Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Tunisie : Les habitants de Korba se mobilisent pour la libération de Nadhir Hamada


17 Septembre 2014

Une manifestation à Korba réclamant la libération de M.Nadhir Hamada s’est déroulée à Korba le 11 septembre dernier. Arbitrairement et injustement détenu depuis 29 mois, déclaré en « libération obligatoire » depuis le 10 juillet 2013 par la cour de Cassation de Tunis, Nadhir Hamada est le dernier prisonnier politique toujours en prison malgré la dégradation remarquable de sa santé. Son audience est prévue pour ce lundi 22 Septembre au tribunal de première instance de Tunis.


Nadhir Hamada, un ancien ministre compétent, intègre et dévoué à son pays, qui est injustement détenu en prison depuis bientôt trois ans.
Nadhir Hamada, un ancien ministre compétent, intègre et dévoué à son pays, qui est injustement détenu en prison depuis bientôt trois ans.
Une manifestation en faveur de la libération de l’ancien ministre de l’Environnement et du Développement Durable a eu lieu le jeudi 11 Septembre 2014 dans sa ville natale Korba dans  Gouvernorat de Nabeul. Ce sit-in a été organisé par les habitants de la ville pour manifester contre la détention abusive de l’un des plus honnêtes et des plus compétents ministres de l’ancien régime.

Les manifestants ont exprimé leur indignation et leur objection envers les pratiques que subit Nadhir Hamada affirmant que ce dernier est victime d’un complot et d’un règlement de compte dans lequel est manifestement impliqué le ministère de la Justice.

Ils ont par ailleurs dénoncé le fait qu’il soit aujourd’hui le seul et dernier ministre encore en détention et qu’il soit considéré comme bouc-émissaire de tout un régime qui n’a plus besoin, après trois ans  

Les manifestants ont réclamé la libération immédiate de leur concitoyen, qui a tant fait pour la Tunisie depuis près de trente et bien avant d’être à la tête du ministère de l’Environnement et du Développement Durable, dont il a fait la première institution écologique du monde arabe et d’Afrique.
 
Quelques témoignages des manifestants

Présent le jour de la manifestation, nous avons pu recueillir les témoignages des habitants de Korba. L’un d’eux a déclaré, « Nous connaissons très bien la famille Hamada, nous connaissions le père de Si. Nadhir, le Grand militant Younes Hamada, qui a tant combattu aux côtés de  Bourguiba pour la libération de la Tunisie ainsi que pour bâtir la Tunisie moderne».

Un autre a dit que « M. Hamada a travaillé sans relâche afin de préserver l’environnement et d’offrir aux citoyens une vie meilleure ». Un troisième s’est indigné, « Regardez l’état catastrophique de l’environnement aujourd’hui, meilleure preuve des efforts que fournissait N.Hamada »

Une autre personne qui semble l’avoir bien connu a affirmé que « M. Nadhir respectait minutieusement la loi. Il s’occupait de tout : la pollution, la protection des zones fragiles et rares, les déchets, les inondations, les moustiques, les mauvaises odeurs, les rejets des hôtels et des usines, la protection des plages, les pavillons bleus, le plastique, l’assainissement... »

Visiblement indigné et en colère contre les soi-disant technocrates arrivés pour rétablir l’Etat de droit et redresser la situation, un autre manifestant a scandé, « Nous ne baisserons pas les bras, nous continuerons à vous défendre avec toute notre force, le Cap Bon est avec vous M. Nadhir ». « On ne se taira plus !! », a renchéri un autre.

Lors de cette manifestation, des affiches appelant à l’application de la loi et à la libération de Nadhir Hamada ont été accrochées sur la façade de la délégation de Korba. Les manifestants ont également brandi des banderoles soulignant leur soutien à la Justice transitionnelle et non à la justice de vengeance et d’acharnement.

Par ailleurs, ils ont émis une demande officielle adressée aux autorités concernées dans laquelle ils ont réaffirmé leur soutien à Nadhir Hamada et leur indignation face à l’injustice que subit ce dernier et face au dépassement flagrant de la loi et de la constitution dont a fait état son dossier.

Ils ont en effet exprimé leur révolte contre la non-application de la décision de la cour de cassation qui, dans sa décision avait déjà énoncé que le dossier était vide de toute preuve probante et qu’il s’agissait d’une « déformation des faits » (تحريف وقائع) !

Les manifestants se sont également insurgé dans leur demande officielle contre la passivité et la nonchalance des institutions concernées, des hommes de droit et des médias qui n’ont pas accordé l’intérêt qui se doit à ce procès malgré la gravité de la situation et la dégradation de l’état de santé de Nadhir Hamada oublié en prison, abandonné, affaibli par des maladies chroniques graves qui ne cessent d’évoluer. Pour finir, ils ont souligné que leur combat est celui de la région et continuera jusqu’à ce que justice lui soit rendue.

Extrait du communiqué officiel du comité organisateur de la manifestation

 « …. Suite à toutes ces considérations, après s’être assurés de la mauvaise foi de toutes les parties concernées, et après épuisement de toute notre patience, et que l’affaire a dévié vers un complot politique et un règlement de compte personnel, et après la décision de la cour de cassation, toujours non appliquée ni respectée, nous avons décidé de faire entendre notre voix d’une façon respectueuse et civilisée. Nous refusons ces manipulations, cette injustice! Contrariés, nous exprimons tout notre mécontentement et nous informons que nous sommes mobilisés pour militer avec tous les moyens afin que la loi soit appliquée, les décisions d’une justice indépendante et intègre soient respectées et que Nadhir Hamada reprenne sa liberté. »

« Nous adressons cette demande à qui de droit et nous n’arrêterons pas le combat avant que justice soit rendue et que la loi soit appliquée et que la décision de la cour de cassation soit respectée en libérant M. Nadhir Hamada, cette haute compétence de réputation internationale qui croupit en prison au lieu d’être mise à profit pour le bien du pays. Son seul crime est d’avoir été ministre et son péché est de ne pas avoir derrière lui une « machine médiatique et financière » pour dévoiler toutes ces infractions et ces violations et pour le défendre violemment et furieusement. Nous sommes prêts à tout faire si cette injustice et cet acharnement continuent. Nous ne nous arrêterons pas jusqu’à ce que M. Nadhir soit libéré. »

C'est le lundi 22 septembre 2014 que le sort de Nadhir Hamada sera fixé devant le tribunal de première instance de Tunis. Mehdi Jomaa et son ministre de la Justice, des Droits de l'Homme et de la Justice transitionnelle, Hafedh Ben Salah, sauront-ils mettre fin à ce scandale judiciaire doublée d'une ignoble injustice? C'est à eux que la question se pose parce que le procès de Nadhir Hamada a été résolument politique et parce que, sur le plan strict du droit, ce dossier était totalement vide, que le détenu est désormais en "libération obligatoire", comme l'avait d'ailleurs énoncé, le 10 juillet 2013, la cour de cassation, dont la décision n'a toujours pas été suivie d'effet !      

Nadia Darraji, correspondance de Tunis. 


           

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter