Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Une prière pour 2017, par Mohamed Ayachi Ajroudi


2 Janvier 2017

Très belle et authentique supplique que nous recevons de notre ami Mohamed Ayachi Ajroudi, qui fête en famille le nouvel an et qui, des Etats-Unis, pense aux Tunisiens et prie pour la Tunisie.


Nouvel an à Los Angeles en famille, 2017 Beverly Hills.
Nouvel an à Los Angeles en famille, 2017 Beverly Hills.
C’est le temps des bilans individuels et du monde : qu'avons nous réalisé sur cette belle planète ? Hélas beaucoup de souffrances et d'injustices les uns envers les autres, les uns contre les autres. Qu’avons-nous apporté à la culture, à la science, à la technologie, à la nature, au bonheur de ceux qui nous entourent comme ceux qui ne sont pas de notre pays, de notre civilisation ou de notre religion et qui ne sont pas moins nos semblables et égaux en humanité ?

Toutes cultures et couleurs confondues, nous pouvons unir tous ensemble le souffle de Dieu qui est en chacun de nous, pour nous respecter et vivre  en paix dans le respect de l'univers qui nous accueille. Cet univers qui devrait être aussi le paradis qu'une minorité d'entre nous, au nom  de motivations dissimulées, souvent politiques et cupides de besoin de pouvoir et de domination, est en train de transformer en enfer.

Réveillons-nous et travaillons solidairement à des solutions pour construire plutôt que de détruire, pour méditer plutôt que de médire, pour penser plutôt que d’arrière-penser, pour aimer plutôt que de haïr, pour compatir de nos échecs plutôt que de nous en réjouir, pour nous satisfaire de nos réussites plutôt que de nous jalouser, pour tolérer plutôt que d’exclure. Nos cœurs doivent redécouvrir la compassion que Dieu recommande et que toutes les religions préconisent.

Au travail mes compatriotes et mes amis ! Soyons dans l'action positive et de terrain. Chacun de nous à sa tâche à sa mesure, si modeste soit-elle, il faut l'accomplir dans les gestes les plus simples du quotidien. Abandonnons le virtuel pour vivre réellement et profiter pleinement de la saveur de nos vies.

Je prie et formule à l'attention de chacune et de chacun d’entre vous mes vœux les meilleurs pour une lumineuse année 2017 dans la paix, dans le bonheur, dans la santé et dans l'Amour.

Mohamed Ayachi Ajroudi


           


1.Posté par Léon le 07/01/2017 16:07
Bientôt sera célébré en grandes pompes, le 14 maudit, avec un déplacement à Gafsa du président de la république tunisienne (pour le pas dire le Bey de la monarchie qataro-américaine). Ce 14 janvier, la première journée de Layali Essoud selon le calendrier agraire tunisien. Un vocable sonnant comme un signe, un vocable prémonitoire, annonçant les jours ressemblant aux nuits noires, qu'allaient traverser le pays pays du peuple ingrat.
J'ai des amis algériens de toutes obédiences, de l'islamiste flirtant avec l'illégal au laïc convaincu. Du kabyle se prenant pour une "race supérieur" et anti-arabe, à l'arabe jaloux de son arabité et de cette origine. Tous s'accordent sur une chose: C'est que Ben Ali avait travaillé son pays. Ils me l'ont dit et répété sans savoir que j'étais moi-même conscient de ce fait. Ils me l'ont dit, croyant que j'étais comme la plupart des traitres de notre pays qui n'ont pas réalisé à sa juste valeur l'apport phénoménal de la période Ben Ali.
Ahhhh ce 14 janvier! Une grande libération! En effet la Tunisie a été libérée de sa sécurité, de son progrès, de ses grands projets et de sa souveraineté. Et je dirai même de l'état tunisien pour ne pas dire d'elle-même.
Il faut avouer que la souveraineté pèse lourd sur le dos des traitres. Le meilleur élément dans lequel ils s'épanouissent naturellement étant celui de la soumission et de la colonisation.
C'est d'ailleurs une manière inconsciente de justifier, comme savent si bien le faire les tunisiens, leur incapacité de fédérer et de progresser en société. Chose innée chez des gens de la trempe de Bourguiba, Ben Ali, Hédi Nouira, et même chez des dirigeants non politiques (parfois même assez opposants mais non destructifs), comme l'étaient Mokhtar Laatiri et Tahar Amira. Ou encore chez certains militaires, comme le fut le Col Ferchichi.
D'autres noms, non moins célèbres de la politique de la Tunisie indépendante, ont préféré mettre leur génie et leur savoir faire dans la destruction de la nation qualifiée à juste titre par mon ami JW de Bourguibienne et Benalienne.
Je préfère ne pas citer ces gens-là et m'en tenir à ceux qui furent une chance énorme pour la Tunisie et qui ont préféré mettre l'accent et l'effort sur l'instruction, et non sur l'armée et la défense de leurs propres intérêts. Oubliant malheureusement que l'instruction à elle seule n'empêche pas l'élimination de la pourriture installée depuis des siècles dans la plupart des têtes. Bien au contraire, elle aura contribué à mettre à défaut la "sélection naturelle" menant au pouvoir.
En effet, tous aujourd'hui se prétendent capables et s'essaient au pouvoir jusqu'à la fatalité évidente: La destruction totale du pays par ses fondations. L'édifice national construit par nos ainés est solide et a soutenu le pays malgré la catastrophe révolutionnaire. Elle est basé sur une administration digne de ce nom et des bases construites par les grands hommes de la Tunisie indépendante.
Depuis le 14 maudit, et malgré quelques prises de conscience de certains "nouveaux", on observe la destruction de la politique internationale (et par conséquent de la place de la Tunisie parmi les nations), du modèle économique ayant mené à la création d'une classe moyenne arrivant tant bien que mal à joindre les deux bouts, et des fondements de l'économie "Nouiriste" bien au profil de notre société, accomplissement ayant nécessité maintes expériences et essais au préalable, dont celle des coopératives de la seconde moitié des années 60.
La Tunisie possède un Socle solide et peut retrouver son rayonnement si les perroquets actuellement au pouvoir (qui ont bien appris leur leçon en classe) dégagent le plancher; et laissent place à ceux qui ont du respect pour l'Histoire de leur pays, et surtout celle de la Tunisie indépendante; en particulier celle de la période Ben Ali. Ceux qui ont compris les efforts faits par leurs ainés afin qu'ils ne s'envolent pas en fumée. Et non ceux qui avaient qualifié le 14 maudit de "vraie indépendance", crime linguae sans équivalent, assimilant le sang des martyrs, morts pour la Tunisie, puis pour Bizerte, au sang des voyous shootés au pilules distribuées par les putschistes (étrangers infiltrés, comme nous le confirmait le Gal Choubir dans l'émission du courageux Al Wafi), et moyennant finances, semés par millions de dinars et en devises par les coffres de taxis pris la main dans le sac. Je ne fais que relater les faits cités par la télévision révolutionnaire, lors des tristes événements qui allaient conduire la Tunisie à un protectorat économique.
Une situation pire que celle de 1881 car, cette fois-ci le virus est mutant, comme le sont tous les virus de ce nouveau siècle. Le virus s'attaquant à la souveraineté des nations n'est plus un pays bien déterminé contre lequel il faudra résister mais une nébuleuse lobbyiste. Un nuage benzénique alliant islamisme et sionisme dans une première alliance du genre.
Le "sionislamisme" issu de cette révolution se dresse contre les pays constituant aujourd'hui une menace à l'état hébreux; et ses adeptes combattent leurs coreligionnaires iraniens, syriens, yéménites, main dans la main avec certains lobbies occidentaux à obédience sioniste. L'ignorer n'est qu'hypocrisie, comme le font certains médiocres à qui la révolution a donné des fauteuils. Mon fauteuil à tout prix; même au prix d'une alliance à peine voilée ceux qu'ils traitaient, pas plus tard que hier, de leur pires ennemis.
Cette nébuleuse mondial ne lâchera prise que par un pur miracle Divin. Ce miracle en Syrie porte un nom: Celui de Poutine.
Qu'en sera-t-il de la Tunisie? Je l'ignore et préfère ne pas y penser. Mais tant que l'on fêtera le 14 maudit, jour de réalisation des projets de certains lobbies étrangers dans notre pays, et de de ceux qui ont le coeur sali par les mauvais sentiments jusqu'à les rendre aveugles (ces footeux régionalistes et malades), tant que la Tunisie continuera à avancer dans de la matière fécale comme l'avait si bien décrit, non sans humour, ce jeune artiste tunisien qui en a même fait une thèse pour se rire de la tête pourries de ses pairs.
Le jour où on célèbrera le 14 maudit comme il se doit, à savoir comme un putsch extérieur dans lequel le peuple s'était fait prendre, et ce, en partageant les responsabilités (celle du peuple et celle de ceux qui l'avaient gouverné) et en mentionnant aussi bien les bonnes choses que les erreurs faites depuis l'indépendance (car tout être humain se trompe), en particulier durant le mandat de Ben Ali que vous avez traité avec injustice et ingratitude; ce jour-là on pourra peut-être espérer attendre un miracle.
Car Dieu ne laisse rien impuni. Et aussi bien qu'il peut punir les dirigeants, il puni aussi les peuples; en les prévenant d'abord, comme il le fait dans le verset 112 de la sourate des abeilles.

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

2.Posté par VALENTINI Christiane le 21/01/2017 18:28
C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai lu et relu cette PRIERE POUR 2017 écrite avec tant de ferveur par Monsieur Mohamed Ayachi AJROUDI dont je suis fière de figurer parmi ses amis et ceux et celles de son adorable épouse Josette, ainsi que de leurs fils Mehdi et Zac pour lesquels je ressens beaucoup d'affection .
Cette PRIERE s'adresse à nous , frères humains , passagers et équipage de ce magnifique vaisseau TERRE que DIEU nous a "confié"... Le temps que durera le voyage de chacun sans escale doit être un temps du partage et non de mutineries ,
En ce début du nouvel An , je souhaite donc "Bon Vent "à la PRIERE de Monsieur AJROUDI ,
et je le remercie plus personnellement ainsi que les siens pour leur amitié chaleureuse .

CPV

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube



Infos


Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter