Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Tunisie : Hédi Baccouche, rcédiste et traitre multirécidiviste


26 Décembre 2013

Sur les ondes de Jawhara FM, il vient de déclarer fièrement que c’est lui qui a fait pression sur Mohamed Ghannouchi pour que le chef des Frères musulmans tunisiens puisse rentrer en Tunisie. L’Histoire retiendra que c’est la seconde fois qu’il trahit la Tunisie. La première fois ayant été le coup d’Etat du 7 novembre 1987 qui a renversé Habib Bourguiba.


Tunisie : Hédi Baccouche, rcédiste et traitre multirécidiviste
Interviewé par la radio Jawhara FM, Hédi Baccouche a avoué avoir été à l’origine du retour triomphal de Rached Ghannouchi en Tunisie. Il dit avoir convaincu l’ancien Premier ministre Mohamed Ghannouchi, qui cherchait plutôt à freiner ce retour du chef des Frères musulmans.

Plus grave que cet aveu, Hédi Baccouche a d’une certaine façon « légitimé » la colonisation de la Tunisie en estimant que notre dépendance vis-à-vis de certains pays étrangers est un fait accompli avec lequel il faudrait composer, au moins au niveau économique et sécuritaire.

De la part d’un destourien qui a participé à la lutte pour l’indépendance, on espérait un message plus digne et plus nationaliste. Mais le courage n’a jamais été une qualité chez Hédi Baccouche, pas plus que chez Mohamed Sayah. Encore moins chez Béji Caïd Essebsi, qui n'a pas participé à la lutte pour l'indépendance mais à l'installation d'Ennahda au pouvoir, selon la volonté des nouvelles puissances tutélaires.

Et pour cause, ces deux vieux apparatchiks du PSD sont mentalement, politiquement et financièrement liés à l’affairiste véreux, Kamel Eltaïef, le premier agent américain en Tunisie. L’idée d’autoriser le chef des Frères musulmans, Rached Ghannouchi, de revenir immédiatement en Tunisie, malgré sa condamnation par la Justice tunisienne, est donc un ordre américain transmis à Hédi Baccouche via Kamel Eltaïef. C’est ce que Hédi le muet n’a pas osé avouer.

Souvenez-vous de l’échange téléphonique entre Ben Ali et Ridha Grira, le ministre de la Défense qui avait pris la décision d’empêcher Ben Ali de revenir à Tunis après avoir accompagné sa famille en Arabie Saoudite. La conversation entre Ridha Grira et Hédi Baccouche était très significative, puisque le premier reflexe de ce dernier a été de s’assurer auprès de Ridha Grira s’il y a eu des « instructions d’une ambassade particulière » (voir ci-dessous notre article « L’échange téléphonique qui a scellé le destin de la Tunisie »). Ainsi, dès le 14 janvier 2011, le centre de décision n’était plus Carthage, ni la Casbah, ni le ministère de la Défense, mais l’ambassade des Etats-Unis en Tunisie.

En somme, dans le coup d’Etat du 14 janvier 2011, on retrouve les mêmes principaux acteurs que dans le coup d’Etat du 7 novembre 1987, à savoir Kamel Eltaïef et Hédi Baccouche (on ne sait pas encore quel rôle a joué Habib Ammar dans les événements de janvier 2011). Avec la différence que le coup d’Etat du 7 novembre 1987 s’est fait contre la volonté américaine qui voulait déjà installer Rached Ghannouchi au pouvoir ; alors que le coup d’Etat du 14 janvier 2011 a été magistralement orchestré par les services américains pour offrir le pouvoir à leurs valets islamistes.

Ce que Hédi Baccouche vient de déclarer à Jawhara FM, il l’avait dit dans une récente interview à Jeune Afrique. Il a en effet déclaré que « L’étranger exerce actuellement sur nos autorités une pression forte, insistante et déterminante. Ne pas s’y plier, c’est se mettre dans l’impossibilité de boucler le budget, de payer les fonctionnaires et de disposer de fonds…Les voies classiques des crédits externes nous sont aujourd’hui fermées…Nous sommes dans une situation de dépendance inédite. Nos dirigeants doivent en tenir compte… » (Jeune Afrique No 2762, du 15 décembre 2013).

Autrement dit, nous devons accepter le fait néocolonial en attendant des jours meilleurs. Que les larbins des USA, de l’Europe et du Qatar le disent et l’acceptent, rien de plus normal. Mais qu’un vieux destourien, qui dit avoir été à l’école bourguibienne s’y soumette à son tour, voilà de quoi avoir honte de cette « élite » dite nationale.

Non Monsieur Hédi Baccouche, on ne compose pas avec le néocolonialisme, mais on y résiste et on le combat. Malgré la disproportion en termes de force et de puissance, rien ne résiste à la volonté d’indépendance des peuples. Les Algériens, les Irakiens et les Egyptiens l’ont démontré. Mais il est vrai que ces peuples n’ont pas la même « élite nationale » que nous autres, les Tunisiens !!!

Karim Zmerli        

Exclusif : l’échange téléphonique qui a scellé le destin de la Tunisie


 
 


           


1.Posté par Nabbar le 26/12/2013 23:38
Pourquoi vous citez Sayeh?
Le seul fait d'arme de Sayeh c'est qu'il a été fidele à Bourguiba jusqu'au bout!
Vous avez fourré son nom de maniere malhonette ds cet article!
TS- A part la période où il tenait le PSD d'une main de fer avec ses miliciens, Sayah a été toute sa vie un lâche. Lorsqu'on est fidèle à Bourguiba, on n'écrit pas une lettre très déférente à Ben Ali ensuite on se couche 23 ans.

2.Posté par Mohamed Cherif Limam le 27/12/2013 01:43
c'est une ordure cet individu

3.Posté par Amine Souguir le 27/12/2013 01:44
Ayons juste honte de ce "vendu"... mais pas de l'élite nationale!!!

4.Posté par Naima Belhaj Hamida le 27/12/2013 01:45
Meme le systeme qu`utilise Ennahdha est celui des RCD dont plusieurs soi disant `repentis` s`y sont integres pour echapper a la justice... Le peuple ne cedera pas et les traites se demasqueront..!

5.Posté par Najoua Ben Achour le 27/12/2013 01:46
Plus poltron n'existe pas en Tunisie!

6.Posté par Salwa Tlili le 27/12/2013 01:47
La réapparition de ce corbeau doublé d'un traitre n'augure rien de bon pour le pays ...

7.Posté par Habouria Abdelkader le 27/12/2013 01:48
c'est un nul

8.Posté par Aynayet Mzabi Ayadi le 27/12/2013 01:48
il a fait cela pour ne ppas etre jugé

9.Posté par Mohamed El Hafidhi le 27/12/2013 01:51
باع انسانيته

10.Posté par Sadok Kenani le 27/12/2013 05:23
Le seul apport à ce jour du Soulèvement du 14 Janvier 2011 - je rigole quand on me parle de Révolution - est qu'il y moins de chômeurs dans le secteur des Médias..Remerciez Feu Mohamed Bouazizi qu'un TORCHON comme Tunisie Secret puisse calomnier n'importe qui a n'importe quel moment...Vous pourrez étouffer,ce sont les Saheliers qui ont bâti ce Pays qui croule depuis qu'il est envahi par cette horde de barbares bédouins..une seule énigme,qu'une Personnalité de la trempe de Mezri Haddad se confie de temps à autre à ce que j'appellerais Tunisie Saloprie....

11.Posté par Hayder le 27/12/2013 21:21
Karim zmerli
apparement tu n'es pas encore reveilleè de ton profond someille qui est : 14 janvier est UNE REVOLUTION !!!! Tous se que hedi baccouche vient de dire n'est que LA PURE ET SIMPLE VERITEE que tu insistes à la cacher pensant que les gens ne le connaissent pas !!! RIDICULE que tu cogites de cet façon apres 3 ans du depart de Ben Ali et DOUBLEMENT RIDICULE de croire que le sort de la Tunisie depend des TUNISIENS , Avec son age hèdi Baccouche vient de paraitre plus jeune que toi dans son cogitot ...... !!! Concernant son attachement à Kamel Ltayef je te signale que quand hedi baccouche faisait des affaires Kamel n'est pas encore nè !!!! Donc , s'en prendre à la personne est completement gratuit surtout que tu sais tres bien , qu'il n'a RIEN demandé , de 7 novembre et de 14 janvier ......

12.Posté par lanouar le 30/12/2013 15:53
vous etes obscedes par un groupe de personnes ,les attaquer systematiquement ne fait pas de vous des journalistes ,il faut penser à appuyer vos dires de faits probants ,sans cela vous tomberez dans l oubli total ,ce qui n est pas grave ,mais vous desservez la cause que pretendez defendre.

13.Posté par Merchaoui le 31/12/2013 18:35
Hédi Baccouche a toujours été un serviteur de son patron et protecteur et un intriguant: Ben SALAH, Hédi Nouira, Bourguiba, Ben Ali. Il a aussi la rancune tenace.

14.Posté par tawel le 04/01/2014 21:07
en tunisie on as pas d.elite politique.......g honte............

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter