Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Sauver la République, par Tahar Belkhodja


11 Novembre 2014

Figure imposante et très respectable de l’Etat bourguibien, Tahar Belkhodja se démarque une fois de plus du bourdonnement revanchard de certains anciens ministres de Bourguiba qui en veulent à Béji Caïd Essebsi, et du radicalisme éculée et émasculée d’une certaine « élite » postrévolutionnaire qui agite « le prétexte fallacieux de l’hégémonie », dont « le pouvoir malfaisant » ces quatre dernières années « a fini par être radicalement bousculé » et qui « se cramponnent aujourd’hui à la présidentielle ». Il en appelle à l’union nationale et au patriotisme des Tunisiens, qui doivent élire leur président dès le premier tour, pour se consacrer immédiatement aux deux « défis primordiaux : la guerre terroriste et le redressement économique et social ».


Tahar Belkhodja, un disciple critique de Bourguiba, qui est resté égale à lui-même.
Tahar Belkhodja, un disciple critique de Bourguiba, qui est resté égale à lui-même.
A l’aube de l’élection présidentielle, les citoyens sont assommés intensément par de beaux sermons des candidats, pour la plupart néophytes, sans légitimité consacrée ni références sérieuses. Leur nombre record dès ce premier tour déterminant risque encore une fois de dénaturer la compétition.

Outre la mosaïque engendrée lors des élections législatives par la loi électorale complexe et intéressée — élaborée dès 1911 — nous risquons un clivage de plus en plus profond, et dans toutes les couches et à tous les niveaux.

Nonobstant ces erreurs politiques qui ont perduré, il faut  honorer notre indépendance, il faut sauver la République qui n’est pas un « parchemin » comme le prétendent certains. Il faut irrévocablement réanimer nos grandes valeurs, il faut irréversiblement consolider nos acquis.

Le 26 octobre, le peuple a fait son choix : affermir les réformes entamées depuis 1920 et concrétisées par Bourguiba qui a su unir et engager toute les forces vives de la nation. Il faut plus que jamais redonner confiance à une population désorientée ces quatre dernières années et surtout, surtout, encadrer et satisfaire une jeunesse angoissée qui vient de bouder les dernières élections.

Le peuple tunisien vient de rejeter toute orientation qui nous reléguerait à la période d’antan. Il exige maintenant que les institutions transcendent les dogmes statiques, faussement interprétés et indûment exploités. Le peuple tunisien a besoin aujourd’hui d’un pouvoir nouveau fort et moderne, exercé  par des chefs déterminés acquis à la modernité, sans amalgame ni compromission, le tout contrôlé par des institutions adéquates et accompagnées par un peuple respecté et consulté en permanence.

Aujourd’hui, nous sommes à mi-chemin de la grande reconversion. Les élections législatives ont donné le ton et dessiné le nouveau visage souhaité par les Tunisiens. L’élection présidentielle devra confirmer ce choix.

La brouille politique n’a plus raison d’être. Outre les néophytes, les anciens ténors non méritoires ont été laminés aux élections législatives ; mais malgré l‘hécatombe, les perdants se cramponnent aujourd’hui à la présidentielle. La logique et la pudeur auraient dû les inciter à se désister. Il est encore temps de le faire. Le paysage politique en sera éclairci.

Par ailleurs, nous devons cesser d’entretenir et d’amplifier la discorde en insultant insidieusement notre passé : patriotisme glorieux commun à toute nation, indépendamment des personnes. L’Histoire est la seule habilitée à juger.

Cessons surtout d’instiller l’effroi chez les citoyens en les menaçant d’un retour à l’hégémonie et au parti unique. Cependant,  il est indécent d’occulter ces toutes dernières années de pouvoir malfaisant qui a fini par être radicalement bousculé. Valorisons plutôt le travail : qu’il soit érigé en valeur première. Que les jeunes redeviennent le fer de lance du pays. Ils ont pour cela besoin de l’attention assidue de tous et notamment du pouvoir.

La démocratie est essentiellement l’alternance.  « Majorité » et «opposition » sont les maîtres mots de tout système démocratique et sont nécessaires à toute modernité. Les garde-fous sont là : la sanction de la majorité est prévue dans la Constitution qui saura stopper toute grave dérive ; outre le poids d’une société civile, mure et aguerrie qui saura décramponner tous ceux qui abusent de leurs pouvoirs.

Donc, assez de marteler nos concitoyens et de les apeurer. Acceptons la volonté populaire, le patriotisme l’exige. Cependant, la majorité devra nécessairement consulter l’opposition sur les problèmes cruciaux, mais sans compromission. C’est la règle dans tous les grands pays. Pour la concorde, associons l’opposition qui pourrait présider certaines commissions de la prochaine Assemblée du peuple ; et pourquoi ne pas concéder même sa présidence.

Le gouvernement ne peut être que celui de la majorité qui reste sujette à la sanction. Certes, les éminences et les compétences de l’opposition peuvent participer pleinement. Le gouvernement d’union nationale ou de salut public sont des slogans et ne sont plus d’actualité.

Par ailleurs, le peuple tunisien ne peut s’accorder avec certains qui proposent  une autorité sectaire à la libanaise des trois pouvoirs présidentiel, parlementaire et législatif. Cela correspond à la composition religieuse hétéroclite du pays et n’a rien de similaire en Tunisie. Depuis 1920, nous luttons pour l’unité et la renaissance. Nous n’en démordrons pas !

La transparence doit prévaloir. Le prétexte de l’hégémonie est fallacieux. Les citoyens n’en sont pas dupes. Aujourd’hui, les deux partis dominants ne peuvent survivre qu’en étant en conformité avec la voix du peuple.

La Présidence de la République est un composite de tout le système républicain. Le 23 novembre, le peuple tunisien, en élisant son président dès le 1er tour évitera le risque d’un duel politique fratricide au 2e tour et éloignera la discorde et le ressentiment au sein de la population.

La gouvernance conforme au choix final du peuple sera plus efficace et répondra mieux aux normes de la démocratie moderne. Il faut appeler les cœurs à l’unisson.

En outre, n’oublions guère que notre devenir est en question. L’engagement moral et politique de tous est indispensable pour faire face aux deux défis primordiaux : la guerre terroriste et le redressement économique et social. L’union nationale, l’alliance régionale — dépassant la simple concertation — et le soutien international nous sont indispensables pour juguler tous ces défis.

Au vu de la conjoncture actuelle, tout est à reprendre dans tous ces domaines. On en reparlera …

Tahar Belkhoja, quotidien La Presse du 06 novembre 2014


           

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter