Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Rached Ghannouchi lâche Moncef Marzouki… pour le moment !


8 Novembre 2014

Après la dernière réunion de leur Majlis al-Choura, les islamistes ont pris la décision bien sage de ne pas soutenir, officiellement pour le moins, la candidature de Moncef Marzouki aux élections présidentielles. Manœuvre politicienne ou stratagème politique ?


Rached Ghannouchi et son caniche "laïc", Moncef Marzouki.
Rached Ghannouchi et son caniche "laïc", Moncef Marzouki.
Depuis déjà une année, le mouvement Ennahdha était divisé entre trois tendances. Les pragmatiques, qui pensent qu’à la présidence de la République, leur larbin avait beaucoup nui à leur l’image d’islamistes modérés et de parti responsable qu’ils veulent entretenir à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Les extrémistes, qui estiment que Moncef Marzouki, étant leur frère en secte, est le seul candidat fidèle à leur programme, pouvant par ailleurs leur éviter d’éventuelles poursuites judiciaires pour corruption, atteinte à la sécurité du pays et haute trahison. Et les cyniques, qui pensent que Moncef Marzouki a déjà servi, que son image est complètement discréditée, à l’intérieur du pays comme à l’extérieur, et qu’il doit par conséquent être jeté comme un kleenex.
  
Après deux jours de palabre, le Majlis al-Choura semble avoir tranché la question. C’est du moins ce que laisse entendre la communication clairement obscure du président de ce Majlis al-Choura, Fethi Ayadi, qui a déclaré que « Le mouvement Ennahdha appelle ses enfants et ses électeurs à choisir la personnalité qui convient le mieux et qui, inchallah, va conduire ce processus démocratique et réaliser ainsi les objectifs de la révolution ».

Autrement dit, nous ne donnons publiquement aucune consigne de vote à nos électeurs, qui vont pouvoir se déterminer et choisir selon leur conscience et leur conviction, le meilleur candidat en mesure de poursuivre le processus démocratique et de préserver les « objectifs de la révolution ». C’est le message qu’Ennahdha a voulu faire passer. Mais à qui et dans quels objectifs ?

Les décodeurs de la logomachie islamiste savent que le discours d’Ennahdha est une équation à plusieurs inconnus, que dans toute déclaration, il y a toujours un sens visible et un autre caché. Le sens visible ici est la « neutralité » d’Ennahdha dans la course à la présidence de la République, et la liberté totale accordée à ses électeurs de choisir le candidat adéquat. Le sens caché se résume en une phrase : ne faites rien, attendez les directives du guide suprême qui vous parviendront par nos canaux occultes en temps opportun.

D’ailleurs, la veille de la déclaration de Fethi Ayadi, le président du Majlis al-Choura, le nahdhaoui Abdellatif Makki a formellement démenti l'information selon laquelle son mouvement a pris la décision de ne pas soutenir la candidature de Moncef Marzouki. Cet ancien ministre islamiste de la troïka réagissait sur Shems FM à un article publié dans le site d'Al Arabiya.net affirmant qu’Ennahdha ne soutiendra pas la candidature de Marzouki. Il est allé un peu trop en besogne en déclarant que la réunion du Majlis al-Choura « aboutira au soutien d'un candidat au premier ou au deuxième tour » ! 

C’est qu’Ennahdha a besoin elle-même d’une part d’attendre les sondages, pas ceux de Sygma mais de certaines institutions américaines, et d’autre part d’observer comment vont se comporter ses différents jokers : Moncef Marzouki, Mustapha Ben Jaafar, Ahmed Néjib Chebbi, Mohamed Frikha, Abderrazek Kilani, Hammouda Ben Slama, Larbi Nasra, Abderraouf Ayadi. C’est une fois certaine du candidat susceptible de récolter le maximum de voix, qu’Ennahdha fera part à ses militants et électeurs de ses consignes de vote.

Pour le moment, tout porte à croire que le candidat d’Ennahdha est Ahmed Néjib Chebbi, qui a trois atouts majeurs : sa fidélité inconditionnelle aux Etats-Unis d’Amérique, son amitié indéfectible  pour Rached Ghannouchi, et sa « virginité » politique relative puisqu’il n’a pas été associé à la troïka dont les Tunisiens conservent un souvenir cauchemardesque. De ce dernier atout, Moncef Marzouki et Mustapha Ben Jaafar ne peuvent évidemment pas s’en prévaloir.

Petite indication au passage, Yassine Brahim, qui ne fait rien sans consulter « Sidi Cheikh », Rached Ghannouchi, vient de déclarer à l’hebdomadaire Le Maghreb, qu’Ahmed Néjib Chebbi est « le meilleur candidat aux présidentielles » !

Reste une autre hypothèse qui n’est pas du tout à exclure : un retournement de situation en faveur du mercenaire No 1 du Qatar en Tunisie, Moncef Marzouki. Si par miracle ce dernier progresserait dans les sondages, Ennahdha le soutiendrait de toutes ses forces. Il faut avoir en mémoire la mascarade électorale d’octobre 2011, lors desquelles le CPR, sans la consigne secrète de Rached Ghannouchi, n’aurait jamais pu obtenir son score d’alors. En effet, à l’époque, persuadé par certaine institutions de sondage américaines d’avoir atteint son quotas au sein de l’ANC, Ennahdha avait donné comme consigne de voter pour le CPR. Bien conseillé, Rached Ghannouchi avait pris cette décision à moins une semaine du scrutin, pour qu’une écrasante victoire de son mouvement n’effraye pas l’opinion publique tunisienne et les chancelleries occidentales, d’autant plus qu’on avait encore besoin du mythe du « printemps arabe » pour déstabiliser certains pays arabes. C’est avec le même stratagème que Moncef Marzouki, malgré ses 7000 voix dans le gouvernorat de Nabeul, a été désigné par Rached Ghannouchi président de la République.

Dans les élections présidentielles en cours, une chose reste certaine aux yeux de Rached Ghannouchi, Moncef Marzouki, Mustapha Ben Jaafar, Ahmed Néjib Chebbi, Yassine Brahim et d’autres candidats comiques : tout doit être fait pour battre Béji Caïd Essebsi, le président de Nidaa Tounes. Tout doit être fait pour l’empêcher de gagner dès le premier tour.

Nebil Ben Yahmed       


           


1.Posté par RFLET le 08/11/2014 15:49
Ennahdha, cette secte Daé-chienne des indignes et de tous les péchés.

Ennahdha, cette secte Daé- chienne formée de fanatiques destructeurs, de terroristes, de criminels et de psychopathes qui ont jeté nos enfants dans l’enfer de la guerre ont massacré et ruiné des populations, envahi et détruit le Mali, la Syrie, l’Iraq, et dont la ramification de ses cellules sanguinaires a atteint l’Algérie, la Maurétanie, la Libye, l’Europe bientôt l’Egypte et peut être la Tunisie.

Par votre vote pour la mafia d’Ennahdha ou ses sympathisants :
- Vous tendez la main aux Daé-chiens, ces criminels envahisseurs,
- Vous implantez dans notre pays la source de tous les malheurs,
- Vous leurs ouvrez vos bras pour qu’il vous transforme en proie.
- Vous leurs ouvrez vos portes pour vous faire souffrir sous vos toits,
- Vous n’échapperez pas à vous soumettre rapidement et éternellement à leurs lois,
- Ils violeront vos femmes, abuseront de vos enfants, de vos mères et de vos sœurs,
- Ils vous écraseront comme des moustiques et vous briseront le cœur.
- Ils vous tortureront devant vos proches et vous extermineront comme des mouches.

Appel à tous les partisans d’Ennahdha et ses Sympathisants,
- il est temps de vous réveiller pour vous mettre en face d’un miroir pour affronter la réalité loin de tous les rêves.

Appel à tous les Tunisiens,
- Unissons-nous autour de notre drapeau,
- Luttons contre Ennahdha, ce mouvement d’envahisseurs et de criminels destructeurs,
- Sauvons notre pays et nos enfants des mains de ces monstres manipulateurs.

2.Posté par hamed le 09/11/2014 09:42
votre dernier paragraphe laisse croire que yassine ben brahime est candidat à la présidence alors qu'il ne l'est pas

Ts- Nous le savons très bien, mais avec le nombre de sièges obtenus par son parti, il a une certaine influence dans les élections présidentielles, ne serait-ce qu'en appelant ses électeurs de voter pour X ou Y.

3.Posté par Fares a le 11/11/2014 00:22
En se fait baisse a chaque fois et avec notre propre argent

4.Posté par Moncef Kallel le 11/11/2014 12:35



Ce n est pas vrai, ils ne céderont pas, les deux sont aussi des Lâches .

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter