Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Tunisie : Kamel Jendoubi : CV tronqué, scrutin truqué !


12 Novembre 2012

Explosif / Elections tunisiennes : Ennahda, Ettakatol et le CPR doivent leur triomphe électoral à Kamel Jendoubi, l'usurpateur de l’ISIE. Inconnu des Tunisiens, l’homme dont la nomination à la tête de l’ISIE reste aussi mystérieuse que la naissance de cette structure, est arrivé avec un CV qui a bluffé tout le monde…sauf celui qui l’a très bien connu à Paris : Salem Ben Ammar.


Tunisie : Kamel Jendoubi : CV tronqué, scrutin truqué !
L'affaire du CV de Kamel Jendoubi, repris par Wikipédia, n'est pas la banale affaire d'un  chômeur obligé de maquiller son CV et de travestir son parcours professionnel ainsi que sa formation initiale pour arracher un emploi. C'est une affaire qui soulève des questions de probité, d'éthique, de népotisme, de transparence, de régularité, de favoritisme, d'arbitraire, de manipulation, de clientélisme, et de tous ces maux dont souffre cruellement la Tunisie depuis la « révolution du jasmin ». Quand un individu, qui n'est pas en situation d'urgence impérieuse aurait maquillé son CV, il y a effectivement matière à s'interroger sur sa vertu morale, son intégrité et sur ses capacités personnelles à remplir une mission qui ne tolère aucune légèreté ni écart de conduite. 

Quant à cette affaire, qui n'en est pas une en l'état actuel des choses et qui le deviendrait en l'absence de preuves matérielles récusant les accusations de maquillage de CV, elle s'inscrit dans la droite ligne d'autres affaires similaires telle celle de Mr le Traîne-Savate Sinistre des Affaires Etrangères, gendre de Rached Ghannouchi et expert en faux diplômes, et celle du Premier Sinistre Hammadi Jébali et son faux diplôme d'ingénieur. Ces affaires en disent long sur l'état de déliquescence morale de la Tunisie. Comme si le mensonge était érigé en règle de vie en société et en mode de gouvernement. Mentir sur son CV n'est pas un acte innocent et vertueux en soi, loin s'en faut. Il est surtout symptomatique de l'état d'esprit de son auteur et il laisse subsister des doutes sur ses scrupules et son honnêteté. Le mal est moins dans la réaction hostile du public que dans les informations fallacieuses qui lui sont fournies.

Une affaire qui reflète le délabrement de la Tunisie

S'interroger sur l’authenticité du CV de tel ou tel personnage public n'est ni le calomnier ni jeter l'opprobre sur lui. En revanche, il se discrédite lui-même en usant de méthodes dolosives et trompeuses qui l'exposent à une rupture du contrat moral avec l'opinion publique si les soupçons de mensonges qui entachent son CV s'avèrent fondés. La Tunisie est exsangue et agonise, et souffre plus que jamais de l'aggravation de ses plaies. Et dire que l’ancien despote Ben Ali a chuté pour moins que ça ! On dit que les tunisiens s'étaient indignés comme un seul homme pour dégager leur ancien despote à cause des excès immoraux de son entourage, alors que le pays occupait en 2010 le 37ème rang mondial à l'indice du bien-être tandis qu'aujourd'hui, il est passé au 96ème rang mondial. Une chute vertigineuse, caractéristique de l'état de délabrement du pays et du grand désordre moral qui y règne.

C'est pourquoi, cette affaire de CV n'est pas anodine, elle est le reflet, le baromètre du climat délétère général qui empoisonne le quotidien des tunisiens. Ce Monsieur Jendoubi, inconnu sur la scène politique tunisienne et que ses laudateurs les plus zélés dotent de tous les attributs militantistes, à moins qu'il ne s'agisse de cette campagne scélérate contre la souveraineté économique du peuple tunisien et l'occupation médiatique des locaux de l'Office tunisien de Tourisme à Paris au début des années 90, adoubé par la bénédiction de la Troïka de la félonie. L’incroyable et affligeante présidence de l'I.S.I.E. s'avère in fine être l'archétype même des ascensions fulgurantes, obscures et mystérieuses, qui font l'originalité des "involutions" arabes téléguidées par les Yankees et leurs marionnettes wahhabites d’Arabie Saoudite et du Qatar.

 Jendoubi, Cheval de Troie de la Troïka

Comment cet homme qui ne semble pas a priori, et jusqu’à preuve du contraire, avoir la formation universitaire ni les compétences professionnelles requises, ni magistrat, ni juriste, pour une mission aussi politique que technique, a-t-il pu être parachuté à une telle fonction, alors que la Tunisie ne manquait pas de femmes et d'hommes ayant le profil universitaire approprié, la probité morale requise et la propreté politique exigée ? Se poser la question n'est pas minimiser ses qualités qui sont de surcroît invérifiables. Pourquoi lui, qui ne semble pas avoir le profil idéal ni l’expertise en droit électoral ou constitutionnel, plutôt qu’un autre ? Quels sont les buts inavoués de cette instance (ISIE) que j'ai qualifiée dans mes précédents articles de bras électoral d'Ennahdha ou de fossoyeuse de la démocratie tunisienne ? Cet homme dont personne ne doute du militantisme parisien, a-t-il servi de pion sur l'échiquier de la mise en place de la politique de vassalisation programmée de la Tunisie en vue de la création du 6ème Califat sous l'égide de l'Oncle Sam ? Un simple faire-valoir instrumentalisé contre son plein gré ?

Des questions qui se perdront sans aucun doute dans les méandres de la pensée absconse et irradiée qui gangrène le pays de Bourguiba. Personne ne doute non plus des intentions bienveillantes pour son pays, ce qui ne l'exonère pas de sa responsabilité morale quant aux informations des plus douteuses contenues dans son CV. Ce qui ne manque de lever le voile, d'une certaine manière, sur le scrutin électoral controversé et sur ses pores atermoiements et son laxisme tant en amont qu'en aval dudit scrutin dont il serait fastidieux de relever toutes les irrégularités :

Absence de contrôle de l'origine des fonds de financement des partis, confusion coupable entre carte d'électeur et carte nationale d'identité en violation du principe « ce qui vous identifie ne vous qualifie pas » (cf; voir mon article sur le sujet), manquement grave à son devoir de police à l'égard d'Ennahdha et de ses dirigeants qui menaçaient de plonger la Tunisie dans un bain de sang s'ils n'atteignaient pas la barre des 20%, l'absence d'assesseurs assermentés dans les bureaux de vote qui étaient à forte coloration nahdhaouiste, résultats surannés et farfelus dans les dépouillements des bulletins de vote, où il y a eu plus de votants que d’inscrits, son propre aveu quant à l'insincérité desdits résultats, les retards injustifiés et rocambolesques dans la communication de ces mêmes résultats, la corruption et achats de voix dont Ennahda s’est rendue coupable, et bien d'autres anomalies et dysfonctionnements qui auraient dû motiver l'annulation pure et simple de ces premières élections « libres », « transparentes » et « démocratiques », qui consacrent un nouveau Traité du Bardo !

Qui vole un œuf vole un bœuf !

Certainement dépassé par les évènements sur lesquels il n'avait aucune emprise, il n'en reste pas moins que le doute persiste sur son réel degré d'indépendance vis-à-vis des vrais bénéficiaires de la tragédie tunisienne. Toujours le même doute qui prédomine comme celui qui pèse sur son CV et sur la régularité du scrutin et la gestion financière de son organisation. Tant qu'il n'a pas fourni les originaux des diplômes dont il se prévaut, les soupçons de trucage des élections sont plus que jamais fondés. Et un tricheur restera un tricheur. Il est évident que je ne lie pas diplômes et compétences, savoir et savoir-faire.

En revanche, je ne peux dissocier savoir-être et vertus morales. Un comptable à la probité douteuse ne peut exercer un métier de comptable. Un voleur ne peut faire le gendarme, un pédophile ne peut pas être éducateur d’enfants ... Si ce Mr qui a présidé l'I.S.I.E. se prévaut des titres universitaires dont il ne serait pas titulaire, cela ne peut que jeter le discrédit sur ce funeste scrutin et confirmer les accusations d’irrégularités portées à son encontre. Il n'y a aucun caractère calomnieux dans mes propos, surtout que cette affaire relève du domaine public et non pas de la vie privée. Il s'agit juste de poser ce postulat analogique : lorsqu’on enjolive son CV, on ne peut qu’enjoliver les élections. Avec la différence que dans le premier cas, les conséquences sont d’ordre privé et minimes, alors que dans le second cas, elles sont d’ordre public et engagent l'avenir de tout un peuple.
 
Et si la Tunisie est tombée dans un gouffre abyssal c'est justement à cause de l'absence de rigueur morale et d'éthique dans le sens républicain des termes. Enfin, comme par hasard, cet homme aurait attribué en toute « neutralité » les marchés de publicité à un membre de son entourage et celui de l'imprimerie à son propre frère. Cela s'appelle comment au juste ? Trabelsisme ou Matérisme ? C'est pourquoi cette affaire de CV est avant tout une affaire de morale politique…en attendant qu’elle devienne une « banale » affaire de droit commun !
Salem Ben Ammar

PS. Ceux qui, en raison d'un article similaire, viennent de m'attaquer au-dessus de la ceinture et qui fantasment sur ma vie personnelle, je les invite à garder leur venin pour mieux s'empoisonner avec. S'il est de leur droit de défendre leur bien généreux "montor", qu'ils le défendent avec des preuves matérielles pour réfuter les sérieux soupçons de bidouillage du CV, indissociables des suspicions qui entachent ce premier scrutin « transparent » et « démocratique », qui a mené les islamistes au pouvoir.

Lire aussi



 
 


           


1.Posté par Karim le 12/11/2012 08:37
Excellent, comme d'habitude !
Peuple Tunisien, vous savez ce qu'il vous reste à faire ?
A bouter ces "Mafieux" à grand coup de pied dans le cul en PRISON et non hors du pays, ainsi qu'à exiger le remboursement au centuple de toutes leurs exactions commises depuis le 23 Octobre 2011 !
Ces escrocs ont assez abusé illégalement du pouvoir, et ceux qui ne réagiront pas à cette vérité ne seront que COMPLICES MAFIEUX des ces RACAILLES déjà refusées ou éjectées de plusieurs pays, comme la France par exemple en ce qui concerne le GLAND Manitou, li Maître di GHA GHA NOUS CHIE dans les bottes, cette raclure de bidet, ce résidu de capote qui pervertit même une Religion !
Aux armes Tunisiens, foutez tout ça dehors au plus tard le 14 Janvier 2013 ?

2.Posté par Marouan Chemsy le 12/11/2012 15:56
Merci , excellent article . cette élection a été une duperie , je peux témoigner j'y étais et j'ai vu, entendu ,.mais je ne suis qu'un simple citoyen sans pouvoir ...Bravo

3.Posté par Med le 12/11/2012 21:31
Merci de denoncer tous ces incapables et opportunistes qui ont permis a la Tunisie d'etre livree pieds et poings lies aux islamistes. Il y en a d'autres a denoncer, comme ce tuniso-americain, president du soit-disant Center for the Study of Islam and Democracy (CSID), qui se trouve etre le trait d'union entre les services americains, les wahabbo-saoudiens et Ennahda et qui s'est presente aux elections legislatives en tant qu'islamiste sur des fonds de la National Endowment for Democracy (NED). Il y a beaucoup d'informations sur internet concernant ce monsieur et ce Centre, tel que : http://globalmbreport.org/?p=6416
; http://www.twf.org/News/Y2011/0319-Libya.html ; etc.

4.Posté par Mourad DJEMAL le 13/11/2012 15:12
Sincèrement c'est du très grand n'importe quoi... Non pas que sur le fond il puisse y avoir des doutes sur KJ mais la manière avec laquelle l'article mélange les arguments me font douter de la qualité de précision dans l'analyse de son auteur!!!!!

On ne parle que de la falsification du CV pour tout lui attribuer, comme si on ne savait pas que l'ISIE n'était pas indépendante, tout comme le fait de faire tomber officiellement le RCD et l'ATCE n'allait pas forcèment changer grand chose!!

C le troisième article que je lis de vous et je vous trouve trrrrrèèès partisan dans votre manière d'écrire, parce que pour moi c pas de l'analyse c une somme de pamphlets!

5.Posté par abenamar le 15/11/2012 22:46
je me suis toujours demandé comment ce monsieur a mis comme condition pour faire partie de l´ISIE, dertaines conditions requises aux candidats dont celle d´avoir des experiences en elections.
experiences où ?
quelles elections dont un tunisien peut avoir acquit des experiences?
les experiences que Beji Essebsi a lui meme reconnu sur al-jazeera qu´´ etant ministre de l´interieur, il les a faussées?
et le plus bizarre de tout, c´est que, aprés les elections, il a reconnu que lui personnellement, et que tout le groupe,n´ont pas les experiences requises pour un bon deroulement des elections.
faites memoire.

6.Posté par abenamar le 15/11/2012 23:02
a monsieur salem ben amar
merci pour votre article,vous y citez la phrase de " ce qui vous identifie ne vous qualifie pas " et vous faites referer a votre article sur le sujet.
j´aimerais bien lire cet article si vous pouvez m´orienter sur l´endroit où il se trouve ´et si vous pouvez le lier avec le thème que j´ai toujours demandé, de supprimer la fonction du citoyen des cartes d´identités et des passeports, tels comme ils l´ont fait dans tous les pays démocratiques.
pensez bien quelle est sa finalité, si tout citoyen est egal a un autre citoyen, en tout.
un bon saut en avant si on arrive a faire de telle sorte que tous les tunisiens soient traités de la meme manière et surtout de faire baisser les demandes de pot-de-vin.
merci pour votre reponse

7.Posté par Ahmed Magdi le 22/11/2012 14:32
Pour Kamel Jendoubi, faites votre investigation sur l'affaire du projet " PLASTIFORM" où Kamel Jendoubi ( nommé Kamel Fouzdouk) fut accusé avec Mourad Allal par la justice française de détournement et malversation dans les années 1990. Pour la barbouzerie, faites votre investigation auprès de Anouar Kousri, Fethi Tlili et Hassan Karkar, pour savoir sur les barbouzeries de Kamel Fouzdouk.

8.Posté par rkossai le 02/01/2013 12:29
En ce début d'année 2013 où rien n'a changé quand au acquis de la révolution et rien n'apparaît clair sauf le vrai visage des Nahdhaouis. On est prêt à se noyer des raisonnements les plus noirs tant la tragédie que vivent les Tunisiens, suite à la confiscation de leur révolution par les islamistes, ne peut convaincre les esprits éclairés. Certes le cas de Kamel JANDOUBI est très grave du fait de son rôle premier dans les dernières élections. Les soupçons de malversation avancés par M. Salem Ben Ammar et les précautions dont il a bien voulu s'entourer, sont très justes, mais combien tragiques, si tout cela s'averait vrai. Merci SBS. J'attends d'autres vraies investigations. La tricherie au CV est très courante en Tunisie surtout dans le secteur privé, mais les politiques on en connaissait moins.

9.Posté par anouar le 17/09/2014 18:17
cet article est nul , nul et sterile parcequ il aurait pu etre ridige et publie avant les elections , juste a la nomination de ce type , moi quand j ai vu ce type pour la premiere fois , son profil doux me rappelle queque chose comme les freres musulmans , pauvres de nous les tunisiens , on est toujours dupes , le peuple ne croit plus en rien maintenant . Je me demande pourquoi cette isie quand on voit sur nos cheres chaines la publicite gratuite d ennahdha et de nida sur leurs plataux, on ne parle que de ca comme s il n ya pas d autres partis ' qu il ne faut pas voter ? ' a prendre en compte . Qui me dit que l actuel president de l isie est net de tout soupcons ? on le soupconne d etre nahdhaoui sur les resaux sociaux ou il faut attendre apres les votes pour faire comme un autre article , on est pas face a nos responsabilites vis avis de ce bled que tout le monde trahi , vous etes nuls

10.Posté par anouar le 17/09/2014 18:19
veuillez s il vous plait tout montrer monsieur l administrateur avec mes remerciments . bonne soiree

11.Posté par Ciceron le 17/09/2014 20:08
D'abord, ce Jendoubi n'est pas le premier a avoir falsifié son CV. Il y a aussi Jebali et Laarayedh, entre autres. Au temps de Bourguiba, on ne peut oser faire cela. Car le défunt exige des papiers authentiques. Avant sa déposition, il a découvert que Ben ali n'avait même pas le bac, mais c'était trop tard. La falsification des CV était aussi monnaie courante au temps de Ben Ali. A titre d'exemple, Slah Maouia, l'ancien ministre du tourisme, mentionne dans son CV qu'il est détenteur d'un maîtrise en droit (voir son CV quand il était nommé PdG de La Presse), pour se rétracter par la suite en indiquant qu'il a poursuivi ses études en droit, puisqu'en fait il s'est arrêté au niveau de la 2ème année, sans avoir pour autant obtenu le DUEL.
Quant à Jendoubi, il est aussi un grand menteur. D'abord, il n'a proclamé les élections du 23 octobre qu'après plus d'un mois, prenant toute la latitude de falsifier l'infalsifiable. C'était clair et il l'a par la suite confirmer. Et maintenant lorsque Morjan l'a insinué, il ose le désavouer.....

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter