Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Tunisie: disparition mystérieuse du procureur général Marouene Bouguerra


5 Juin 2013

Selon nos sources, le lieutenant-colonel Marouene Bouguerra, procureur général à la direction de la Justice militaire aurait été victime d’un infarctus il y a juste un mois. Il n’en est pas mort mais serait « quelque part à se faire soigner ». L'enquête préliminaire de Tunisie-Secret.


Tunisie: disparition mystérieuse du procureur général Marouene Bouguerra
Il s’agit en effet d’une disparition mystérieuse. Selon nos sources, le lieutenant-colonel Marouene Bouguerra, procureur général à la direction de la Justice militaire chargé du dossier très sensible des morts déplorés lors des événements de la « révolution du jasmin », a été victime d’un infarctus il y a juste un mois. Il n’en est pas mort mais serait « quelque part à se faire soigner ».

Décidemment, depuis janvier 2011, il y a en Tunisie trop de victimes d’infarctus ! Tarek Mekki, fondateur du Mouvement pour la deuxième république, décédé à Hammamet le 31 décembre 2012 ;  Abdelfattah Amor, président de la Commission nationale d’investigation sur la corruption et la malversation (CNICM), décédé le 2 janvier 2012, un mois après la remise de son rapport en novembre 2011 ; Faouzi Ben Mrad, décédé le 6 avril 2013, avocat qui a été chargé par Farhat Rajhi de plaider pour la dissolution du RCD et qui a été aussi le président du comité de défense de Chokri Belaïd…

Toujours selon nos sources, Marouene Bouguerra se plaignait ces trois derniers mois de subir des pressions énormes au sujet des dossiers dont il est en charge, à savoir les morts déplorés uniquement entre le 17 décembre 2010 et le 14 janvier 2011. Ces pressions viendraient, selon certains , du général Rachid Ammar, dont le lieutenant-colonel Bouguerra n’a jamais été un proche. Il était plutôt proche du général Ahmed Chabir, qui a été mis à la retraite il y a déjà quelques mois et qui serait depuis étroitement surveillé.

Il faut rappeler que c’est durant l’été 2011 que ces affaires graves sur les morts de la « révolutions », sur les anciens ministres ou hauts responsables à qui l’on veut faire porter le chapeau, et sur les fameux snipers, ont été transféré de la Justice civile vers la Justice militaire. C’est à ce titre que le lieutenant-colonel Marouene Bouguerra a été désigné procureur général à la direction du tribunal militaire. En janvier 2011, c’est lui qui a mené les interrogatoires des snipers qui ont été arrêté. Il était au début opposé à l’idée de cacher la vérité sur les snipers, surtout après l’assassinat des trois militaires à Bizerte, le 18 janvier 2011, dont on avait dit qu’ils ont été tués par des snipers, alors que la mère de l’un de ces militaires avait affirmé qu’ils ont été exécutés par des militaires, dans un bateau en pleine mer !

Mais en août 2011, sa position a relativement changé. Lors de la réunion périodique avec les médias, tenue vendredi 19 aout au premier ministère, il a affirmé l’existence des snipers en indiquant –d’où le changement- que les enquêtes ont révélé l’implication d’agents du ministère de l’Intérieur dans ces meurtres. Dans cette conférence, il avait précisé que «ceux qui ont tiré sur des manifestants sont des agents de la sécurité ayant porté des cagoules. Ils ont tiré dans des endroits mortels tels que la tête, le cou et la poitrine». Selon Marouenne Bouguerra, «Parmi les accusés pour meurtre, l’ancien président et deux de ses ministres de l’Intérieur, qui ont donné l’ordre de tuer pendant la période du 17 décembre et le 14 janvier». L’allusion à Rafik Belhaj Kacem et à Ahmed Friaa était évidente et allait dans le sens de la thèse que le général Ammar voulait accréditer !
 
Que s’est-il donc passé depuis ? Y a-t-il eu mésentente ou conflit entre le général Ammar et le lieutenant-colonel Bouguerra ? Dépressif et sous tension, celui-ci est-il devenu incontrôlable ? L’AVC qu’il a fait est quasiment une certitude, mais à quoi est dû ce malaise et où se trouve actuellement Marouene Bouguerra ? Pourquoi personne n’en a parlé jusqu’aux révélations, ce 3 juin, du jeune bloggeur Yassine Ayari. L’affaire reste mystérieuse, mais pas pour longtemps !
Tunisie-Secret.com
Karim Zmerli   

 
 


           


1.Posté par Scorpion le 05/06/2013 11:33
Je suis très curieux de connaitre vos sources car, pour quelqu’un de bien informé sur le sujet, je suis en mesure d’affirmer vos dires.

En effet, le Lieutenant-Colonel Marouene Bouguera a subi d’énormes pressions depuis le mois d’Aout 2011. Bouguera tenait à condamner fermement les « agents » ou plutôt les Snipers qui ont assassiné les quelques Tunisiens qui manifestaient dans les rues. Cependant, quelques hauts responsables du gouvernement de Béji Caïd Essebi, y compris lui-même d’ailleurs, étaient d’un tout autre avis. Ils ont étouffé l’histoire, protégé ces mercenaires et chargé le dossier d’un certain…Rafik Haj Kacem. Le but était de tenir le corps de la police et celui de la garde présidentielle par les C…
Pour un homme véreux et mafieux à l’image de BCE, l’occasion était inespérée et surtout à ne pas rater : faire chanter l’institution de sureté. Entre temps c’est Rafik Haj Kacem qui paye pour les autres. Ce dernier, qui était, précisons-le, un homme politique et non pas un flic, a été lynché par ses anciens subordonnés (Tiouiri, Boudrigua, Tarhouni) sur ordre de leur patron, qui est impliqué jusqu’au cou dans ces tueries, Ali Sériati. L’histoire le montrera tôt ou tard.

2.Posté par bk le 05/06/2013 21:17
vous êtes informé mais la conclusion n'est pas la bonne, ni aussi les personnages cités pour la énième fois, ils ne pèsent pas une plume...Monsieur l'auteur raisonne louchement et pas dans l'intérêt général quel est son but?

3.Posté par Bzainia le 05/06/2013 22:47
juste une précision: Marouane Bouguerra est colonel major, directeur de la Justice militaire; pour le reste, rien n'est encore clair à part le fait que l'interessé est bien absent depuis un moment

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter