Connectez-vous S'inscrire

 

Rejoignez TunisieSecret sur facebook

| TS Via TunisieSecret


Yassine Ayari, un cyber-collabos recyclé dans le salafisme (vidéo)


31 Octobre 2013

Mercenaire d’Ennahda et d’Ansar al-Charia, cet ex-agent du mouvement serbe OTPOR, vient d’accuser le syndicat de la police nationale d’être derrière l’opération kamikaze de Sousse et la tentative de destruction du mausolée de Bourguiba à Monastir. C’est la désinformation de trop qui justifie notre réplique.


Yassine Ayari, un cyber-collabos recyclé dans le salafisme (vidéo)
Evoluant depuis 2008 dans la nébuleuse des cybers-collabos tunisiens et arabes en général, qui ont été formaté et gendarmé par la vitrine de la CIA Freedom House, par le mouvement subversif israélo-serbe CANVAS et par le réseau Télécomix, Yassine Ayari s’est rendu célèbre par une manipulation qui restera dans les annales et qui a fait basculer le destin de la Tunisie : «Le général qui a dit Non à Ben Ali ». Le général en question est Rachid Ammar, dont Yassine Ayari a fait le héro de la « révolution 2.0 », avant de le stigmatiser une année plus tard. Cette manipulation n’était pas de son génie, mais du cahier des charges de son agent traitant à Bruxelles, David Zimmerman !

Tout le monde est tombé dans le panneau à l’époque, des petits sites tunisiens jusqu’aux plus grandes publications et télévisions occidentales. Le magazine Jeune Afrique avait même fait de cette « information » la une de sa couverture. Le site Nawaat des supers cybers-collabos Malek Khadhraoui et Sami Ben gharbia, ainsi que le réseau facebook, hypnotisé par leur ordonnateur et formateur Jared Cohen, ont fait le reste. C’est ainsi que le criminel et traître, Rachid Ammar, est devenu héro, et que les patriotes –Ali Seriati, Rafik Belhaj Kacem, Ridha Grira- sont devenus des criminels.

Cette désinformation ayant produit ses effets destructeurs, c’est Yassine Ayari lui-même qui y mettra fin dans son propre blog. Dans une vidéo enregistrée chez lui en Tunisie, en juillet 2011, il avouera publiquement avoir intentionnellement trompé le peuple tunisien ! « C’est un mensonge que j’ai inventé pour précipiter la chute de Ben Ali et mettre l’armée du côté du peuple », dira t-il en simulant un certain regret (voir vidéo). Exactement comme Slim Amamou, qui a publiquement et maladroitement reconnu avoir accepté l’aide logistique de « cette main invisible qu’est la CIA » ! Mais Yassine Ayari ne révèlera jamais le nom de David Zimmerman, qui détient les « droits d’auteur » de cette magistrale manipulation de l’opinion tunisienne et internationale.

Après l’anéantissement de la Tunisie et d’autres pays par le « chaos créatif » du « printemps arabe », Yassine Ayari aurait pu faire comme beaucoup d’autres cybers-collabos repentis : retrouver le réflexe patriotique en dénonçant et en combattant ce projet de « Grand Moyen-Orient » et de « printemps arabe », pensé, tracé et exécuté par certaines officines américaines et occidentales. Ces jeunes Tunisiens, dont on ne citera pas les noms, sont nombreux et ils essayent, au prix de leur travail, de leurs études et même de leur vie, de sauver leur pays du désastre chaotique dont lequel il a sombré.

Mais Yassine Ayari, après quelques mois de ressentiment à la suite de l’échec cuisant qu’il a essuyé dans les élections du 23 octobre 2011, a préféré renouer avec sa vocation de manipulateur en se mettant au service des nouveaux maîtres de la Tunisie : les Frères musulmans. Il y a quelques mois, sur sa page facebook, il s’est même déclaré salafiste, attirant sur lui la curiosité de certains services français. Le 5 juin dernier, toujours sur sa page facebook, après avoir insulté le peuple tunisien pour "sa lâcheté et son hypocrisie", il a annoncé "la fermeture de sa page, de son compte tweeter, de son blog", et s'est engagé à "ne plus se montrer dans les médias après ce jour". Mais, quelques jours après, il a repris de plus belle dans l'apologie de l'islamisme, le dénigrement de l'opposition et la culpabilisation des Tunisiens "de n'avoir pas dressé des potences pour les contre-révolutionnaires". Depuis, il n’a pas cessé de défendre et Ennahda et Ansar al-Charia, « de vrais patriotes » selon lui, incarnant « ce qu’il y a de plus pur dans l’islam » ! C’est dans ses élucubrations facebookiennes. Il y a quelques semaines, il a été reçu par Meherzia Labidi, dans le bureau qu’elle squatte au Bardo, et a rejoint le ramassis d’islamistes déguisés, sous la houlette du malade mental Abderraouf Ayadi.

Son zèle ne pouvait pas passer inaperçu aux yeux des Frères musulmans tunisiens. A la demande d’Amer Larayedh, homme de confiance de Rachid Ghannouchi et frère d’Ali Larayedh, Karim Azouz, le consul général d’Ennahda auprès de la France, l’a recruté comme agent cyber-réactif. Payé aux frais de la princesse, il fait la navette entre Tunis et Paris, où il est censé résider. Indésirable sur les plateaux de télévisions, il scribouille sur le site intégriste Al-Sadaa -qui a été d’ailleurs le premier site à reprendre sa dernière intox au sujet du kamikaze de Sousse- et grenouille sur la chaîne super-intégriste Al-Moutawassat, dont le rédacteur en chef, Salah Attia est l’ancien patron éditorial du quotidien Assabah, d’où il a été éjecté après la « révolution du jasmin ».

Qu’a dit, hier 30 octobre 2013, Yassine Ayari au sujet de l’opération kamikaze de Sousse ? Il a écrit sur sa page facebook qu’il « a contacté un expert en explosif », dont il ne cite pas le nom bien évidemment, qui lui a « confirmé que le terroriste n’était pas un kamikaze et ne portait pas de ceinture explosive, parce que le haut de son corps est intact. Selon le fantomatique expert de Yassine Ayari, le terroriste « portait une valise explosive, qu’il devait remettre à quelqu’un, à un endroit quelconque, et que ses commanditaires ont actionné à distance ». Total et conclusion : « C’est le syndicat de la police qui est derrière cette opération de l’hôtel Riadh Palm ». C’est la version revue, corrigée et arrangée de la déclaration de son patron dans Al-Moutawassat, l’ex-rcédiste Salah Attia.

Ainsi, contre toute évidence, Yassine Ayari persiste dans la propagande salafiste et dans le mensonge islamiste. Dans cet aveuglement, il trahi une seconde fois la Tunisie. Pire encore, il insulte la mémoire de son père, le colonel Tahar Ayari, qui a été abattu, ainsi que le sergent Sghaïer Mbarka et le caporal chef Walid Hajji, dans la région de Rouhia, le 18 mai 2011. Il insulte la mémoire d’un vrai martyr, mort en défendant sa patrie contre les terroristes dont ce fils renégat innocente aujourd’hui les crimes en accusant le syndicat de la police patriotique, dernier rempart contre l'invasion islamiste et salafiste.

Nebil Ben Yahmed                     

 
 



           


1.Posté par Hela Kitia le 31/10/2013 17:28
un vrai psychopathe ce type ! et c'est fréquent chez les ricains d'avoir recours à ce type de malade pour les sales besognes

2.Posté par Moncef Zarrouk le 31/10/2013 17:32
un type sans scrupule

3.Posté par Walid Mhadhbi le 31/10/2013 17:34
باع دم بوه الجرذ هذا عادي جدا يبيع روحو و بلادو وحتّى أمو و بنتو كان لزم

4.Posté par Nat Ou le 31/10/2013 17:35
c un faussaire une fois jlé demonté avec des arguments et politesse il m'a insulté par message personnel comme le fils de pute collabo qu'il est

5.Posté par Imed Eddine Ouederni le 31/10/2013 17:37
En fait, il ne s'agit pas vraiment d'un "n'importe quoi!".. Les mecs de Tunisie-secret savent bien ce qu'il fassent .. On connait bien leur Maestro .

6.Posté par Nat Ou le 31/10/2013 17:38
Leur maestro peut etre Hitler, on s'en fiche, ils ont toujours vu juste depuis des mois...il est là notre probleme en Tunisie, dis moi avec qui tu es je te dirais si tes arguments sont crédible, personne ne raisonne, si hitler m'explique que 2+2 font 4 je le crois, je cherche pas a savoir qui est derriere lui...maintenant si vous avez un truc credible et argumenté qui tient la route à adresser aux articles de ce site, faites le, on vous ecoute, sinon les "on sait bien qui est derriere", ça n'a pas de poids...et juste pour Yassine Ayari, c'est le roi des faussaires,c l'intello du con pour faire vite et il a ses entrée a l'ambassade US...meskine bouh

7.Posté par Souverainiste le 01/11/2013 17:03
Cet imbécile est une grande gueule d'une arrogance sans nom . Merci a Tunisie secret de lui avoir dit ses 4 vérités .

8.Posté par Mourad le 02/11/2013 20:01
Malheureusement le cas de yacine ayari n'est pas isolé. Ce pays, en vérité, renferme beaucoup de yacine ayari en son sein et c'est ce qui a fait son malheur. Le sens patriotique n'est pas ancré chez tout le monde. Pourquoi? C'est peut être notre systeme qui est à plaindre. Lorsqu'un suisse voit son drapeau dans la rue, il se met presque au garde à vous, il est fier de son pays et ce dés le plus bas âge. Dans notre pays c'est l'inverse, il en est même qui lui vouent une haine féroce. Il doit y avoir des raisons ce n'est pas fortuit. La raison, c'est que ben ali a commencé le travail par ses magouilles, ses trabelsi profiteurs qui arborent une insolence sans limites, ses partis pris avec certains qui sont entrés dans le RCD. Aujourd'hui ennahdha a repris le flambeau de ben ali et fait même pire que lui, elle veut nous faire fuir le pays carrément, tellement tout va trés mal. Ne tombons pas dans ses pieges et unissons nous pour sauver la Tunisie et la faire aimer. Continuons inlassablement notre lutte afin de sauver notre chere patrie.

9.Posté par soula le 04/11/2013 02:40
et bien sur ce site est le plus objectif sur terre .

Nouveau commentaire :

Actualités | International | Culture | Vidéo | Dossiers | Archives | Editorial | Amérique | Interview | Opinion | Qui sommes-nous ? | Maxime du jour | Portrait | Le Must




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
YouTube





Galerie
Robert Menard
Pierre Delval Waito
Rached GHANNOUCHI et Mustapha Ben Jaafar
Hamadi Jebali, Hédi Baccouche, Mohamed Ghannouchi
Ali Bennour s'attaque au Qatar
Je suis Charlie

Inscription à la newsletter