Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Un think tank US révèle comment les Américains ont inventé le "printemps arabe"


14 Juin 2014

Même si le mal est fait et que certains pays arabes sont à feu et à sang, il n’est jamais trop tard pour comprendre comment la stupidité et l’arrogance des Tunisiens ont été exploitées pour déstabiliser la Tunisie et détruire trois autres pays arabes. Si ce rapport américain ne nous apprend rien de nouveau, puisque nous avons été les premiers à dénoncer l’imposture du « printemps arabe », il peut interpeller les idiots qui continuent à faire l’apologie de la « révolution » et à culpabiliser les cyber-collabos ainsi que les mercenaires sur la conscience desquels pèse la mort des milliers de morts Tunisiens, Libyens, Egyptiens, Yéménites et Syriens.


Le symbole d'Otpor, vitrine de la CIA, que les facebookers tunisiens ont affiché sur leurs pages au moment de la "révolution" bouazizienne.
Le symbole d'Otpor, vitrine de la CIA, que les facebookers tunisiens ont affiché sur leurs pages au moment de la "révolution" bouazizienne.
Un document rendu public par un think tank américain révèle que le «printemps arabe» est loin d’être un mouvement spontané de populations avides de changements politiques, mais bel et bien une reconfiguration mûrement réfléchie et orchestrée par l’administration américaine.

L’organisation Middle East Briefing (MEB), qui se base sur un rapport officiel du département d’Etat américain, confirme l’implication de la Maison-Blanche dans les «révolutions» ayant secoué de nombreux pays dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Le document en question, qui date du 22 octobre 2010 et qui est intitulé «Middle East Partnership Initiative : Overview», est confidentiel et le MEB n’a réussi à le consulter que grâce à la loi Freedom of information Act.

Le pays de l’Oncle Sam a concocté dans ses officines de nombreuses stratégies pour défaire les régimes dans les pays ciblés en s’appuyant sur «la société civile» qu’il arrive à contrôler après avoir effectué un travail de fond sur les organisations non gouvernementales (ONG). L’approche américaine consiste à manipuler ces ONG pour qu’elles s’inscrivent en droite ligne de sa politique étrangère et de ses objectifs en matière de sécurité interne, note MEB. «The Middle East Partnership Initiative (MEPI) est un programme régional qui renforce les citoyens du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord afin de développer des sociétés plurielles, participatives et prospères.

Comme le démontrent les chiffres fournis dans cette évaluation, le MEPI a évolué depuis son lancement en 2002 pour devenir un outil flexible dans la région pour un appui direct aux sociétés civiles autochtones, appui qui est intégré dans la diplomatie du gouvernement américain dans la région», peut-on lire dans le rapport du département d’Etat qui use et abuse du langage diplomatique pour masquer la nature hégémonique de cette initiative. Dans la section intitulée «comment le MEPI fonctionne», il y est clairement expliqué que les principaux objectifs du MEPI sont de «constituer des réseaux de réformateurs qui échangeront leurs connaissances et s’entraideront, et de catalyser le changement dans la région ».

La subversion financée par les ambassades américaines

L’administration Obama ne lésine pas sur les moyens pour réussir son ingérence dans les affaires internes des pays en point de mire. Les subventions locales «apportent un soutien direct à des groupes de citoyens autochtones, et représentent désormais plus de la moitié des projets de MEPI», note le rapport. «Des agents désignés dans les ambassades américaines gèrent le financement et sont en liaison directe avec les différentes ONG et les groupes composant la société civile» qui bénéficient de ces subventions. «Les projets spécifiques aux pays visent à répondre aux besoins locaux en matière de développement tels qu’identifiés par les ambassades, les réformateurs locaux et notre propre analyse du terrain. Les développements politiques dans un pays peuvent induire de nouvelles opportunités et de nouveaux défis pour la réalisation des objectifs de la politique du gouvernement américain, et le MEPI va transférer les fonds nécessaires pour répondre à ces besoins», souligne-t-on encore.

Il va sans dire que les initiateurs de ce programme zappent les institutions locales et les gouvernements. Il y est en effet indiqué que le MEPI a pour seuls interlocuteurs les acteurs de la société civile à travers les ONG parties prenantes basées aux Etats-Unis et dans la région concernée. «Le MEPI ne fournit pas des fonds aux gouvernements étrangers et ne négocie pas des accords d’assistance bilatéraux», relève le rapport. Selon MEB, le document énumère une liste de pays ciblés en priorité par les desseins inavoués de l’establishment américain. Il s’agit du Yémen, l’Arabie Saoudite, la Tunisie, l’Egypte et le Bahreïn. La Libye et la Syrie ont été ajoutées une année après l’élaboration de ce rapport du département d’Etat.

Pour ce qui est de l’Egypte, on y apprend que l’administration américaine misait sur le mouvement des Frères musulmans, jugé compatible avec la politique étrangère du gouvernement américain. L’administration d’Obama assure même «le service après-vente» de «ces révolutions» qui participent à remodeler le «Grand Moyen-Orient» selon la vision américaine. Un bureau de coordonnateur spécial des transitions dans le Moyen-Orient a été créé en septembre 2011. William B. Taylor a été nommé à sa tête. Ce diplomate s’y connaît en révolution, puisqu’il était l’ambassadeur des Etats-Unis en Ukraine durant «la révolution orange», de 2006 à 2009. Selon le rapport du département d’Etat, le bureau du coordonnateur spécial des transitions dans le Moyen-Orient coordonne l’assistance du gouvernement américain «aux démocraties naissantes» dans la région du Moyen-Orient et en Afrique du Nord, dont l’Egypte, la Tunisie et la Libye.

Sonia Baker, Algérie Patriotique, le 13 juin 2014

Document du Middle East Briefing (MEB) intitulé "U.S. State Dept. Document Confirms Regime Change Agenda in Middle East”:

http://mebriefing.com/?p=789


           


1.Posté par توفيق بن رمضان le 14/06/2014 15:14
لقد تقرر إزاحة بن علي منذ سنة 2003

بقلم: توفيق بن رمضان

نعم لقد تقرر إزاحة بن علي منذ سنة 2003، صدقوا أو لا تصدقوا و لكن هذه هي الحقيقة، و الله العظيم لقد قال لي صديق أثق فيه كثيرا أن الأمريكان اتصلوا به سنة 2003 و بغيره من بعض رموز المعارضة زمن حكم بن علي و قالوا لهم منذ ذاك التاريخ إنا نعولوا عليكم في مرحلة ما بعد بن علي و أنكم ستكونون رجال و قيادات تلك المرحلة و حثوهم على الإستعداد لخلافة بن علي لأن بن علي سوف تتم إزاحته من السلطة سنة 2011، و قد قال لي هذا الصديق الذي أثق فيه ثقة كبيرة أنه أعلم الشيخ راشد الغنوشي بهاته القصة و هذا الموضوع و لكنه لم يأخذ الأمور مأخذ الجد و كانت إجابته لصديقي "يا راجل من هنا لسنة 2011 تعيش ناس و تموت ناس" و يوم إزاحة بن علي و تهريبه إلى منفاه اتصل صديقي بالشيخ و ذكره بالحكاية و قال له يا شيخ أتتذكر ما قلته لك سنة 2003 فكان رد الشيخ أي نعم و الله الحكاية طلعت صحيحة فقال له ألم أقل لك هذا يا شيخ و لكنك لم تأخذ الموضوع مأخذ الجد و لم تستعدوا لهذا اليوم.

2.Posté par Léon le 18/06/2014 20:16
Réduit à la mendicité, ce peuple de va-nu-pieds n'a que ce qu'il mérite. Cela lui apprendra à dire "Dégage!", à assouvir sa haine tribale transformée par le temps en haine régionaliste. Emporté par ces vils sentiments qui sont devenue sa seule identité, ce peuple décidé à casser toute forme de réussite dans son propre pays.
La Tunisie de Ben Ali a vécu sans dons et sans aumône et a brillé à travers les Nations. Les plus pernicieuses d'entre-elles, affolées par la montée fulgurante d'un pays arabe dénué de ressources, vous ont tendu le piège de votre vie et vous ont réduit à votre condition de soumis.
La Tunisie de Ben Ali nargue aujourd'hui un peuple de traîtres qui fût l'ennemi numéro un de son propre pays et le meilleur allié de nos ennemis.
Le peuple tunisien est un peuple primaire et irrationnel dont les diplômes ont contribué à la mise à mort de son pays,
La réussite dans les études, comme pour toute forme de pouvoir est une lame à double tranchant. Attribuée aux êtres nocifs, elle détruit les sociétés et mise au service des êtres constructifs, elle sauve et honore les sociétés.
Le tort de Bourguiba est de l'avoir mis à la portée des êtres nocifs qui n'ont pas eu d'efforts à faire pour y accéder.
Le sang de ceux qui vous ont libéré du joug de la colonisation ne vous pardonnera pas la comparaison que vous avez faite, qualifiant le 14 maudit de vraie indépendance de la Tunisie. Leur bravoure et leur sang fut bafoué le jour où vous l'avez dit. Votre 14 janvier de lâches, de traîtres et de vendus aux puissances occidentales donnera les fruits amers que l'on peut attendre d'une sale semence.
Ce n'est que le début, le pire est à venir. Vous pleurerez Ben Ali à en conchier vos tripes.
Léon.
VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

3.Posté par Omar le 21/06/2014 13:52
Nous avons toujours dit que ce fameux "Printemps arabe" était une "grosse fumisterie" produite par les laborations de la CIA et de l'OTAN pour remplacer nos dictateurs nationalistes par des islamistes alliés srtatégiques du Sionisme et de l'impérialisme.

Vivement un "Printemps civilisationnel" dans l'ensemble des monarchies arabes féodales.

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter