Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Tunisie : Imed Dghij, un brigand devenu symbole politique


1 Mars 2014

L’arrestation de ce milicien a provoqué l’indignation de 25 membres de l’assemblée constituante, à leur tête l’inqualifiable Meherzia Labidi. Ce ramassis d’usurpateurs et de corrompus ne s’est pas indigné lorsque nos soldats ont été égorgé à Chaambi, ni lorsque le jeune Socrate et ses camarades ont été abattus à Ben Oun, ni lorsque nos forces de l’ordre ont été tués à Jendouba, ni lorsque Lotfi Naghd a été lynché jusqu’à la mort par les milices criminelles des LPR…Mais pour ce brigand qui leur ressemble, ils se sont déplacés au ministère de l’Intérieur, accusé d’atteinte aux droits de l’homme !


Les hommes politiques de la "révolution" post-bouazizienne
Les hommes politiques de la "révolution" post-bouazizienne
L’artiste de aqab ezmane, Bendir Man, chantait « free Imed, le héro de la révolution, le libérateur du pays ». C’était il y a quelque temps, lorsque les Tunisiens étaient encore sous l’effet du hachich révolutionnaire et que certaines chaînes de télévisions transformaient des voyous et des malfrats en citoyens honorables et même en acteurs politiques.

Imed Dghij était pourtant connu dans la banlieue nord de Tunis comme un trafiquant d’alcool et petit caïd aux ordres d’Imed Trabelsi, qui possédait un dépôt clandestin de vente de vin à Bhar Lazreg, où travaillait précisément Imed Dghij. Ce brigand sévissait au Kram jusqu’au début de la pseudo-révolution dont il est devenu l’une des figures emblématiques. Et pour cause, pour se débarrasser de sa sinistre réputation de bandit et de trafiquant, il s’est attaqué aux postes de police et aux biens publics en exposant à la mort des dizaines de jeunes désœuvrés.

Il n’était pas une exception. Tous les petits caïds et brigands, que ce soit à Sidi Bouzid, au Kef, à Jendouba, à Gafsa ou à Kasserine, ont été les premiers à attaquer les lieux publics et privés pour les saccager et les piller. Mais après le coup d’Etat du 14 janvier 2011, ils sont revenus à leur existence oisive et parasitaire. Sauf ce criminel, qui a pris au Kram la tête de la Ligue pour la protection de la révolution, une idée lumineuse de l’extrême-gauche tunisienne. Les LPR sont en fait des miliciens payés par Ennahda, le CPR et Ettakatol.

C’est à partir de ce moment que commence son ascension fulgurante au sein d’une société décadente. On a vu Imed Dghij participer à une réunion ministérielle en septembre 2012. On l’a vu chuchoter dans l’oreille de « l’ambassadeur » des Frères musulmans en Tunisie, Rached Ghannouchi. On l’a vu au palais de Carthage, qui est devenu un nid d’incultes et de voleurs, reçu par Moncef Marzouki, avec d’autres « révolutionnaires » au passé de malfrats.

Dès lors, il ne faut pas s’étonner de voir celle qui fait office de vice présidente de l’assemblée constituante, Meherzia Labidi, se déplacer au ministère de l’Intérieur pour blâmer celui qui fait semblant de lutter contre le terrorisme et pour la restauration de l’Etat de droit. Elle s’y est déplacée avec 25 autres « représentants du peuple » pour déplorer la manière dont a été arrêté le protégé de la troïka et dénoncer le « retour aux pratiques policières de l’ancien régime ». Pour cette ancienne chômeuse des Ulis en France, les propos tenus par Imed Dghij quelques jours auparavant contre les forces de l’ordre et les magistrats, ne sont pas du tout répréhensibles ! Pas plus d’ailleurs que le lynchage jusqu’à la mort, le 18 octobre 2012, de Lotfi Naghd, le coordinateur de Nidaa Tounes à Tataouine. Les auteurs de cet acte barbare, tous des mercenaires de la section locale des LPR, n’ont jamais été inquiété !

Mais le déplacement au ministère de l’Intérieur de ces 25 membres de l’ANC n’était pas seulement pour faire libérer un brigand devenu révolutionnaire. Il était aussi question de mettre en cause les éventuels limogeages de certains « cadres » de l’Intérieur, qu’Ennahda a placés pour infiltrer ce ministère et constituer un service parallèle aux ordres des Frères musulmans et de leurs acolytes du CPR et d’Ettakatol. L’affaire Imed Dghij est donc l’arbre qui cache la forêt et la Tunisie ne se relèvera pas avant la dissolution des LPR et de l’ANC, deux idées « lumineuses » de l’extrême-gauche tunisienne !
 
Lilia Ben Rejeb                   
 


           


1.Posté par riri le 03/03/2014 11:43
Merci de rappeler les grandes idée de notre extrême gauche. qui ne s est JAMAIS excusé d'avoir TOUJOURS été les idiots utiles des islamistes.
des enfants attardés, rien de plus cette gauche tunisienne.

2.Posté par Faïza Khiari le 04/03/2014 08:41
Allah yihlkik ya Hamma Hammami. Allah la trabhik ya traitre.

3.Posté par aziz23 le 07/03/2014 21:53
C'est une honte pour la Tunisie d'avoir mahrzia labidi à lANC une mer de illettré qui cire les souliers de ghanouchi et qui c'est encore parler de révolution n'importe quoi avec des voyous qui se cachent derrière la religion

4.Posté par HANNIBAL le 07/03/2014 22:21
Après la mascarade électorale de octobre 2011, voila ce genre de HMIR qui sortent pour gouverner les Tunisiens! Même les ignorants comme ce vendeur d'alcool il a son mots a dire mais !!Mais putain où on va? Je me demande qu'est ce qu'ils ont apporté de nouveau dans la constitution Tunisienne par rapport à la constitution de 1959? Ce qui leur intéressent ce n'est pas la Tunisie mais les gros salaire des politiciens de CONS SONT TOUS DES MENTEURS!

5.Posté par ali le 11/03/2014 14:03
Merci M. Mezri Haddad d'eclaircir les situations.

6.Posté par el mannouch le 13/03/2014 17:32
Une petite frappe de banlieue, une racaille analphabète au service de ses maitres nahdhaouis mais maintenant qu'il ne sert plus à rien, il est devenu fusible et a sauté.
J'espère que Omda ne va pas faire une overdose de bouteilles de Fanta en prison.
Take a beeeeeer !

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter