Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Tunisie-Secret persiste et signe : l’interview de Ben Ali est bien réelle


29 Janvier 2013

Publiée en exclusivité par Tunisie-Secret, l’interview de l'ancien président Ben Ali a irrité la nouvelle "élite politique" et fortement contrarié certains de nos confrères, qui auraient bien aimé être à notre place. Mais elle a aussi conforté les tunisiens qui veulent comprendre la vérité, et suscité une flopée de commentaires, une multitude d’interrogations et quelques affirmations risibles. Nous allons y répondre point par point.


Tunisie-Secret persiste et signe : l’interview de Ben Ali est bien réelle
On va commencer par les internautes qui nous ont demandé des preuves sur l’authenticité de l’interview, avant même que nous la publions. On va leur répondre par une question : et si c’était Médiapart ou un minuscule site français, suédois ou américain qui avait publié cette interview, est-ce que vous lui auriez demandé des preuves ? La réponse est évidemment non. Pourquoi ? Parce que nous autres arabes, nous souffrons encore de ce complexe du colonisé. Alors, si cela peut rassurer certains, Tunisie-Secret compte dans son équipe deux français, de vrais Gaulois ! La prochaine fois que nous interrogerons une personnalité importante, nous repartirons avec sa cravate, ou son mouchoir, ou ses chaussettes, autant de "preuves" que nous l'avons bel et bien rencontré!    

Maintenant, aux internautes intelligents, et il y en a beaucoup, nous répondrons qu’en refusant de nous plier aux caprices des adolescents qui ne comprennent rien au journalisme, nous ne faisons qu’appliquer la Charte d’éthique professionnelle des journalistes français (SNJ, 1918, 1938, 2011). Plus exactement le point 14 : « un journaliste digne de ce nom doit garder le secret professionnel et protéger les sources de ses informations ». 

La troisième remarque concerne certains de nos confrères, pour la plupart, devenus "journalistes" par la magie de la révolution tunisienne et après un stage de quelques mois dans cette grande école de journalisme qu'est facebook. Nous les invitons amicalement à s'inscrire dans une logique d'émulation et d'excellence plutôt que de concurrence d'épicier. Nous ne sommes pas leur rivaux parce que T.S. n'est pas une entreprise à but lucratif, mais une association de bénévoles et de militants qui vivent tous de leurs propres métiers. Un journal qui se respecte ne va pas à la pêche d'un démenti coûte que coûte, mais en quête d'information et de complèment d'information pour éclairer les lecteurs.         

Venons-en à présent au mystérieux démenti qui a été fait par un certain Hosni Béji. Tunisie-Secret a effectué le traçage de ce démenti et a découvert qu'à l’origine, il émane d’un site tunisien de langue arabe, qui se présente comme « agence de presse privée » et qui se fait appeler « Bina News » ! Cette « agence de presse » a une drôle de conception du journalisme, puisqu’elle affiche parmi ses objectifs « La consolidation de l’appartenance islamique et arabe de la Tunisie » et la « lutte contre la culture du suivisme et de l’occidentalisme… » ! Ces « journalistes » font une confusion entre la vocation d’une agence de presse et la vocation d’une officine de propagande islamiste !

C’est donc sur le site de cette « agence » que Hosni Béji, qui se présente comme étant l’avocat de Ben Ali, aurait déclaré que l’interview de l’ancien président est un faux. Par manque de rigueur et de professionnalisme, par jalousie aussi, quatre autres sites ont malheureusement repris cette « information ». Malheureusement pour eux et pas pour T.S. Il aurait fallu d’abord vérifier la source avant de la reproduire mécaniquement, par reflexe facebook. Primo, ce jeune avocat n’a pas été choisi par Ben Ali, mais il a été commis d’office par le barreau, le 20 juin 2011, avec d’ailleurs deux autres avocats de son acabit. Il n’est donc pas habilité à parler au nom de Ben Ali. Nous savons que c’est sous l’injonction du ministère de la Justice que Hosni Béji a fait ce démenti pour dérouter les lecteurs et entrainer dans cette manipulation d'autres sites. Les deux avocats que Ben Ali a choisis pour sa défense  sont le libanais Akram Azoury et le français Jean-Yves Leborgne.

Il semble précisément que maître Akram Azoury se serait manifesté aujourd’hui 28 janvier, en fin de journée. C’est du moins ce qu’indique le site de Mosaïque FM, reprenant « l’information » sur un site tunisien  qui s’appelle Al-Hasri et qui prétend avoir eu au téléphone M.Azoury ! Qu’est-ce qu’on lit sur Mosaïque FM ? Que M. Azoury affirme « n’être pas du tout au courant de cette interview », qu’il aurait « essayé à maintes reprises de contacter son client » et qu’étant le seul représentant légal de Ben Ali, « tout projet d’interview ou précision doit passer par son cabinet à Beyrouth ». S’il s’avère que ces propos émanent effectivement de Maître Akram Azoury, nous répondrons alors que nous sommes entièrement et totalement d’accord avec lui !

Ce qui est en revanche certain, c'est qu'à la demande incessante de Tunis Tribune, M.Azoury a déclaré par écrit : "Je n'ai pas été informé que le Président Ben Ali ait donné une interview et je n'ai pas pu le contacter pour confirmer ou infirmer". Maître Azoury a parfaitement raison. Mais notre confrère Tunis Tribune aurait pu se contenter de ce "scoop" sans commettre une faute déontologique grave : publier le numéro de téléphone et l'adresse email de l'avocat libanais !   

Lire l’interview de Ben Ali

Tunisie-secret.com

 
 


           


1.Posté par nazou le 29/01/2013 01:53
tunisie secret ,ne vous en faites pas,cette interview ne peut etre que vraie,puisqu'il n'a pas voulu 'incriminer ,ni donner de precision sur les pays "amis ou pas".(le langage d'un homme politique)
Par contre pour moi une information ,et de taille, 2 pays de confiance l'arabie saoudite et l'algerie.
Et nous avons vu la distance de l'algerie par rapport a l'agression contre la libye.

2.Posté par Moktar le 29/01/2013 08:29
Il est clair que si l'interview avait été faite par un média occidental , les tunisiens auraient moins à re dire ...le complexe d'infériorité ne permet pas de remettre en cause la parole du blanc .
les rédacteurs du site étant tunisiens en prennent plein la gueule ,on remet en cause leur intégrité en les accusant d'avoir inventé cet interview, suivant le site depuis sa création , je leur fais confiance , les pays cités comme "traitres" sont la France et le Qatar .

3.Posté par khmais le 29/01/2013 10:10
Nos encetres les Gaulois nous dictent la loi.de presse
........AH AH AH

4.Posté par myriam le 29/01/2013 12:31
où elle est cette interview ?

5.Posté par Kimdee le 29/01/2013 16:05
interview vraie, mais réponses censurées ou pas?
À mon avis Ben Ali aurait sinon donné plus de détails - déjà rien que pour se positionner plus crédiblement en victime d'un complot et essayer ainsi de regagner une certaine sympathie.

2 journalistes francais ne sont aucune garantie pour quoi que ce soit, peut-être pour moins de fautes d'orthographes et là encore, plein de francais ne savent pas écrire correctement leur (unique!) langue maternelle. donc: gaulois, mais de quelle couleur et travaillant pour qui??? je n'exclue pas qu'ils soient blanc comme neige. mais il faut surtout aujourd'hui comprendre en tant que tunisien que
l'Occident lui-même est en train de démanteler ses propres valeurs démocratiques et humanistes pour le compte d'une élite globalistes pour qui tous les moyens sont bon - guerres et guerres civiles inclues.
Le plus important et sage message à retenir de cette interview, même si elle devrait être fausse et ne pas venir de la bouche de Ben Ali:

------------------ la tunisie doit tout faire pour ne pas perdre sa souveraineté!!! ----------------------------------

ps. ji mexkiouz pour mes fautes d'orthographes :-))

6.Posté par amad salem le 30/01/2013 13:46
Nous allons dépasser le blabla "justificateur" et narcissique. Donc, "T.S. n'est pas une entreprise à but lucratif, mais une association de bénévoles et de militants qui vivent tous de leurs propres métiers", soit, mais tout "bénévolat" dans le secteur médiatique, s'il existe réellement et s'il peut survivre longtemps, a ses buts idéologiques et politiques. Ceux de T.S. sont clairs. Certes, on déplore toute "confusion entre la vocation d’une agence de presse et la vocation d’une officine de propagande" qu'elle soit "islamiste" ou "laïque", mais existe-t-il "une agence de presse" qui ne soit avant tout et pour tout "une officine de propagande"?
Nous avons lu "l’interview" et nous la prenons comme tel qu'elle soit réelle ou fictive et sans demander "des preuves d’authenticité". Nous avons là un "plat tunisien", un vrai. Sachant que "Tunisie-Secret compte dans son équipe deux français, de vrais Gaulois", il ne faut point être clerc, rabbin ou mufti pour savoir que T. S. est un site français et que ces "Gaulois" ne peuvent connaître "le plat tunisien", concocté pour la plèbe tunisienne.
"L’interview" du Parrain B Ali, ressemble étrangement comme deux gouttes d'eau polluées à l'autre torchon écrit par des Français, siou-plaît, intitulé "Ma vérité" et signé au nom de Marraine Leyla. Le but de ces deux torchons est de "disculper" ces deux lascars mafieux, vils, cupides et extrêmement néfastes. Le Mal qu'ont fait ces deux personnages lugubres, leurs familles et leurs sous-fifre n'est plus à démontrer. L'important n'est plus de savoir ce que B Ali dit car il n'a plus rien à dire. Il a déposé Bourguiba et suivi ses traces juste pour se faire une fortune colossale, lui et sa famille, laissant le pays à la dérive. Il était vénal et vide, conseillé par les caciques "bourguibistes" tel H Karoui, et B Dhia, F Mbazzaa et autre Essebsi, qui ont mené le pays à l'immobilisme et au désespoir.
Si B Ali n'a pas répondu ces deux questions, c'est parceque Washington lui a demandé de ne pas se faire "réelire" en 2009 et d'avancer K Morjane. B Ali a refusé sous les pressions de Leyla qui préparait son coup d'Etat. Rupture totale entre Washington et B Ali.
Le plus important, aujourd'hui, c'est que nous savons qu'il n'y a jamais eu de "révolution" en Tunisie et en Egypte et que le "pritemps arabe" est un euphémisme crée par les médias français, justement. Il y a eu un coup d'Etat du système surlui-meême et peut-être qu'un jour nous saurons qui a décidé de dégager la Cosa-Nostra B Ali-Trabelsi et "alliés", qui a fait quoi exactement. L'important c'est que deux coups d'Etat se sont tamponnés et foiré, Heureusement. On voit, aujourd'hui, que les "bourguistes", les "laïcs" et la coalition terroriste Ugtt-Front populaire font tout pour remettre le "système" bourguibiste laïc en place, aidés en cela par la même France cause de tous les malheurs de la Tunisie. T. S. est l'un des bras de cette France.
Bien à vous.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter