Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Ultime contorsion jésuite du quotidien Le Monde


24 Mars 2014

On le savait capable de tout, mais pas à ce point d’hypocrisie bien jésuite, ou plutôt pharisienne. Sous le titre de « La Libye, trois ans plus tard : un pays à l'abandon », Le Monde s’est finalement intéressé au cas de la Libye, mais sous l’angle mercantiliste de l’or noir et non point humaniste des Libyens qui s’entretuent quotidiennement. Il fallait bien rompre le mutisme complice et pendre quelque chose de digeste, surtout après l’indépendance et l’audace dont font preuve certains médias allemands, suisses et britanniques. Il est vrai que les quotidiens de ces pays ne perçoivent pas 18 465 277 euros de subventions étatiques annuelles ! Avec une insolence inouïe, Le Monde cite un article du journaliste Patrick Cockburn, récemment publié dans The Independant, dont TS a d’ailleurs parlé. Mais l’audace du Monde a ses limites : l’article ci-dessous n’est pas signé et il n’a pas été publié dans l’édition papier. Par ailleurs, dans quel sens faut-il entendre cette phrase de l’éditorialiste anonyme : « Soutenue par la Ligue arabe et l'ONU, l'opération de 2011 – que Le Monde a défendue – a été décidée dans un moment singulier » ? Un bien timide mea culpa, ou l’assurance aveugle du devoir accompli ? Si la destruction de la Libye, voulue par Sarkozy et sponsorisée par BHL and Co, a permis la libre circulation des hommes (terroristes) et des biens (armes), elle a montré la remarquable mutation atlantiste et islamiste d’un quotidien fondée par Hubert Beuve-Méry, voilà 70 ans ! TS.


"Je suis un mensonge qui dit toujours la vérité", Jean Cocteau
"Je suis un mensonge qui dit toujours la vérité", Jean Cocteau
Il y a trois ans, le 19 mars 2011, l'aviation française, bientôt secondée par la Royal Air Force, l'une et l'autre appuyées par les Etats-Unis, intervenait en Libye. Essentielle pour appuyer les rebelles libyens, qui combattaient au sol, cette opération débouchait, en octobre de la même année, sur la mort du dictateur Mouammar Kadhafi et l'effondrement de son régime. Triste anniversaire : la Libye est aujourd'hui un pays à la dérive, peut-être au bord de l'implosion.

Victorieux, l'opposition et les groupes de rebelles armés n'ont jamais su s'entendre pour administrer la Libye – immense contrée de quelque huit millions d'habitants, s'étirant de la Méditerranée aux déserts de l'Afrique subsaharienne. Aucun gouvernement solide n'a pu être formé.

La semaine dernière, le dernier à avoir occupé le poste de premier ministre, Ali Zeidan, a pris la fuite, destitué par le Parlement. On lui reproche d'avoir été incapable de reprendre le contrôle des installations pétrolières du pays, notamment des terminaux de la côte orientale, aux mains de groupes armés. 
L'un d'eux revendique une quasi-indépendance pour l'Est libyen (la Cyrénaïque). Décidé à vendre l'or noir pour son propre compte, il a réussi à affréter un pétrolier. C'est ce bâtiment que la marine américaine a intercepté lundi 17 mars au large de Chypre (Le Monde du 18 mars). Signe de l'invraisemblable chaos régnant dans le pays, les exportations pétrolières se sont effondrées : d'un million et demi de barils/jour en 2011, elles sont passées à 235 000, selon la compagnie d'Etat, la NOC.

Milices et bandes armées tiennent la rue

Les investissements sont au point mort, la vie économique vitrifiée. Dans les grandes villes, l'insécurité atteint des records. Il n'y a plus de ministre de l'intérieur. Milices et bandes armées tiennent la rue, cocktail de grand banditisme et d'islamisme. Ironie, amère, de l'histoire : Londres, Paris et Washington déconseillent à leurs ressortissants de se rendre en Libye.

Féroce, l'un des meilleurs spécialistes du Proche-Orient, le journaliste Patrick Cockburn écrit dans The Independant : « L'un des traits les plus stupéfiants des événements de Libye aujourd'hui est le peu d'intérêt qu'ils suscitent de la part de ces pays qui partirent si allégrement en guerre en 2011. »

Selon Human Rights Watch, les milices retiennent quelque 8 000 personnes dans leurs prisons, où la torture serait routinière. Ces milices s'affrontent volontiers les unes les autres, et cette bataille prend, chaque jour davantage, l'allure d'un conflit destiné, in fine, à séparer l'est de l'ouest du pays. Ce triste tableau n'a pas pour objet de porter un jugement a posteriori sur l'intervention occidentale, encore moins de minimiser ce qu'a été la dictature de Kadhafi.

Soutenue par la Ligue arabe et l'ONU, l'opération de 2011 – que Le Monde a défendue – a été décidée dans un moment singulier : on pouvait raisonnablement craindre un massacre de grande ampleur dans la ville de Benghazi. Mais la réalité de la Libye d'aujourd'hui amène à poser cette question : peut-on se désintéresser à ce point d'une situation que l'on a, à tort ou à raison, quelque peu contribué à créer ?

LE MONDE, du 19 mars 2014

Au sujet du journaliste Patrick Cockburn, à lire aussi :
http://www.tunisie-secret.com/La-Nature-des-guerres-a-change_a824.html


           


1.Posté par Léon le 24/03/2014 15:19
Une action honteuse qui a détruit de la manière la plus pernicieuse un pays frère et ami. Un acte odieux de prétendus défenseurs de droits de l'Homme devait "vendre" Gaddafi à ses bourreaux, sachant pertinemment ce qui allait en advenir.
Tout cela sans demander l'avis du Peuple de France, occupé à un quotidien de plus en plus dur et un avenir de plus en plus obscur, touché par un chômage et des problèmes sociaux sans précédents. On préfère mettre l'argent dans les bombes plutôt que de secourir les plus démunis.
Voilà ce qu'est la démocratie des propagandistes des lobbys puissants, manipulant telles des marionnettes, un peuple travailleur et honnête.
Alors le Beuve Mérie et consort veulent se refaire une virginité le lendemain du vote sanction. Non pas contre la gauche ou contre la droite mais contre l'ordre établi, celui dicté par les lobbys qui ne travaillent pas l'intérêt des français mais leurs propres intérêts, si çà n'est celui d'états tiers.
Bientôt on racontera que personne n'avait décidé l'invasion de la Libye. Eux qui voulaient continuer leur croisade par la Syrie. Ils deviendront fatalistes! Ils diront que c'est le destin et qu'il n'y a pas de responsables. Ils auront la trouille d're jugés par ce peuple qu'ils ont dupé et à qui ils ont expliqué que c'était très bien de juger Ben Ali, Gaddafi, Moubarak, Bachar,.....
Ils sont à deux pas de se faire prendre à leur propre jeu par leur propre peuple. C'est digne d'un conte de Maupassant! Alors ils se rebiffent car ce sont des lâches et n'ont aucun sens de l'Honneur. Celui qu'a eu Gaddafi jusque son dernier souffle.
De quels dictateurs parlez-vous? Pourquoi la Beuve a-t-il oublié les largueurs de bombes sur Hiroshima et Nagasaki, les tueurs de populations civiles en 1990 et 2001 an Irak. Sans oublier les civils libanais et syriens. Messieurs la république propagandiste du journal malsain que vous représentez, n'avez-vous pas applaudi et encouragé l'envoi de l'armée en Libye, et d'armes aux rebelles syriens (étrangers pour la plupart). Pour l'intérêt de qui? Des français? Laissez-moi rire!
...que des criminels et Dieu ne laissera certainement pas impunis les actes et les pleurs de pauvres gosses et de leurs mamans par la terreur qu'on impose aux pauvres gens.
Nous sommes faibles devant votre machine propagandiste de ses lobbys mondiaux. Mais n'ayez crainte, Dieu vous fera plier. J'ai foi en cela!
Léon.
A la mémoire de Gaddafi, mort en héros, trahi par les vils et mesquins.

2.Posté par kimdee le 26/03/2014 00:54
La division et l'effritement de la Lybie était un but programmé mais évidemment non déclaré des pays de l'OTAN. Sachant qu'il n'y aura pas de personnage tel Gaddafi capable d'une certaine union des tribus pendant des années.

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter