. Mais il serait insupportable et honteux de ne pas aider les Kurdes dans leur combat contre l'horreur de Daech. Il faut leur envoyer des médicaments, des armes, de quoi résister aux chars de Daech, de quoi survivre et sauver des vies.

Il ne suffit pas, naturellement, d'aider là-bas les adversaires de Daech. Il faut lutter chez nous contre les conditions qui expédient au djihad tant de jeunes gens et même des femmes et des enfants. C'est une autre et lourde affaire. Tout ce qu'il est possible de dire ici, c'est que le monde et son histoire ont beaucoup changé et qu'il va falloir nous occuper de bien d'autres questions que celles qui nous occupent encore et qui semblent soudain futiles.

Jean d’Ormesson, Le Figaro du 22 décembre 2014


           


1.Posté par Les Pacifistes de Tunis le 29/12/2014 21:38
La citation suivante est délicieuse par son orientalisme classique (1):

"J'ai toujours pensé et écrit - on me l'a assez reproché - que l'islam était une grande religion qui a marqué l'histoire des hommes. La civilisation musulmane est à l'origine de quelques-unes des plus belles réalisations du génie humain"

Que ceux qui ont fait des reproches à Mr D'Ormesson soient nuls en histoire des sciences (influence d'Avicenne, Khawarizmi, etc., etc.), histoire de l'art (oriental sur Mozart et d'autres), de l'histoire de la littérature (influence et traduction de Kalila & Dimna sur les fables de Jean de la Fontaine…, Dante, etc.), de la musique (influence sur Mozart, etc.)… est évident.

Mais Mr D'Ormesson fait de l'orientalisme ou de l'européo-centrisme car à qui reviennent donc les "quelques "beaucoup" d'autres belles réalisations du génie humain?" qui restent dans son esprit? Au christianisme, au judaïsme, à la civilisation hindoue, chinoise, etc.?

Cela dit, Mr D'Ormesson doit surement être abonné à toutes les chaînes arabophones (dont les bulletins d'information ne montrent plus, depuis la "révolution" "tunisienne" du 14 janvier 2011, que des cadavres et des mitrailleuses) pour faire un constat aussi juste que la guerre est partout.

(1) C'est plus supportable que le néo-orientalisme d'aujourd'hui, véritable poison du "printemps arabe":
http://www.tunisie-secret.com/Vincent-Geisser-traite-la-democratie-tunisienne-de-voyoucratie-de-l-ancien-regime_a1268.html

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter