Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Premières libérations de prisonniers politiques en Tunisie


10 Juillet 2013

Conséquence des pressions internationales et de la chute de Mohamed Morsi, la Justice aux ordres des islamistes a décidé ce matin la libération d’un certain nombre de prisonniers qui ont été arbitrairement incarcéré après le coup d’Etat du 14 janvier 2011. L’info et notre réaction à chaud.


Premières libérations de prisonniers politiques en Tunisie
La 9ème Chambre des mises en accusation près la Cour d’Appel de Tunis vient de décider la libération de Mohamed Gariani, d’Abdelaziz Ben Dhia, d’Abdallah Kallel, de Zouheir M’Dhaffer et de Mongi Safra, les uns poursuivis dans l’affaire du financement du RCD, les autres dans une sombre affaire de biens immobiliers.

Toutefois, seuls Mohamed Gariani, Zouheir M’Dhaffer et Abdallah Kallel vont pouvoir quitter la prison dès ce soir. Abdallah Kallel a quasiment purgé sa peine de deux ans pour l’affaire de Barraket Essahel, c’est-à-dire celle du coup d’Etat islamiste contre la Tunisie. Abdelaziz Ben Dhia devrait rester à la Mornaguia, puisqu’il est sous le coup d’un récent mandat de dépôt émis à son encontre le 3 juillet dernier, pour une affaire foncière. Idem pour Mongi Safra, qui est poursuivi dans d’autres affaires. Quant à Mohamed Gariani, aucune charge n’a été retenue contre lui après deux ans de détention arbitraire. Les personnes libérées seront interdites d’apparaitre dans les lieux publics. Ils vont donc devoir porter la Burka !

Rien n’a filtré au sujet des autres prisonniers politiques : Ridha Grira, Rafik Belhaj Kacem, Sami Fehri, Abdelwahab Abdallah, Mohamed-Lamine El-Abed, Mahmoud Bellalouna, Ali Sériati…Au sujet de Ridha Grira précisément, l’ancien ministre de la Défense qui aurait dû sortir le premier, et qui n’aurait jamais dû être arrêté, plusieurs interventions ont été menées en sa faveur, mais sans succès jusqu’à présent.

Selon des sources bien informées, Violette Daguère, qui a déjà publié une lettre ouverte à son « ami » Moncef Marzouki, a rencontré hier mardi 9 juillet un conseiller à la présidence qui lui a assuré que la libération de Ridha Grira est imminente et que Marzouki souhaite vraiment sa libération. A voir !

Nous savons par ailleurs que Radhia Nasraoui a eu l’honnêteté et le courage de prendre en main le dossier de l’ancien ministre de la Défense, qu’elle a rencontré dans sa prison à la Mornaguia. C’était une semaine après que Hamma Hammami ait évoqué, courageusement aussi, à la télévision tunisienne, le cas de Ridha Grira. Même si elle aurait dû se faire plus tôt, nous saluons sa prise de conscience.

Tant que le dernier prisonnier politique n’aura pas été relâché, Tunisie-Secret continuera à dénoncer l’arbitraire de la Justice tunisienne et à mobiliser les ONG occidentales.Tunisie-Secret.com

Nebil Ben Yahmed

 
 


           

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter