Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Trois policiers tunisiens fauchés par un diplomate américain


23 Juillet 2016

L’affaire n’a pas pas fait grand bruit dans les médias locaux. Et pour cause : les victimes ne sont que des policiers tunisiens et le criminel est un diplomate américain, qui n’était pas ivre comme on a voulu le faire croire mais qui était en compagnie de deux prostituées tunisiennes et ne voulait pas s’arrêter au contrôle de la police dans le gouvernorat de Ben Arous.


Novembre 2012, Ambassade des Etats-Unis en Tunisie, un échantillon de mercenaires américains.
Novembre 2012, Ambassade des Etats-Unis en Tunisie, un échantillon de mercenaires américains.
Depuis le coup d’Etat américano-islamiste du 14 janvier 2011, l’Américain est devenu maitre chez lui en Tunisie sans que cela affecte ou dérange la « dignité » du tunisien. A celui qui fait office d’ambassadeur depuis novembre 2015, Daniel Rubinstein, qui est en fait le Proconsul des Etats-Unis en Tunisie, l’ensemble de la nouvelle classe politique toutes tendances confondues prête sermon. De Rached Ghannouchi à Béji Caïd Essebsi, en passant par Hamma Hammami, Slim Riahi, Wided Bouchamaoui, Houcine Abassi…ils ont tous fait allégeance au Proconsul qui a servi à Jérusalem et Tel Aviv (2009), puis à Bagdad (2013) sous les ordres du criminel de guerre, Lewis Paul Bremer.

C’est dans la nuit du 21 au 22 juillet que le diplomate américain F.S (41 ans) a volontairement fauché trois policiers ensuite deux autres citoyens tunisiens qui se trouvaient plus loin. Selon le communiqué du syndicat des fonctionnaires de la direction générale des unités d’interventions (SFDGUI), ce crime s’est produit vers deux heures du matin au croisement de Radès-Méliane, plus exactement au rond-point de la Cité Borj Louzir-Ezzahra, à Radès, au sud de Tunis. Les agents de police avaient fait signe au diplomate-chauffard de s’arrêter quand celui-ci a accéléré en fonçant sur eux. Aux dires du syndicaliste-policier Seifeddine Hammami, l’une des victimes a déclaré avoir été surprise de voir le véhicule quitter la route et monter sur le trottoir pour foncer sur eux à toute allure.  
 
Gravement blessés aux jambes, à la hanche et à la tête (voir photos), les policiers ont été transportés au Centre hospitalier de traumatologie et des grands brûlés de Ben Arous. Selon sa famille, l’un des policiers est toujours dans un état critique.

Toujours selon Seifeddine Hammami, le diplomate-criminel a déclaré lors de son interrogatoire, « dites-moi combien valent-ils, je les payerai » ! On signalera qu’il n’a pas été arrêté le soir de son crime mais que des officiers de police se sont déplacés à l’ambassade des Etats-Unis le lendemain matin pour l’interroger. Contrairement à ce qui a été dit dans certains médias locaux, F.S n’est pas en état de détention mais il est libre comme s’il n’avait commis aucun délit mais juste écrasé trois chiens.

Selon nos propres informations, le diplomate-criminel n’était pas seul à bord de sa voiture. Deux tunisiennes l’accompagnaient. Des flics et des passants écrasés, des tunisiennes prostituées, un diplomate-criminel dans l’impunité, une presse tunisienne dans la servilité…une scène ordinaire de la Tunisie colonisée.

Une scène qui rappelle les exactions et les crimes commis par la soldatesque américaine en Irak : viol de femmes, exécutions sommaires, emprisonnement des résistants, pillage…Mais à la différence des Irakiens qui ont subi le colonialisme américain, les Tunisiens l’ont appelé de tout leur vœux en janvier 2011 et tels des esclaves, ils y sont soumis depuis. "Combien valent-ils, je les payerai", cela ne vaut pas uniquement pour les trois malheureux policiers aujourd'hui hospitalisés, mais pour la quasi-majorité du peuple tunisien qui a retrouvé sa servilité de l'époque coloniale.  

Nebil Ben Yahmed       

Trois policiers tunisiens fauchés par un diplomate américain

Trois policiers tunisiens fauchés par un diplomate américain

Trois policiers tunisiens fauchés par un diplomate américain


           


1.Posté par Ali le 23/07/2016 17:36
est vous connaissez l'immunité diplomatique.
si cette personne est un diplomate en poste à Tunis, il est donc couvert par cette immunité qui ne permet ni de l’arrêter, ni de le juger.
Il s'agit d'une règle internationale; ainsi, il y a quelques décennies un diplomate tunisien en poste à Alger a heurté et tué un piéton à Constantine, il a pu continuer son voyage sur la Tunisie alors même que son véhicule n'était pas assuré.
C'est malheureux mais c'est une règle de droit international supérieur au droit national.

2.Posté par sofiane le 23/07/2016 21:42
nos médias sont la caisse de résonance des médias occidentaux cela se vérifie chaque jours!!quand à l'ambassade des états unis à Tunis,c'est notre nouveau palais présidentiel,du moins le pouvoir s'est déplacé de Carthage à l'ambassade des états unis pour être plus précis!!la certitude des américains est tel!!qu'il se permettent de violer nos femmes puis écrasé nos agent du maintiens de l'ordre!!rien ne les arrête,ils nous considère comme de la vulgaire chaire à viande que l'on peut négocier à vil prix!!passons aux responsables politique,pas un mot pas de blâme??un silence assourdissant!sous l'ère Ben ali,cette ambassadeur serait placé sous les barreaux,cette affaire prendrez une ampleur national,des protestations serais suivi vers Washington ,aujourd'hui notre président ne préside même plus!!pire il se taittttttttttttttt,

3.Posté par Didi le 24/07/2016 03:11
Bonjour

Pourquoi vous ne donner pas le nom du diplomate?
De tt façon il est protégé par les usa


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter