Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Raid aérien US sur Sabrata : N.Chouchane supprimé, Abou Iyadh toujours en vie


20 Février 2016

Cette opération chirurgicale a fait plus de quarante terroristes Tunisiens supprimés, y compris Noureddine Chouchane. Si TS confirme bien l’élimination de cet islamiste impliqué dans l’attentat contre le musée du Bardo (22 morts) et celui de Sousse (38 morts), nous infirmons le décès de Seifallah Ben Hassine alias Abou Iyadh, celui-ci étant, depuis sa fuite en Libye arrangée par Ali Larayedh, sous la protection d’Abdelhakim Belhadj.


Sabrata, ce qui reste de la maison de deux étages où se réunissaient cinquante terroristes Tunisiens venus de Remada dans le sud de Tunisie.
Sabrata, ce qui reste de la maison de deux étages où se réunissaient cinquante terroristes Tunisiens venus de Remada dans le sud de Tunisie.
Citant un responsable militaire américain dont l’identité n’a pas été révélée, le New York Times a affirmé que ce raid aérien a été mené à l’aube du 19 février contre un camp de Daech (EI) situé à Sabrata, où se trouvait notamment Nouredine Chouchane, originaire de Sidi Bouzid, le berceau de la "révolution du jasmin" (!), et le cerveau des deux attentats qui ont frappé le Bardo et Sousse en 2015 et qui ont fait au total 60 morts, pour la plupart des touristes étrangers. Ce responsable américain a affirmé que le raid a «probablement provoqué la mort du cadre opérationnel de l'EI Noureddine Chouchane», ce que nous confirmons.

Certaines informations ont par ailleurs indiqué que Seifallah Ben Hassine alias Abou Iyadh, le chef d'Ansar al-Charia, aurait également trouvé la mort lors de ce raid sur Sabrata, qui se trouve à 70 km à l'ouest de Tripoli et qui est sous le contrôle du groupe terroriste « normalisé » Fajr Libya, qui est dirigé par l’ancien djihadiste d’Al-Qaïda Abdelhakim Belhadj. Cette information, reprise sur le libyen Mustapha Abdelkebir, un "militant des droits de l’Homme" et "expert en affaires libyennes", est totalement erronée. Selon nos sources, Abou Iyadh ne se trouvait pas dans cette maison de deux étages qui a été pulvérisée par l’aviation américaine, mais à Syrte, cette ville située à 450 km à l'est de Tripoli et qui est entièrement contrôlée par Daech, l’allié stratégique de Fajr Libya.

Mustapha Abdelkebir a affirmé, dès vendredi 19 février 2016, qu'Abou Iyadh était bien mort et que des documents prouvant son identité ont été retrouvés. Un terroriste qui se promène avec son passeport ! Il faut savoir que toute confirmation ou identification ne peut s'établir que sur la base de tests ADN, qui prennent entre 48h et une semaine. On tue et on re-tue Abou Iyadh parce qu'on a besoin de ses services plus tard !  

Selon Hussein Dhaouadi, qui fait office de maire de Sabrata et qui intervenait sur Nessma TV, télévision tunisienne réputée être proche d’Abdelhakim Belhadj ( !) «La maison était louée par des étrangers dont des Tunisiens probablement membres de DaechDes armes, dont des fusils et des roquettes RPG, ont été trouvées sous les décombres de cette maison ». Dhaouadi a précisé que l'un des blessés Tunisiens interrogés par les forces de sécurité qui a survécu à ce raid  «a raconté être arrivé dans le camp avec d'autres personnes pour s'entraîner au combat.» Nos sources indiquent qu’il s’agissait d’une cinquantaine de terroristes venus de la ville tunisienne de Remada pour s’entraîner et planifier des actions en territoire tunisien. Hussein Dhaouadi sait bien de quoi il parle puisque cet islamiste fidèle à Abdelhakim Belhadj a été arrêté en octobre 2015 à l'aéroport de Tunis-Carthage sur la base de renseignements sécuritaires l'impliquant dans le recrutement de djihadistes pour la Syrie. Sous la pression de Belhadj, il a été rapidement relâché.      

Quarante vermines terroristes ont été supprimées et dont les corps sont arrivés ce matin 20 février au point frontalier tuniso-libyen de Ras Jédir. On ne connait pas encore le sort qui a été réservé aux quatre autres blessés.

C'est la seconde fois en trois mois que les Etats-Unis mènent des frappes ciblées contre Daech en Libye, pays plongé dans le chaos depuis que Nicolas Sarkozy a décidé en 2011 de supprimer son ex-généreux « ami » Mouammar Kadhafi. Le 13 novembre 2015, un bombardement, mené par des F-15, avait tué le terroriste Irakien Abou Nabil, présenté alors par Washington comme «le plus haut responsable de l'EI en Libye». Lors d’un autre raid aérien en juin 2015, les Etats-Unis avaient pris pour cible mais sans l’atteindre le chef terroriste d’Al-Qaïda Maghreb, l’Algérien Mokhtar Belmokhtar.

On rappellera qu’outre Noureddine Chouchane, quatre autres individus impliqués dans l’attentat du Bardo sont toujours activement recherchés. Il s’agit de Noureddine Naïbi, Adel Ghandri, Chemseddine Sindi, Maher Ghaïdi. A quoi bon d’ailleurs les rechercher, puisqu’une fois attrapés par les forces de police, ils sont tout de suite relâchés par les fameux juges antiterroristes qui sont sous les ordres d’Ennahdha ? C’est le cas de Mohamed Amine Kibli, qui a été relaxé il y a quelques jours et qui se trouve désormais en Libye ! 
       
Nebil Ben Yahmed


           


1.Posté par Dali le 20/02/2016 22:30 (depuis mobile)
J''attend avec impatience les articles dont vous avez promis et je cite l''affaire du meurtre de chokri belaid et l''affaire de sama dubai. Merci et bravo pour votre travail vraiment chapeau bas

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter