Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Tunisienne violée par les flics : Les détails d’un crime !


3 Octobre 2012

Tunisie : Viol d'une fille par trois policiers


Tunisienne violée par les flics : Les détails d’un crime !

 “Dans la nuit du 3 au 4 septembre, aux alentours de minuit, la victime et son fiancé se trouvent dans leur voiture dans une situation normale et décente, contrairement aux déclaration

s très controversées du porte-parole du Ministère de l’Intérieur qui avait avancé que la victime et son compagnon étaient dans une situation indécente ou encore immorale (traduction littérale) au moment des faits dans une rue de Ain Zaghouane. 


C’est alors qu’un véhicule civil s’approche d’eux. Trois hommes en descendent et procèdent directement à l’ouverture des portières de la voiture leur demandant de descendre et déclarant qu’ils font partie du corps policier rattaché au poste de police « Les Jardins de Carthage » situé à Aïn Zaghouan.


Tout de suite après, les policiers menottent le compagnon de la victime et emmènent cette dernière vers leur véhicule. Puis l’un des agents de l’ordre revient vers le fiancé, le fait remonter dans sa voiture et l’éloigne du lieu de l’arrestation en conduisant lui-même.
Entretemps, les deux autres policiers font monter la jeune femme dans leur véhicule et lui demandent ce qu’elle est en mesure de leur offrir. La jeune femme rétorque qu’elle dispose de 40 dinars et qu’elle est prête à leur donner l’argent. Les deux agents se moquent alors d’elle et l’informent qu’elle va leur offrir autre chose. La victime est alors placée sur la banquette arrière. Un agent la rejoint à l’arrière du véhicule tandis que l’autre reste au volant observant son collègue en train de procéder au viol. Ce dernier ordonne à la jeune femme de ne pas crier et de pleurer en silence. Une fois le viol terminé, les deux agents s’échangent les places et c’est au tour du second de procéder au deuxième viol.

Pendant que la victime se fait violer, le troisième agent qui avait éloigné le fiancé de la scène du viol interroge ce dernier. L’agent le menace de lui coller un procès pour adultère s’il ne lui file pas la somme de 300 dinars. Le fiancé de la victime rétorque alors qu’il ne possède pas la somme. L’agent lui propose de le conduire à un distributeur automatique de billets pour retirer l’argent, ce que le jeune homme accepte de faire. Cependant, ce dernier ne parvient pas à retirer la somme. Le policier lui retire alors sa carte d’identité et son permis de conduire et lui demande de ramener l’argent le lendemain pour pouvoir récupérer ses papiers. Il le reconduit ensuite au lieu de l’arrestation où stationne le véhicule des deux autres agents.

Lorsqu’il descend de la voiture, le compagnon de la victime voit que sa fiancée est encore à l’intérieur du véhicule des forces de l’ordre. Il tente alors d’agresser physiquement les deux policiers. Pour l’en empêcher, l’un des agents tente de faire usage de gaz paralysant mais le fiancé parvient à lui arracher le dispositif. A ce moment, les policiers négocient avec lui afin d’échanger le dispositif à gaz contre ses papiers et sa fiancée. Ce qui fut.

Une fois le couple remonté dans leur véhicule, la jeune femme raconte les faits à son compagnon qui décide de l’emmener à la clinique du Lac où elle est auscultée de suite. Le viol est médicalement avéré. La clinique contacte alors la police conformément à la procédure. La victime et son fiancé sont convoqués le 4 septembre 2012 au tribunal de première instance, 3ème étage, siège de la sous-direction de la prévention sociale (police judiciaire) où ils sont confrontés à leurs agresseurs. La victime et son fiancé sont gardés pendant 7 heures. Ils sont humiliés et subissent une forte pression afin de les obliger à abandonner la plainte. La victime, en raison du choc psychologique, décide d’abandonner les poursuites et un procès verbal est rédigé dans ce sens.
Une fois sortis du poste de police, la victime et son compagnon se dirigent directement chez un avocat et portent plainte auprès du Ministère Public.” 

Par Olfa Riahi tobegoodagain


 
 



           


1.Posté par kaiser ben kaiser le 08/10/2012 18:58

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter