Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Un gamin du FMI dicte ses lois à la Tunisie


29 Février 2016

Dans un entretien à l’AFP, Robert Blotevogel, le nouveau représentant du FMI en Tunisie a exigé du chef du gouvernement Habib Essid de revoir sa copie. Ce gamin tout juste sorti de son école de commerce peut se le permettre : depuis la « révolution » dite de la dignité, la Tunisie a perdu sa dignité, son honneur et sa Souveraineté.


Robert Blotevogel, le représentant du FMI en Tunisie.
Robert Blotevogel, le représentant du FMI en Tunisie.
En septembre dernier, à l’occasion de la visite de Christine Lagarde en Tunisie, le gouvernement avait annoncé avoir demandé au Fonds Monétaire International un nouveau plan d'aide, seul moyen pour éviter au pays la faillite économique.

Le montant de ce « plan d’aide », qui est en réalité un crédit de plus, devait être au moins équivalent à la précédente ligne de crédit, soit 1,7 milliard de dollars (1,55 milliards d'euros), avait déclaré, il y a dix jours, Chedly Ayari, qui fait office de Gouverneur de la Banque Centrale. Accordée en 2013, cette ligne de crédit exprimait la générosité du FMI de « soutenir la transition politique » après la « révolution du jasmin » qui a libéré la Tunisie de son indépendance !

Selon Robert Blotevogel, le futur « plan d’aide » que la mission du FMI qu’il conduit et qui est actuellement en visite en Tunisie, discute avec les autorités locales s'étalera sur quatre ans. Il a précisé que le conseil d'administration du FMI se prononcera sur sa validation le 22 avril prochain. Autrement dit, pas d’argent si ce gouvernement fantoche n’exécute pas nos ordres.

L’on attend donc de ce gouvernement de revoir son plan de développement 2016-2020, pour « bâtir une croissance inclusive », selon les termes du jeune Robert Blotevogel, qui est très soucieux de l’avenir des Tunisiens. Dans cette interview accordée à l’AFP, il a en effet précisé que « la croissance qui s'annonce en 2016 ne répond pas aux aspirations du peuple tunisien. Elle n'est pas suffisamment forte (...) pour résorber le chômage », qui est passé de 270 000 en 2010 à 1 million aujourd’hui.

Parce que le FMI est une institution charitable et à but humanitaire, son représentant, M.Blotevogel,  a ajouté que le gouvernement tunisien doit « modifier sa politique budgétaire pour relancer l'économie et faire que la croissance touche les plus vulnérables, et aussi les régions défavorisées ». Le FMI qui se fait des soucis pour les plus vulnérables !

Toujours selon Robert Blotevogel, la hausse « importante de la masse salariale » depuis 2011 s'est faite au détriment de l'investissement public. Ce qui est parfaitement exacte et imputable aux fameux technocrates qui sont venus de France et de Navarre pour sauver l’économie d’un pays qui se portait nettement mieux que les économies grecque, portugaise et même espagnole, pour ne citer que ces trois pays européens. Cette masse salariale pléthorique est imputable aux différents gouvernements qui se sont relayés depuis 2011 et dont l'incompétence et la corruption ont conduit au désastre social et économique actuel. 
   
Pour le jeune Robert Blotevogel, « Il faudrait renverser cette tendance. (...) L'idée serait vraiment de bâtir les bases pour une croissance inclusive et refaire le modèle de développement de la Tunisie » !

Cette déclaration du représentant du FMI en Tunisie a fait rire l’un des meilleurs économistes du pays, Taoufik Baccar. L’ancien ministre et Gouverneur de la Banque Centrale à l’époque où la Tunisie était souveraine sous la présidence de Ben Ali, a ironisé sur sa page facebook, s’adressant à un connaisseur :

« Sadok, cela me fait rigoler et également tout le monde, y compris ton institution le FMI qui est à la recherche de cet introuvable modèle de développement. Comme tu le sais, le FMI savoure une revanche sur la Tunisie qui s'est affranchie de la tutelle de cette institution depuis le remboursement anticipé du prêt stand by en 1991. Entre 1991 et 2010, la Tunisie n'a pas emprunté un seul dollar de cette institution et s'en est tenu à des échanges de points de vue (…) au titre de l'article 4 des revues qui ont toujours mis en vigueur la pertinence de la démarche tunisienne. Tu étais témoin des discussions qui ont eu lieu dans le cadre de ces revues et grâce à toi et à la compétence des cadres tunisiens, c'est toujours la position de la Tunisie qui a prévalu. Maintenant que la Tunisie est en position de faiblesse, les experts du FMI font ce qu'ils veulent. Ils sont désormais en territoire conquis. Au fait, j'ai toujours pensé que le FMI, bien qu'homogène en apparence, est traversé par différents courants de pensée et les experts ont une marge de liberté dans les analyses et les décisions surtout lorsqu'il s'agit de petits pays comme la Tunisie ».

Taoufik Baccar a tout dit sur ce pays qui est tombé bien plus bas que terre depuis le coup d’Etat du 14 janvier 2011. Il a tout résumé sur la Tunisie d’hier et celle d’aujourd’hui. Quant à celle de demain, mieux vaut ne pas y penser.

Nebil Ben Yahmed


           


1.Posté par Pur Djerbien tunisien le 29/02/2016 13:54
Sadok en question est mon oncle et un valeureux haut fonctionnaire a la présidence souveraine

2.Posté par Rudy le 01/03/2016 18:41
Cette oiseau a déja été plumé, d'ou son nom Blotevogel = oiseau nu, peut etre il veut faire la même chose aux autres ?

3.Posté par Lio le 09/03/2016 07:33
Prenez les dollars sortis des imprimantes et des ordis du FMI et envoyez-les chier, reprenez votre monnaie, comme de toute façon vont faire tous les pays du Monde! Intégrez les BRICS et adoptez une nouvelle constitution non écrite par vos politiciens, demandez de l'aide à Etienne Chouard et ses juristes constitutionnels. Pas de violence, pas de brutalité, de la justice. Du social, plus de collusion finance-politique. www.le-message.org
Nous y venons tous. Soyez les seconds à le faire après l'Islande. On arrive !

4.Posté par Mongi Laroussi le 07/06/2016 05:02 (depuis mobile)
Une nouvelle révolution s''impose, mais elle doit être vraie cette fois-ci.
Nous demanderons à tous les créanciers de :
1- Revoir tous les calendriers de remboursement.
2- Revoir à la baisse tous les taux afin qu''il ne dépassent jamais 2% maximum.

5.Posté par Lio le 07/06/2016 09:48
Profitez donc de l'opportunité qui vous est donnée pour réécrire votre constitution, car c'est dans la constitution que se logent tous les poisons ! www.le-message.org

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter