Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Turquie: Le "modèle" était bien une imposture!


29 Décembre 2013

Enfin, on commence à comprendre en France que l'islamisme "modéré" n'est qu'une vue de l'esprit, et le bon modèle turc, qu'une fumisterie. Martine Gozlan de Marianne écrit que " la corruption est une affaire universelle"! Nous aurions bien aimé lire ce genre de phrase en janvier 2011, lorsque la Tunisie était présentée et représentée comme le pays le plus corrompu et le plus dictatorial de l'univers! Pourtant, il suffisait de lire les rapports annuels de Transparency International pour découvrir qu'en termes de corruption et malgré la malfaisance de la famille Trabelsi et des autres gendres, la Tunisie était mieux notée que la Turquie. Il s'avère aujourd'hui que l'Etat-AKP est l'un des plus corrompu au monde et que c'est le cas de tous les pays où les islamistes sont au pouvoir, de la Tunisie au Qatar. Frère musulman en costume cravate, Erdogan mène la guerre islamo-terroriste contre la Syrie depuis trois ans, au nom de la vertu, de la démocratie et de l'anti-corruption. Son pouvoir chancelle aujourd'hui parce que c'est un voleur, un corrompu et un autocrate.


Turquie: Le "modèle" était bien une imposture!
Ainsi, tout était faux. La prétendue pureté du gouvernement islamiste turc. Les grands discours de Recep Tayyip Erdogan, Premier ministre à l'autoritarisme sultanesque, leader de l'AKP,  parti (supposé) de la Justice et du Développement. Aïe, voici cette AKP brusquement décapée de son vernis vertueux. Trois ministres, les plus proches d'Erdogan, dont celui de l'Intérieur et de l'Economie, se retrouvent mouillés jusqu'au cou dans une énorme affaire de fraude et de blanchiment d'argent. Depuis quelques jours, les révélations se succèdent, les démissions s'enchainent: les trois ministres impliqués et des députés AKP en rupture de ban avec le parti. La livre turque plonge. Les cabinets d'analystes financiers alertent sur " une incertitude majeure'". Les manifestations ont repris.  Comme on comprend les jeunes Turcs descendus les 25 et 27 décembre dans les rues d'Istanbul, d'Izmir et d'Ankara pour réclamer la démission d'Erdogan... Elle a volé en éclats, cette illusion selon laquelle les valeurs religieuses alliées à l'ultra-libéralisme pouvaient guider le peuple dans la voie du salut matériel et divin!  Une fois de plus, le système sur lequel Erdogan a construit le mythique édifice du " modèle islamiste" se révèle un montage cynique, dans lequel les intérêts des puissants et leur gloutonnerie financière ont pris le pas sur le souci du bien public et balayé toute solidarité avec le peuple.

Que la corruption soit une affaire universelle, on en conviendra aisément: mais quand ceux qui la pratiquent sans vergogne ont l'obscénité de se draper dans le manteau de la morale, c'est une autre histoire. Ce dernier volet d'une imposture que je dénonce depuis  plusieurs années, dans les colonnes de Marianne comme dans un  essai paru en 2011(" L'imposture turque", Grasset) est bien l'aboutissement d'un scandale total. Dans la  Turquie révisée et corrigée ( à la dure) par Erdogan, il n'y a pas plus de souplesse démocratique que de liberté d'expression.

L'embastillement de centaines de journalistes a déjà valu au régime de dégringoler en bas du classement international de Reporters sans Frontières. Les simulacres de procès, les condamnations pour présumé "complot"  éclairent d'une obscure clarté le fictif chateau de cartes islamo-turc. Comme la  déferlante obcurantiste qui consiste à trainer en justice artistes et écrivains; à faire l'apologie de la femme parfaite, voilée et mère au foyer de trois enfants minimum; à interdire raki et autres menus plaisirs chers aux natifs de la sublime Istanbul. Aujourd'hui, le sultan Erdogan est nu et les enfants d'un peuple trompé descendent à nouveau dans la rue, comme en juin dernier, lors de la révolte de Gezi Park. A nouveau, la police charge.

En mars 2014, se dérouleront des élections municipales. En août 2014, Recep Tayyip Erdogan tentera de briguer la présidence, le pouvoir suprême qui lui permettrait d'opérer la métamorphose complète de la république fondée par Atatük. Un enjeu majeur que le dernier scandale de goinfrerie économique du gouvernement "modèle" va peut-être remettre en cause.

Martine GOZLAN, Marianne, le 28 décembre 2013 


           

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Septembre 2014 - 07:02 Présidentielles : Candidatures d’outre-tombe

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter